AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782842611835
218 pages
Le Serpent à plumes (07/03/2001)
4/5   1 notes
Résumé :
Avertissement de l`éditeur : Les Cocus posthumes est une oeuvre de pure fiction. Toute ressemblance des personnages avec des chefs d'État africains et des affairistes français existant ou ayant existé serait de pure coïncidence et indépendante de la volonté de l`auteur...
Au cours de son enquête sur le meurtre des jumelles de ta place d'Aligre, l'inspecteur Robert Nègre découvre les agissements macabres d'une secte franco-africaine, et fait la connaissance de... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique

Polar africain : des tyrans et des cocus

(MFI) Les cocus posthumes, le deuxième polar de l'écrivain zaïrois Bolya, fait suite à La polyandre, dont l'humour macabre avait fait le succès. On retrouve dans le nouvel ouvrage les mêmes personnages, l'inspecteur Robert Nègre, Oulematou, la princesse africaine aux maris alternatifs, son amie Rosemonde et l'infâme Makwa, l'ami d'enfance africain du policier.

Le décor et le milieu sont les mêmes, le Paris des immigrés africains, en particulier la place d'Aligre et sa foule bigarrée, où se côtoient Blancs, Noirs et Maghrébins. le récit commence par la découverte d'un double crime atroce : un beau matin, après le marché, on dégage des immondices les cadavres de deux fillettes noires – des jumelles – qui ont été violées. A côté de leurs corps, des poils de léopard et une fine mèche de cheveux blonds. On appelle l'inspecteur Nègre…

Sa patiente enquête va lui faire découvrir d'étranges cérémonies initiatiques pratiquées par une mystérieuse secte africaine qui se réunit la nuit dans le bois de Vincennes. Un grand maître au visage masqué par une peau de léopard, officiant devant deux poupées Barbie blondes, ordonne à ses adeptes terrorisés de s'adonner à un culte obscène qui s'inspire de la crainte révérentielle que suscitent les jumeaux dans les sociétés africaines. Pour le grand maître, qui oeuvre pour le compte d'un « successeur de Dieu » au pouvoir dans un pays africain, le sang des jumelles est une eau de jouvence.

En réalité, comme le découvrira l'inspecteur Nègre, la secte est au service d'un réseau de trafiquants d'organes, de mines anti-personnel, et, subsidiairement d'animaux protégés par les conventions internationales. L'ordonnateur financier de ces trafics en tous genres est un blanc, au nom prédestiné, Jean-Baptiste Sangsexe, prototype de l'expatrié à la fortune douteuse. Il est le mari de la belle Rosemonde, laquelle poursuit sa recherche en vue d'une thèse de doctorat, sur les performances sexuelles des mâles africains. Pour finir, l'inspecteur Nègre (décidément en passe de devenir un autre Mégret ou un second San Antonio) démasquera tous les coupables, dont Makwa, son ami d'enfance, qui essayait de le faire chanter.

Au-delà d'un récit vivement mené à coups de scènes sinistres ou cocasses, le polar de Bolya est un réquisitoire contre les potentats superstitieux et sans scrupules qui se sont parfois emparés du pouvoir en Afrique. Un des personnages du roman réclame d'ailleurs la création d'un Tribunal Pénal International pour l'Afrique habilité à les juger. Mais d'ores et déjà une autre punition les attend : ils seront des « cocus posthumes » qui contempleront de leurs tombes les ébats de leurs veuves infidèles.

Ainsi l'auteur – lauréat du Grand Prix Littéraire de l'Afrique noire voici quelques années pour son premier roman, Cannibales – rejoint-il la cohorte des écrivains africains qui dénoncent les dérives en tout genre du pouvoir sur le continent noir. Mais Bolya prévient le lecteur que son ouvrage est de pure fiction. Pour récuser à l'avance les supputations de ceux qui seraient tentés de mettre des noms sur quelques-uns des personnages de son roman.

Claude Wauthier

http://ww1.rfi.fr

Commenter  J’apprécie          100

Deux petites filles, des jumelles, sont retrouvées assassinées et mutilées sur la place d'Aligre à Paris. Comme dans La polyandre, l'inspecteur Robert nègre enquête et l'on retrouve plusieurs personnages déjà connus ainsi que le microcosme des Africains de Paris. Cela dans une atmosphère plus délétère puisqu'il est question de sorcellerie, de meurtres rituels et de trafics d'organes.

Comme dans le roman précédent, Bolya met en scène une palette de protagonistes aussi variés que véreux, des Excellences africaines se croyant au dessus des lois humaines, des affairistes européens sans scrupules et leurs hommes de main, des charlatans organisateurs de messes noires (dont un inquiétant « Maître inspirateur délégué ») et des femmes très libres. Sans oublier Makwa, ami d'enfance de Nègre passé maître dans l'art du chantage, faux-frère jusqu'à l'abjection.

Les cocus posthumes tient plus du document sociologique et politique à clefs que du roman policier. Il y a certes une enquête (qui est le meurtrier, est-ce un individu isolé ou agit-il pour des commanditaires) mais les descriptions des cérémonies initiatiques (comme dans La polyandre, elles sont assez complaisantes) et l'analyse des motivations des personnages troubles qui peuplent le roman l'emportent finalement sur la méthode et le cheminement de la réflexion de Robert Nègre, un flic apparemment cool mais adepte de Sun Tzu et de ses stratégies. Tout finira bien, même si les réflexions finales du policier seront bien amères malgré la mention de la création de la Cour pénale internationale.


Lien : http://www.polars-africains...
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (1) Ajouter une citation

-- Soyez plus discret, Excellence. On est au téléphone.

-- Qu'est-ce que tu veux, j'oublie toujours que tu vis au pays des droits de l'homme, que tu risques d'avoir des problèmes. Pour ma part, je ne cours aucun danger. Ici, je fais ce que je veux. Hé, hé, ici, il n'y a pas d'Etat. ici, personne ne comprend ce que cela veut dire. Ici, il n'y a plus rien. Il n'y a que moi et moi. Tous les autres ne sont que des cocus vivants, des cocus ambulants.

Commenter  J’apprécie          20

Video de Baenga Bolya (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Baenga Bolya
Vidéo de Bolya
autres livres classés : sectesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus