AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2911755464
Éditeur : Editions Guérin (16/11/2001)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Harioutz
  19 juillet 2016
Dans 'K2, histoire d'un cas', il apporte les preuves irréfutables que la vérité a toujours été de son côté et que d'une manière ou d'une autre, certains là-haut, à plus de 8 000 mètres, l'ont laissé dans un piège, prêts à oublier la vie du jeune homme de 24 ans qu'il était.
Lien : https://www.pizbube.ch/produ..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
HarioutzHarioutz   19 juillet 2016
Alpiniste mythique méconnu du grand public, l'Italien Walter Bonatti dénonce, quarante-sept ans après, la trahison dont il fut victime lors de la victoire italienne sur le deuxième sommet du monde (8 616 mètres). Un livre événement parmi nos autres propositions cadeaux.



" Je n'ai jamais pris la montagne pour un ''professeur''. La montagne est neutre, elle n'est ni bonne ni mauvaise, elle n'est qu'un tas de cailloux. Mais elle est aussi ce que l'homme veut bien en faire, un révélateur, un miroir qui réclame énormément d'humilité avant que l'on parvienne à accepter l'image de soi qu'elle vous renvoie... " Ainsi a toujours pensé Walter Bonatti, ainsi parle-t-il à soixante et onze ans, casque de cheveux blancs et regard apaisé.

Pour prodigieuses qu'elles furent, ses escapades jalonnent une quinzaine de saisons " seulement ". De sa première ascension sur le Campaniletto, en 1948, jusqu'à la face nord du Cervin, conquise en 1965 (en solitaire et en hiver, durant cinq jours et cinq nuits hallucinants), Bonatti a maintenu trois principes inaliénables : l'histoire (la sienne), l'esthétisme (il était beau et le geste avec) et l'éthique. Cette dernière matrice lui imposa ces phrases : " Mon idée de l'alpinisme ? C'est de m'approcher d'une montagne par mes propres moyens, de la gravir en toute intimité et de revenir chez moi en ne comptant que sur mes propres forces. " (1)

1954. Après l'Angleterre, qui, trois ans plus tôt, a conquis l'Éverest, l'Italie part à l'assaut du deuxième sommet du monde, le K2 (8 616 mètres), dans le Karakoram, au Pakistan. Un universitaire, Ardito Desio, dirige d'une main de fer l'expédition et rappelle, par quelques aspects de sa personnalité et pour d'autres aventures du côté de l'Annapurna, un certain Maurice Herzog. Le 31 juillet, Achille Camagnoni et Lino Lacedelli plantent le drapeau tricolore au sommet, à 18 heures. L'affaire est déjà nouée. Que s'est-il passé dans la nuit du 30 au 31, entre l'avant et dernier camp ? Deux hommes furent chargés d'apporter aux deux alpinistes de tête les bouteilles d'oxygène nécessaires à l'assaut final : le porteur Hunza Mahdi et le benjamin de l'expédition, alpiniste au palmarès déjà prometteur, le jeune Walter Bonatti. Or Mahdi et ce dernier, arrivés trop tard aux abords du dernier camp, ne le trouvent pas. L'erreur ? Compagnoni et Lacedelli l'ont installé en dehors de la position convenue la veille. Ils éteignent leur lampe, rentrent dans leur tente. Sans équipement, Bonatti et Mahdi ne peuvent redescendre. Quasi laissés à l'abandon. Seul recours, creuser et s'enfouir dans la neige. Ils auraient dû mourir : Mahdi sera amputé des mains et des pieds.

Pendant quarante ans, devenu entre-temps l'un des plus grands de l'histoire, puis explorateur solitaire à haut risque aimé et adulé aux États-Unis, Bonatti clame sa vérité, la vérité. Car non seulement Bonatti sera accusé d'avoir abandonné Mahdi, mais également d'avoir tenté de rallier le sommet pour voler la vedette au duo Compagnoni-Lacedelli, utilisant une partie de l'oxygène. La " version officielle ", distillée par Desio, puis reprise un peu partout dans le monde, notamment par Maurice Herzog, ne passe pourtant pas les années quatre-vingt-dix. En Australie, un " mordu " finit par découvrir la preuve qui fait voler en éclats l'échafaudage de mensonges et de contradictions. En 1994, le Club alpin italien fait amende honorable. Bonatti, enfant d'une famille pauvre de Bergame, est enfin réhabilité. Mais sans plus...

Ce livre-document est une pièce de l'histoire de l'alpinisme, ni plus ni moins. On trouvera dans son récit l'expression de toute une vie, lui qui, imperturbablement, s'est contenté de grimper l'échelle de ses plaisirs et de lever les pouces au moment précis où sa raison avait choisi de le faire. Walter Bonatti disait : " Le mont Blanc m'a mieux éduqué que quiconque. "

Jean-Emmanuel Ducoin
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Walter Bonatti (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Walter Bonatti
Vidéo de Walter Bonatti
autres livres classés : oubliVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains étrangers et l'Italie

Dans quelle ville, dans laquelle Bonaparte vient d'entrer en libérateur, commence l'action de "La Chartreuse de Parme" de Stendhal ?

Parme
Livourne
Milan
Turin

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : italieCréer un quiz sur ce livre