AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723492729
Éditeur : Glénat (09/10/2013)

Note moyenne : 3/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Un conte fantastique, tendre et merveilleux

Trois jeunes orphelins, Martin, Gabrielle et Émile, poursuivis pour avoir dérobé une miche de pain, trouvent refuge dans une mystérieuse et sordide abbaye. Bloqués à l intérieur, ils découvrent un autre enfant, seul et visiblement traumatisé. Ce dernier tient dans sa main une chandelle qui, quand il l allume, fait apparaître les silhouettes de ses parents décédés et provoque d étranges phénomènes...
A... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Witchblade
  14 décembre 2017
Je ne me souvenais même plus que je possédais cette BD. En la feuilletant, je me suis dit « oh non, des aquarelles »... C'est superbe les aquarelles, je dis pas, mais dans une BD, ça fait toujours bizarre...
Et finalement, je suis bien contente de mon achat car c'est une superbe BD où les aquarelles s'adaptent très bien à l'histoire sombre et teintée de fantastique que nous fait découvrir cet auteur (inconnu pour moi). L'histoire laisse un goût doux-amer dans mon esprit, elle parle d'un petit garçon qui perd sa famille dans d'étranges circonstances mêlées de fantastique. Curieuse histoire mais très belle en même temps car parlant de chagrin et d'amitié nouvelle. Je ne sais comment résumer cette belle BD.
Comme vous l'aurez compris, je vous conseille expressément de découvrir cette très belle BD. Pour ma part, j'ai été émerveillée par cette découverte, je compte bien acheter et lire les autres BD de cet auteur. Petit bonus, j'ai un magnifique cahier graphique à la fin de cette BD qui m'a permis de voir le travail de recherches de cet artiste.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
kanarmor
  21 avril 2014
Première partie : un enfant avec ses parents sur un bateau dans une mer en furie. L'un après l'autre, les adultes vont périr.
Deuxième partie : trois enfants poursuivis par "un cogne" se réfugie dans un domaine où trône un bien étrange château...
Un album qui se lit vite : des dessins simples dans leur contenu, peu de textes (en argot pour les trois vagabonds, ce qui est assez agaçant à la longue).
Des dessins lumineux à l'expressivité intéressante. le scénario est assez simple, mais le récit est bien mené et il s'en dégage une émotion avec le personnage du petit garçon.
Boiscommun a su créer un univers entre un monde réel ressemblant à celui de Dickens et le fantastique. le résultat est plutôt intéressant ; j'ai apprécié particulièrement la fin, et notamment la dernière page (magnifique illustration), triste et belle à la fois.
Commenter  J’apprécie          110
Coeurdechene
  20 janvier 2014
Olivier Boiscommun revient au fantastique après son exploration d'autres univers.
Que ce soit en collaboration avec d'autres scénaristes (comme Jodorowski) ou en solo, il continue de regarder du côté de l'étrange, là où les personnages qu'il met en scène perdent leurs repères, voire se retrouvent en danger.
Et encore une fois c'est un pari, avec une couverture intrigante. Une vague gigantesque, les embruns, et au milieu, à peine discernable, une barque et un personnage qui va être submergé. Dès la couverture le lecteur perd pied,
Ouvrir l'album, c'est accepter de ne pas tout comprendre, d'être autant ballotté que les personnages et risquer de ne pas avoir à la fin toutes les clés pour comprendre ce qu'il s'est passé.
D'un autre côté, Boiscommun dépeint un univers qui n'est pas rationnel. Ici, une bougie allumée peut exaucer les voeux et protéger de la tempête. Un clin d'oeil au Stardust de Neil Gaiman ? Peut-être...
Ici, on ne sait pas vraiment où ni quand on est. Et à la limite on s'en moque un peu. Là n'est pas le propos.
Cette histoire, c'est avant tout un conte. Une histoire qui ne se comprend pas mais qui se ressent, qui se vit à l'intérieur. C'est une histoire dont la fin ne s'explique pas car chacun aura créé sa propre fin. C'est une aventure qui se vit plus qu'elle ne s'explique.
Et c'est avec beaucoup d'émotion que l'on tourne la dernière page, avec un silence, un pincement au coeur, un moment pour s'éclaircir les idées, relever la tête et comprendre où l'on est, comme au sortir d'un rêve.
Il est sans doute un peu plus délicat de s'attacher à Martin dont le personnage est volontiers provocateur. le plus dur étant de se faire à sa façon de s'exprimer. le mélange d'argot qu'il emploie rend la lecture malaisée, la compréhension parfois difficile. C'est sans doute le seul reproche qui puisse être fait à l'album dont chaque page est un petit bijou.
Le travail de Boiscommun, en couleurs directes, dans des teintes faisant écho à l'océan, transforme les cases en tableaux miniatures. Et les illustrations pleine page subliment le rendu général. Les tons bleu-gris, le ciel voilé, la brume, tous les éléments concourent à rendre l'ambiance marine dans l'ouvrage, pour un peu on entendrait le cri des mouettes et des sternes en lisant. Et cette odeur d'algue qui remonte lentement aux narines...
Un ouvrage fort, avec la sensibilité de Boiscommun sur l'enfance, l'abandon, les cauchemars et la mort. Et paradoxalement une célébration de la vie en contrepoint. Comme un va-et-vient. Comme un cycle de marée.
Et je ne peux finir sans reproduire la citation de George Bernard Shaw mise en exergue pour illuminer tout l'ouvrage :
Pour moi la vie n'est pas une petite flamme éphémère.
C'est un flambeau splendide que je dois brandir.
Je veux qu'il brille de mille feux avant de le transmettre aux générations futures.

Lien : http://www.biblioblog.fr/pos..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Livresse_des_Mots
  22 octobre 2013
« Lueur de nuit » de O. G. Boiscommun est une bande-dessinée dont l'histoire est plutôt agréable, mais vraiment trop brève pour être marquante. Ce qui me gêne dans le format bande-dessinée classique, c'est que c'est trop vite lu, trop vite digéré, je n'ai pas le temps de me plonger entièrement dans une ambiance, ni de m'attacher à des personnages. C'est la raison pour laquelle je privilégie les romans graphiques épais. Mais là j'ai souhaité faire une exception – qui n'en est d'ailleurs pas vraiment une, mais passons – pour découvrir ce one-shot au graphisme doux et envoûtant et à l'intrigue mystérieuse.
Bande-dessinée fantastique à destination des adultes et des enfants, elle entre dans le vif du sujet dès les premières cases et nous jette sans scrupule dans une tempête en mer écumeuse et dévastatrice, mise en valeur par un graphisme époustouflant employant une majorité de tons bleus nerveux et judicieusement nuancés. Pris au piège dans d'immenses vagues tumultueuses, nous assistons au naufrage d'un navire et à la mort des parents d'un petit garçon qui devient orphelin. Ces premières pages impressionnantes et majestueuses sont une vraie réussite, elles captivent d'emblée le lecteur et le pousse à poursuivre sa lecture afin d'en savoir plus. Qui sont ces gens ? Que font-ils en pleine mer lors d'une tempête ? Que va devenir le petit orphelin ?
Sans transition le récit se poursuit avec trois nouveaux personnages, trois jeunes gens hauts en couleurs qui utilisent un jargon déstabilisant mais auquel on s'habitue pourtant rapidement. Trois petits filous qui, en voulant fuir un policier, vont se réfugier dans une grande et étrange propriété, et ainsi se mettre dans un sale guêpier... le lien entre les deux intrigues n'est a priori pas apparent, mais au fur et à mesure de la lecture, les différents points obscurs s'éclaircissent et font sens...
Cette bande-dessinée offre une petite histoire surnaturelle plaisante, assez simple mais efficace. On passe un moment agréable à suivre les aventures haletantes de nos petits héros, on se vide la tête, et on se détend. Mais cette bande-dessinée très divertissante ne me laissera néanmoins pas un souvenir impérissable. le scénario est habilement servi par un graphisme doux, lumineux et onirique, lui-même plus marquant que l'intrigue.
Lien : http://www.livressedesmots.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Mirliton
  15 novembre 2013
Le scénario fantastique (et fantasmagorique) s'annonce intriguant et riche dès le début. Mais par la suite, la jonction avec le monde réel se fait avec difficulté. Je suis restée sur ma faim (et cherchant un "fin du tome 1" ou autre "à suivre" à la fin). Les dernière pages sont très intrigantes, suggèrent avec beaucoup de subtilité un univers surnaturel très riche, mais dont qu'on a juste contemplé du seuil, sans vraiment y entrer: c'est frustrant... le mystère épais qui clôt l'histoire en atténue la tristesse et la poésie.
Par contre, j'ai beaucoup aimé le dessin. le livre de Sam et le Livre de Jack m'avaient beaucoup plu pour le scénario, mais un peu gênée quant au dessin - à cause des personnages de trois-quart, qui pour un effet de perspective avaient systématiquement un oeil en fente et de travers. Ce n'est plus le cas ici, le dessin de Boiscommun a évolué, ce qui est très appréciable.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (5)
BullesEtOnomatopees   10 décembre 2013
Lueur de Nuit est une belle histoire, poétique, nostalgique et extraordinaire. Une sorte de rêve qui côtoierait le cauchemar, mais dont le réveil se révèle aussi salvateur qu’émouvant.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Bedeo   24 octobre 2013
On prend plaisir à se plonger dans cet univers qui sent bon l’écume et qui respire tout autant la tristesse. Traitant de sujets tels que la perte des parents, la solitude, la peur et l’inconnu, Boiscommun nous a livré une belle aventure qui saura se faire apprécier et nous faire rêver jusqu’à un dénouement peut-être un peu attendu malgré tout.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDGest   15 octobre 2013
L'artiste revient ici à ses fondamentaux, offrant un joli conte qui ravira celles et ceux qui aiment perdre pied et se laisser entraîner dans un univers merveilleux dont ils ne possèdent pas les clés.
Lire la critique sur le site : BDGest
BulledEncre   14 octobre 2013
Les dialogues, un certain parler de la rue, ont du charme et sonnent authentiques. Le découpage met vraiment l’action à l’honneur et les pages se tournent à une vitesse folle.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   07 octobre 2013
Avec Lueur de nuit, Olivier Boiscommun revient à son genre de prédilection et signe probablement l’un de ses plus beaux albums - en couleurs directes, qui plus est. Un récit fantastique, personnel et sensible, mettant en scène des enfants de la rue confrontés à leurs destins, leurs doutes et leurs angoisses.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
kanarmorkanarmor   21 avril 2014
[s'adressant aux "fantômes" de ses parents]
P'pa... M'man ! ... Je vous aime vous savez.
Et je vous aimerai toujours.
... Mais j'ai trouvé une amie et elle veut bien que j'aille avec elle, alors je ne suis plus seul maintenant !
Je ne vous oublierai jamais... Jamais.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Olivier G. Boiscommun (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier G. Boiscommun
Christophe Arleston vous présente les trois premiers titres de Drakoo, la maison d'édition de bandes dessinées dédiée aux genres de l'Imaginaire. Première partie : Danthrakon, la bande dessinée qu'il scénarise, dessinée par Olivier Boiscommun et colorisée par Claude Guth. Plus d'infos : bit.ly/DanthrakonBD
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3544 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre