AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2358870870
Éditeur : Manufacture de livres (19/03/2015)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Romans, enquêtes, films ont fait connaître au grand public les personnages de ce monde mystérieux devenu légendaire : la mafia américaine. L'autobiographie de Joseph Bonanno est elle, comme le testament de Lucky Luciano ou Ma vie d'Al Capone, un document authentique, écrit par l'un des plus célèbres «hommes d'honneur» en 1983.
Joseph Bonanno, alias «Joe Bananas» a été pendant plus de vingt ans un des cinq parrains de New York qui ont dirigé la «commission», l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
encoredunoir
  19 mai 2015
Après Lucky Luciano et al Capone, La Manufacture de Livre continue sa publication d'autobiographies de mafiosi américains avec l'étonnant récit de Joseph Bonanno, parrain à partir de 1931 de la famille Maranzano qui prendra finalement son nom.
Joseph Bonanno a 78 ans quand il écrit en 1983 ces mémoires. L'objectif est énoncé dans une introduction sans ambigüité : « La réputation qui m'a été faite a été bâtie sur l'ignorance et l'exagération. Presque tout ce qui s'est dit ou écrit sur moi était inventé. La vie est plus riche, plus complexe que la représentation qui en est donnée dans les médias. Si vous avez ouvert ce livre en espérant y lire les confessions d'un bandit sicilien ou y découvrir des aventures sanglantes, vous pouvez le refermer sans prendre la peine d'aller plus loin. J'ai pris trop de temps à rédiger ces pages pour concevoir qu'elles soient lues comme un vulgaire roman policier. »
Toute l'entreprise de Joseph Bonanno tient en ces lignes : détruire la légende noire de Joe Banana's le boss avide de pouvoir au profit de la légende dorée de Peppino, le parrain éclairé et, au passage, expliquer que la Mafia n'existe pas.
Pour Bonanno il existe en effet une « Tradition » forgée par des siècles de relation d'homme à homme entre des personnes originaires du même lieu mais venues de milieux très différents, forgeant une solidarité dont les liens persistent aussi lorsqu'elles émigrent. Cela les amène à faire entre eux des affaires qui peuvent éventuellement entrer en contradiction avec les lois locales. Bref, à en croire Joseph Bonanno, sa Famille présenterait plus de points communs avec les Aveyronnais de Paris qu'avec un quelconque crime organisé, quand bien même son récit de la « guerre castellamarese » qui voit dans ses prémices s'exporter en Amérique des luttes de clan commencées en Sicile est autrement plus violent qu'un conflit entre brasseries rouergates.
Instructif sur, justement, l'ascension des Castellamarese dans le sillage de Salvatore Maranzano dont Bonanno est à l'époque l'un des lieutenants puis l'arrivée de ce dernier à la tête de la Famille et la création de la Commission qui réunit les chefs des différentes Familles pour tenter de résoudre les conflits, Homme d'honneur, dans sa seconde partie, laisse bien plus perplexe. Il s'agit en effet pour Bonanno de ne pas trop en dire pour éviter d'éventuelles poursuites, mais aussi de développer plusieurs thèses visant à réhabiliter son honneur. Pour expliquer qu'il n'a pas été évincé par ses adversaires et les autres Familles mais qu'il a volontairement pris du recul, pour dire aussi que lui et ses fils ont été avant tout victimes du harcèlement du FBI. Rarement crédible dans ces moments là, Bonanno, lu au second degré devient parfois franchement comique et son récit possède un véritable arrière-goût de Mafia Blues.
Parsemé de phrases définitives qui font sourire (« J'eus nettement moins de plaisir à rencontrer John Kennedy. Mon jugement sur la famille Kennedy est d'une certaine manière faussé par la piètre opinion que j'ai de Robert et de son action démagogique à la tête du Secrétariat à la Justice. »), ce second pan de la vie de Joseph Bonanno est bien plus intéressant pour ce qu'il dit de l'homme qui écrit, de son besoin de reconnaissance et d'une certaine manière de notabilisation, que pour ce qu'il dit de la Mafia puisqu'on imagine bien que s'il désirait, comme il a pu le faire, vivre sa retraite en Arizona jusqu'à 97 ans, il n'avait pas intérêt en 1983 à déballer trop de chose sur ce qui avait pu se passer dans les années précédentes.
Instructif et édifiant autant pour ce qu'il dit que pour ce qu'il choisi de passer sous silence, Homme d'honneur est un document riche et volontiers amusant pour qui décide de le lire avec un oeil critique et il méritait bien cette réédition.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
encoredunoirencoredunoir   19 mai 2015
La réputation qui m’a été faite a été bâtie sur l’ignorance et l’exagération. Presque tout ce qui s’est dit ou écrit sur moi était inventé. La vie est plus riche, plus complexe que la représentation qui en est donnée dans les médias. Si vous avez ouvert ce livre en espérant y lire les confessions d’un bandit sicilien ou y découvrir des aventures sanglantes, vous pouvez le refermer sans prendre la peine d’aller plus loin. J’ai pris trop de temps à rédiger ces pages pour concevoir qu’elles soient lues comme un vulgaire roman policier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
encoredunoirencoredunoir   19 mai 2015
J’eus nettement moins de plaisir à rencontrer John Kennedy. Mon jugement sur la famille Kennedy est d’une certaine manière faussé par la piètre opinion que j’ai de Robert et de son action démagogique à la tête du Secrétariat à la Justice.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : mafiaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
731 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre