AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782258129887
240 pages
Presses de la Cité (02/09/2015)
4.14/5   39 notes
Résumé :
Juin 2013. Par un bel après-midi d'été, Léa quitte la maison de ses parents avec un sac de voyage et toute l'assurance de ses seize ans. Un dernier texto : « Je pars à Paris, maman. Bisou, je t'aime. » Elle va rejoindre son amoureux, un jeune islamiste radical. Depuis des mois, elle est sous son emprise, prête à croire à toutes ses promesses. Certains signes auraient pu alerter Valérie. Sa fille changeait, mais les adolescents sont si versatiles... Un mois plus tard... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,14

sur 39 notes
5
9 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Lectrice-Lambda
  09 octobre 2015
« Embrigadée » est un témoignage, celui de Valérie DE BOISROLIN, sur le départ de sa fille Léa pour la Syrie. Sa fille fait partie de ces nombreux jeunes qui décident de partir faire le djihad ou d'épouser un djihadiste.
Pour Valérie et sa famille, tout est allé très vite. Sa fille de 16 ans va rencontrer sur un site de rencontre un jeune qui va peu à peu l'endoctriner, en quelques mois, à tel point qu'elle décidera de porter la burqa et même de partir dans un pays en guerre.
Seulement, ils ne se sont jamais rendu compte du changement radical de la jeune fille. Lorsqu'ils réalisent à quel point Léa s'est faite embobinée, il est trop tard : elle est déjà partie.
Depuis, cela fait deux ans que la jeune fille est en Syrie, avec le jeune homme qu'elle a rencontré sur le site de rencontre. Bien que le dialogue ne soit pas complètement rompu avec elle, de nombreuses questions subsistent, dont la plus importe : pourquoi ?
Pourquoi être partie dans un pays en guerre ? Pourquoi les avoir quittés ? Pourquoi ?
Un témoignage bouleversant et dur sur un fléau qui ne laisse personne de côté.
Avant d'avoir entamé ma lecture, j'avais lu une interview de Valérie sur un site internet et j'avoue avoir de suite été touchée par son histoire. Je m'étais jurée de lire son livre qui allait sortir, non pas pour connaître ce qu'elle a vécu, mais pour comprendre comment des jeunes peuvent du jour au lendemain changer radicalement, comment cela pouvait se passer.
C'est un thème dont on parle peu à peu, bien que ce fléau soit déjà bien présent. Ce n'est que maintenant que les médias commencent à nous parler de cette atroce réalité.
Dans « Embrigadée », Valérie commence son témoignage avant la fameuse rencontre qui va tout changer, pendant, ainsi que son combat qu'elle va mener après le départ de sa fille.
On suit l'évolution de la jeune fille qui est tout simplement normale. du haut de ses seize ans, elle est équilibrée, va à l'école, à des rêves et un amoureux. L'avenir semble lui sourire.
C'était sans compter l'amitié qu'elle va nouer avec ce jeune homme rencontré sur un site de rencontre. D'abord amis, ils vont peu à peu se rapprocher. Celui-ci en profite pour endoctriner Léa, à tel point qu'elle décide de se convertir à l'Islam, porter la burqa, fuguer et partir dans un pays en guerre, pour combattre elle aussi.
Et cette évolution est juste terrifiante. Comment imaginer qu'une jeune fille comme elle aurait pu se laisser avoir ?
J'avoue sans honte : ce livre m'a terrifiée. Cette réalité m'a estomaquée. J'ai eu du mal à dormir et à penser à autre chose après avoir refermé ce livre.
J'écris cette chronique deux jours après l'avoir terminé et je suis encore chamboulée.
Valérie réussit avec brio à nous transmettre toutes les émotions qu'elle a ressenties, que sa famille a ressenti, à chaque instant. On ne peut que s'identifier à eux et se dire : et si cela arrivait à ma soeur ? Et si cela arrivait à mon frère ? A mon petit-ami ? A ma meilleure amie ?
Son style d'écriture est très simple et ne passe pas par quatre chemins.
De ce fait, « Embrigadée » est un ouvrage que les jeunes et moins jeunes peuvent lire sans aucun problème. Je pense que cela était l'objectif de l'auteur. Effectivement, cet ouvrage est autant destiné aux parents, aux plus âgés, pour qu'ils puissent reconnaître les changements sur les plus jeunes, mais aussi se méfier de ce phénomène ; et il est également destiné aux adolescents et jeunes adultes, pour qu'ils puissent eux aussi de leurs côtés déjouer ces pièges car ils en sont la principale cible.
Pari réussi.
Seul petit bémol : le début du livre est un peu maladroit dans les explications car l'auteur va un peu trop vite dans les explications. Cependant, cela n'entache en rien la lecture du livre car cela ne touche que des petits éléments et anecdotes sans grande importance.

Aujourd'hui commence la diffusion à la télévision des publicités-témoignages que livrent quatre familles à ce sujet. Quatre familles différentes, dont les enfants sont partis en Syrie pour combattre sans le dire à leurs parents, dont certains sont morts.

En conclusion, « Embrigadée » est un témoignage poignant, choquant, sur une réalité qui l'est tout autant. Valérie DE BOISROLIN nous livre son histoire sans omettre le moindre détail, la moindre émotion. On ne peut qu'être touché par cette réalité que subissent énormément de familles à l'heure d'aujourd'hui.

Un livre à lire obligatoirement, par tous.
Lien : http://lectrice-lambda.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gabb
  21 octobre 2016
Ceci n'est pas une critique.
Enfin, pas une critique littéraire. Devant un tel témoignage, devant le drame épouvantable vécu par Valérie de Boisrolin et les siens, on ne peut que s'incliner et s'abstenir de porter le moindre jugement sur la qualité stylistique ou formelle de ce récit bouleversant.
Lea est une adolescente bien élevée et pleine de vie, comme on en rencontre dans tous les collèges de France, et rien ne la prédestine à l'inconcevable métamorphose qui plongera sa famille dans la chaos. Un jour elle fait la connaissance de B., un jeune mulsuman qui n'inspire guère confiance à ses parents. Très vite, le comportement de Lea change, elle renonce au maquillage, se fait distante, et finit par se radicaliser complètement. Ses parents, pourtant vigilants, font le maximum pour que Léa mette un terme à cette relation, mais Léa poursuit en cachette son effroyable mue, jusqu'à ce jour de juin où elle fugue avec B. pour se rendre en Syrie.
Sa famille est effondrée, et Valérie de Boisrolin va tout mettre en oeuvre pour essayer de récupérer sa fille.
Avec elle, le lecteur passe tous les sentiments : incompréhension d'abord (comment une jeune fille équilibrée et si proche des siens, peut-elle sombrer aussi vite dans le fanatisme ?), puis culpabilité et remise en question (quelles ont été les erreurs commises dans cette cellule familiale pourtant irréprochable ?), colère vis à vis de B., de Léa ou des services de l'Etat qui ont manifestement failli, angoisse insoutenable quant aux conditions de vie de Léa qui accouche dans un pays en guerre, espoir lorsque le dialogue reprend et que la jeune maman semble décidée à revenir en France, et enfin abattement quand nous réalisons que tout espoir est définitivement perdu...
Difficile, donc, de ressortir indemne de cette lecture, quand on réalise qu'aucun foyer, si aimant et si soudé soit-il, n'est à l'abri d'une telle catastrophe.
Le courage de l'auteur, qui met sa douloureuse expérience au service des autres familles touchées par le fléau de l'extrémisme religieux, est exemplaire, mais le constat d'impuissance qu'elle dresse fait froid dans le dos.
Malgré tout, son témoignage sobre et plein d'humanité est plus que jamais nécessaire, en ces temps pour le moins difficiles.
Avec la bataille de Mossoul qui s'est engagée récemment, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander si Léa était toujours sur place... Qu'est-il advenu d'elle ? de son fils ?
D'autres questions se posent à la lecture de ce récit, à commencer par la plus atroce d'entre elles, inscrite noir sur blanc dans le livre par Valérie de Boisrolin : "comment faire le deuil d'un enfant vivant ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CocoetYvette
  30 janvier 2017
Un témoignage poignant de Valérie, maman de Léa 16 ans 1/2.
Une famille normale avec des enfants normaux, un milieu équilibré sans problème.
Ce livre est effrayant car il nous montre que ce drame est susceptible d'arriver à n'importe qui, n'importe quand.
Léa est une ado équilibrée avec des copines, elle aime s'habiller à la mode, danser sur des chansons de Rihanna et un jour elle va rencontrer sur un forum, un jeune musulman et l'enfer va commencer pour cette famille.
Lorsque Valérie demande à le rencontrer, il ne la regarde pas dans les yeux. Il ne lui a pas serré la main. Puis il est venu chez eux et il ne parlait qu'au père de Léa. Il voulait se marier mais pour les parents lui c'était hors de question que Léa était bien trop jeune.
Ils lui ont dit qu'il fallait absolument arrêter cette relation avec lui. Elle a dit oui, mais il lui a acheté un autre téléphone pour qu'elle continue à le contacter sans que personne ne s'en rende compte.
Léa va fuguer une première fois et ses parents devoir aller la chercher au commissariat, et vont la retrouver en burqa, un choc énorme pour eux. Ils pensaient naïvement que de retrouver son petit cocon familial allait lui remettre "les idées en place", mais elle a fugue une seconde fois dans la nuit, et au bout quatre mois sur le territoire français, elle va partir en Syrie avec son copain.
Je ne vais pas tout vous raconter les espoirs et les désillusions de cette maman qui se bat avec courage pour tenter de faire revenir sa fille en France avec son petit-fils (oui entre temps Léa a eu un petit garçon).
Le départ de jeunes français pour la Syrie et leur embrigadement est un sujet hélas toujours très actuel.
J'ai moi aussi regretté que le contexte de la rencontre soit un peu survolé. Il aurait été intéressant de tenter de comprendre comment Léa a basculé.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Naevia
  23 janvier 2016
Ce livre est poignant !
Il se lit rapidement tellement le témoignage de cette maman dont la fille s'est laissée "embrigadée" par une cause qu'elle croit juste.
Au fil du livre, on sent que les choses vont aller de pire en pire.
On se rend compte que malheureusement il y a quelques années, les familles qui étaient touchées par le départ d'un fils ou d'une fille pour aller en Syrie n'avaient pas vraiment de soutient de la part de nos institutions...
Est ce qu'elles en ont plus maintenant ? Il faudrait le démontrer. Heureusement que des associations se sont créées, que des groupes de soutient permettent d'échanger.
Car malheureusement c'est un fléau qui peut toucher n'importe quelle famille.
Ce qui m'a beaucoup marqué dans ce livre c'est le lien fort qui existé entre la mère et la fille, ce lien leur permet de communiquer malgré cette distance.
C'est vraiment un livre que je recommande.
Commenter  J’apprécie          81
Sabrinaduhavre
  09 octobre 2015
Un témoignage fort qui aidera certainement d'autres parents dans le même cas et surtout un témoignage préventif que je conseille de lire à tous les parents mais aussi aux jeunes pour qu'ils prennent conscience de ce fléau et ne se laissent pas endoctriner, appâter par de belles paroles et de la poudre aux yeux.
Valérie de Boisrolin arrive à faire passer beaucoup d'émotions dans sa plume, son expérience ne peut que remuer les tripes surtout que je suis une maman d'une ado et que "ça n'arrive pas qu'aux autres".
L'histoire est celle de l'auteur, maman d'une jeune fille, Léa, 15 ans, sans histoire et fusionnelle avec sa mère.
Elle va s'amouracher d'un jeune homme B, musulman réservé et discret.
Les parents de Léa vont vite pressentir que B emmène leur fille sur la mauvaise pente et vont leur interdire de se revoir.
La jeune fille va changer du tout au tout, mener une double vie, puis fuguer et finir par prévenir ses parents qu'elle est en Syrie, pays en guerre.
Valérie de Boisrolin nous livre son histoire avec beaucoup de sincérité, de douleur et de bienveillance pour le lecteur, parents en souffrance... etc.
Ce qu'elle vit nous laisse plein d'effroi, on espère toujours une issu heureuse.
En tous cas, c'est une maman formidable avec sa fille et c'est une personne extra ordinaire qui fait tout pour aider les autres. Ses conseils, les signes annonciateurs qu'elle nous livre, la façon de réagir et de rebondir, ses efforts pour faire changer les choses sont précieux.
Je lui souhaite de tout coeur que sa fille lui revienne rapidement, qu'elle ouvre les yeux, enfin.
Je remercie Babelio et sa Masse Critique ainsi que les Editions Presse de la Cité pour ce témoignage très intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
fathigayfathigay   14 février 2022
Plus de 15 000 étrangers auraient rejoint la Syrie et l’Irak. L’Arabie saoudite et la Tunisie sont les premiers pays pourvoyeurs, avec environ 3 000 et 2 000 citoyens respectivement. Il y aurait environ 3 000 combattants étrangers issus de pays membres de l’Union européenne, parmi lesquels la France compte le plus grand nombre de départs : en cette fin d’année 2014, 1 200 jeunes Français ont rejoint des groupes djihadistes en Syrie et en Irak, dont une centaine de filles. Ils seraient près de 600 en Allemagne et au Royaume-Uni, et 450 en Belgique. En Autriche et au Danemark, environ 150 jeunes seraient partis pour le djihad. Même des pays aussi éloignés que le Canada et l’Australie sont affectés par le phénomène, avec respectivement 100 et 250 départs. Des chiffres estimatifs car certaines familles n’informent pas forcément les autorités de la fuite d’un proche. Par rapport au nombre d’habitants, la Belgique est le pays le plus touché avec 39,4 départs pour un million d’habitants. Dès les années 1970, l’Etat belge a accueilli sur son territoire des wahhabites, un courant ultra-traditionaliste de l’islam né en Arabie saoudite. Des cheiks ont financé la restauration d’un ancien édifice et, en échange, le gouvernement belge leur a donné un lieu de culte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fathigayfathigay   14 février 2022
Car tant de questions restent en suspens. Comment se fait-il que personne n’ait interpellé B. quand il était en France et que son adresse était connue ? Pourquoi la police n’a-t-elle pas récupéré ma fille quand elle était encore dans l’Hexagone ? Lorsqu’elle a été interpellée par hasard après sa première fuite, pourquoi la police ne s’est-elle pas préoccupée de questionner son compagnon ? Surtout, comment ma fille, mineure, a-t-elle pu passer la frontière sans problèmes alors qu’elle était recherchée ? Le fait qu’elle soit majeure depuis peu – elle a eu dix-huit ans au mois d’août – n’interdit pas la qualification de délit de « soustraction de mineure ». Notre plainte contre B. tient toujours. Cependant, Léa n’est plus recherchée pour « disparition inquiétante » – terme utilisé pour les mineurs – mais fait l’objet d’un simple « avis de recherche ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimo26mimo26   08 janvier 2018
Malgré mes pressentiments, et les rêves inquiétants qui me poursuivaient
depuis quelque temps, jamais je n’aurais pu imaginer que nous allions vivre un tel
cauchemar. Que nous allions être plongés dans une tourmente qui, évidemment,
affecterait également nos proches. Rien ne laissait présager ce qui s’est produit.
Notre histoire aurait pu arriver à n’importe qui. Nous sommes une famille
comme bien d’autres : des parents aimants, un frère aîné qu’elle aimait
beaucoup. Léa avait des camarades, des amis, elle n’a pas eu de problème
marquant dans sa scolarité. Nous habitons dans une banlieue tranquille. Ma fille
était une adolescente équilibrée. Aujourd’hui encore, les raisons qui l’ont poussée
à partir restent en grande partie une énigme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fathigayfathigay   14 février 2022
Je lui demande de se rendre à l’adresse de B., qui vit dans un quartier de petits immeubles uniformes. « Vous savez, il faut faire attention, dans cette localité, il y a des endroits très musulmans… » lâche-t-il, réticent. Il me parle de ce coin de banlieue comme si c’était une zone de non-droit. Quelques jours plus tard, il me raconte que deux femmes voilées s’y sont fait insulter ; l’ambiance est électrique, une intervention là-bas serait mal vue, il faut éviter d’attiser la tension. J’ai beau appeler jour après jour, la police ne lèvera pas le petit doigt. J’en conclus qu’elle ne fait pas son travail. Elle sait où vit ma fille – une adolescente mineure et recherchée ! – mais elle ne se déplace pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LoveBooks295LoveBooks295   16 octobre 2016
Maman, je vais vous faire du mal mais je vous dois la vérité : je suis partie à l'étranger, dans un pays en guerre.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : jihadVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
237 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre