AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marianne Bertrand (Traducteur)
EAN : 9782265085671
480 pages
Éditeur : Fleuve Editions (12/02/2009)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 54 notes)
Résumé :
En venant s'installer sur cette le sauvage et majestueuse des Shetland, Torâ savait d'avance qu e]le serait confrontée à un climat rigoureux, à une intégration difficile, et surtout à l'isolement. Mais elle était bien loin d'imaginer que, par un après-midi pluvieux, elle découvrirait sur ses terres le corps d'une jeune femme parfaitement conservé, un trou béant à la place du cœur. Un crime monstrueux que, curieusement, les insulaires s'empressent de classer. Quelque... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  25 avril 2016
Deuxième livre de cet auteur que je lis et je suis scotchée par sa capacité à créer des atmosphères différentes .
Le premier se passait dans un campus en Angleterre ("Sous Emprises") et était formidablement bien documenté (ambiance : chambres d'étudiantes , coturnes, bizutage et autres joyeusetés...), et là : changement de cap , nous sommes dans les îles Shetland , au nord-est de l'Ecosse , et les vagues viennent se fracasser sur vos pages, les embruns vous titillent les narines, le vent souffle dans vos cheveux, l'aurore boréale vous surprend ... On s'y croirait .
Tora est depuis quelques mois installée dans une petite île des Shetland , dont est originaire son mari . Elle travaille en temps qu'obstétricienne à l'hôpital . Un de ses trois chevaux venant de mourir , elle décide de l'enterrer sur ses terres, devant sa maison mais rien ne se passe comme prévu. Dans le trou creusé par le tractopelle ,elle découvre le corps d'une femme conservé dans la tourbe , avec un trou béant à la place du coeur et des inscriptions locales (des runes) gravées sur le dos de la victime.
Devant le manque de réactivité du chef de la police , elle se lie d'amitié avec une inspectrice et ce qu'elles découvrent vont les dépasser . Plusieurs disparitions de femmes à intervalles réguliers, une île où les femmes accouchent loin du tumulte de toute civilisation, des adoptions plus que douteuses, et sa belle famille qui n'est peut-être pas si bienveillante qu'on pourrait le croire.
Tora entre deux ballades à cheval, et des excursions en voilier vous fera parcourir son île. Dans ce roman , la nature est indomptable et omniprésente, tout comme les légendes anciennes. Merveilleusement documentée , sans aucune lourdeur , Sharon Bolton vous amènera au coeur d'une activité hospitalière ,à l'étage gynécologie et obstétrie.
L'héroïne Tora dont le métier est de mettre des bébés au monde , n'arrive pas à tomber enceinte , et l'auteur en parle avec beaucoup de pudeur .
Ce roman plein de bébés et de bruyères , de landes et de rochers , de mer déchaînée et de vent m'a fortement donné envie de visiter l'Ecosse et les îles environnantes ...
Seule la fin manquant de sobriété ,m'a retenue dans l'attribution des cinq étoiles "coup de foudre"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
ladesiderienne
  28 septembre 2015
Le premier roman de Sharon Bolton s'est révélé être pour moi, en même temps qu'une découverte étonnante, un véritable page-turner. Ami lecteur, vous en aurez pour votre argent car en plus d'être un authentique thriller (j'adore lorsque les auteures rivalisent dans ce domaine avec leurs collègues masculins) avec suspense et rebondissements, vous aurez dans vos mains un guide géographique qui vous donnera envie d'aller visiter les beautés maléfiques des iles Shetland, couplé avec un manuel d'enseignement médical, très complet dans les domaines de l'obstétrique et de la médecine légale.
Dans sa ferme perdue sur une île des Shetland, en voulant enterrer un de ses chevaux, Tora met à jour dans son champ, le cadavre d'une jeune femme parfaitement conservé par la tourbe, mais auquel il manque le cœur. Choquée, elle prévient évidemment la police mais rapidement, elle se rend compte que l'enquête piétine et que les autochtones dont elle ne fait pas partie, cherchent à minimiser l'affaire. Même le patron de la clinique où elle travaille en tant qu'obstétricienne depuis quelques mois, semble lui mettre des bâtons dans les roues. Malgré les intimidations anonymes qu'elle reçoit, Tora se décide à mener ses propres recherches, aidée en cela par une jeune inspectrice qui comme elle ne croit pas à la vieille légende qui est évoquée. Elle va se mettre ainsi à dos tous les insulaires, notamment son mari, sa belle-famille et bon nombre de ceux qui font partie des autorités locales.
J' ai trouvé ce roman très complet et admirablement travaillé, que ce soit dans l'intrigue ou dans le style (même l'humour, noir évidemment, y a trouvé une petite place). Le personnage principal, Tora, cette femme en mal d'enfant qui passe ses journées dans le cadre de son métier a en aider d'autres à procréer et qui va à grâce à son entêtement, mettre à jour une épouvantable affaire où ses consœurs sont une fois de plus victimes, a suscité toute ma compassion. Seul revers de la médaille, à force de trop vouloir en faire, l'auteure a compliqué peut-être inutilement l'histoire et j'ai parfois perdu un peu le fil. Quoiqu'il en soit, j'ai hâte de découvrir les autres romans de Sharon Bolton et je lui accorde un 17/20 pour ce premier essai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Ladilae
  28 février 2016
Après avoir décroché son diplôme d'obstétrique, Tora a suivi son mari dans les Shetland, d'où il est originaire. Un beau jour, l'un de ses trois chevaux décèdent et, bien que formellement interdit par la loi, elle décide de l'enterrer dans son champ. En creusant sa tombe, elle fait une sombre découverte : celle du cadavre d'une femme dont le coeur a été arraché. Elle alerte immédiatement les autorités qui, par la suite, font appel à elle en qualité de médecin. En effet, la victime, non identifiée, a mis au monde un enfant entre une semaine et quinze jours avant son assassinat. L'une des questions qui se posent est : où est l'enfant ? Pour ne rien arranger, les forces de l'ordre semblent prendre toute cette affaire à la légère, à part une enquêtrice. Bien décidées à mener l'enquête, les choses vont rapidement dégénérer et très vite, Tora ne sait plus à qui faire confiance. Outre l'enquête policière, c'est surtout l'atmosphère très particulière des îles des Shetland qui est magnifiquement décrite ici. Cela est renforcé par une utilisation savante de la mythologie de l'endroit. Les îles deviennent un des personnages principaux du roman. On remarque très vite aussi que le roman fait la part belle aux héroïnes, à la fois femmes fortes décidées à découvrir la vérité, ou victimes à qui l'on se doit de rendre justice. Les hommes ne sont pas dignes de confiance et apparaissent comme les bourreaux. La différence entre les deux sexes est très tranchée, sans doute trop. Mais à part cela, le roman est très agréable à lire, l'atmosphère est très bien amenée et nous fait vraiment entrer dans l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
polgara
  04 mai 2012

Thriller un peu lent à démarrer mais tellement palpitant quand on s'y enfonce, dans le décors des îles Ecossaises, cette gynécologue découvre un cadavre en voulant enterrer son cheval préféré. Démarre alors, une véritable chasse aux légendes Trolls à l'origine des îles. Trop curieuse de savoir qui était cette si belle femme assassinée dont le corps a été trop bien conservé par la tourbe, Thora se mêle un peu trop de l'enquête policière. Profitant de son statut de médecin, elle commence par découvrir des pots-au-vins de l'hôpital dans lequel elle travaille et elle commence à s'interroger quant à l'implication de son propre patron qui commence à la trouver menaçante....
de secrets, en secrets elle finit par découvrir la vérité sur une enquête criminelle dont sa belle-famille s'occupe depuis des années , son couple finit par en faire les frais, à deux doigts du divorce elle continue son enquête avec l'aide d'une des policières avec qui elle tisse des liens presqu'amitieux. Sa première amie de l'île meurt après avoir découvert que l'argent dépensé en somme inimaginable a été dépensé pour pouvoir tuer des mères et d'avoir leurs nouveau-nés pour les revendre à prix fort par adoption illégale sur internet....
Bientôt se sera le tour de Thora a être en danger de mort, palpitant roman qui se lit d'une traite ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PierreF
  24 mai 2020
Tora Hamilton est une chirurgienne obstétricienne qui déménage dans une ile des shetlands, ile dont est originaire son mari. Ils ont une vieille ferme avec des chevaux. Alors qu'elle est en train de creuser la tourbe pour enterrer un de ses chevaux, elle découvre le cadavre d'une femme, qui a enfanté et été torturée avant de mourir. Tora se retrouve impliquée dans cette enquête et elle va découvrir rapidement que tout le monde a quelque chose à cacher, et que même ses proches semblent impliqués.
Comme je le disais, j'ai commencé ce livre en étant plutôt mitigé. Cela démarre assez vite, sans temps morts, mais je n'arrivais pas à être intéressé par ce qui se passait. Et puis, l'intrigue du roman se déplace : d'une simple enquête policière, on passe à une véritable paranoïa du personnage principal. La narration à la première personne y fait beaucoup. Et je dois dire que je me suis laissé prendre. Tous les personnages, observés sous un nouvel angle, semblent avoir un comportement suspect, des policiers aux collègues, de son chef à son propre mari. Je n'étais pas emballé par le rythme, mais par l'angoisse de Tora qui, devant ses découvertes, n'arrive pas à y croire, échafaude des hypothèses toutes plus horribles les unes que les autres.
Sharon Bolton est passionnée de cultures anciennes (c'est écrit sur la quatrième de couverture) et elle nous apprend quelques notions sur les runes. Mais ce sont les passages les moins réussis tant j'avais l'impression que le sujet du livre est tout autre : Connait-on vraiment les gens ou même nos proches ? Alors, certes, il y a des longueurs, les dialogues sont bons, sans plus. Mais les descriptions des paysages sont saisissantes et les personnages bien croqués. Pour un premier roman, on peut dire que dans l'ensemble c'est réussi. Ne vous attendez pas à un chef d'oeuvre, Sacrifice est un bon roman qui se suit aisément, avec un sujet grave qui, comme on dit, pourrait être vrai.
Enfin, ce qui m'a épaté, c'est de lire la préface, où l'auteur nous dit qu'elle a inventé la plupart des villages et des paysages qu'elle décrit. Son sens du détail fait que j'y ai cru, je me suis senti imprégné de ces paysages, j'ai eu l'impression de côtoyer des personnages issu de ces iles nordiques. Pour ma part, je resterai aux aguets des prochains romans de Sharon Bolton, et si le sujet me plait, il n'est pas impossible que je le lise.
Lien : https://blacknovel1.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   24 avril 2016
Les "voes" , des vallées englouties, sont un phénomène fréquent dans cette partie du monde , et on en retrouve des douzaines effilochant la côte comme une soie délicate . Il est impossible de rendre précisément leurs contours sinueux et déchiquetés , mais depuis la colline au-dessus de notre maison, je voyais la terre, puis l'eau du "voe" qui s'étirait en une baie étroite bordée de sable, une étroite bande de colline , et l'eau de nouveau. De plus haut et avec une bonne visibilité, je pourrais les voir alterner , terre et mer, terre et mer, par bandes successives, jusqu'à ce que le regard atteigne l'Atlantique, et que le rocher capitule .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ladesiderienneladesiderienne   27 septembre 2015
Les chevaux restaient figés sur place.
- Doux Jésus... a murmuré Helen. Qu'est ce que c'est ?
Du nord-ouest est apparue une explosion de couleurs, comme si le ciel avait ouvert une fenêtre à la volée, accordant ici-bas à des mortels médusés un aperçu des trésors de l'au-delà. Tombant en cascade, des rais d'un vert argenté, d'un violet profond, et du rose le plus chaud, le plus doux que l'on puisse imaginer ; c'était la couleur de l'amour, des rêves de fille, d'un avenir douillet et heureux que je ne connaîtrais probablement jamais. Une couleur formidablement riche et pourtant si subtile qu'au travers nous distinguons toujours les étoiles.
C'est ainsi que nous avons rejoint les rangs des rares privilégiés qui, au détour d'un heureux concours de circonstances temporelles, géographiques et atmosphériques, ont eu la chance d' entrapercevoir l'aurore boréale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienneladesiderienne   28 septembre 2015
L'histoire offre un nombre incalculable d'exemples de races qui s'autoproclament supérieures. Voilà à quoi je devais avoir affaire : un groupe d'hommes intrinsèquement convaincus d'être supérieurs aux autres. En cet endroit reculé du monde, quelques douzaines d'insulaires régentaient leur propre royaume. Dirigeant la police, les autorités locales, les services de santé publique, les écoles, la chambre de commerce, ils avaient la mainmise sur tout ce qui faisait la vie des îles ; s'arrogeant les meilleurs postes, les contrats juteux, les entrées dans les meilleurs clubs privés, s'enrichissant grâce à un savant mélange de transactions légales et illégales. Depuis la découverte des champs pétrolifères en mer du Nord, les îles Shetland jouissaient d'une prospérité économique sans précédent et un groupe d'hommes originaires de l'archipel en tirait pleinement profit. Un croisement entre franc -maçonnerie et mafia. Avec un supplément d'horreur en prime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
iris29iris29   24 avril 2016
Au fil des ans , j'avais vu la mort, disséqué la mort, senti la mort, tâté, soupesé et sondé la mort, parfois même entendu la mort (les doux gargouillis qu'émet un corps lorsque les sécrétions se stabilisent ) plus de fois que je ne pourrais les compter . La mort m'était devenue familière : mais je ne m'étais jamais attendue à ce qu'elle me saute en pleine figure en criant :"Bouh!"
Commenter  J’apprécie          160
ladesiderienneladesiderienne   26 septembre 2015
Duncan était dans son bain, les yeux fermés. Il avait tellement rempli la baignoire que l'eau s'écoulait par le trop-plein. Je savais d'expérience que la température approchait les quarante degrés. Duncan et moi ne prenions jamais notre bain ensemble. Un an auparavant, à peu près, avant que nous testions son sperme, je m'étais demandé si les bains brûlants que prenait Duncan n'étaient pas à l'origine de notre inaptitude à la procréation. Les effets de l'eau chaude sur le sperme sont bien connus et je lui avais suggéré d'essayer de faire tremper ses testicules dans de l'eau glacée cinq minutes par jour. Il m'avait regardée droit dans les yeux en me posant la question : "Et je fais comment ?" J'y pensais encore. Peut-être qu'un jour j'inventerais un appareil permettant le trempage à froid des organes génitaux masculins. Les taux de fertilité occidentaux grimperaient en flèche et je ferais fortune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : îles shetlandVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1982 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..