AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070417611
Éditeur : Gallimard (23/05/2001)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Cette première grande biographie de Romain Gary éclaire les mille facettes de celui qui fut l'auteur d'une des plus belles mystifications littéraires de tous les temps : Émile Ajar.
Il y eut l'enfant juif, pauvre, né à Moscou en 1914, l'adolescent ambitieux qui se fit connaître de Kessel et de Malraux, le soldat de De Gaulle, aviateur dans les Forces françaises libres, le diplomate qui sillonna l'Europe avant de conquérir l'Amérique, le Consul général de Fran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
frandj
  27 mai 2018
Romain Gary apparaît très souvent en filigrane dans toute son oeuvre littéraire, mais il est a priori difficile de connaitre la part autobiographique de ses écrits. Dans cet ouvrage, Dominique Bona, académicienne qui s'est spécialisée dans les biographies, étudie en détails la vie et la production de Gary (1914-1980), un romancier devenu quasiment mythique.
Juif d'origine russe émigré à Nice, naturalisé français et prenant le patronyme de Gary, il force sa nature très peu portée au devoir et à la fraternité, en participant à la guerre du côté des Forces Françaises Libres; il restera toute sa vie un gaulliste atypique, mais fidèle. Quoiqu'il soit ambitieux, sa carrière littéraire commence assez péniblement; mais la consécration viendra dès 1956, avec son (premier) prix Goncourt. Même s'il n'a pas le profil conventionnel, il exerce la profession de diplomate avec sérieux, en se faisant surtout connaitre à Los Angeles comme consul général de France. Mais il n'obtiendra jamais le titre d'ambassadeur et décidera de se consacrer entièrement à la littérature: sa production devient très importante. Pourtant il est de moins en moins bien apprécié par les critiques littéraires. Il finit par se livrer à une sorte d'escroquerie très complexe, en prenant le pseudonyme d'Emile Ajar et en lui faisant correspondre un "homme de paille" réel (son petit-cousin). Ce tour de passe-passe lui permet d'obtenir un second prix Goncourt; sa supercherie ne sera dévoilée qu'après sa mort. Cette affaire Ajar serait, à elle seule, le sujet d'un roman... encore à écrire.
Je connaissais l'homme lui-même comme un cabotin, égocentriste, infatué de sa personne, toujours dans les oppositions et les paradoxes, obsédé par les femmes. Mais je méconnaissais le côté très sombre du personnage: angoissé, instable, hypocondriaque et pour tout dire névrosé… ce qui le conduira au suicide. La biographe a su dépeindre l'écrivain, sans agressivité et sans complaisance, dans toute sa complexité. Après cette lecture, je n'éprouve pas beaucoup plus de sympathie personnelle pour Gary; mais je le comprends mieux. - J'ajouterai que D. Bona a réservé une place significative à la présentation des livres de Gary, ce qui me (re)motive pour découvrir des romans encore non lus.
Un jour, Gary a eu ce mot: « Il y a deux sincérités: la sincérité dans la relation quotidienne avec les autres, qui ne tolère aucune astuce; et puis la sincérité de l'écrivain, qui a droit à tous les trucs ». Dans cette déclaration, il a dit un grande partie de sa vérité.
P. S. Dominique Bona excelle dans son œuvre de biographe. A ce propos, je recommande très chaudement le livre qu'elle a consacré à une autre figure de la littérature, très attachante et finalement tragique: Stefan Zweig.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Herve-Lionel
  09 novembre 2014
N°18 – Novembre 1987.
ROMAIN GARY Dominique BONA- le Mercure de France.
J'ai été de ceux qui ont apprécié le remarquable ouvrage que Dominique Bona a consacré à Romain Gary. Cette universitaire qui est aussi romancière nous fait découvrir l'homme, le résistant, le combattant de la France Libre, le consul de France, mais surtout, à travers sa vie mouvementée, l'écrivain deux fois Prix Goncourt grâce à l'épisode d'Émile Ajard.
Malgré tout, celui qui se cacha derrière ce pseudonyme ne sort pas grandi de cette aventure où la pantalonnade le dispute à la mystification. Pourtant cet homme tourmenté, comme le sont la plupart des écrivains, et pour qui les femmes ont joué un rôle de guides, d'inspiratrices ou simplement d'objets de séduction, mit fin à ses jours en hiver 1980. Chercher une explications à un suicide est une chose vaine. Dire ce qu'un écrivain porte en lui est une nécessité et une impossibilité, surtout face à la mort. Ce paradoxe est peut-être contenu dans sa lettre d'adieu « Je me suis enfin exprimé entièrement ».


©Hervé GAUTIER – Novembre 1987 - http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mtd
  26 février 2014
Magistrale biographie d'un personnage hors du commun. DB a une connaissance pointue de l'oeuvre de Romain Gary, de sa vie, de son tempérament sur lequel elle ne porte aucun jugement, tout en analysant ses angoisses, sa lucidité, son courage, ses contradictions, ses folies et son ultime partie de cache-cache.
On rencontre autour de Romain Gary diplomate le monde politique d'après-guerre, le général De Gaulle, Couve de Murville, etc... Lui-même ne s'est jamais engagé en politique, mais il était passionné par le rayonnement de la France et par la construction de l'Europe. Sa vocation littéraire ne lui a pas permis de poursuivre la carrière diplomatique et il a parallèlement travaillé pour le cinéma.
Il est intéressant de noter qu'un de ses premiers romans, "le vin des morts", a été refusé en 1933 par la NRF. le livre a été analysé par Marie de Bonaparte qui y a décelé "un complexe de castration, un complexe fécal, des tendances nécrophiliques et franchement démoniaques". Cette analyse aurait comporté une vingtaine de pages et aurait enthousiasmé RG et sa mère qui y ont vu le début de la célébrité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Herve-Lionel
  04 juillet 2014
N°18 – Novembre 1987.
ROMAIN GARY Dominique BONA- le Mercure de France.
J'ai été de ceux qui ont apprécié le remarquable ouvrage que Dominique Bona a consacré à Romain Gary. Cette universitaire qui est aussi romancière nous fait découvrir l'homme, le résistant, le combattant de la France Libre, le consul de France, mais surtout, à travers sa vie mouvementée, l'écrivain deux fois Prix Goncourt grâce à l'épisode d'Émile Ajard.
Malgré tout, celui qui se cacha derrière ce pseudonyme ne sort pas grandi de cette aventure où la pantalonnade le dispute à la mystification. Pourtant cet homme tourmentée, comme le sont la plupart des écrivains, et pour qui les femmes ont joué un rôle de guides, d'inspiratrices ou simplement d'objets de séduction, mit fin à ses jours en hiver 1980. Chercher une explications à un suicide est une chose vaine. Dire ce qu'un écrivain porte en lui est une nécessité et une impossibilité, surtout face à la mort. Ce paradoxe est peut-être contenu dans sa lettre d'adieu « Je me suis enfin exprimé entièrement ».


©Hervé GAUTIER – Novembre 1987 - http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AxelRoques
  02 septembre 2014
Une bonne biographie de Romain Gary qui nous donne à comprendre le personnage et son oeuvre.
Dominique Bona maîtrise l'art de la biographie et l'a également prouvé dans celle de Berthe Morisot.
Pour avoir lu les deux, j'ai trouvé le style constant et riche. L'auteur a le souci du detail et a fait du bon travail.
Axel Roques

Lien : http://www.babelio.com/monpr..
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
tamara29tamara29   20 décembre 2014
Malgré ses traits de dur, ses manières souvent brutales, Gary semble receler, derrière la façade, des trésors de tendresse et de sensibilité : celles qui ont lu ses romans sont les premières conquises. Il est, avec elles, un macho nostalgique du bonheur, qui les protège toutes, mais qu'elles consoleraient...
Commenter  J’apprécie          170
thursdaynextthursdaynext   21 novembre 2010
Il a l'angoisse à fleur de peau et le démon du doute attaché à ses bottes.

"Chaque fois, je tombe dans le piège. J'oublie que vous êtes un gorille [Zanuck]. Donc je place cette banane devant moi pour me rappeler à qui j'ai l'honneur ..."

Sur le plateau, il appelle Jean "Seberg", elle répond invariablement "oui, darling"...

"La différence d'âge c'est terrible, lorsque vous avez épousé une jeune femme qui a quelques siècles de moins que vous ... Sans compter que j'ai Voltaire et La Rochefoucault sur le dos"

"J'ai toujours l'impression qu'il y a quelques chose ailleurs. Je ne sais pas. Quelque chose, quelqu'un. Que ça existe et qu'il suffit de chercher. "

Le regard d'un homme "tombé à l'intérieur de lui-même à la suite de quelque trop douloureuse collision avec la vie."




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AustralAustral   20 octobre 2013
Pierre Daninos et sa femme croisent un matin l'écrivain sur son chemin de la rue du Bac.
"Avez-vous lu Ajar ? l'interrogent-ils naïvement.
- RRR..., grogne Gary.
- Vous devriez le lire, c'est fameux", insistent les Daninos qui repartent tout guillerets.
Commenter  J’apprécie          160
AustralAustral   20 octobre 2013
Imperturbable, sûr que rien ne réussit mieux avec les Américains que la franchise, et content d'exprimer un avis qui est le sien : "Vous n'êtes pas une ancienne colonie qui s'est soulevée contre une puissance colonialiste, vous êtres une puissance colonialiste qui a conquis un territoire étranger, qui a fait disparaître les populations autochtones, vous êtes des colons et des colonisateurs qui ont coupé les liens avec la métropole lorsqu'ils ont pu s'en passer."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
frandjfrandj   27 mai 2018
[après la publication du roman Education européenne en 1945]

Gary guerrier, Gary grande gueule, Gary baroudeur: la presse lui colle toutes les qualités de Kessel. La légende va lui coller à la peau, distraire le public d’une vérité plus sombre et plus subtile, celle du Gary rêveur incorrigible, idéaliste frustré, qui ne fut homme d’action qu’une seule et unique fois dans sa vie. Avec ses incertitudes, ses hésitations et ses fragilités, il figurerait plutôt, sous le masque du Compagnon, un anti-Kessel (…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Dominique Bona (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Bona
« Mes vies secrètes » (Gallimard), ce sont soixante-cinq ans d?émotions et de rencontres vécues par l?académicienne Dominique Bona. Elle y dévoile aussi la face cachée de ses livres, convoque les grandes figures sur lesquelles elle a écrit, et avec qui elle entretient une relation privilégiée.
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
695 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre