AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253114316
Éditeur : Le Livre de Poche (15/03/2006)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 33 notes)
Résumé :
La Lorraine. Dans le paysage de fer et d'acier ravagé par la crise de la sidérurgie, l'implantation à coups de subventions publiques de trois usines du groupe coréen Daewoo, fours à micro-ondes, téléviseurs.
Entre septembre 2002 et janvier 2003, fermeture brutale de trois usines, dont une sera incendiée. Pourtant, la première fois que j'entre à Fameck dans l'usine vide, vendue aux enchères aucune trace de cette violence sociale qui a jeté sur le pavé 1200 per... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
carre
  28 avril 2012
A travers le témoignage de quatre femmes dont l'une se suicidera, c'est une photographie de l'état du monde du travail, ou l'on s'implante dans des régions à coup de subvention et qu'on laisse sur le carreau des centaines de famille en
fermant l'usine qu'elles années plus tard. Un scandale qui se banalise sans qu'a aucun moment nos gouvernants ne lèvent le petit doigt. François Bon montre la détresse, la colère, la désespérance de ces gens manipulés, jetés à la rue sans aucun espoir. le témoignage de ces femmes vous serre le coeur à l'image de Nadia qui préfèrera voir son outil de travail aux proies des flammes plutôt qu'abandonnée. Daewoo s'est redonné une dignité à des gens qui n'ont plus que la colère et les mots pour exprimer leur désarroi. Et Daewoo pourrait s'appeler Moulinex, Arcelor MIittal, Continental etc ... la liste est malheureusement scandaleusement longue.
Commenter  J’apprécie          130
pleasantf
  12 septembre 2016
Ce livre appelé roman par son auteur est un récit hybride qui ressemble de façon lointaine à un reportage sur la fermeture brutale des usines Daewoo en Lorraine et sur ses conséquences sur la vie des anciennes salariées de l'entreprise coréenne.
Le récit, discontinu mais développé selon un fil à peu près chronologique, est surtout construit sur les comptes-rendus d'entretiens avec les ouvrières licenciées mais incorpore également des apartés sur la trouble vie du PDG de Daewoo, des méditations sur la paysage vu d'avion, des extraits de la pièce de théâtre que François Bon a écrite sur le même sujet, des résumés d'articles de presse, des récits personnels sur les promenades de l'auteur sur les friches industrielles…
Comme dans un roman classique, l'auteur est mû par une quête de vérité et par un travail sur le langage. Comment rendre compte d'une réalité que la plupart des lecteurs de roman ignorent ? A ce propos, une citation très judicieuse de Rabelais en exergue du livre : « il est bien vray ce que l'on dit, que la moitié du monde ne sçay comment l'aultre vit ». François Bon veut briser l'indifférence de la majorité envers le désarroi, l'angoisse et le drame vécus par les anciennes ouvrières de Daewoo. Nul analyse idéologique mais un simple constat de souffrance et d'échec. Donner la parole à celles qui en sont généralement privées dans la sphère publique est un acte de solidarité. Derrière ce livre pointe cependant les limites de l'exercice : dans cette région meurtrie, François Bon est de passage. Il vient d'un autre monde et le jour où il repart d'où il vient, les femmes qu'il a rencontrées et qu'il a fait parler restent désespérément attachées à leur piquet sinistré. Je crois néanmoins que donner la parole à ces femmes est un geste qui vaut mieux que rien, mieux que l'indifférence.
De façon très intéressante, le livre est une illustration de certaines caractéristiques du langage : la langue comme barrière entre les groupes sociaux (la langue des fonctionnaires technocrates, la langue des media où ‘rien ne nous concerne' dit une ouvrière), la langue comme barrière entre citoyens de différents pays (ici entre Français et Coréens), la langue comme marqueur social (dans une scène cruelle où les ouvrières sont invitées sur un plateau de télévision en compagnie d'hommes riches et instruits), la langue comme outil de fiction et de manipulation (et là paradoxalement, je ne pense pas à celle de l'écrivain mais à celle des hommes politiques, celle des syndicats ou celle des patrons), la langue comme outil de domination. La langue des classes dirigeantes ne décrit pas la réalité vécue par les classes populaires.
Ce livre fait écho aux idées développées par Zygmunt Bauman. C'est un témoignage sur une population pauvre, d'une grande vulnérabilité face aux aléas économiques. Il illustre la disparition du devoir de solidarité envers les plus faibles. Chacun pour soi. Cela peut marcher pour certains mais pas pour tous. le problème n'est pas que des usines ferment. Car il est probablement illusoire d'espérer continuer à produire en France des produits peu sophistiqués qui sont maintenant fabriqués en Chine à un coût imbattable. La critique développée dans ce livre porte plus sur le choix fait par les politiques de subventionner des industries qui n'ont pas une grande espérance de vie et sur la brutalité et l'indifférence dont sont victimes les salariés de ces entreprises fragiles.
Certes le livre est parfois long et répétitif mais pour une fois que l'on donne la parole à ceux qui en sont privés, ne la leur reprenons pas trop vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bina
  17 août 2015
« Si les ouvrières n'ont plus leur place nulle part, que le roman soit mémoire. »
Enquêteur de terrain, François Bon donne la parole aux salariés des trois entreprises du groupe Daewoo de Fameck, en Lorraine.
Implanté en France grâce à une pluie de subsides publiques, ces usines de micro-onde et de téléviseurs s'installent dans une région exsangue depuis l'arrêt des aciéries. Mais il semble que l'emploi ne soit pas une motivation première chez Daewoo ! Les 1200 personnes employées sur ces sites vont vite déchanter.
Cet ouvrage est le compte-rendu de l'enquête menée sur le terrain, qui s'est accompagnée d'une mise en scène théâtrale jouée par les ouvrières de l'usine dans une salle des fêtes communale, pour faire connaitre ce passage socialement et économiquement tragique : quand on a un travail, on est, on existe. le licenciement est perçu comme une perte d'identité, une mort sociale.
Aussi intéressant que puisse être le thème du livre, je me suis cependant ennuyée, même si certains passages étaient touchants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
naonow
  25 juillet 2014
J'aurais vraiment aimé apprécier ce livre. Déjà parce que ça aurait rendu bien plus facile la présentation que je devais en faire dans le cadre de mes cours, ensuite parce que l'idée de donner une voix à ces femmes licenciées, qu'on entend toujours trop peu, me paraissait bonne.
Je n'ai pas tout détesté indistinctement ; certains passages m'ont même touchée. L'ensemble en lui-même m'a pourtant franchement déçue et ennuyée.
Commenter  J’apprécie          40
brigetoun
  20 février 2009
dans un jardin, lire Daewoo de François Bon, une autre vie, en m'interrogeant sur sa façon de retransmettre les entretiens. Tout en savourant la quiétude de ce qui m'entourait et m'entoure. Pensant qu'il est arrivé à transmettre, me semble-t-il, l'émotion, à créer la beauté à laquelle ces filles ont droit, avec leurs mots, à travers ses choix, ses mises en forme, le déroulement des visites.
Sa façon de restituer, par une phrase décalée ou une description de son interlocutrice, ou des lieux et des sons, les silences et le rythme de la mémoire.
Accessoirement, ou surtout, découvert en quoi l'ouvrier existe différemment des employés par la possession d'un métier, si limité soit-il devenu, par une souffrance plus physique, par une action sur la matière, par une création si encadrée, mécanique soit-elle.
Lien : http://brigetoun.blogspot.com
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   27 janvier 2018
Finalement, on appelle roman un livre parce qu’on a marché un matin dans ce hall où tout, charpente, sol et lignes, était redevenu géométrie pure (j’y reviendrai le déménagement fini, après la vente aux enchères, et cette dernière fois ce jour-ci tandis que le nouveau propriétaire s’installait, et que les vigiles m’avaient refoulé), et le territoire arpenté, les visages et les voix, les produire est ce roman. Ils appellent le récit parce que le réel de lui-même n’en produit pas les liens, qu’il faut passer par cette irritation ou cette retenue dans une voix, partir en quête d’un prénom parfois juste évoqué, et qu’on a griffonné dans le carnet noir. Les noms de ceux qui ne sont plus, comme autant d’appels d’ombre. La masse que cela supposait de figurer, reconstruire : il n’y a littérature que par le secret tenu.
Refuser l’effacement : en te retournant, tu voyais le panneau indiquant la zone industrielle avec pour icône des toits en triangle sous une cheminée fumante – beau temps que la vie moderne avait évincé cela aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   27 janvier 2018
On produira à Mont-Saint-Martin un millier de tubes cathodiques par jour, et aujourd’hui question : ce n’est pas avec ce volant de production qu’on rentabilise une pareille usine. Le vaisseau amiral de Daewoo Lorraine, le groupe ne se préoccupait pas de baisser son déficit : prétexte à d’autres alliances pour le marché gigantesque et plus solide des moteurs de voiture en Afrique du Nord, pour lequel les Coréens avaient besoin de la France ? Simple ancrage pour la circulation de capitaux qu’on préfère invisibles ? C’est l’usine la plus récente des trois, et toute une brochette de ministres est venue l’inaugurer. Dans les grèves qui suivront l’annonce de la fermeture, l’usine sera occupée. Des ouvriers, explorant les ordinateurs, découvrent que cinquante d’entre eux disposent de comptes bancaires en Suisse : ils n’ont pas le réflexe de demander la saisie des appareils. Quelques jours plus tard, un incendie criminel ravage l’usine et ses stocks. La direction évacuera dès le lendemain les ordinateurs et pièces comptables du bâtiment administratif préservé. Occasion manquée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
carrecarre   28 avril 2012
Ils se rendent pas compte que c'est notre survie, presque.
Commenter  J’apprécie          120
brigetounbrigetoun   19 novembre 2011
En 1998, le groupe Daewoo décide de liquider trente-deux de ses quarante-sept usines dans le monde. Les trois usines de la Fensch ont été payées par les subventions publiques, au motif de redonner du sang et du travail à une région exsangue depuis qu’on en a terminé avec les aciéries et la mine : à qui appartiennent-elles, alors ? Les responsables politiques de la région répondent sans s’attarder qu’ils ont soi-disant récupéré leur mise (« on a récupéré notre pognon », lance élégamment le président de l’exécutif régional, Gérard Longuet – et dans notre société du « bon sens économique » selon le mot d’ordre du premier ministre de ce temps où j’écris, il suffit). Les trois usines-sœurs Daewoo emploient à ce moment-là 1200 personnes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
carrecarre   28 avril 2012
Là-bas au travail on pleurait, on s’engueulait, même si on se tirait la gueule il n’y avait pas l’isolement.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de François Bon (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Bon
François Bon - L'incendie du Hilton .Le 22 novembre 2008, en pleine nuit, alerte incendie au Hilton Montréal. Quinze étages plus bas, sur trois niveaux souterrains, le Salon du livre. Les écrivains logés là, les footballeurs professionnels de la Gray Cup sont parmi les 800 personnes évacuées dans les couloirs du métro, une patinoire vide et le Tim Hortons, le bar de la gare centrale. Soudain la ville et ses buildings vus à l'envers, depuis les coulisses. Et tous ces livres dans le sous-sol vide. Construire les quatre heures d'un récit qui se tiendrait au plus près des quatre heures à errer dans la nuit, de 1h50 à 5h50 exactement, entre rencontres réelles ou rêvées, et l'idée renversée de la ville. Un incendie dans le livre ?Après Daewoo (2004), voici le grand retour de François Bon au roman.
+ Lire la suite
autres livres classés : Lorraine (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
7679 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre