AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782813225856
577 pages
Les éditions Trédaniel (14/10/2021)
3.4/5   100 notes
Résumé :
Préface de Robert w.wilson - Prix Nobel de Physique.

Trois ans de travail avec plus de vingt scientifiques et de spécialistes de haut niveau :
voici révélées les preuves modernes de l'existence de Dieu.


Pendant près de quatre siècles, de Copernic à Freud en passant par Galilée et Darwin, les découvertes scientifiques se sont accumulées de façon spectaculaire, donnant l'impression qu'il était possible d'expliquer l'Univers... >Voir plus
Que lire après Dieu : La science - Les preuves - L'aube d'une révolution Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,4

sur 100 notes
5
6 avis
4
6 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
5 avis
Titre ambitieux que ce Dieu : La science-Les preuves -L'aube d'une révolution de Michel-Yves Bolloré et Olivier Bonnassies. le contenu ne l'est pas moins, puisque les auteurs tentent de démontrer que Dieu existe, tout du moins, un être spirituel supérieur doué d'une intelligence dans la première partie ; elle s'attache à aborder les grandes découvertes scientifiques du siècle précédent et à conclure que, ce qui précède le Big Bang, la fin annoncée de l'Univers, son fonctionnement actuel, l'apparition d'une forme de vie unicellulaire si complexe ne peut s'expliquer que par l'existence de ce que les hommes nomment Dieu. Des citations de savants célèbrent appuient leur argumentation. Puis, ils en viennent au Dieu chrétien, celui de la Bible, de la philosophie, des chapitres où c'est le raisonnement logique et l'interprétation personnelle qui l'emportent sur la preuve. Les explications fournies leur semblent irréfragables. Ils finissent par le récit du miracle de Fatima. Autant, le début parait scientifique autant la fin résonne plus comme un plaidoyer judéo-chrétien. Quoi qu'il en soit, au vu de l'étendue de notre ignorance s'agissant d'un Univers composé majoritairement d'une matière et d'une énergie noire qu'on ne sait expliquer, il conviendrait d'être prudent avant d'affirmer que les dernières découvertes prouvent quelque chose. Ce qui est certain, c'est que le futur amènera des réponses supplémentaires, que des voiles vont se lever....La partie messianique et biblique est très orientée et les interprétations n'engagent que les auteurs. D'autres auteurs pourraient sûrement démontrer le contraire à partir d'un texte dont l'exégèse a toujours créé le débat. Personnellement, je ne suis pas sur que la foi a besoin de ce genre de livre pour naître, se confirmer ou se renforcer . La mienne est intuitive, basée sur mon parcours de vie et les expériences vécues; elle me laisse penser qu'il y a autre chose que la seule matière, sans que je me risque à affirmer ce que c'est.
Commenter  J’apprécie          607
Tout d'abord, je tiens à préciser que mon site internet - est cité dans ce livre à la page 364 - note 446 - sans que les auteurs aient eu la décence de me demander l'autorisation de copie et en expurgeant toute la démonstration prouvant que les auteurs vétérotestamentaires croyaient en une terre plate et un ciel solide.
Il n'y a bien entendu aucune réfutation de l'analyse historique et philologique mais simplement de l'insulte de la part des auteurs en traitant mes arguments de ridicules sans réussir à prouver le contraire.
La lecture du livre dans son ensemble révèle une malhonnêteté intellectuelle tout au long de sa rédaction et une réutilisation des arguments des fondamentalistes chrétiens américains qui ne retiennent que les arguments qui les arrange en occultant les preuves contraires. Les citations tronquées de scientifiques évolutionnistes pleuvent, l'appel à l'autorité de pseudo-scientifiques dont les travaux ont été réfutés (ex: Denton, Behe) sont légions, le tout dans un maelström de syllogismes et paralogismes qu'un individu instruit détectera sans problème. (On est au niveau du nez créé pour porter les lunettes selon Pangloss et L Univers créé pour les humains du conte de Micromégas)
Leur ignorance de la Bible est pitoyable. Par exemple, page 343, les auteurs expliquent que les Hébreux ne croyaient pas que la nature contenait des divinités. Il semble que les auteurs n'aient jamais réellement lu l'Ancien Testament. Ils auraient découvert que les buissons, les ânes et les serpents parlent. Leur lecture de la Bible est celle d'un catholique du 19e siècle qui croyait encore que les Juifs et les Evangélistes étaient des reporters et la Bible un livre pondu par des historiens n'ayant aucun intérêt autre que le leur.
Au niveau scientifique, les auteurs ne comprennent strictement rien à la mécanique de la sélection naturelle qui explique parfaitement le monde qui nous entoure et qui a été prouvé maintes fois. A l'heure où nous avons été vacciné grâce à la génétique qui intègre cette variable de l'évolution, on est en droit de se poser la question de l'interprétation des auteurs sur la pandémie mondiale en dehors d'une explication divine ou satanique tant leur lecture biblique est archaïque.
Bref ce livre est une tentative désespéré de plagiat des écrits fondamentalistes américains, de la littérature créationniste des Témoins de Jéhovah et même d'Harun Yahya et son fameux Atlas de la Création. Les auteurs ne respectent absolument pas la démarche scientifique d'intégrer les preuves contraires pour tirer leurs conclusions. Faute de prouver Dieu, ils prouvent leur mauvaise foi.
Lien : http://questionsbibliques.e-..
Commenter  J’apprécie          579
Cette critique se restreint à la partie scientifique du livre. On commence par l'éditeur, un habitué de livres sur des sujets « alternatifs » voire même complotistes. La couleur est annoncée. Les auteurs eux ne se cachent pas, tous deux fervents catholiques, les biais de confirmation et la mauvaise foi sont au rendez-vous. Cet ouvrage n'est qu'un plaidoyer fallacieux au plus haut point en faveur de l'existence d'un Dieu (celui de la Bible, il ne faut pas déconner non plus). Malgré leurs « diplômes » (en référence à la description du parcours académique des deux auteurs sur le marque page), on y trouve une incompréhension totale de ce qu'est la physique moderne, de ses méthodes, résultats et subtilités. Une grande partie du livre est dédiée à l'application des « lois fondamentales de la thermodynamique » hors de leur domaine de validité pour appuyer leurs propos sur les divers destins possible de l'univers, et ensuite en inférer l'existence de Dieu. il n'y a aucune logique scientifique dans leur développement. Il faut dire qu'aucun des deux auteurs n'est chercheur en cosmologie, et c'est à se demander si ils ont déjà suivi des cours de physique ! Merci l'argument d'autorité qui fait bien trop de dégâts, surtout par ces temps ci… J'ai bien peur que beaucoup tombent dans le panneau. Pas même une seule mention de K. Popper alors qu'il y a un chapitre entier dédié à la méthode scientifique, il faut dire que cela se salue… Un autre chapitre avec 100 citations de scientifiques tous croyants (forcément quand ça les arrange) alors que l'on pourrait en trouver tout autant qui mettraient la place de dieu dans un coin du laboratoire. le chapitre sur « l'intelligent design » n'est pas sans rappeler les vagues creationnistes émergentes aux US. En bref, un très bel hommage au dieu bouche trou et un travail d'une faiblesse scientifique abyssale.
Commenter  J’apprécie          483
J'avais repéré ce livre depuis quelque temps, mais je ne pensais pas l'acheter car son titre accrocheur ne me paraissait augurer rien de bon quant à la pertinence et la rigueur du propos. En effet, la science n'étant pas encore capable, à ce jour, de définir correctement la conscience et, encore moins, d'en comprendre la nature, comment pourrait-elle appréhender l'éventuelle réalité d'une conscience universelle à l'origine de tout, au point d'en apporter la preuve ? Aujourd'hui, la science ne sait même pas prouver rigoureusement qu'une "petite" intelligence, qu'elle soit humaine, artificielle ou animale, est consciente ! Et elle pourrait s'aventurer à dire quelque chose d'une "grande" ? Autant prétendre expliquer scientifiquement pourquoi il existe quelque chose plutôt que rien !
Quand on ne sait pas, j'ai toujours trouvé sage de savoir dire "je ne sais pas". Cette attitude m'est toujours apparue comme une réaction de base de la démarche scientifique, une sorte de pierre de touche de l'esprit scientifique. Et, en l'occurrence, personne ne sait, surtout quand on ne définit pas le concept ! Je me réfère toujours, en ce domaine, à la citation attribuée à Albert Einstein : "Définissez-moi d'abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j'y crois !"
Mais on m'a offert ce livre et je l'ai lu consciencieusement. Cette lecture a complètement confirmé ma première impression ! Loin d'une réflexion pour chercher à comprendre, je n'ai trouvé dans cet ouvrage qu'une suite interminable de préjugés présentés pour tenter de démontrer une idée préconçue et floue.
La soi-disant preuve scientifique de l'existence d'un Dieu créateur consiste essentiellement, pour les auteurs, en l'existence établie aujourd'hui d'un Big Bang à l'origine de l'Univers dans lequel nous vivons. Mais rien ne prouve que ce Big Bang soit unique ! Ces auteurs rejettent d'un revers de main, et cela à de nombreuses reprises dans le livre, l'hypothèse d'un Multivers (ou d'une multiplicité de Big Bangs) sous prétexte qu'elle est purement spéculative et parfaitement invérifiable (ce qui est loin d'être prouvé...). Mais c'est pour la remplacer par celle d'un Dieu créateur qui est encore plus spéculative et encore plus invérifiable, surtout quand on ne définit pas son contenu ! de plus, cette hypothèse n'explique rien, alors que celle du Multivers (ou des Big Bangs) fournit une explication très naturelle qui n'est rien d'autre qu'une variante d'autres explications scientifiques qui se sont bien souvent révélées fécondes. Avant de savoir que L Univers était constitué d'une incroyable multitude d'étoiles, et très vraisemblablement, d'un nombre au moins aussi grand de planètes, nombreux étaient ceux qui plaçaient Dieu à l'origine de la Terre. Maintenant que notre horizon s'est aussi extraordinairement élargi, on trouve encore des esprits étroits qui tentent de le placer au Big Bang. L'existence de milliers de milliards de milliards d'Univers ne me paraît pas plus improbable ni plus invraisemblable que celle, pourtant quasiment acquise, de milliers de milliards de milliards de planètes dans "notre" Univers, rien que dans sa zone observable ! Et au-delà, il est peut-être infini ! Ces réflexions n'ont pas pour but de "démontrer" que Dieu n'existe pas (ce qui me paraîtrait aussi absurde que de vouloir démontrer qu'il existe), mais de montrer la naïveté du raisonnement des auteurs. de plus, ces défenseurs des preuves de l'existence de Dieu me paraissent limiter curieusement les capacités de ce "créateur" en les jugeant à l'aune des connaissances humaines actuelles ! Les démonstrations analogues du passé nous paraissent aujourd'hui bien puériles ! Si Dieu existe et s'il a le sens de l'humour, celles des auteurs de ce livre doivent bien l'amuser ! Ils ne cessent de confondre inexpliqué et inexplicable. Combien de phénomènes déclarés inexplicables par des scientifiques ou pseudo scientifiques ont été plus tard expliqués !
Un autre argument avancé par les auteurs est celui de l'insuffisance des explications purement matérialistes, insuffisance que la physique quantique laisse largement pressentir. Je les cite : "De ce fait, le chemin le plus direct pour démontrer l'existence d'un dieu créateur passe par la démonstration de l'impossibilité d'un Univers purement matériel." Mais bien sûr que non ! Ce n'est pas parce que le matérialisme pur et dur est effectivement mis en difficulté par les découvertes de la science moderne qu'il faut se précipiter vers des croyances religieuses et prétendre rendre compte de ce manque par l'existence d'un Dieu dont on ne prend même pas la peine de proposer une définition. Une science post-matérialiste encore à construire ne prouvera pas forcément l'existence d'un Dieu ! Elle conduira peut-être à rendre compte de l'existence d'un Univers spirituel complémentaire de "notre" Univers physique et peuplé d'êtres "spirituels", mais l'implication éventuelle de ces êtres dans les réductions de paquets d'onde à l'origine de l'histoire de "notre" Univers vécu n'impliquera pas nécessairement l'existence d'un Dieu. L'hypothèse d'un deus ex machina évite de réfléchir, mais elle n'a jamais rien expliqué ! Avec cette méthode, on aurait pu, dans le passé, démontrer l'existence de Dieu à partir d'arguments faisant appel à des phénomènes alors inexpliqués et dont la science rend compte aujourd'hui, par l'existence, par exemples, d'interactions à distance ou d'ondes électromagnétiques.
Le livre contient encore des arguments faisant appel à la biologie pour présenter comme hautement improbable l'apparition des premières cellules vivantes. Mais le reste de l'évolution de la vie sur Terre est aujourd'hui relativement bien appréhendé par la science. Encore une fois, considérer comme preuves de l'existence de Dieu les questions qui ne sont pas encore résolue me paraît plutôt puéril. L'expérience du passé devrait inciter, me semble-t-il, à plus de prudence. En cela, les auteurs utilisent les mêmes pseudo arguments que les créationnistes.
Plus généralement, l'ensemble du livre me paraît incroyablement présomptueux et foncièrement antiscientifique. C'est pour le moins curieux pour un ouvrage qui, dans son titre même, se réfère à la science. L'ouvrage manifeste une sorte de "scientisme théiste". Cette originalité est plutôt surprenante car le scientisme est habituellement athée ! Mais ce scientisme, comme l'autre, reste une croyance, au même titre que les religions, et peut-être plus dangereuse qu'elles.
Presqu'à chaque ligne, j'ai eu envie de crier aux auteurs "humilité, humilité, humilité !" en leur suggérant de lire mon livre "Croire ou savoir ?" et, plus particulièrement les chapitres intitulés "Conscience", "Dieu", "Miracle" ou "Révélation".
Le livre ne se termine pas avec cette approche pseudo scientifique. Il se poursuit avec un grand chapitre intitulé "Les preuves hors science". Pour continuer à lire attentivement, j'ai dû faire encore plus d'efforts que dans la première partie. En effet, avant même d'en prendre connaissance, je suis interloqué par cette expression "Les preuves hors science" qui me paraît relever plus de l'oxymore que d'une sage et modeste analyse ! Et effectivement, bien loin de l'honnêteté scientifique la plus élémentaire, j'ai trouvé essentiellement dans ce chapitre une présentation terriblement tendancieuse de récits censés "prouver" la "vérité" de la Bible et de la doctrine chrétienne, voire même, plus précisément, de la doctrine catholique. Cet exposé, très riche d'une documentation abondante, confine à l'érudition. Il résulte manifestement d'un énorme travail de recherche. Malheureusement, cette base documentaire qui pourrait intéresser d'authentiques chercheurs de vérité est gâchée par une présentation incroyablement partiale : les auteurs classent sans cesse les connaissances en domaines de faits à croire ou à ignorer et les lecteurs en croyants ou en athées, en théistes ou en matérialistes. Ils n'admettent aucune autre alternative et, bien sûr, ne savent pas reconnaître les domaines où, pas plus que n'importe qui, "ils ne savent pas"… L'intérêt et la recherche pour ce qui est encore inexpliqué sont absents. Aurait-il été sensé, à une époque lointaine où l'on ignorait tout de l'existence par exemple des ondes électromagnétiques, de prendre parti pour ou contre leur existence ? On trouve même, au détour d'une page, une incitation clairement exprimée à la partialité : "Ne tournez pas la page avant d'avoir arrêté votre choix, quel qu'il soit". Comment être plus clair dans l'entêtement à refuser de ne pas savoir et de chercher ! Alors que, dans la première partie, les auteurs manifestaient un manque notable d'imagination dans la recherche de pistes de recherche pour expliquer ce qui ne l'est pas encore, ils font preuve ici d'une imagination débordante pour échafauder des arguments capillotractés sur la base de prophéties, de faits réels surinterprétés, voire de récits douteux ou légendaires. La naïveté et la partialité de cette partie sont tellement stupéfiantes, hallucinantes, et pour tout dire exaspérantes, que je n'ai pas le courage de les commenter ici.
Juste une mention toutefois pour le "miracle" de Fatima qui pose effectivement à la science une étonnante question. Les auteurs y voient, là encore, une "preuve" de l'existence de Dieu. Je trouve personnellement qu'un Dieu de l'Univers qui se livrerait à pareille supercherie en voulant faire croire à des dizaines de milliers d'observateurs que le Soleil a vraiment dansé ce jour-là serait un Dieu bien bizarre et, en tout cas, plus inquiétant qu'adorable, surtout quand on examine le message, assorti de menaces, censé être délivré par le biais de cet artifice. Convaincu que ni le Soleil ni la Terre n'ont, en cette occasion, changé leurs habitudes, je suggère dans mon livre, au chapitre "Miracle", une autre piste de réflexion, sans doute plus réaliste, mais peut-être encore plus inquiétante.
Encore une fois, il ne s'agit pas pour moi de nier le mystère mais de s'interroger, de chercher et de savoir dire "je ne sais pas" quand on ne sait pas, sans sauter, sans preuves, sur des conclusions préconçues, surtout quand elles sont invraisemblables ! « Des prétentions extraordinaires nécessitent une preuve extraordinaire » disait Carl Sagan.
Commenter  J’apprécie          194
La science peut-elle prouver l'existence de Dieu?
Question qui peut surprendre certains puisque depuis 4 siècles, on avait le sentiment que la science pouvait se mettre en contradiction avec l'idée de l'existence de Dieu.

Depuis le début du 20ème siècle, selon les auteurs Michel-Yves Bolloré (ingénieur et directeur de la branche industrielle de Bolloré) et Olivier Bonnassies (ingénieur et ancien non-croyant), la donne a changé.

La découverte du Big Bang, la découverte du réglage extrêmement fin des données qui ont présidé à la naissance de l'Univers, la découverte depuis 1998 que L Univers va vers une mort thermique, les conditions extrêmement complexes de l'apparition des premières cellules vivantes, tout cela pose le problème de la création de l'Univers, et partant de là, l'idée d'une intelligence qui aurait oeuvré à sa création.

Auparavant, il était convenu que L Univers était éternel et immuable. Depuis 1922, grâce entre autres au physicien russe Alexander Friedmann, on sait que L Univers est en expansion et nous savons depuis récemment que cette expansion s'accélère.

Personne ne remet en cause la théorie du Big Bang qui date d'un siècle environ et qui pose clairement le problème de la création de l'Univers. Les auteurs rappellent à cet égard que de nombreux scientifiques défendant cette découverte du Big Bang ont été persécutés en URSS par exemple car cette théorie s'opposait trop au matérialisme ambiant.

Le livre est original car c'est à la fois un ouvrage de vulgarisation scientifique et un ouvrage "militant" qui pose le problème de l'existence de Dieu, en argumentant et en s'appuyant sur des données scientifiques et sur des citations de nombreux scientifiques.
A cet égard les auteurs insistent sur le fait que la plupart des scientifiques américains sont croyants (particulièrement les jeunes scientifiques).
Pour les auteurs, il s'agit d'une révolution conceptuelle par rapport aux données du matérialisme, "révolution" qui ne serait pas parvenue encore au grand public.

Le livre intéressera les croyants et ceux qui se posent des questions. Il est question aussi de spiritualité dans ce livre, car parallèlement à la question de l'existence ou non de Dieu se pose la question d'une vie possible après la vie?

Les auteurs se sont entourés de nombreux scientifiques pour faire le livre, dont c'est la 5ème édition! (de nombreuses corrections au fil de la rédaction donc..)
Leur volonté est de faire un livre accessible. le livre est préfacé et soutenu par Robert W Wilson, qui a eu le prix Nobel pour avoir découvert le rayonnement fossile issu du Big Bang, découverte faite dans les années 60...Le même Wilson qui dit que la position des croyants est cohérente...
Le livre ne parle pas de foi ni de religion il explore seulement l'idée d'un Dieu (d'une forme d'intelligence) créateur de l'Univers.

Des objectifs clairs qui s'appuient sur des données scientifiques, un langage accessible, bref ce livre est un succès.
Commenter  J’apprécie          343

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Cher lectrice, Cher lecteur,

Ce livre est l'aboutissement d'un travail de recherche de plus de 3 ans, mené avec l'aide de 20 spécialistes.

Son objectif est unique : vous donner les éléments nécessaires pour réfléchir à la question de l'existence d'un dieu créateur, une question qui se pose aujourd'hui dans des termes complètement nouveaux.

Notre souhait est qu'au terme de cette lecture, vous puissiez avoir en main tous les éléments qui vous permettront de décider de ce que vous voulez croire, en toute liberté et de manière éclairée.

Nous livrons ici des faits, rien que des faits. Ce travail amène à des conclusions qui contribueront, nous l'espérons, à ouvrir un débat essentiel.

Nous vous souhaitons une excellente lecture !

Michel-Yves Bolloré
Olivier Bonnassies.
Commenter  J’apprécie          260
Étude des implications de la thèse "l'Univers est exclusivement matériel."

Si l'univers est exclusivement matériel, alors...[il] ne peut avoir de début. En effet et pour deux raisons, l'une philosophique et l'autre scientifique :

Philosophique car, comme Parménide l'avait exposé des 450 av J.-C, "du néant absolu, rien ne peut sortir" et jamais aucun philosophe n'a remis c'est évidence logique en question.

Scientifique, car l'une des lois de l'Univers les mieux établies indique que "rien ne se perd rien ne se crée" et que la matière et l'énergie sont équivalentes avec un total stable. Par conséquent, toute variation du total masse-énergie est impossible. Or, une apparition de masse-énergie à partir de rien au début de l'Univers violerait cette loi.

Cette première implication est capitale... Ainsi, s'il l'on admet que la proposition "si l'Univers est uniquement matériel, il ne peut avoir un début" est vraie, elle a comme corollaire la proposition suivante : "si l'Univers a un début, il existe un créateur"...

Or, ce qui est extraordinaire aujourd'hui, c'est que la question du début de l'Univers est devenue scientifique et decidable, nous dirions même tranchée, depuis les découvertes récentes de la mort thermique de l'Univers et de la cosmologie du Big Bang.
Commenter  J’apprécie          131
S'il a été difficile aux croyants d'accepter Galilée et Darwin alors que, sur le fond, leurs découvertes n'étaient pas incompatibles avec leur foi, il sera bien plus difficile encore aux matérialistes d'accepter et d'assimiler la mort thermique de l'Univers et ses réglages fins, car ces découvertes leur posent des problèmes insurmontables.

Il ne s'agit pas là, en effet, d'une simple mise à jour de leur pensée, mais d'une remise en cause radicale de leur univers intérieur.
Commenter  J’apprécie          160
Notre souci a été de naviguer en conservant le cap de la rationalité et d'éviter deux écueils de notre époque. D'un côté, celui des créationnistes qui récusent les découvertes modernes et adhérent à des croyances fantaisistes ; de l'autre, celui des matérialistes qui refusent de prendre en considération les conséquences qui découlent des avancées scientifiques les plus récentes...

Jusqu'il y a peu, croire en Dieu semblait incompatible avec la science. À présent, de façon inattendue, la science semble devenir l'alliée de Dieu et le matérialisme, qui n'est qu'une croyance comme une autre, chancelle chaque jour davantage.
Commenter  J’apprécie          72
L’acceptation de la vérité peut-être entravée par les passions

Notre capacité à accepter une thèse, fût-elle scientifique, ne dépend pas seulement des preuves rationnelles qui l’accréditent, mais aussi de l’enjeu affectif attaché aux conclusions de cette thèse.

Dès que l’on entre dans des sujets sensibles qui, même scientifiques, sont en partie politisés, l’intelligence n’est plus aussi libre de raisonner normalement, car les options politiques, les passions et les intérêts personnels interfèrent avec la raison.

Le phénomène est particulièrement aigu quand on aborde le sujet de l’existence d’un Dieu créateur. Face à cette question, les passions sont bien plus fortes encore, car ce qui est alors en jeu, ce n’est pas une simple connaissance, mais bien notre vie même.

Nombreux sont ceux pour qui le désir d’être libres et autonomes, de pouvoir décider seuls de leurs actions et de n’avoir « ni Dieu ni maître » prime sur tout le reste. Leur moi profond se sent agressé par la thèse déiste et se défend en mobilisant toutes ses ressources intellectuelles, non pas pour la recherche de la vérité, mais pour la défense de son indépendance et de sa liberté.

Il est révélateur, que l’on préfère consacrer beaucoup de temps et d’argent à la recherche d’éventuels extraterrestres, plutôt que de consacrer un peu d’attention à l’hypothèse d’un Dieu créateur.

Contrairement à de potentiels extraterrestres, son existence est plus probable et mieux admise, et les traces de son action dans l’Univers plus tangibles.

Un tel déséquilibre manifeste finalement une forme de peur.

Pour un esprit matérialiste, capter des signes lointains de vie extraterrestre est certes palpitant, mais n’implique pas une remise en question existentielle; au contraire, prendre conscience que Dieu existe se fait au risque d’un immense bouleversement intérieur.

L’idéologie et les passions peuvent donc faire entrave à l’acceptation de la vérité et à l’examen serein de preuves susceptibles de révolutionner notre conception du monde.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Michel-Yves Bolloré (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel-Yves Bolloré
Présentation du livre par Thomas Sibille de la Librairie al-Bayyinah "Dieu, la Science, les Preuves : l'Aube d'une révolution" de Michel-Yves Bolloré et Olivier Bonnassies aux Editions Trédaniel.
autres livres classés : dieuVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus

Lecteurs (362) Voir plus



Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1736 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..