AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702158897
Éditeur : Calmann-Lévy (08/03/2017)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 44 notes)
Résumé :
« Gatsby le magnifique rencontre Donna Tartt. »
Philipp Meyer, auteur du Fils.

Orient, petite ville idyllique à la pointe de Long Island, est un lieu privilégié où le temps semble s’être arrêté. L’été, au grand dam des locaux, elle est néanmoins envahie de New-Yorkais fortunés, des artistes pour la plupart. Paul, un architecte quinquagénaire, y possède une superbe maison de famille, or l’été touchant à sa fin, il décide d’y accueillir un jeune ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Verdure35
  23 avril 2018
Ce livre est un lourd pavé de 650p, ce n'est pas le plus pratique à transporter, et pourtant il a tout du livre de détente, un peu policier . C4est surtout un balayage de l'Amérique actuelle, y sont passés en revue les défauts d'une Amérique encore puritaine dans certains endroits( à 20kms de Manhattan par exemple), la peur de l'autre, et ce que j'ai surtout trouvé croquignolet, c'est la critique finement décrite de l'Art contemporain. Payer des millions de dollars pour des déchets merdiques, fussent ils concrets est un placement pris au sérieux par des acheteurs, ce qu'en pensent les créateurs est délectable.
Bref, sur Long Island, jalousement gardée intacte( c'est à dire sans apport d'eau potable par des canalisations) par des propriétaires descendants des premiers paysans de l'île, reviennent s'installer certains enfants devenus adultes, ayant réussi plus ou moins à être artistes reconnus à N Y. .L'un d'eux devenu architecte renommé, revient un jour avec un jeune inconnu que suit une réputation peu flatteuse .
Puis s'accumulent des meurtres, la communauté accuse implicitement le nouveau venu, seule une jeune femme résidente qui cherche aussi un second souffle artistique prend sa défense.
Evidemment le ou les assassins se définiront dans les dernières pages, même si dans les toutes premières beaucoup de choses étaient dites.
La lecture en est agréable même si avec 400p, l'auteur pouvait ne rien esquiver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Anaid07
  18 septembre 2017
Très beau roman !
Néanmoins quelques longueurs dans l'intrigue policière.
De plus j'ai deviné assez vite, tant pis pour moi !
L'intérêt de ce livre ne tient que peu dans la traque du où des coupables.
J'y ai vu une complexe analyse des rapports humains, de la quête du père, de la peur de l'autre. Même si l'autre est l'enfant à venir, l'étranger, le marginal, l'homosexuel, l'artiste. Condensé d'une société Trump qui ne voit que le mal là où il n'y a qu'une différence.
La différence enrichie, elle ne mène pas à l'élimination.
Belle analyse également de la création artistique, de la manière dont elle broie tout sur son passage, au prix de la beauté ou de l'argent ....
Vendre son âme au diable à un prix.
C'est une fresque effrayante d'un microcosme dangereux ou "l'autre " n'à pas sa place.
S'identifier aux divers personnages est si facile et réaliste qu'on peut se dire que ça pourrait nous arriver.
Superbe !
Commenter  J’apprécie          112
MarcelVayre
  18 juin 2017
Un étrange et beau voyage littéraire au bout de Long Island qui s'ouvre sur une description géographique plutôt bluffante:
"C'est ainsi que je découvris, Long Island : sur une carte routière, moi à l'avant de la voiture de Paul Benchley, toi pareil à un corps de femme flottant dans la baie de New York. Je m'étonne encore d'être le seul à voir un corps féminin dans la forme de cet appendice terrestre étiré le long du littoral - les jambes formées par la fourche des deux plages qui s'échappent chacune d'un côté, les hanches et la poitrine dessinées par les anses rocailleuses des parcs à huîtres, le crâne éclaté entre différents quartiers de New York.”
Voila, ça commence comme ça, Paul au volant, et sur le siège passager, Mills, un jeune homme de l'assistance que Paul a pris sous son aile. Ils vont à Orient, petite ville de 700 âmes au bout de Long Island. Elle est présentée comme une bourgade du bout du monde prisée par les artistes new-yorkais, lorgnée par les promoteurs et jalousement gardée par les propriétaires historiques montés en comité. Un comité qui paraît aussi net que le centre d'expérimentation situé sur l'île d'en face, que l'on accuse de se livrer à d'étranges expériences sur les animaux. Régulièrement, on retrouve des spécimens échoués sur les plages d'Orient, des êtres hybrides et difformes, qui font monter la tension des habitants. Ambiance, donc. Ambiance encore lorsqu'on commencera à compter les morts parmi les habitants. Un huis clos bien tendu qui n'attend qu'une allumette. Mills, adolescent un peu chétif, arrivé sur Orient juste avant les meurtres, a déjà tout du coupable idéal. Le costume lui va très bien. Malgré quelques longueurs, l'enquête et la quête de Mills, tissée d'amitiés, d'indices et de faux semblant, est vraiment prenante. le huis clos décuple sans doute ce sentiment d'oppression. Enfin, la composition de ce polar, la façon dont l'enquête est construite, m'a semblé agréablement désuet. Il doit y avoir un mot pour ça. Classique, peut être. En attendant, ce livre vaut largement le détour !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
morin
  28 juin 2017
Paul, architecte new-yorkais trouve sur le palier de son appartement un jeune fugueur, Mills. Il le recueille et décide de l'amener avec lui en vacances à Orient, bourgade située à la pointe de nord de Long Island dans sa résidence secondaire. Ils arrivent le jour du pique-nique organisé par Pam. Pour cette dernière une évidence, le jeune homme ne peut être qu'un délinquant, un drogué : c'est un étranger !
Le travail de Mills sera d'aider Paul à vider et nettoyer sa résidence. Il se liera avec Beth, la voisine de Paul. Beth est mariée avec Gavril, artiste d'origine roumaine.
Peu de temps après l'arrivée du jeune Mills, un résident est retrouvé noyé, une vielle femme morte auprès de ses abeilles, un incendie aux origines suspects cause des victimes et la destruction d'une maison...
Pour les résidents de la bourgade, un coupable désigné d'office : l'étranger. Avec l'aide de Mills Beth enquêtera pour trouver le ou les coupables et innocenter son jeune ami.
Si le sujet principal de ce roman de 650 pages est Mills, d'autres sujets, personnes ou événements traversent l'ouvrage : découverte de corps d'animaux monstrueux, les petits secrets des résidents, le mari de Pam et ses maîtresses, la présence de leur fille sur l'île alors qu'elle est censée être à l'université, l'accident de Paul après le décès de sa mère, la grossesse de Beth, quelles femmes sont Luzz, Sarakit ? le rôle d'Adam Pruitt...

C'est à la suite d'une critique dans Lire (n°455) que j'ai acheté ce livre "petits meurtres dans la baie, plus qu'un page-turner, une brillante étude de moeurs". Je suis désolée car je n'ai trouvé le côté page-turner qu' aux environs des 100 dernières pages. Si je me suis parfois ennuyée au cours de cette lecture, j'ai apprécié le dénouement.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Carolivra
  11 août 2018
Long Island est un sacré pavé auquel je me suis attaquée consciencieusement. Dans la même veine que les romans de Joël Dicker, Christopher Bollen nous plonge à Orient, charmante petite bourgade de la côte est des États-Unis, à une heure de route à peine de New-York.
On y découvre Mills, jeune homme perdu, orphelin, drogué, recueilli par Paul qui l'emmène à Orient pour l'éloigner de New-York et de ses tentations. En échange, Mills devra s'acquitter de menus travaux dans la vieille maison de Paul. Mais l'arrivée à Orient se fait remarquer. On y tolère déjà tout juste les résidents saisonniers; on n'y supporte pas la présence de Mills, cet étranger qui risque de corrompre la communauté comme s'il traînait dans son sillage tous les péchés du monde. Et puis, il y a ce premier mort: l'homme à tout faire d'Orient, Jeff Trader, est retrouvé noyé. Accident ou meurtre? Beth, la voisine de Paul, va mener l'enquête avec Mills tandis que les morts s'enchaînent.
Ce roman de 760 pages vous plongera donc au coeur d'Orient, cette parfaite petite bourgade où tout le monde vit en harmonie, où tous se connaissent jusqu'à ce qu'un élément extérieur vienne perturber ce bel équilibre. Christopher Bollen prend son temps pour immerger le lecteur au sein d'une petite communauté. On comprend vite les rancoeurs, les jalousies, les tromperies que cachent les belles façades des maisons anciennes. le lecteur pénètre dans l'intimité de cette micro-communauté et observe les travers des personnages.
Et puis tout s'emballe. Les morts se collectionnent comme les timbres-poste. Tout porte à croire que ce Mills, cet étranger, est porteur de tous les problèmes. On tombe doucement dans le thriller, sans vraiment s'en rendre compte. L'auteur parvient à nous instiller une dose de suspens incroyable car, oui, on veut savoir qui est derrière tout ça! Mills ou pas Mills? J'ai dévoré la deuxième moitié du roman qui m'a passionnée.
Long Island est le genre de bon gros pavé idéal pour les vacances, histoire que vous ne quittiez pas d'un poil votre serviette sur la plage!
Lien : https://carolivre.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
morinmorin   30 juin 2017
Paul était perché au bord du canapé, son genou gauche parcouru d'un tressautement nerveux. Les deux policiers avaient déplacé ses fauteuils modernistes en un cercle convivial. Le premier était en civil, le second en uniforme. Mills entra à pas feutrés dans le petit salon en affichant son expression la plus innocente. Paul se releva à moitié en le voyant et fit un geste vers lui.
page 378
Commenter  J’apprécie          40
alapagedesuziealapagedesuzie   04 avril 2017
Si j'étais resté à New York, j'aurais sans doute commis toutes sortes de délits indicibles. Au lieu de cela, je suis venu à Orient pour en repartir deux mois plus tard, coupable du seul crime d'avoir recherché mon propre salut. que pourrais-je bien vous dire d'autre que vous ne croirez pas? Que j'ai vu le visage du tueur, la nuit de mon départ? C'est la vérité, pourtant. J'ai allumé un signal de détresse dans la pénombre et reconnu une personne aux traits si communs que quiconque pourrait la croiser dans la rue sans sourciller. Voire lui dire bonjour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FLaureVerneuilFLaureVerneuil   25 septembre 2017
Tuer le temps était tout un art, et Beth était devenue une meurtrière experte.
L'art n'est peut-être qu'un regard différent porté sur ce qui nous entoure, dit-il. Il n'est peut-être pas censé répondre à nos interrogations.
Son rouge à lèvres lui biffait le visage comme des feux stop d’une voiture derrière un pare-brise humide. 
L'océan tente d'engloutir le bateau, le feu cherche à dévorer le bois, l'esprit s'attache au regret et le silence définit un paysage mieux que le son - vérités que tout cela.
La fascination et le dégoût de la richesse étaient deux réactions aussi étroitement liées que le désir et la haine par rapport au sexe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Anaid07Anaid07   18 septembre 2017
Une famille ne se gravait pas de force dans l'acier.Il fallait creuser un trouver dans l'âme ou le coeur de l'autre et le remplir peu à peu de soi même.
Commenter  J’apprécie          70
Verdure35Verdure35   23 avril 2018
Mais il avait le sentiment de découvrir la routine secrète de la vie d'adulte, sorte de compromis permanent entre le temps et l'espace.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Christopher Bollen (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christopher Bollen
Lors de la neuvième édition de Saint-Maur en Poche, les journalistes Jacqueline Pétroz et David Medioni recevaient l'auteur américain Christopher Bollen. L'occasion d'en savoir plus sur ses ouvrages...
Manhattan People de Christopher Bollen aux éditions Points
Joseph voulait devenir acteur, il tourne dans des spots publicitaires. Il a une femme un peu par obligation, un meilleur ami jaloux, et un secret qui le ronge : tous les hommes de sa famille sont morts à 34 ans. Alors que son propre anniversaire approche, Joseph rencontre une mystérieuse veuve. Elle insiste pour qu'il joue le rôle de son mari assassiné. Va-t-il enfin réaliser son rêve américain ?

Né en 1975, Christopher Bollen est rédacteur en chef de la mythique revue Interview fondée par Andy Warhol. Il est également critique littéraire. Manhattan People est son premier roman.
9782757861707
Long Island de Christopher Bollen aux éditions Calmann-Lévy
"Gatsby le magnifique rencontre Donna Tartt". Philipp Meyer, auteur du Fils. Orient, petite ville idyllique à la pointe de Long Island, est un lieu privilégié où le temps semble s'être arrêté. L'été, au grand dam des locaux, elle est néanmoins envahie de New-Yorkais fortunés, des artistes pour la plupart. Paul, un architecte quinquagénaire, y possède une superbe maison de famille, or l'été touchant à sa fin, il décide d'y accueillir un jeune homme turbulent, un certain Mills, orphelin en fugue au passé trouble pour qui Paul s'est pris d'affection. C'est alors que des événements curieux viennent rompre la sérénité habituelle d'Orient : le corps d'un résident est retrouvé dans la baie, puis le cadavre d'une créature animale difforme. Dans ce huis clos inquiétant, cette carte postale où tout le monde se connaît et s'épie, tous les regards se braquent aussitôt sur le seul "outsider" : Mills. Alors que d'autres morts suspectes secouent le hameau, déclenchant la psychose dans leur sillage, Beth, une autochtone de retour après quelques années à Manhattan, demande son aide à Mills pour tenter de découvrir la vérité avant que tous les habitants ne fasse de l'adolescent le coupable idéal. Entre rivalités des classes, relations paternelles ratées, vision désenchantée de Manhattan en miroir, Long Island prend la forme d'une aventure estivale tragique dans la veine de Patricia Highsmith. Une lecture à la tension folle dans un lieu isolé de tout.
9782702158890
Vous pouvez commander Manhattan People et Long Island sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : thriller sociologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..