AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 281450164X
Éditeur : publie.net (01/01/1900)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
(édition numérique)
En proposant ici quatre longues études, plusieurs fois remaniées et révisées à mesure de ma propre avancée dans Rabelais – chacune portant sur un des quatre livres successifs –, j’ai voulu tisser à la fois une ébauche biographique de Rabelais et des enjeux successifs de son écriture, les situer dans une histoire globale des fractures et inventions de notre littérature. Beaucoup moins résoudre qu’évoquer les chantiers de recherches ouverts ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   27 mai 2010
Non pas plus difficile à appréhender que le Gargantua, au contraire, puisque les conventions de langue plus proches de la nôtre, et la structure linéaire plus continue : mais il ne rentre pas dans l'idée qu'on nous fabrique de l'auteur. Un livre avec de la nostalgie, parfois du sentiment, un livre qui termine dans la seule élévation d'un silence. Récit d'une navigation vers l'inconnu fantastique.
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   16 janvier 2012
Encore une fois, l’œuvre doit se comporter, en son temps même, comme si chacun de ses mots ne pouvait s’appuyer sur la convention habituelle, et n’être compris que par sa mise en scène : et c’est cela la chance unique de Rabelais, d’avoir subi cette contrainte, au moment même où catalysait la langue, parce que c’est cela qui nous permet de le lire aujourd’hui.
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   27 mai 2010
Le Tiers-Livre est une traversée, le chemin d'une descente dans l'acte de parole, et le rapport au monde qui s'en induit. Il bute à la fin, par un artifice de construction qui prouve comme cela seul devait compter, sur la figure brûlée du fou, où se met à l'épreuve de la destruction mentale de toute conception du monde qu'on peut se faire en propre.
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   27 mai 2010
C'est le mouvement propre de la langue, dans ce débord par heurts et surgissements, et son pragmatisme même, qui décèle à rebours, dans une grande écriture, ce qu'elle niait des conventions qui, parfois longtemps après elle, l'ont elle-même donnée à lire. Ce qu'explore seul Baudelaire, trois cents ans après Rabelais, des nuances rythmiques d'une phrase en douze pieds, lève dans la prose ancienne des trappes, indique des clés par quoi nous comprenons la puissance qu'elle prend sur nous, par hypnose et assujettissement, ou simple jeu d'harmonie et d'architecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
brigetounbrigetoun   27 mai 2010
Il y avait, devant la maison de mes grands-parents, à Damfix, la rivière. Et un peu plus loin, sur la rivière, les tours blanches d'une abbaye en ruine : Maillezais. C'était un temps sans télévision, où voitures et michelines, sur les petites routes de Vendée, croisaient encore les vaches qu'on faisait traverser en barque le marais. Et qu'on sortait sur la rue, dans les villages, avec une pelle, pour ramasser à leur passage le crottin de cheval.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de François Bon (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Bon
François Bon - L'incendie du Hilton .Le 22 novembre 2008, en pleine nuit, alerte incendie au Hilton Montréal. Quinze étages plus bas, sur trois niveaux souterrains, le Salon du livre. Les écrivains logés là, les footballeurs professionnels de la Gray Cup sont parmi les 800 personnes évacuées dans les couloirs du métro, une patinoire vide et le Tim Hortons, le bar de la gare centrale. Soudain la ville et ses buildings vus à l'envers, depuis les coulisses. Et tous ces livres dans le sous-sol vide. Construire les quatre heures d'un récit qui se tiendrait au plus près des quatre heures à errer dans la nuit, de 1h50 à 5h50 exactement, entre rencontres réelles ou rêvées, et l'idée renversée de la ville. Un incendie dans le livre ?Après Daewoo (2004), voici le grand retour de François Bon au roman.
+ Lire la suite
autres livres classés : essais critiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
367 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre