AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2903656290
Éditeur : Diane de Selliers (02/03/2004)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
[BEAU LIVRE]

Professeur d'histoire de l'art à l'université Paris VIII, conférencier, écrivain, Pascal Bonafoux nous fait entrer dans l'un des thèmes majeurs de la peinture : la représentation de soi. Pour lui, « l'autoportrait conduit à tenir compte de la théologie, de l'histoire, de la psychologie, de la sociologie, de la mythologie, de la morale, de la philosophie, de la poésie, du goût »...

540 autoportraits peints entre 1901 et 2000... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
fredho
  18 juin 2016
L'autoportrait, quand le tableau devient miroir…
Dans ce très beau livre, Pascal Bonafoux nous présente 540 autoportraits du XXe siècle de 285 artistes très célèbres (Picasso, Magritte, Otto Dix, Giacometti…) aux moins célèbres (Bram Bogart, J.M. Alberola…). Cet ouvrage est divisé en 63 chapitres qui chacun aborde une thématique de l'autoportrait : mythes, hommages, identités, allégories, douleurs, violences, nudités etc. Les chapitres sont présentés sous forme de cases d'un jeu de l'oie, le « Je autour du Moi ». Nous découvrons au fil des pages des autoportraits créés par des artistes au style différent avec des supports et des matériaux propres à leur art, que ce soient dans la peinture, le dessin, la photographie, le street art, la sculpture… Chaque thème est accompagnée d'illustrations, de témoignages d'artistes, de commentaires, de réflexions en citations, d'analyses, ou également de confidences sous forme de dialogue entre le JE et le MOI.
Cet ouvrage propose une étude très approfondie de l'autoportrait et nous permet ainsi de comprendre les différentes facettes de ce genre d'art. Il nous explique également que l'autoportrait n'est pas un portrait, et est considéré comme tel si l'artiste lui-même l'a nommé « autoportrait » (le mot « autoportrait » n'est apparu lui-même qu'au XXe). Avec « Moi je, par soi-même, l'autoportrait au XXe siècle », Pascal Bonafoux nous invite à voyager au centre du Moi avec des autoportraits dans tous leurs états.
Il est difficile de parler de ces 540 autoportraits mais plusieurs m'ont réellement troublée comme ceux de Zoran Music, Otto Dix, Basquiat, Roth, Bacon mais surtout Picasso, ce génie qui a tout osé dans l'art (on peut constater l'incroyable évolution de ses autoportraits au fil du temps). D'autres m'ont laissée de marbre comme ceux de Dali et du controversé Andy Warhol qui à mes yeux véhicule plus une image, une marque de fabrique, que son autoportrait.
Qui mieux que lui-même peut se représenter ? On se voit toujours différemment que celui qui nous voit. L'autoportrait est il le révélateur de l'identité de l'artiste ? Mais faut-il observer l'autoportrait pour comprendre l'artiste ou observer l'artiste pour comprendre son autoportrait ?
Je remercie de tout coeur les éditions Diane de Selliers et Babélio pour l'envoi de ce très bel ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
hrousset
  24 juin 2016
L'ouvrage publié 2004 procède de la rencontre d'un éditeur exceptionnel par la qualité de reproduction des oeuvres et la présentation globale en coffret d'un ouvrage de presque 500 pages, grand format et d'un historien de l'art : Pascal Bonafoux, ancien pensionnaire de la Villa Medicis, professeur à l'université Paris VIII, et dont la passion pour l'autoportrait date de plusieurs décennies.
Voilà pourquoi ce Livre d'Art est un modèle du genre et restera longtemps la référence des amateurs.
L'autoportrait n'est pas tout à fait le portrait de l'artiste par lui-même, dont l'histoire est plus ancienne (Vasari), mais l'expression d'un « autre comme soi-même » qui se livre à travers un style qui fait que l'on reconnait l'auteur par la facture qui déjà est une identité reconnaissable, mais avec une présence faite de cet indicible qui est l'autre en chacun de nous, récit d'une vie. Jean Luc Nancy a intitulé ainsi une étude récente : « l'autre portrait ». C'est de ce mystère de l'être au monde dont nous parle cet ouvrage, qui nous parle ainsi et aussi de notre époque. Georges Semprun qui a signé une préface utilise les termes de « silence sonore » , en regard des autoportraits de Zoran Music.
L'autoportrait est bien un genre dont le mot figure d'ailleurs dans les dictionnaires du XXème siècle, d'où le choix historique.
La présentation est celle d'un « jeu de l'oie » , en 63 cases,(je de l'oie..),réunissant 540 autoportraits de 285 artistes du monde de l'art, avec toutes les techniques modernes : collages, graphitis, installations…La séquence des cases sur cette carte de l'humain ,en écho de la carte du Tendre ,se déroule selon le modèle de l'association libre chère aux psychanalystes, sans lien chronologique ,ou vraiment logique, avec chaque fois un commentaire inspiré de l'auteur dont l'érudition ouvre à des correspondances tendues entre le monde de l'imaginaire et de l'histoire de l'art. Une somme nourrie par l'expérience de l'auteur, une mine pour la réflexion…Citons quelques thèmes : visages, miroirs, leurres, sexe, travestis, masques…
En toile de fond de ce musée imaginaire, le temps qui passe, dont l'autoportrait nous restitue l'intimité des traces, ce que peut parfois faire la photographie, comme en témoigne Roman Opalka, mais si l'art de la photo peut traduire l'invisible, c'est à l'art et à l'artiste qu'on le doit, capable de rendre l'invisible visible. le selfie très en mode ne peut être que risible…à l'opposé de l'autoportrait, dont cet ouvrage qui n'a pas d'équivalent rend compte.
A le parcourir on pense aux plus grands visionnaires du sens et de la vocation de l'Art : Malraux, René Huygue …Un classique donc…
Hugues Rousset
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ChezLo
  12 juin 2016
Ceci est un grand livre, un beau bébé de 3,8kg. Sur un papier qui n'est pas glacé, qui au contraire possède un grain tiède fort agréable au toucher, l'ouvrage nous emmène dans un vertigineux voyage à travers 540 oeuvres du XXe siècle après une préface de Jorge Semprun, inspiré. Peintures, dessins, photographies, avec crayons, pinceaux, objets.... une grande pluralité de supports et de moyens.
Le livre est découpé en chapitres thématiques, tels "Songes", "Nudité", "Familles", "Métamorphoses", "Couleurs", "Lucidités", ... entre lesquels on peut se déplacer comme sur un jeu de l'oie, un jeu autour du JE.
L'autoportrait souvent émane d'une volonté de mettre en abîme le regard de celui qui se regarde, de considérer comme miroir l'être que l'artiste veut représenter à l'aide du miroir. Se regarder dans un miroir sans réaliser qu'on est soi-même miroir.... de Rembrandt, Schiele, à Louise Bourgeois, Keith Haring.... on retrouve des oeuvres, mais on découvre de très nombreux autoportraits méconnus, et à l'occasion, un grand nombre d'artistes aussi.
L'autoportrait comme scrupule, comme représentation avec ou sans attributs, mais aussi comme questionnement ou comme hommage à des oeuvres du passé ou des symboles religieux (ou les 2), ou au travers du corps.
J'ai aimé voir les déclinaisons aux styles très variés de Picasso, les autoportraits sans miroir....
Et chez certains artistes, la quête de soi et l'évolution à travers le temps que dressent leurs autoportraits est stupéfiante. de Bonnard à Lucian Freud, Lovis, Corinth, Corinth avec ses autoportraits à date anniversaire, mais aussi Hélène Schjerfbeck. Tant de regard, d'impressions et d'idées que l'on voudrait garder.
Tout au long de ce voyage, les reproductions sont accompagnées de dialogues entre JE et MOI dissertant sur les thèmes artistiques, des citations, des poèmes et des repères biographiques.
Un travail impressionnant qui compile des travaux d'autant plus impressionnants par leur diversité, leur variétés, leurs audaces, leurs témoignages. Cet ouvrage est une Bible qui ne se prétend pas exhaustive, mais en tous cas, un majestueux voyage à travers l'Art du XXe siècle, ses assises et ses audaces. D'infinies friandises pour l'oeil, une vertigineuse réflexion pour la pensée.
Lien : http://chezlorraine.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mimimelie
  22 décembre 2013
Je l'aurai un jour, je l'aurai !!
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
fredhofredho   17 juin 2016
Comment voulez-vous qu'un spectateur vive mon tableau comme je l'ai vécu! Un tableau me vient de loin; qui sait de combien loin je l'ai deviné, je l'ai vu, je l'ai fait, et cependant le lendemain je ne vois pas moi-même ce que j'ai fait. Comment peut-on pénétrer dans mes rêves, dans mes instincts, dans mes désirs, dans mes pensées, qui ont mis longtemps à s'élaborer et à se produire au jour, surtout pour y saisir ce que j'ai mis, peut-être, malgré ma volonté?
Pablo Picasso
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fredhofredho   13 juin 2016
Pour ma part, je m'efforce d'être aussi libre que possible; dans ma manière de travailler; dans le choix de mes sujets. Personne ne peut me dicter ma conduite ou me guider. On peut me critiquer après coup, mais c'est trop tard. Le travail est fait. J'ai goûté à la liberté. C'était une rude tâche, mais cela valait la peine.
Man Ray
Commenter  J’apprécie          140
fredhofredho   01 juin 2016
L'artiste a cessé d'être le modèle de ses autoportraits. C'est le défi qu'il relève qui est devenu le modèle. C'est l'exigence singulière d'une oeuvre qui doit être montrée. Et si ressemblance il y a, il revient à l'autoportrait de mettre en évidence que cette oeuvre-là ne ressemble à aucune autre.
Commenter  J’apprécie          150
fredhofredho   12 juin 2016
- A propos du camp de concentration - je n'aurais jamais cru, par exemple, que je me transformerais si vite en un vieil homme flétri. Au pays, il faut du temps pour cela, cinquante ou soixante ans au moins; au camp, trois mois ont suffi pour que mon corps me trahisse. Je peux affirmer qu'il n'y a rien de plus pénible, de plus décourageant que de relever, de comptabiliser jour après jour ce qui meurt en nous.
Zoran Music
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
fredhofredho   31 mai 2016
Laissez aux autres le soin d'interpréter, de chercher à comprendre, d'analyser à la lueur de tout ce qu'ils veulent. Le peintre ne sait rien de tout cela. Il peint, voilà tout, il ne cherche pas à traduire.
Balthus
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Pascal Bonafoux (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Bonafoux
Pascal Bonafoux vous présente L'autoportrait au XXe siècle et Correspondances impressionnistes. L'autoportrait au XXe siècle - Moi je, par soi-même- rassemble 540 ?uvres de 285 artistes, préfacé par Jorge Semprun. Correspondances impressionnistes regroupe 210 ?uvres du célèbre courant artistique, commentées et éclairées par les écrivains de l'époque. C'est un jeu de regards croisés entre les artistes et écrivains de l'époque qui furent leurs détracteurs ou leurs défenseurs.
autres livres classés : AutoportraitsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
556 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre