AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782811651374
Éditeur : Pika Edition (04/09/2019)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :
En combattant les dix Gon humanoïdes, Origin voit son corps se détruire peu à peu. C’est alors qu’apparaît le vrai Gon sous une enveloppe corporelle gigantesque et doté d’une puissance de combat phénoménale. Au bord de l’autodestruction, Origin décide malgré tout de continuer à se battre pour protéger Mai Hirose et entrevoit même le point faible de son ennemi. De leur côté, les humains tentent de s’échapper du Centre par le tunnel central, mais le Gon n° 1 les rattr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Alfaric
  08 septembre 2019
Dans ce tome 6 Jin c'est à Kyôto que Jin l'androïde et les humains affrontent chacun de leur côté le robot Gon et ses différente clones dans les entrailles du centre de la recherche en intelligence artificielle surnommé l'AI-Stadt. Boichi a su trouver le bon rythme et le bon équilibre, mais l'action, la stratégie et les thématiques survivalistes (l'homme est-il un loup pour loup et est-il prêt à sacrifier ses semblables pour sauver sa peau et seulement sa peau?), l'intéresse moins que l'évolution psychologique de son Pinocchio cyberpunk. On nous l'a toujours montré de l'intérieur, secret et calculateur, cherchant égoïstement à ne pas divulguer son existence et à la protéger de tous ses ennemis potentiels. Ici il agit son altruisme le fait agir de manière de plus en plus illogique et c'est au coeur de la folie qu'il place des vies avant la sienne donc qu'il est prêt à sacrifier son existence pour en protéger d'autres : Jin n'agit plus en machine, mais un être vivant, non par programmation des Lois d'Asimov mais pas son propre choix…
Comme dans "Gunnm" nous sommes dans une course à l'intelligence :
- « Y » la divinité informatique et son vis-à-vis organique considèrent que les intelligences supérieures n'ont pas à interférer avec les intelligences inférieures
- la Team Ken a trouvé ce qu'elle cherchait et en visant à multiplier l'intelligence de ses membres par 5 pour devenir 1000 fois plus intelligents que les humains elle désir contrôler l'humanité
- Jin s'est fait dépasser par ses frères et sœurs robotiques, mais en apprenant sans le savoir l'empathie c'est lui qui est le bonne voie pour un jour devenir aussi proche que possible du Dieu originel des humains
Quand la SF japonaise se veut ambitieuse, elle tombe toujours dans la philosophie, et quand elle tombe dans la philosophie elle se noie dans la métaphysique, et quand elle se noie dans la métaphysique ça finit toujours en eau de boudin (d'ailleurs la rencontre entre Y et son vis-à-vis organique n'est pas très loin de la rencontre de Griffith avec Idea dans le chapitre secret du "Berserk" de Kentaro Miura). C'est les dernières pages consacrées à ces thèmes qui font un peu baisser l'intérêt tout en posant un foreshadowing qui pourrait s'avérer passionnant : comment Jin va survivre à ses rivaux pour devenir un Jésus Christ robotique ? Boichi se fait plaisir en donnant à « Y » l'apparence d'une héroïne de manga des années 1980, c’est-à-dire trop sexy pour être honnête avec quelques accessoires de mode tendancieux (pour ne pas dire prostipute)...
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
Bouvy
  04 septembre 2019
Origin se bat toujours contre le très puissant Gon. D'autres Gon jumeaux sont encore actifs au combat mais les humains y mettent du leur et deviennent une aide précieuse pour Origin. Ce dernier est presque au bout de ses ressources mais il doit empêché Gon d'atteindre l'intelligence artificielle suprême qu'est Y. Origin n'a toujours qu'un objectif, sauver Mademoiselle Hirose. Le combat est intense et incertain. Mais au-delà de ce combat, il y a cette quête de l'intelligence qui est aussi synonyme de pouvoir. Son, robot femelle, s'approche de Aï, dont le vieux qui s'en occupait est décédé. Aï n'est pas une petite fille ordinaire et révèle à Son le secret de l'intelligence artificielle pour que cette dernière le rapporte à maître Ken…
Boichi est ici au sommet de sa forme. Son graphisme est tout simplement époustouflant ! Les scènes de combat sont dynamiques, renforcées par les flous de bougé. Les personnages ont des expressions réalistes. Le scénario est aussi solide. Ce tome consacre la majeur partie de ses pages à la fin du combat incertain entre Origin et Gon. Origin est presque au bout de ses ressources mais il a hérité du sentiment de la volonté et n'abandonnera pas le combat même au péril de sa vie. Dans la foulée, les humains se montrent aussi courageux et font preuve de grande force face à un ennemi pourtant tellement puissant. Ca doit être le côté irrationnel de l'humanité qui en fait la force. Dans la foulée, on en apprend un peu plus sur la fillette Aï. Elle n'est pas tout à fait humaine mais n'est pas non plus tout à fait robot. Serait-elle la dernière évolution de l'androïde ? Elle pourrait même être la petite soeur d'Origin, l'histoire nous laisse à penser que son créateur pourrait être le même. Origin devient de plus en plus humain dans ses comportements. Comme Pinocchio, la marionnette se transforme peu à peu en véritable petit garçon. Évidemment, le siège de L'AEE est complétement détruit par toute la violence des combats. Pour le moment, ça n'a pas encore l'air d'affecter l'entreprise. Les humains, la plus part employés par la grande société, viennent de découvrir l'existence des robots humanoïdes, alors que c'est un des objectifs principaux de cette entreprise que d'en créer. Y, l'intelligence artificiel qui était stockée et prisonnière dans le siège de l'AEE a pu s'échapper et parcourir le monde sur les réseaux informatiques. Elle est en quête de se qu'elle appelle Dieu, forme d'intelligence suprême qui serait le fruit de la connexion de tous les êtres vivants. Pour Origin, elle s'est matérialisée en jolie jeune femme. Quand Origin lui demande pourquoi elle (Vu que Y ressemble maintenant à une fille, on va féminiser son identité) s'est matérialisée en jeune fille, Y répond qu'elle a du être influencée par son hôte mais je pense que c'est surtout Boichi qui, incorrigible et égal à lui-même, voulait se faire plaisir en érotisant son intelligence artificielle. Bref, on est toujours dans l'incertitude, Origin vient de gagner un combat mais pas la guerre et il y a maintenant cet accès à l'intelligence qui risque de tomber aux mains des robots de Maître Ken. Ce manga, en plus d'être magnifique, se veut passionnant. Vivement le tome 7. Lu en format KINDLE sur iPad Pro avec une magnifique numérisation qui permet de profiter au maximum du superbe graphisme du talentueux Boichi.

Personnage :
Origin : le premier robot humanoïde créé par le professeur Karakuri. Il doit s'intégrer parmi les humains dans un Tokyo de 2048 soumis au terrorisme et au crime.
Nihonbashi, siège du groupe AEE
Tetsu Sakamoto : directeur de recherche en robotique de l'AEE
Maï Hirose : jeune femme collègue d'Origin a l'AEE, embauchée le même jour qu'Origine, une geek des robots qui a développé un module de langue spontanée pour intelligence artificielle alors qu'elle n'était que lycéenne.
Kuroda : collègue de l'AEE, embauché le même jour qu'Origin, diplômé d'un master de l'université de Tokyo.
Tommy Katsura : également collègue de l'AEE recruté le même jour qu'Origin, il possède un diplôme d'une université californienne.
Laura Fermi : chef adjointe de la Team Cerveau, superbe femme d'origine italienne. Elle va dirigée les nouveaux du groupe AEE, dont Origin. Cette femme cache ses émotions à un point tel qu'elle pourrait être un robot. Diplômée d'Oxford.
Professeur Che Chanchong : Docteur diplômé d'Harvard et chef de la Team Cerveau.
Yamada de la société Oku Électronique qui vend des composants au groupe AEE. Il semble jouer un double jeu avec l'équipe des robots de maître Ken et est presque toujours accompagné d'une fillette de douze ans.
Ai : c'est la fillette de douze ans qui accompagne Yamada. Elle serait la fille du patron d'Oku Electronics.
Père : le créateur d'Origin et de ses « frères et soeurs ». Décédé. Origin tente de vivre selon sa dernière phrase : « Mène une vie convenable. » Origin n'a peut-être pas compris le sens de cette phrase qui peut avoir plusieurs définitions.
Gonta : deuxième identité d'Origin.
Les ennemis frères et soeurs d'Origin : (ce sont aussi des robots créés par son père).
Masamune alias Maître Ken : il est le chef des robots humanoïdes créés par le « père » d'Origin, pourtant, il ne reste de lui que la tête. Il ignorait l'existence d'Origin jusqu'à ce que ce dernier tue une femme robot. Il aimerait le capturer ou l'éliminer.
Son : robot femelle qui a déjà combattu Origin et soumise à Ken.
Gon : un des frères d'Origin, plutôt genre grosse brute. Il a déjà combattu Origin et est soumis à Ken.
Da : robot femelle détruite par Origin dans le premier épisode.
Nouveaux personnages du tome 4 :
Y : super intelligence artificielle, la plus évoluée jamais créée par l'homme. Son intelligence serait supérieure à celle des humains, c'est pourquoi, en principe, elle est coupée du monde par les communications, pour ne pas que dans son évolution, elle nuise à l'humanité. Mais, c'et sans compter sur son intelligence. Elle rencontre en pensée Origin qu'elle appelle son frère.
Miyuki Hirosue : fondatrice et présidente de l'AEE, le centre de développement d'intelligence artificielle.
Ryû Kastura : directeur de l'Al-stadt, le Centre de recherche en intelligence artificielle de l'AEE, situé à Kyoto.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Rickola
  05 décembre 2019
C'est le retour tant attendu de la série cyberpunk très ambitieuse de Boichi, que j'aime d'amour tant le travail sur l'univers et les thématiques est de qualité (sans parler de l'esthétique plutôt formidable, une habitude avec ce mangaka). Après un cinquième tomme toujours très bon, mais qui m'aura moins captivé car totalement tourné vers l'action, ce sixième voit l'affrontement avec les Gon s'achever, et amène à un autre niveau encore ce récit décidément passionnant ! Voyons tout de suite de quoi il en retourne.
En combattant les dix Gon humanoïdes, Origin voit son corps se détruire peu à peu. C'est alors qu'apparaît le vrai Gon sous une enveloppe corporelle gigantesque et doté d'une puissance de combat phénoménale. Au bord de l'autodestruction, Origin décide malgré tout de continuer à se battre pour protéger Mai Hirose et entrevoit même le point faible de son ennemi. de leur côté, les humains tentent de s'échapper du Centre par le tunnel central, mais le Gon n° 1 les rattrape…
Comme je l'ai expliqué en introduction, on arrive à la fin de l'affrontement entre Origin et l'armée de Gon. L'occasion encore une fois d'avoir droit à une mise en scène de l'action de haute volée. Si notre héros étonne toujours autant par ses capacités martiales, les humains ne sont pas non plus en reste puisque le personnage de Mademoiselle Michelle s'impose dans toute sa badassitude, un élément qui ne peut que faire plaisir. Ainsi, une grosse partie du volume est encore consacrée à l'action, mais le dénouement de ce passage va amener de gros bouleversements, on le sent.
Car les différents éléments de l'intrigue développés jusque là tendent à se rejoindre, et l'intelligence artificielle Y va avoir son rôle à jouer dans la suite de la série, on s'en doute. Car si le cas de Gon est réglé, Origin a encore d'autres chats à fouetter, et il doit également composer avec cette nouvelle donnée dans l'équation. Mais c'est surtout l'occasion pour l'auteur d'enrichir une fois de plus la thématique cyberpunk de son récit de façon très avantageuse. On constate encore une fois que Boichi maîtrise son sujet et jongle avec des notions complexes, au risque de laisser sur la touche une partie du lectorat. Me concernant, j'ai eu une petite période cyberpunk il y a quelques années, où je suis allé vers des auteurs tels que William Gibson, Bruce Sterling, mais également (et surtout) vers ce genre au cinéma. Je retrouve donc ce côté parfois un peu hermétique, qui demande vraiment un investissement de la part des lecteurs/lectrices. Mais au-delà des réflexions parfois absconses, il y a toujours ce travail émotionnel concernant Origin qui fait mouche, et qui permet de ne pas perdre le fil. Ainsi, sa nouvelle mission, qui consiste à protéger Mai Hirose, mêlée avec son objectif premier (mener une vie convenable) se rappellent à nous.
Au milieu de tout cela, on retrouve aussi avec un certain plaisir des touches d'humour bien distillées, qui ne font aucunement tâche dans tout ce développement, que ce soit dans l'action ou dans les moments de réflexion. Évidemment, quelques gags en dessous de la ceinture viennent s'inviter pour le plus grand plaisir des gens qui ont gardé leur humour pipi/caca (dont je fais partie). Mais je retiendrai surtout ce travail de filiation avec les grands récits cyberpunk, notamment japonais. Dans la préface du volume, Boichi cite Ghost in the Shell et explique qu'il introduit un personnage qui renvoie à cette oeuvre. Je ne vais pas vous en dévoiler davantage, mais il va effectivement marcher sur les plates bandes de l'oeuvre, en particulier du côté du film de Mamoru Oshii (qui je le rappelle, traitait beaucoup de thématiques similaires avec les robots et les IA).
Ainsi, ce tome renoue avec la complexité thématique des précédents, et de ce point de vue me fait on ne peut plus plaisir. La fin du récit approche à grands pas et j'espère donc que l'auteur arrivera à pousser sa réflexion jusqu'au bout, car je la trouve vraiment passionnante. D'autant plus que le genre cyberpunk n'a plus autant la cote, de ce fait, voir un auteur passionné tenter de renouer une filiation avec celui-ci me fait vraiment très plaisir, surtout compte tenu de la réussite que représente l'entreprise à ce stade. J'ai donc encore une fois très hâte de voir la suite des aventures de notre robot qui se révèle de plus en plus humain.
En résumé, ce sixième tome d'Origin se révèle toujours aussi passionnant. Loin de se contenter d'un bête récit d'action à base de robots (même si les séquences explosives ne manquent pas), Boichi fait preuve d'une grande érudition concernant le genre qu'il investit et entend bien le traiter avec le sérieux qu'il mérite. En résulte une oeuvre passionnante, riche, complexe mais également fun et émouvante. Plus on approche de la conclusion, plus je me dis qu'on a affaire ici à une série qui compte vraiment !
Lien : https://apprentiotaku.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Sceneario   18 novembre 2019
La grande qualité de cette série c'est le dessin de Boichi. Un style extrêmement fluide et dynamique, allié à une précision particulièrement éblouissante, pleine de détails, d'expressivité et une qualité d'encrage vraiment magnifique ! [...] Une série qui continue lentement son bonhomme de chemin, dynamique et pleine de rebondissements…
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BouvyBouvy   04 septembre 2019
- C'est toi le chef ici ! Tu dois sauver les membres de ton équipe encore en vie !
-T'es débile, ma parole ! Rien à voir avec mon équipe ! On a embauché ces gens aux services généraux parce qu'ils coûtent moins cher que des robots ! Leur métier va disparaître un jour, de toute façon ! Même s'ils s'en sortent aujourd'hui... ils mourront de faim dans quelques années !
Commenter  J’apprécie          51

Lire un extrait
Videos de Boichi (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Boichi
[MANGA] LA CHRONIQUE DE THOMAS - SUN-KEN ROCK
autres livres classés : intelligence artificielleVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3120 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre