AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2227483245
Éditeur : Bayard Jeunesse (17/11/2011)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 69 notes)
Résumé :
«Jusqu'ici, j'aimais écrire des romans. J'aimais inventer des intrigues, explorer des contrées lointaines, donner vie à des personnages perdus qui cherchaient un sens à leur existence. Aujourd'hui, c'est moi qui suis perdue, et c'est moi qui pars en voyage...»

Un soir d'octobre 2010, Anne-Laure Bondoux croit avoir renversé un enfant en voiture. Or cet incident étrange survient après la révélation d'un secret de famille, une séparation, l'apparition de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
cathe
  18 février 2018
Anne-Laure Bondoux, auteur jeunesse reconnue, trente-neuf ans, est en panne d'inspiration depuis deux ans. Elle ne comprend pas pourquoi elle ne réussit plus à écrire, comme si quelque chose la gênait, lui pesait. Un soir en voiture elle freine brusquement à un carrefour, pensant avoir renversé un enfant. Mais il n'y a personne devant sa voiture. Cet épisode la bouleverse et elle va tenter de revenir sur le déroulé de sa vie pour comprendre d'où viennent cette panne d'inspiration et ce mal-être. Son enfance a été sans histoire, avec des parents intelligents, permissifs et à l'écoute, et une soeur avec laquelle elle ne s'entend pas très bien. Mais certaines allusions de sa mère semblent indiquer un épisode caché dans la vie familiale. le jour de l'enterrement de leur grand-mère, les deux soeurs poussent leur père dans ses retranchements et il leur parle de ce secret qui concerne leur mère, mais aussi elles, par ricochet…. Un secret de famille jamais dévoilé aux grand-parents, et qui maintenant éclaire d'un jour nouveau la cellule familiale.
Anne-Laure a longtemps hésité avant de publier ce livre qui met à jour la vie intime de la famille, mais d'autres avant elle se sont servis de l'écriture comme thérapie, et de grands noms. Je connais la famille Bondoux donc j'ai été particulièrement touchée quand ce livre est paru. Je pense toutefois qu'il a une portée universelle et, grâce à l'écriture riche, travaillée et pudique d'Anne-Laure, permet d'évoquer ce qu'est un «secret de famille» et ses répercussions sur tous les membres de la cellule familiale. Il parle aussi de la vie d'une jeune femme, d'une créatrice, de ses doutes, de ses périodes de dépressions, tout cela avec finesse et pudeur. C'est un journal intime très émouvant dans lequel beaucoup d'entre nous pourront trouver des mots qui nous parlent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
AudreyT
  01 mai 2015
Énorme coup de coeur pour ce livre d'Anne-Laure Bondoux... Une autobiographie qui n'y ressemble pas, une écriture toute en émotion et en finesse. La lecture de ces quelques pages est un bonheur, et pourtant nous y partageons la douleur et les blessures de l'auteur...
Quand les mots heurtent, ils peuvent aussi apaiser. Ecrivain comme lecteur, nous sommes unis par les phrases qui expliquent, qui cherchent et qui trouvent...
Commenter  J’apprécie          210
AnaisValente
  25 décembre 2011
« le dimanche, on lit au lit ».
Et ce dimanche, j'ai pleuré au lit.
Une de mes anciennes collègues se plaisait à me répéter « y'a pas de hasard ». Avec les années, j'ai tendance à la croire de plus en plus.
Parfois, je repère un livre qui me tente, et je me l'offre, ou je le demande en lecture à l'éditeur.
Parfois, les éditeurs m'envoient leurs programmes de parution et je fais mon « shopping ».
Et parfois, un pli mystérieux m'est adressé, sans que j'aie rien demandé. Une surprise.
Mauvaise, parfois. Bonne, souvent.
Les goûts et les couleurs, hein, vous savez ce qu'il en est.
Bonne surprise par exemple, avec Les âmes vagabondes, de Stephenie Meyer, reçu alors que j'ignorais encore tout de Twilight, livre lu des mois plus tard, adoré.
Bonne surprise aussi avec L'autre moitié de moi-même, d'Anne-Laure Bondoux, dont j'ignorais tout également.
Anne-Laure est auteure de romans jeunesse à succès. de la fiction.
Mais un jour, la voilà confrontée à l'abomination de la page blanche. Désespérément blanche.
Une « abomination » qu'elle résume de cette façon :
"Jusqu'ici, j'aimais écrire des romans. J'aimais inventer des intrigues, explorer des contrées lointaines, donner vie à des personnages perdus qui cherchaient un sens à leur existence. Aujourd'hui, c'est moi qui suis perdue, et c'est moi qui pars en voyage..."
Et son éditeur d'ajouter : Un soir d'octobre 2010, Anne-Laure Bondoux croit avoir renversé un enfant en voiture. Or cet incident étrange survient après la révélation d'un secret de famille, une séparation, l'apparition de quelques fantômes et une longue panne d'écriture. Soudain, elle qui pensait savoir qui elle était et où elle allait n'a plus aucune certitude. Elle se remet alors à écrire. Non pas un roman pour la jeunesse comme à son habitude, mais son histoire, la seule qu'elle puisse vraiment raconter aujourd'hui. Peut-être n'est-elle pas si différente de la nôtre...
Voilà bien l'étrange sensation que j'ai eue dès le début de la lecture de ce livre que je n'avais pas demandé à lire, dont j'ignorais tout : que cette histoire n'était pas très différente de la mienne. Pourtant, à part notre âge, presque similaire, comme nos photos de classe et nos coupes de cheveux de l'époque, on n'a pas grand-chose en commun, Anne-Laure et moi. Ce goût de l'écriture, sans doute un peu, mais elle écrit des romans, moi pas. Va savoir ce qui a provoqué en moi cette sensation bizarre, qui a perduré durant tout le livre ? Une sensation couplée à une émotion forte, grandissant au fil des pages. Comme si c'était mon histoire, alors que ce ne l'est absolument pas. Cette histoire serait-elle universelle ? Toucherait-elle les lecteurs de façon universelle ? Rassemblerait-elle autour d'elle tous ceux qui ont vécu les non-dits, les secrets, les conflits larvés, les difficultés de vivre, celles d'exister, aussi, et puis les peurs, les angoisses, le besoin de parler, de comprendre, d'aimer, de vivre, enfin, d'exister, aussi ?
Aucune idée, je peux juste vous dire que ce livre m'a touchée au plus profond de mes tripes et a éveillé en moi des trucs incroyables. On m'a dit un jour « cesse d'acheter des livres dits d'évolution personnelle, des trucs psy pour comprendre le pourquoi du comment du quand et du où, lis plutôt des romans, qui éveilleront en toi des trucs que tu n'imaginais pas ». Sans m'y attendre, je viens d'être confrontée de plein fouet aux conséquences de ce conseil bien avisé. Et à cette envie, moi aussi, comme Anne-Laure Bondoux, de me lancer dans ce qu'elle appelle « un portrait d'écrivain en maillot de bain ». Un jour peut-être.
Je n'ai rien d'autre à ajouter votre honneur, à part ces quelques pépites trouvées ici et là, durant ma lecture :
« L'événement lui-même est détruit par le livre. Ce qui est écrit remplace ce qui a été vécu » (Marguerite Duras).
« Il faut bien inventer des histoires pour rendre la vie supportable » (Le temps des miraclesAnne-Laure Bondoux).
« La littérature tout entière est cicatricielle. Elle célèbre la plaie et redit la lésion » (entendu par l'auteure à la radio).
Lien : http://www.le-celibat-ne-pas..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
pyrouette
  15 mars 2015
Superbe témoignage d'un état dépressif qui trouve sa source dans l'enfance. Un sentiment d'insécurité existant depuis toujours malgré une personnalité joyeuse et fonceuse. Puis, un instant de faiblesse, un instant de fatigue vont faire basculer cette belle personnalité. L'Auteure va regagner sa grotte, ce que tout être dépressif connaît, le refuge, l'endroit où l'on peut se rouler en boule et remonter le temps pour trouver l'origine de cette souffrance tellement vive que tout s'arrête. L'histoire de nos parents n'est pas la nôtre et ne devrait pas nous faire souffrir. Nous avons en tant qu'enfant notre propre vie, notre propre histoire à construire et la réalité des uns n'est pas la vérité des autres.
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
Commenter  J’apprécie          190
petitepom
  28 juin 2012
Je ne suis pas trop attirée par les drames et encore moins par les biographies, pourtant quelqu'un sur le net a su me motiver à lire ce livre, car je l'avais réservé à la biblio.
J'ai aimé l'écriture simple et agréable, mais moyennement l'histoire, on est poussé à tourner les pages pour connaître le secret de sa mère mais une fois qu'on le sait, l'intérêt pour la vie et les ressentis de l'auteur m'ont ennuyé.
Quand j'ai lu le résumé du livre, j'ai été attiré par le coté étrange de son « accident », mais j'en attendais autre chose, malgré le coté agréable le la narration, je préfère les histoires romancées et je pense que mon avis mitigé vient de là.
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
pyrouettepyrouette   10 mars 2015
Mais ce soir là, je n'ai plus la force de résister. Je bascule dans un gouffre noir. Je fais une chute vertigineuse vers le fond, à l'intérieur de moi-même, là où gisent les choses oubliées. A l'endroit exact de mes peurs. C'est un naufrage.
Commenter  J’apprécie          190
GuitareGuitare   16 décembre 2011
Je connaissais Anne laure Bondoux pour ses romans jeunesses que j'ai toujours trouvés plein d'imagination. J' ai été étonnée qu'elle fasse un livre sur sa propre vie, les non dits liés à sa famille. Au premier abord je trouvais cela impudique. Je l'ai lu, et j'ai aimé la façon dont Anne laure Bondoux nous livre son désarroi, ses angoisses en mettant en évidence les liens complexes qui se tissent dans chaque famille et combien ils ont d'impact sur notre devenir. Son histoire c'est un peu celle de tout le monde, elle démêle la sienne, elle avance et petit à petit se trouve. on comprend alors comme une évidence que ce livre elle devait l'écrire. C'est un livre profondément humain et plein d'espoir. On ne peut que lui souhaiter d'écrire encore pour notre plus grand plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TheomaTheoma   22 décembre 2012
Le 25 octobre 2010, je quitte mon amie D. aux alentours de dix-neuf heures, pour rentrer chez moi au volant d’une Mazda 6 de couleur bleue, cabossée à l’arrière et rayée sur les deux ailes. À ce moment de ma vie, je suis comme cette voiture : cabossée. Quant à mes ailes, où sont-elles ?
(…)
Le soir tombe sur la banlieue parisienne. Je veux rentrer chez moi pour dîner avec mes enfants, faire acte de présence auprès d’eux, bien que n’ayant guère d’appétit et pas plus de consistance qu’un courant d’air.
Je bifurque dans une rue, déboîte dans une deuxième. Je ne sais plus si je grille le feu, ou si je passe à l’orange en donnant un coup d’accélérateur.
Un enfant est là, sur son vélo, au milieu du passage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AudreyTAudreyT   01 mai 2015
S'il me quitte, je ne sais plus qui je suis, ni où je vais, ni ce que je dois faire.
Plus d'air pour respirer, plus d'avenir à bâtir, plus de présent à aimer, il ne me reste qu'un passé. Dix-huit années qui s'écrasent contre un mur.
Commenter  J’apprécie          140
CarosandCarosand   20 mars 2015
Je suis devenue écrivain comme on devient explorateur, ou archéologue. Je suis devenue écrivain pour plonger dans les abysses, à la recherche de ce qui n'a pas de nom. Je suis devenue écrivain pour nommer les fantômes.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Anne-Laure Bondoux (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne-Laure Bondoux
Avis sur Valentine ou la belle saison à 3:06
autres livres classés : écritureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le temps des Miracles #DéfiBabélio

Quel est le prénom du héros ?

Vladimir
Koumaïl
Igor
Stambek

9 questions
58 lecteurs ont répondu
Thème : Le temps des miracles de Anne-Laure BondouxCréer un quiz sur ce livre
.. ..