AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207252086
Éditeur : Denoël (21/03/2001)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 8 notes)
Résumé :

J'ai voulu rapprocher mes deux livres, ils sont frères et sincères. Que l'un dorme à bout de l'étagère, pendant que l'autre fait sa vie la nuit, puis comme un humain harassé vienne s'endormir au petit matin au côté du bouquin frangin.

En les réunissant, ils vivront ensemble l'un dans l'autre comme deux âmes éternellement amies. - Richard Bohringer

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
yv1
  13 mai 2012
Flammarion ré-édite ce premier livre de Richard Bohringer, et c'est donc une belle occasion pour moi de reprendre mon vieil exemplaire (de 1988) et de le relire. Un petit changement dans le titre, dans la version originale, le mot "Blues" était en sous-titre : il ne l'est plus. Autrement, rien ne change, mais qu'est-ce-que c'est bien de lire du Bohringer ! Certes, j'en ai relu depuis (d'ailleurs, je crois que j'ai lu quasiment tout de cet auteur). Je me souviens l'avoir découvert avec C'est beau une ville la nuit et avoir adoré ce bouquin, pour l'écriture, pour l'auteur qui se met à nu ne passant rien de ses faiblesses, pour tout en fait. Mais comme à l'époque, je n'avais pas de blog, et pour cause, Internet n'existait pas ("Je vous parle d'un temps que les moins de vingts ans ne peuvent pas connaître..." (C. Aznavour), ou du moins pas sous la forme actuelle, eh bien, j'en parle aujourd'hui !
A la relecture, presque 25 ans plus tard, j'adore aussi. D'ailleurs, je me souvenais encore des premières phrases, pas au mot près mais pas loin
l'écriture est directe, sèche, poétique, certains textes de chansons sont en fin de chapitres. L'auteur crie son désespoir, son malheur, la boisson, la drogue, mais avant cela, l'abandon des parents, le sentiment de ne jamais être vraiment à sa place, l'amour qu'il cherche, trouve parfois, laisse partir aussi et retrouve, l'amitié forte et deux personnes importantes de sa vie : sa grand-mère et sa fille. Tout cela dans un style cahoté, haché que le lecteur prend en pleine face. On peut détester et/ou ne rien comprendre, c'est tout à fait exact, mais quand on a accroché on retse jusqu'à la fin et on ne peut sortir de ce livre.
J'ai relu depuis d'autres livres de R. Bohringer, et chaque fois, il refait le même coup, et chaque fois, je me fais avoir de bonne grâce et avec un plaisir que je ne renie pas du tout, au contraire, je le revendique. L'auteur n'a pas changé, identique dans ses combats, dans ses colères, dans ses amitiés, dans ses valeurs, peut-être plus revendicatif maintenant qu'il y a 25 ans (lire Les nouveaux contes de la cité perdue).
Faites-vous ou refaites-vous un Bohringer, n'importe lequel, ils sont tous excellents. Une belle idée de ré-éditer C'est beau une ville la nuit, pour que certains p'tits jeunes, pas nés ou pas encore en âge de lire en 1988, ou d'autres qui auraient pu le rater puissent entrer dans le monde de cet écrivain avec son premier livre.
Lien : http://lyvres.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
VACHARDTUAPIED
  17 avril 2013
"C'est beau une ville la nuit" : belle balade triste......
"le bord intime des rivières": le titre m'a plu, le livre aussi.....
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LyllyeLyllye   29 mars 2012
"Je ne veux pas. Je veux eux. Comme avant. Ou je les grondais pour la même bêtise. Faite ensemble sans moi. Il l' avait reconnue. Reconnue comme sa soeur, ou même quelque chose d encore plus mysterieux, identique à lui, à son silence. Ils étaient complice du même bonheur. Il sera l' ami de ses amants. Pour ne pas la perdre."
Commenter  J’apprécie          10
LyllyeLyllye   29 mars 2012
"Alors ma fille s'éveille et leur dit. C'est mon frère de vie, mon douloureux ami. Vous n' avez rien compris. Je l' aime ce père à la gueule de chien. Il est de la tribu des balafrés. Et vous l'avez laissé. Il est de la tribu des affamés. Tyran de tendresse, déambulant d' un amour refusé."
Commenter  J’apprécie          10
yv1yv1   13 mai 2012
Je m'étais endormi. La cloche de cette putain d'église m'a réveillé. Les chiens dorment sur les fauteuils, la tête dans leurs couilles. Au chaud. (p.7)
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Richard Bohringer (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Bohringer
SMEP 2016 - Richard Bohringer
autres livres classés : roman autobiographiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
717 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre