AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221192382
416 pages
Éditeur : Robert Laffont (20/04/2017)
3.58/5   18 notes
Résumé :
Le crime était une maladie. On a découvert le traitement. Qu'y a-t-il dans la tête de Franck Corsa, le psychopathe le plus dangereux de France ? Pour la première fois, grâce aux progrès fulgurants de l'imagerie cérébrale, quelques scientifiques peuvent le savoir. Ils proposent alors un marché au prisonnier : effacer les causes du mal dans son cerveau par une opération chirurgicale jamais tentée à ce jour. Lorsque Corsa se réveille, il n'est plus le même homme. Bont... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 18 notes
5
1 avis
4
5 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

Neeneeson
  09 avril 2018
Je remercie Netgalley et l'éditeur pour m'avoir donné la possibilité de pouvoir lire ce roman. J'ai trouvé la couverture vraiment attirante ainsi que le synopsis. En effet, je trouvais que le sujet abordé dans ce roman était très intéressant. Peut-on soigner tout ces prisonniers dangereux pour la société et les réinclure dans celle-ci ? Mais malheureusement, je trouve qu'il a été mal exploité. Je m'attendais à plus que cela, le roman n'a pas réussi à donner réponse à toutes mes questions.
En effet, j'ai eu du mal à continuer le roman une fois que j'avais fini la première partie, car la seconde partie m'a complètement déstabilisée, je n'ai pas compris pourquoi on changeait complètement de décor et même d'histoire (même si les deux histoires sont liées mais c'est plutôt perturbant on ne s'y attend pas). J'ai été stoppé net dans ma lancée au niveau de la lecture de ce roman. C'est dommage. En effet, j'ai trouvé que tout au long du roman l'auteur s'est trop éparpillé, il a voulu aborder pas mal de choses en même temps et il m'a perdu. Je pense que l'histoire aurait dû se focaliser uniquement sur Corsa et cette transformation qui s'opère en lui (en mêlant de l'action bien sûr). Même si finalement j'ai été plus captivé par le sujet « provenance des cellules souches » que par l'histoire de Corsa.
Au niveau du personnage de Corsa j'ai été déçue au début on commence à bien apprendre à le connaître, son passé, pourquoi il est devenu psychopathe et meurtrier. J'ai trouvé cette première partie très intéressante mais, après, on ne parle plus trop de lui (ou en tout cas l'histoire n'est plus vraiment centrée uniquement sur lui). Il y a beaucoup de personnages et je ne me suis attaché à aucun d'entre eux, je n'ai pas eu le temps.
Le titre est « L'homme qui haïssait le bien » et on nous fait comprendre que Corsa n'aime pas ce changement qui s'opère dans son cerveau, mais l'auteur n'approfondit pas, c'est dommage. J'aurais voulu en savoir plus sur ce qu'il ressent, sur le fait qu'il peut ressentir de l'empathie etc. On n'en parle un peu mais pas assez à mon goût. On a trop de départ d'histoire pour aucune fin.
L'auteur a pour moi, plutôt voulu se concentrer sur l'origine des cellules implantées dans les cerveaux de ces psychopathes français. Plus pour dénoncer que cela peut très vite déraper plutôt que pour montrer ce que ça donnerait sur un tueur. C'est un choix, mais du coup le titre et le synopsis ne sont pas vraiment en adéquation avec l'histoire. Il y avait vraiment un potentiel dans ce roman. le roman nous fait se poser énormément de question sur la réinsertion de tous ces criminels ? Est-ce possible si on les soigne ? Quelles en sont les limites ? Etc …
En effet, parlons-en de la fin ? Je n'ai pas compris la finalité de tout cela. Enfin elle m'a vraiment laissé sur ma faim ! Je voulais pas d'un Happy End mais au moins d'une fin qui tienne la route.
Pour conclure, j'ai réussi à venir à bout du roman mais avec du mal. En prenant du recul, l'histoire n'est pas mauvaise mais elle s'éparpille trop pour moi. Il faut s'accrocher et j'avoue que je n'ai pas réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BlackKat
  24 avril 2017
Dans le cadre d'une nouvelle loi de santé pénale, des psychopathes emprisonnés pour de lourdes peines seront des cobayes humains expérimentant l'implantation de cellules souches censées « réparer » les neurones à l'origine de leurs déviances ou palier à leur absence.
Dès les premières pages, je suis gênée…
En effet, pour les personnes qui n'auraient pas lu Neuroland, dont je fais partie, il est un peu agaçant de voir passer des rappels de ce roman par bribes alors qu'il eût été si simple d'ajouter un paragraphe ou deux, dès le départ, pour que le lecteur ne se sente pas en dehors du coup et reconnecte les liens entre les uns et les autres.
Le fameux Franck est bardé de pansements mais pourquoi, on ne sait.
Maria est une survivante traumatisée mais j'ai tiqué à chaque fois qu'elle appelle son bourreau par son prénom, comme un membre de la famille.
Il y a eu le scandale Transparence mais quid? Rien n'est clair pour le lecteur.
Dommage. Cela n'enlève pas grand chose à la compréhension de l'intrigue présente mais c'est agaçant.
Si on s'en tient exclusivement à la 4ème de couv' accompagné du titre, le lecteur s'attend à un thriller médical avec une forte dose de psychologie, une dualité chez le personnage censé être principal entre ce qu'il a été, un monstre amoral, et ce que l'expérimentation médicale lui aura apporté, la « normalité ».
Or, à mon sens, le sujet est survolé.
Est-ce dû au fait que je n'ai pas lu les horreurs qu'il a commises dans Neuroland et qu'ainsi je n'ai pas su faire la différence entre avant et après?
Je ne pense pas car nous ne partageons que très très peu ce que Franck peut ressentir dans sa tête et ses pensées.
Je reste sur ma faim.
Un manque de profondeur sur cette expérience médicale enlève toute dimension propre à la révolution annoncée supposée « guérir » les psychopathes.
Très rapidement, je me suis dit que l'auteur a été trop ambitieux en essayant de mener de front un thriller médico-psy, un scandale politique, avec au milieu des espions, des terroristes et une pauvre tribu nicaraguayenne victime de sa pauvreté.
La trame de base avait du potentiel, l'intrigue se voulait riche, dense et passionnante. Mais aucune ramification de cette intrigue n'est, à mon sens, suffisamment travaillée pour apparaître totalement crédible et donc, addictive.
400 pages, c'est insuffisant pour exploiter efficacement tous ces thèmes. le résultat semble par conséquent bâclé et l'auteur utilise des raccourcis douteux.
Par exemple, quant à la présentation du projet de loi, son adoption éclair et simpliste prêtant pourtant à polémique (et je n'ai même pas vu passer sa promulgation!).
Quant aux autorisations d'essais cliniques sur les êtres humains alors que la recherche effleure à peine certaines découvertes dans le domaine (les tests sur animaux sont zappés: enfin une victoire pour les défenseurs de la protection animale?).
Pas une seule fois il n'est question du Comité Consultatif National d'Éthique, le CCNE, indépendant de toute autorité de tutelle, en matière notamment des problèmes soulevés par l'utilisation et le commerce des cellules souches et de l'expérimentation sur l'Homme.
L'avocat de Dylan, un condamné éligible au programme d'implantation ne remplit absolument pas son rôle de conseil auprès de son client et ne lit même pas la totalité du « contrat »! (tu signes et tu es libre! Zou!)
L'auteur parle de « délit » alors qu'il est question de crime. Oui, je sais, déformation professionnelle, mon côté juriste se rebelle!
Et connaissant l'enfer administratif de notre pays, la chaîne d'autorisations, financements et contrôle de la mise en place de cet essai médical par un organisme privé semble totalement incohérent!
Je vous annonce également que les gardiens et flics chargés d'un transfert de prisonnier ne sont pas fichus de vérifier leurs armes pour s'apercevoir qu'elles sont chargées à blanc, hein! (Mais la mort, elle, est bien réelle!)
J'avoue qu'avec toutes ces approximations ou incohérences, la lectrice que je suis est tombée de son fauteuil à plusieurs reprises!
En ce qui concerne les personnages, je n'ai pas ressenti d'empathie.
Même pour Marie, la survivante ayant connu d'effroyables souffrances trop brièvement évoquées pour avoir une quelconque portée de compassion et qui, comme ça, d'une minute à l'autre, avec quelques mots, se retrouve libérée de ses blocages. C'est un peu fort et peu crédible! Et elle est tellement présente à chaque étape du processus qu'elle en devient lourde!
Même réflexion pour les autres personnages, trop peu fouillés voire insignifiants.
Il n'y a guère que le passage au Nicaragua qui aura suscité quelques émotions, avec ses jeunes filles exploitées et meurtries pour la seule cupidité d'un malfrat sans scrupule.
L'auteur avait tous les éléments pour écrire un roman époustouflant mais, à trop vouloir en faire, il n'aura pas atteint le but de me captiver. Je ne suis pas convaincue et je suis restée sur ma faim. Dommage…
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Goewin
  07 juin 2017
Un thriller foisonnant, addictif, mais pas toujours crédible.
Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Robert Laffont pour ce Service Presse. Je regrette de ne pas avoir fait attention au fait qu'il s'agissait d'un second tome faisant suite à Neuroland. Cela ne gêne en rien la compréhension de l'intrigue mais on sent quand même que certains éléments nous manquent. Par exemple, qu'est-il arrivé exactement à Franck Corsa pour qu'il soit obligé d'être bandé des pieds à la tête ?
Franck Corsa est l'un des pires psychopathes de France et face à sa victime, Maria, non seulement il n'a aucun remords mais il a l'intention de recommencer dès qu'il sera libre. C'est pour cela qu'il accepte de se soumettre aux analyses ainsi qu'à l'opération du cerveau et au traitement qui lui sont proposés : on lui implantera dans le cerveau des cellules souches qui viendront réparer les causes de sa psychopathie. Franck n'y croit absolument pas ; d'abord pour lui, son cerveau est parfaitement normal et donc l'implantation de cellules souches ne modifiera en rien son comportement. Mais s'il n'y a que cela pour se retrouver libre, aucun problème, il jouera la comédie. Sauf que ces fameuses cellules sont bien en train de le transformer et cela le rend fou de rage de se découvrir plein d'empathie, de remords, de désir de se racheter.
Sébastien Bohler a écrit un thriller dense, foisonnant, débordant d'intrigues et de rebondissements. Maria et son fiancé Vincent sont pratiquement les seuls personnages attachants du livre avec Olga la psychiatre. Quant aux autres, nous avons le choix entre les politiciens qui n'ont aucun sens moral et qui acceptent des rétrocommissions, un médecin qui est une véritable ordure pratiquant le viol et la traite humaine, un directeur de laboratoire plus préoccupé par l'obtention du Prix Nobel que par le respect de la vie humaine et des lois.
Maria est une toute jeune femme qui a connu l'enfer à cause de Franck et qui est profondément marquée. À cause des viols subis, elle ne parvient pas à avoir de relations physiques avec Vincent malgré tout leur amour. Elle manifeste un courage absolument hallucinant en continuant à côtoyer Franck. Elle est à l'origine de l'expérience visant à lui implanter des cellules souches car elle est persuadée que si elle parvient à comprendre ses motivations, elle pourra guérir. Et effectivement, Franck commence à manifester de l'empathie, à regretter ses actes et à vouloir se racheter. Dès qu'il montre des marques de repentir, Maria est guérie, comme ça, en un clin d'oeil. Bien que je le lui souhaite, cela ne me paraît pas très crédible. de même, l'opération que Franck pratique sur lui-même me semble totalement irréaliste.
Il y a encore bien d'autres passages où il me semble que l'auteur n'a fait que survoler les problèmes. Je pense que cela est dû à la nécessité de tout faire contenir dans un seul volume. Sébastien Bohler nous conte tellement d'histoires différentes qui à elles seules auraient presque mérité un tome séparé pour être traitées en profondeur : la proposition de loi de réforme de santé pénale ; le passé de Franck qui nous permet de comprendre en partie ce qu'il est devenu ; les expériences menées sur le cerveau, comment en est-on arrivé là ? y a-t-il eu des expériences menées avant de les tester sur des cobayes humains ? à moins que cela ait été indiqué dans le premier tome ? ; la neurosophie ainsi que le rôle De Carlo et ses techniques de méditation ; Vincent et sa découverte du code neural…
L'auteur dénonce également l'exploitation éhontée de la misère existant dans certains pays par les grandes puissances. Ainsi nous faisons la connaissance du docteur Andrew Nichols, un médecin qui non seulement est complice de ceux qui empoisonnent l'eau du fleuve au Nicaragua mais en plus profite de son ascendant pour se livrer à des actes de viol et d'avortements forcés pour se procurer des cellules souches.
J'ai dévoré ce thriller politico-médical. Je me suis particulièrement attachée à Maria qui n'a peur de rien pour faire éclater la vérité ou défendre la justice. Comme j'ai vraiment envie de savoir ce qui lui est arrivé, je compte bien lire le premier tome Neuroland et j'attends avec impatience la suite de ses aventures. Idem pour Vincent qui se retrouve dans une position très inconfortable à la fin de ce livre. Quant à Franck, j'espère vraiment qu'on parviendra à le mettre hors d'état de nuire définitivement.

Lien : http://au-pays-de-goewin.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
shmileblik
  17 avril 2017
Un thriller qui sait distiller les informations scientifiques et politiques à bon escient, pour satisfaire les interrogations du lecteur sans pour autant l'assommer de détails abscons. J'ai aimé suivre Franck sans pour autant savoir véritablement ce qui se tramait dans son esprit, et j'ai littéralement dévoré le passage au Nicaragua. Cependant, je suis parfois un peu restée sur ma faim. D'une part parce que certaines situations semblaient un peu cousue de fil blanc (l' (les) évasion( s)notamment) et j'ai regretté que les difficultés de Maria soient peu à peu délaissée sans pour autant que les aspects psychologiques se focalisent sur un autre personnage.
A noter que je n'avais pas lu Neuroland avant ce roman et cela explique peut être certaines de mes frustrations.
Un bon moment de lecture cependant avec un réalisme scientifique qui fait froid dans le dos!
SP
Commenter  J’apprécie          70
angelita.manchado
  03 juin 2017
Avis L'homme qui haïssait le bien de Sébastien Bohler
Par quel bout prendre cette critique ? J'en ai mis partout sur mon cahier. le premier point est que ce titre peut se lire indépendamment du premier, soit Neuroland. Mais si vous êtes comme moi et avoir tous les atouts en main, je pense qu'il vaut mieux lire Neuroland avant. Ce n'est pas mon cas et je le regrette car j'aurais pu faire connaissance avec les personnages, notamment Franck Corsa et Maria.
Nous avons une très belle palette de personnages, des plus véreux aux plus sympathiques. Commençons par Franck Corsa, dans l'attente de son jugement pour de nombreux meurtres. Une de ses victimes, Maria, est toujours vivante. Elle a subi l'horreur. Mais même si elle est meurtrie dans son corps, dans sa chair, elle tente de trouver des explications à ce qu'a pu faire Franck Corsa. Elle a vu même une part d'humanité en lui. Ce n'est pas pour plaire à son petit ami, Vincent, qui travaille à Neuroland. Maria et Vincent sont amoureux mais le viol a fait que Maria ne peut plus être touchée.
Vincent est brillant, thésard, mais trop jeune pour bousculer les uns et les autres. le Prix Nobel est en vue. Malgré ses recherches, il fera les frais de ce qui se passe dans ce roman.
Franck Corsa n'a pratiquement plus de corps. Il doit continuellement se faire soigner. Son enfance et ce qu'il a vu jouent beaucoup dans l'homme qu'il est devenu. Psychopathe, il est un des premiers à subir cette intervention dans son cerveau. Comme il veut que la vérité éclate, il accepte. Mais attention à ceux en qui il a placé sa confiance. Ils ne feront pas long feu car, en plus, Franck Corsa, détient de nombreux secrets qui peuvent faire tomber des personnalités haut placées.
Le lecteur assiste à une véritable chasse à l'homme. le temps presse pour que cessent des pratiques détestables, pour que la vérité éclate, pour qu'un attentat ne soit pas commis. de plus, le Prix Nobel se profile pour récompenser des chercheurs et leur travail.
Un roman tout à fait dans l'air du temps avec sa trame politique, les conflits d'intérêt, les rétro commissions. le rythme ne faiblit pas. L'auteur réussi la prouesse de nous faire voyager, de nous narrer ces peuples qui souffrent, qui subissent la cupidité des nantis. Tout est bien agencé, il n'y a aucun temps mort. L'histoire, par étapes, coïncide parfaitement. Les personnages sont bien étudiés, tout comme leur évolution psychologique. Les éléments sont parfaitement liés, la politique, les lois, les cobayes, la médecine et le progrès. le chantage est également bien présent tout comme le travail journalistique.
Je pense que l'auteur fait aussi référence à deux célèbres présentateurs du journal télévisé mais aussi au suicide d'un célèbre Premier Ministre.
Lien : http://livresaprofusion.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BlackKatBlackKat   22 avril 2017
Nous serons le pays qui change le criminel en malade, et le détenu en patient. Le pays qui soignera les pathologies au lieu de punir des délits. Le pays qui remplira des hôpitaux et videra des prisons.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   02 mai 2018
Aujourd'hui, les statistiques sont accablantes. Sur cent détenus condamnés pour meurtre avec actes de barbarie, viol et enlèvement d'enfants ou séquestration, soixante-quatre récidivent dans l'année qui suit leur libération. Ces personnes sont toutes, sans exception, ce qu'on appelle des psychopathes violents. Des malades incapables d'intégrer les lois de la société et mus par des pulsions agressives qu'ils n'arrivent pas à contrôler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 mai 2018
Les psychopathes ont un cerveau différent du nôtre. Il leur manque des connexions cérébrales indispensables pour intégrer l'existence des autres et vivre en société. Ces connexions ont été le plus souvent détruites pendant leur enfance. Résultat : un univers émotionnel perturbé, une incapacité à réfréner leurs pulsions, ou à compatir avec autrui.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 mai 2018
Je souffre tous les enfers du monde, et vous repartez comme si de rien n'était. Vous oubliez une chose, quand on défigure un type comme moi, il ne faut pas le louper. Car moi, je ne vous louperai pas.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 mai 2018
La douleur libère de l'adrénaline, et l'adrénaline décuple la puissance musculaire.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sébastien Bohler (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sébastien Bohler
Sébastien Bohler : Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura