AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

François Warzala (Autre)Gilles Berton (Traducteur)
EAN : 9791037504678
129 pages
Les Arènes (18/11/2021)
3.93/5   30 notes
Résumé :
Berlin, 1936. Alors que les nazis règnent en maître sur l'Allemagne, un détective pas comme les autres enquête sur d'étranges disparitions. La capitale, Berlin, est en ébullition et se prépare à recevoir les Jeux olympiques d'été. Une série d'inquiétantes disparitions risque de gâcher la fête.
Lorsque la fille du magnat de l'acier Hermann Six est assassinée, son père embauche l'inspecteur Bernard Gunther, ancien brillant membre de la police allemande tombé e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 30 notes
5
4 avis
4
10 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

palamede
  01 décembre 2021
Durant l'été 1936, alors que Berlin se prépare à accueillir les jeux olympiques en vidant les rues des marques les plus antisémites du régime nazi, l'ancien commissaire de la Kripo devenu détective privé, Bernie Gunther, est chargé par un riche industriel d'élucider les meurtres de sa fille et de son gendre, un SS de la pire espèce. Une enquête qu'il mène avec son flegme sarcastique habituel, salutaire face à ceux qu'il doit affronter pour s'acquitter de sa mission, à savoir Göring, les hommes de la Gestapo et de la mafia berlinoise, mais aussi les policiers véreux de la ville...
On ne peut que saluer la qualité de cet album, le premier d'une série de trois, qui met en dessins La trilogie berlinoise dans laquelle l'écrivain écossais Philippe Kerr donne une idée précise du climat de haine et de dangerosité de la ville institué par les nazis. Quelque peu allégée par l'humour et la bonne humeur de l'anti héros Bernie Gunther, une ambiance délétère parfaitement restituée par les dessins ligne claire de François Warzala et les textes efficaces du scénariste Pierre Boisserie. Une vraie réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          670
saigneurdeguerre
  11 décembre 2021
Berlin 1936.
Cela s'agite beaucoup dans la ville de Berlin… Les jeux olympiques approchent. Les SA vont même jusqu'à enlever les panneaux qui stigmatisent les juifs ! C'est-y pas beau, ça ? Mais… Tout le monde ou presque devient nazi… Pas Bernie Gunther qui a quitté ses fonctions de policier à la Criminelle, persuadé que s'il ne s'en allait pas de lui-même, les nazis le mettraient à la porte à grands coups de bottes au cul (oui, mais des bottes bien cirées, tout de même).
Le voilà donc détective privé. Après une soirée de mariage bien arrosée, en sortant de la salle des fêtes, il est invité à rencontrer un avocat qui le conduit chez un monsieur fort riche, Herr Doktor Hermann Six. La fille de ce dernier et son beau-fils sont morts brûlés dans leur maison. Ce n'est pas seulement l'assassin que doit retrouver notre brave inspecteur… Il y a aussi des bijoux de très grande valeur qui ont disparu…
Critique :
J'avais adoré la trilogie berlinoise de Philip Kerr… Alors, la retrouver en BD… Est-ce une bonne ou une mauvaise surprise ? Levons tout de suite le voile pudique sur cette angoissante question ! le choix des auteurs pour un dessin ligne claire nous replonge des décennies en arrière quand ce style était omniprésent dans la bande dessinée franco-belge… Et c'est une magnifique réussite car cela contribue à nous ramener en 1936. Les couleurs dans les tons bruns ou beiges majoritaires participent pleinement à cette ambiance rétro. Les rares couleurs plus vive étant strictement réservées aux robes des jolies femmes.
Quant au scénario, il met parfaitement en place la manière d'enquêter d'un Bernie Gunther, personnage sarcastique qui ne se fait plus guère d'illusions sur le genre humain, légèrement alcoolique, dragueur impénitent, antinazi à une époque où il ne faisait vraiment pas bon l'être. Un homme qui n'a aucune antipathie envers les juifs, sentiment très en vogue à l'époque du petit Adolf… Mais rien pour non plus ! Il se fait que les juifs disparaissent à son époque et que l'essentiel de sa clientèle lui demandant de retrouver ses disparus, ils constituent l'essentiel de son gagne-pain. Hélas, le plus souvent, il n'a que des mauvaises nouvelles à annoncer… Aujourd'hui, nous savons bien pourquoi.
Lorsqu'il démarre son enquête pour Herr Doktor Six, Bernie se rend vite compte que le gendre idéal était un nazillon plus que convaincu, un fanatique, que les disputes étaient KOLOSSALES entre Herr Six et son gendre, que la femme de celui-ci était devenue alcoolique et ne semblait jamais aussi heureuse que lorsque son mari était absent. Ajoutons que le gendre « idéal » avait dans sa poche des boucles d'oreille qui n'appartenaient pas à sa femme.
Qu'ajouter de plus sinon que les fans de l'oeuvre de Philip Kerr ne devraient guère être déçus par cette adaptation que je trouve géniale… Mais vous avez encore le droit de ne pas partager cette opinion… Pour l'instant… Profitez-en… Il se pourrait que cela ne dure plus très longtemps…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          345
paroles
  21 décembre 2021
Berlin 1936.
L'heure est aux disparitions. Si on veut continuer à vivre, mieux vaut faire profil bas et adhérer aux consignes imposées par le National-socialisme. Ne pas poser de question et accepter brimades et contradictions.
Cependant quand on est un riche industriel et qu'on voit poindre une guerre qui serait potentiellement source de lourds profits, on a bien du mal à se plier aux règles. C'est pourquoi quand la fille du roi de l'acier est assassinée, son père décide d'engager un enquêteur privé, le célèbre Bernie Gunther, pour comprendre le pourquoi du comment.
Un enquêteur privé au caractère bien forgé, à l'humour cynique, peu enclin à se laisser brimer par une quelconque autorité et se méfiant de tous.
Bien sûr ce type de personnage m'a fait immanquablement penser à Philip Marlowe (de Raymond Chandler) dont j'ai lu une de ses enquêtes il y a quelques mois. On pourrait lui mettre le même costume, il lui irait comme un gant. Même costume et même profil aussi d'ailleurs.
Mais ce qui change ici, c'est le contexte dans lequel s'est inscrite l'enquête : l'Allemagne nazie. On y découvre les conditions de vie des Berlinois, les restrictions imposées aux Juifs, mais aussi aux habitants et en particulier aux femmes et aux homosexuels. On y découvre aussi la délation et la résignation,
« Si vous n'êtes pas avec eux, vous êtes contre eux. »
Côté scénario, n'ayant pas lu le roman de Philip Kerr, je ne saurai dire s'il est fidèle ou non au roman graphique. Ce que je peux dire cependant, c'est que j'ai dû m'accrocher pour bien cerner les nombreux personnages qui entrent en scène. Mais je rassure les futurs lecteurs, cette petite gymnastique de l'esprit porte ses fruits.
Pour le dessin, j'ai beaucoup aimé la simplicité des décors et personnages, très réalistes et classiques. Et bien apprécié aussi la visite de Berlin à travers les dessins proposés par François Warzala.
Je suis ravie de cette lecture qui me tentait depuis bien longtemps. Il me reste à la poursuivre avec les deux tomes suivants...
Et pour l'instant, je remercie Babelio et les éditions Arènes BD de m'avoir mis le pied à l'étrier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          356
sylvaine
  08 janvier 2022
L'été de cristal de Philip Kerrr est un livre que j'ai à l'époque,1995, dévoré, lu et relu, offert sans compter. Quand j'ai vu que ce roman " historico-policier" était adapté en BD je n'ai eu qu'une envie: pouvoir découvrir la version graphique.La masse critique graphique m' en a donné la possibilité Merci donc aux éditions Dargaud et à Babelio pour ce cadeau .
Ce n'est pas sans une certaine appréhension que j'ai ouvert ce livre. Allais-je retrouver Bernie Gunther tel que je l'imaginais? Au final j'ai apprécié ma lecture.
Pierre Boisserie a tiré du roman un scénario aussi fidèle que possible, François Warzala le dessinateur et Marie Galopinla coloriste ont su créer l'univers visuel.de l'année 1936 à Berlin. le défi était de taille ils ont su le relever.
Cette version graphique est une aubaine, pour celui qui connait peu ou mal cette période sombre de l'Histoire l'opportunité d'en apprendre plus et pour celui qui la connait bien une piqûre de rappel salutaire.
Tiens si je relisais le roman de P Kerr? Une idée à creuser...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
gabb
  24 décembre 2021
Il y a quelques années, j'ai lu l'Été de cristal.
Étais-je alors distrait, fatigué, accaparé par une autre lecture ? Je ne sais plus... Toujours est-il que ce premier tome de la célèbre trilogie berlinoise ne m'a laissé qu'un souvenir vague, confus, celui d'un roman plaisant mais pas non plus inoubliable. Seul Bernie Gunther (le détective de choc emblématique de l'oeuvre de Philip Kerr), son caractère bien trempé - teinté parfois, il faut bien l'admettre, d'une certains suffisance... - et son sens de la répartie m'étaient à peu près resté en mémoire.
Pour ce qui est de son enquête en revanche, aux péripéties nombreuses et aux ramifications multiples, j'avoue que j'étais un peu passé à côté.
Aussi quand j'ai appris la parution de cette adaptation BD, je me suis dit qu'un roman noir si unanimement plébiscité méritait bien une seconde chance, et que cette version illustrée me permettrait peut-être de mieux comprendre le succès de la saga.
De ce point de vue, la mission est accomplie ! Alors que le roman m'avait semblé plutôt quelconque, les dessins en ligne claire de François Warzala et le texte incisif et percutant de Pierre Boisserie m'ont ouvert une nouvelle porte d'accès à ce classique du polar, qui prend pour cadre Berlin et l'Allemagne nazie de l'entre-deux-guerres.
Bernie Gunther, le privé spécialisé dans la recherche des personnes disparues, à fort à faire dans les méandres de la capitale allemande, où partout flottent des oriflammes ornés de croix gammées et où les éliminations soudaines et les disparitions inexpliquées sont légion.
C'est bien cette atmosphère sombre et pesante, propice aux magouilles en tous genres entre les riches industriels, les différents hommes de pouvoir et les divers départements des polices d'État, qui fait tout le sel cette histoire à tiroirs !
La restitution haute en couleurs du contexte politique m'a finalement bien plus intéressé que l'intrigue elle-même, soigneusement emberlificotée, truffée de rebondissements et de noms propres germaniques à rallonge qui auront tôt fait d'embrouiller un peu plus le lecteur peu familier avec la langue de Goethe...
De la même manière que l'ambiance prime sur l'enquête, ce sont bien les décors, automobiles, immeubles et boulevards, qui ont retenu mon attention, plus encore que les personnages aux traits plutôt grossiers et dont les mines pareillement patibulaires ne m'ont pas aidé à bien les identifier. Heureusement leurs dialogues font souvent mouche, et même si Bernie Gunther m'est à nouveau paru assez antipathique, un peu arrogant, très sûr de lui et vaguement machiste, l'ensemble reste très réussi !
Pour ne rien gâter l'ouvrage est très beau : la qualité du papier et de l'impression, ainsi que la reliure toilée de rouge, contribuent pleinement au plaisir de lecture.
Voilà finalement un bien joli cadeau des éditions 'Les Arènes' et de Babelio (grand merci à vous !) qui va peut-être m'inciter à découvrir plus avant l'oeuvre originale de Philip Kerr ... en attendant la sortie du tome II !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170


critiques presse (5)
LeFigaro   13 janvier 2022
Une adaptation très réussie.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
ActuaBD   10 janvier 2022
Parfaitement structuré, avec des dialogues qui font mouche, le roman original de Philip Kerr se prête particulièrement bien à une adaptation dessinée, qui est effectuée ici avec beaucoup de fidélité par Pierre Boisserie au scénario.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LigneClaire   09 janvier 2022
Un lecteur assidu de Kerr va se retrouver sans souci dans cette Trilogie en BD. Voix off de Bernie, soucis du détail, respect du texte, puzzle qui se met en place en finesse, rebondissements, ambiances dignes de M le maudit, on aurait bien vu un Bogart dans le rôle de Kerr, ce que suggère un peu le crayon de Warzala.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Sceneario   17 novembre 2021
La narration est parfaite. Les dialogues sonnent justes. Ce premier tome est un portrait étonnant et incroyable de Berlin, en ces périodes troublées de l'ère nazie. Il faut, de plus, saluer l'excellent travail du dessinateur François Warzala, qui nous plonge dans ce Berlin de 1936 avec un réalisme saisissant. […] Cette lecture est fortement recommandée !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Sceneario   15 novembre 2021
Le travail de Boisserie est remarquable et s'inscrit dans la lignée de ce qu'a voulu faire Kerr. Le scénariste respecte les codes de ces ouvrages. Il respecte le personnage principal. Il suit parfaitement la chronologie de l'ouvrage. Les amateurs s'y retrouveront. Même si vous connaissez l'intrigue, il parvient à vous happer dans ce suspense et ne vous lâche plus avant la dernière page.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   29 novembre 2021
Pourquoi aurais-je peur quand un type de la Gestapo frappe à ma porte au milieu de la nuit et me demande si je ne veux pas faire un tour dans sa grosse voiture noire ?
Commenter  J’apprécie          270
LouloureadLoulouread   10 mars 2022
-Ça donne soif les mariages, n’est-ce pas, Herr Gunther? Ma fille fait une bien belle mariée, vous ne trouvez pas?
-J’aurais dû de l’épouser moi-même, j’aurais ainsi gardé ma secrétaire.
-Je crains que le gouvernement n’estime qu’une femme ne peut faire qu’un travail : celui qui dure neuf mois.
Commenter  J’apprécie          50
LouloureadLoulouread   13 mars 2022
Jesse Owens, après un départ foudroyant, se détacha nettement dans les premiers trente mètres.
À voir avec quelle grâce le Noir accélérait, ridiculisant du même coup toutes les théories foireuses sur la supériorité aryenne, je me dis qu’Owen n’était rien d’autre qu’un Homme.
Commenter  J’apprécie          50
parolesparoles   21 décembre 2021
Derrière mon bureau se trouvait l’Alex, le quartier général de la police, où l’on déployait de vaillants efforts pour enrayer la nouvelle criminalité... Telle que parler irrespectueusement du Führer, omettre le salut hitlérien ou se livrer à l’homosexualité...
Commenter  J’apprécie          40
sevm57sevm57   23 décembre 2021
L'appartement était de la taille d'un modeste aéroport, le luxe en plus, décoré avec autant de goût que celui d'un nain de cirque turc.
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Pierre Boisserie (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Boisserie
le Banquier du Reich T1 de Pierre Boisserie, Philippe Guillaume aux éditions Glénat https://www.lagriffenoire.com/1034688-achat-bd-le-banquier-du-reich---tome-01.html • le Banquier du Reich T2 - de Pierre Boisserie, Philippe Guillaume aux éditions Glénat https://www.lagriffenoire.com/1054342-achat-bd-le-banquier-du-reich-t2.html
• Vos libraires de @lagriffenoire vous font livrer vos précieux livres à travers toutes la France ! Rendez-vous dans notre librairie en ligne les ami(e)s www.lagriffenoire.com • Votre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Info : Les livres commandés hors stock librairie, seront livrés dans un délai d'environ 10 jours selon la maison d'édition. • Nous vous remercions pour votre confiance inestimable envers les librairies que vous soutenez, @Jean-Edgar Casel & @Gérard Collard • • • #lagriffenoire #lagriffenoirejeunesse #lagriffenoirebd #librairies #conseillecture #librairiesuniesCovid2020 #lapetitelibrairie #editionsglenat
+ Lire la suite
autres livres classés : berlinVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4361 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre