AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Henri Jacquinet (Illustrateur)
EAN : 9782246552918
1168 pages
Éditeur : Grasset (30/11/2003)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 12 notes)
Résumé :
" Quand j'arrive à Saigon comme correspondant de guerre en 1948, je découvre une Indochine installée dans le Moyen Age à mitraillettes et à piastres, sous l'étiquette de l'Union française... C'est l'enlisement. Sur la frontière, dans les montagnes au nord du Tonkin se poursuit la vraie guerre contre les réguliers d'Ho Chi Minh. Elle est loin de tout, et on n'en parle pas. Partout ailleurs on fait la " guerre heureuse " contre la Résistance. C'est la guérilla, bien p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Villebard
  23 février 2015
Quel talent de conteur, quelle galerie de portraits.
Et combien L Histoire est tragique.
Ce livre est un bon antidote à la doxa avec laquelle on nous a bassinés depuis des décennies. On y côtoie les massacres commis par le Vietminh contre sa population et le mépris de Giap pour les milliers de soldats et de coolies envoyer se faire massacrer, la vie des autres ne compte pas.*Il n'était pas conseillé par Mao et les Chinois pour rien.
Le traitement des prisonniers de guerre valait celui des nazis dans les camps.
Commenter  J’apprécie          60
eric54
  20 août 2020
L'un des meilleurs livres qui résume la présence française en Indochine entre la capitulation des Japonais et printemps 1951-periode de Roi Jean, richement décrite par l'auteur.
Lecture essentielle pour ceux qui s'intéressent à ce sujet.
Merci Lucien...
Commenter  J’apprécie          30
Birhacheim
  03 octobre 2009
Lucien Bodard n'était pas un historien mais un grand reporter envoyé spécial en Indochine de 1948 à 1955. A ce titre, il nous propose une somme imposante (près de 1200 pages) consacrée au conflit en Indochine entre le mouvement indépendantiste communiste (le Viet minh) et le C.E.F.E.O. (corps expéditionnaire français en extrême orient) du démarrage de la guérilla au désastre de Cao-Bang (1950) et à la reprise en main par de Lattre début 1951.
Il est donc clair, malgré le titre, que l'ouvrage ne couvre pas la totalité de la guerre d'Indochine qui durera jusqu'en 1954.
L'ouvrage vaut assurément pour la qualité de la plume de l'auteur. Mais le contenu est parfois...
.../...
Lien : http://www.bir-hacheim.com/l..
Commenter  J’apprécie          40
yoda40
  16 juillet 2012
un pavé sur la guerre d'indochine par un grand reporter des passages parfois un peu en longueur mais cela reste un livre a posséder si l'on s intéresse a cette période .
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   29 juillet 2016
Il s'agit d'une confrontation totale, où les armes sont d'un emploi secondaire. Les Français mettent en jeu tous leurs moyens, les Vietminh les leurs, pour agir sur les hommes et se les approprier. Deux civilisations superposées, emmêlées, sont aux prises dans un combat total. Les Français disposent des choses apparentes, de la société légale, établie. Les Viets sont partout en dessous, dans ce qui est caché. Les deux camps font appel aux instincts opposés de l'homme, les Français offrant la vie normale, la prospérité, les avantages de l'Occident, les Viets proposant l'orgueil et la révolte. Les uns favorisent les riches et les possédants, les autres les pauvres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   29 juillet 2016
Je voulais encore essayer de comprendre comment on avait pu en arriver là, au désastre du Corps expéditionnaire, à Dien Bien Phu. Je voulais démonter les engrenages, démêler l'écheveau des erreurs, des négligences, des fatuités, des mauvais calculs, des confusions, des ambiguïtés, des trahisons et des ignominies, dire la dégradation qui avait mené, de manière inéluctable, à la catastrophe. Me captivait également l'art de la guerre tel qu'il s'était exercé alors. L'Orient comme une drogue, le duel englobant tout : les armes et les âmes, la force physique et l'instinct, le pays, la boue, la nuit, la végétation, les corps et tous les recoins des cervelles, l'utilisation de l'argent, l'utilisation de la vertu, l'utilisation de l'horreur, le sens de la politesse et celui de la cruauté, le maniement de la terreur et celui de la persuasion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   29 juillet 2016
Les risques sont énormes et inutiles. Les Français n'asphyxient aucunement Ho Chi Minh, ils ne le gênent même pas. Les Vietminh sont parfaitement tranquilles dans leur « quadrilatère » impénétrable, où ils s'organisent méthodiquement. Ho Chi Minh se constitue méticuleusement, implacablement un parti dur – un pur parti communiste – et une armée populaire de choc. Les techniciens de Mao Tsétoung, envoyés depuis Yenan et la Mandchourie à travers les zones tenues par le Kuomintang, l'aident. De Chine aussi arrivent toutes sortes de contrebandes, en particulier des armes et des munitions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   29 juillet 2016
Les Français combattent bravement, même après avoir perdu la foi. Dien Bien Phu avait été pour tout le Corps expéditionnaire le symbole suprême : ce devait être un tournoi qui désignerait le vainqueur. Mais, après la catastrophe prévisible et pourtant incroyable, les soldats éprouvent le dégoût d'eux-mêmes. En quelques heures la troupe est devenue morne. Par la chaleur de l'été tonkinois, les officiers et les hommes font encore les gestes nécessaires pour contenir l'ennemi qui déferle. Mais ce n'est plus que par discipline
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   29 juillet 2016
Les Vietminh faisaient sans cesse leur autocritique et s'amélioraient. De notre côté, nous nous entre-décorions, nous proclamions que tout allait bien et nos généraux se haïssaient. Les états-majors fonctionnaient à plein, fabriquant sans cesse de nouvelles conceptions stratégiques, toujours plus optimistes, théoriques et intellectuelles. Il suffisait d'une erreur pour que tout notre système s'effondre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Lucien Bodard (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucien Bodard
Jacqueline Duhême Une vie (extraits) conversation avec Jacqueline Duhême à la Maison des artistes de Nogent-sur-Marne le 8 février 2020 et où il est notamment question d'une mère libraire à Neuilly, de Jacques Prévert et de Henri Matisse, de Paul Eluard et de Grain d'aile, de Maurice Girodias et d'Henri Miller, de Maurice Druon et de Miguel-Angel Asturias, de dessins, de reportages dessinés et de crobards, d'Hélène Lazareff et du journal Elle, de Jacqueline Laurent et de Jacqueline Kennedy, de Marie Cardinale et de Lucien Bodard, de Charles de Gaulle et du voyage du pape en Terre Sainte, de "Tistou les pouces verts" et de "Ma vie en crobards", de Pierre Marchand et des éditions Gallimard, d'amour et de rencontres -
"Ce que j'avais à faire, je l'ai fait de mon mieux. le reste est peu de chose." (Henri Matisse ). "Je ne sais en quel temps c'était, je confonds toujours l'enfance et l'Eden – comme je mêle la mort à la vie – un pont de douceur les relie." (Miguel Angel Asturias)
+ Lire la suite
autres livres classés : guerre d'indochineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le faucon déniché de Jean-Côme Noguès

Comment se prénomme le jeune héros ?

Martin
Jacquou
Brichot
Guilhem

20 questions
552 lecteurs ont répondu
Thème : Le faucon déniché de Jean-Côme NoguèsCréer un quiz sur ce livre