AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782369148746
400 pages
Libretto (04/01/2024)
4.33/5   15 notes
Résumé :
Anna Klumpke (1846-1942) arrive dans la vie de Rosa Bonheur (1822-1899) en 1889. Elle sert alors d'interprète - Anna Klumpke est américaine - à un admirateur new yorkais de passage en France. Rosa Bonheur est une peintre si connue aux Etats-Unis que son tableau Le Marché aux chevaux est accroché au Metropolitan Museum, et l'on offre aux enfants une poupée à son effigie.

Neuf ans après cette première rencontre, A. Klumpke est de retour au château de By... >Voir plus
Que lire après Souvenirs de ma vieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Quoi de mieux que de se plonger dans la biographie d'un peintre avant de visiter l'exposition qui lui est consacré ?

Dépassant un premier mouvement d'arrêt devant la couverture particulièrement laide, je me suis lancée dans la lecture de cette biographie de ce peintre animalier superstar du XIXème siècle, Rosa Bonheur.

Le bandeau (d'un vert de mare radioactive) proclamait « l'incroyable destin d'une artiste-peintre libre et féministe » …. Une récupération anachronique ?

En effet, cette réédition étant due à une experte en sexisme - Natacha Henry – et non à un expert en arts, je redoutais la récupération féministe d'une artiste d'il y a deux siècles. C'est d'ailleurs l'argument de vente principal.

C'est donc avec un regard circonspect que j'ai commencé ce livre. Celui-ci se compose de deux parties, inégales :
La première raconte les circonstances par lesquelles Anna Klumpke, une jeune artiste-peintre américaine en est venue à tout quitter pour cohabiter avec la vieille Rosa Bonheur. Cette première partie est écrite par l'Américaine seule.

La seconde partie, d'un style tout à fait différent, ne semble pas écrit par la même personne. Mais cela fait partie du pacte : « Nous les (les notes prises par A.K) arrangerons et nous les relirons ensemble. »

L'introduction jette un éclairage troublant sur une Rosa Bonheur égoïste et une manipulatrice face à une Anna Klumpke naïve et indécise : chantage affectif de lui consacrer sa vie, « comme celui de Méphistopholès lorsqu'il demande à Faust de lui abandonner son âme ».

Cette noirceur d'âme se voit aussi dans la jalousie que l'artiste avoue avoir éprouvé au regard de Tony Robert-Fleury, grand peintre de l'époque qui donna à Anna Klumpke la chance d'étudier avec lui au même moment où Rosa Bonheur lui demande de mettre sa carrière en sourdine pour devenir une sorte de dame de compagnie. Naturellement, Anna Klumpke hésite et Rosa Bonheur lâche un ultimatum inique : « Si vous me quittez, je n'aurai pas longtemps à vivre. » !

Il faut quand même se rendre compte que Rosa Bonheur ne demande rien de moins à la jeune artiste américaine que de ne jamais plus retourner de son vivant dans son pays, de quitter sa famille, de renoncer à sa propre carrière artistique ainsi qu'au mariage qu'un jeune homme lui avait proposée avant son départ pour l'Europe !

Rosa Bonheur, pour parvenir à ses fins n'hésite pas à mentir à l'entourage de la jeune femme qui s'inquiètent pour elle : «Tu es trop libre pour accepter les fonctions de demoiselle de compagnie. ».
Mais la jeune femme est sous l'emprise de son admiration pour la vieille dame, elle n'a aucune liberté, son aînée mettant dans sa bouche les arguments qu'elle doit répéter à sa mère : « Pénétrez-vous des arguments que je lui donne afin de vous défendre et de la convaincre. »

Mais pourquoi donc Rosa Bonheur voulait-elle s'attacher à demeure Anna Klumpke ?

En premier lieu, pour écrire ses mémoires. Bien sûre, il y avait déjà a eu des biographies publiées mais rappelons-nous que Rosa Bonheur était un peintre vénéré de son vivant même et qu'elle avait un sens du self-marketing très développé.

Mais elle veut que ce soit une femme qui écrive ses « vraies » mémoires. Car ce n'est qu'à une femme qu'elle pourrait se confier à propos de Nathalie Micas, son amie d'enfance avec qui elle vivait jusqu'à la mort prématurée de celle-ci. Et surtout sur sa mère (enterrée dans une fosse commune quand elle décéda à une période de la vie marquée par la misère).

Elle voit en Anna un successeur à son amie Nathalie Micas, décédée sans avoir achevé le travail car dit-elle «Si je vous ai choisie, c'est parce que vous êtes une femme et que je vous parle à coeur ouvert ». Bien entendu, Anna n'a aucune liberté dans l'écriture de ces mémoires, elle n'est qu'un outil.

L'aspect le plus touchant de cette biographie, est de découvrir cette vieille femme qui souffre toujours de l'absence de l'amour maternel. On trouve de brèves allusions au remariage de son père. Elle trouve qu'une marâtre est bien du travail pour des enfants qui viennent de perdre leur mère (c'est elle qui, pré-adolescente, avait du prendre la place de sa marâtre dans la tenue du foyer) et qu'un père bien avisé devrait rechercher la paix pour sa famille, du moins dans un premier temps.

Pour lui convaincre Anna Klumpke de sacrifier sa carrière, sa famille, son avenir à une obscure vie de dame de compagnie-secrétaire, elle lui fait miroiter une vie de sororité tel les frères Riepenhausen, vivant et peignant ensemble.

Par ailleurs on devine – plus que ça n'est dit clairement – que Rosa Bonheur veut qu'Anna Klumpke prenne la place laissée vacante par la mort de Nathalie Micas. Et là se pose – pour nous, vivant au XXIème siècle, la question que tout le monde se pose : Rosa Bonheur était-elle lesbienne ?
Alors, oui, elle s'habillait en homme comme George Sand. Mais pas pour choquer mais, comme elle l'explique, par commodité, dans les abattoirs ou dans son atelier. Et au tout début du livre, elle dit clairement que quand on vit seule, cela peut éviter des ennuies. D'ailleurs, quand Rosa Bonheur avait de la visite, elle se dépêchait d'aller se changer. Enfin, elle spécifia bien à Anna Klumpke qui entreprend son portrait que « c'est dans mon costume de femme que je veux que mon image soit transmise à la postérité. 

Oui, mais alors, cette vie en commun ? Tout d'abord, il faut dire que Rosa Bonheur souhaitait aussi pour cette raison avoir une biographie femme car elle avait tout à fait conscience de « la mauvaise opinion que le monde a en général, des femmes qui vivent ensemble » et souhaitait que « la postérité (la) juge avec impartialité. »
Rosa Bonheur a d'abord vécu avec Nathalie Micas, son amie d'enfance. Mais celle-ci ne semble pas être lesbienne. Rosa Bonheur rapporte (un peu méprisante?) en effet cet épisode de son amie se préparant à la visite du médecin : «Nathalie peigne sa queue. Elle se fait belle pour plaire au docteur : elle a un faible pour cette sorte de mammifère. » 

A la mort de Nathalie Micas, Rosa Bonheur a fait une dépression. Quand elle voit Anna Klumpke surgir, elle veut se l'attacher à cause aussi de la grande ressemblance entre sa biographe et sa mère  : « Dans aucune de mes biographies, on ne parle du culte que j'ai voué à la mémoire de ma pauvre mère, et c'est à mes yeux, la plus grande des imperfections. »

Alors, oui, Anna Klumpke vit dans la maison de Rosa Bonheur. Celle-ci lui avait d'ailleurs vendu le projet comme une « communauté d'artistes » comme les hommes le faisaient. La mère d'Anna Klumpke la voit plutôt comme une « dame de compagnie ». Mais, en aucune façon, ni pour Nathalie Micas, ni pour Anna Klumpke, il n'est question de sentiments, si ce n'est de l'amitié, même si elle est exprimée avec beaucoup plus de force que de nos jours.

Anna Klumpke voit plutôt cette relation comme une relation mère-fille mais où la mère serait une quasi-divinité. Elle dit : « Jusqu'à présent, je n'osais pas vous montrer mes sentiments. Ah ! Si vous pouviez comprendre l'admiration que j'ai eu toujours pour vous. C'était un vrai culte ! Et pensez que me voici devenue votre fille d'adoption! »

Ce qu'on peut tirer de cette biographie – à part la connaissance non seulement de la vie de Rosa Bonheur mais aussi de tout l'arrière-plan artistique de l'époque – est qu'il ne faut pas voir les choses d'une époque avec nos yeux de la nôtre.

Un autre exemple qui concerne cette fois-ci l'amour de Rosa Bonheur pour les animaux. Il s'exprime dans des formes qui nous choquent au XXIème siècle, comme faire empailler la tête de sa première jument, Margot, ou faire de la peau de la lionne Fathma, un tapis.
Par ailleurs, cet amour des bêtes est parfois teinté de métempsychose. D'ailleurs, si Rosa Bonheur est catholique, c'est d'un catholicisme très moderne où il vaut mieux faire le bien autour de soi plutôt que de marmonner des prières à l'église. Et où Dieu se rencontre dans la beauté du paysage.

Pour finir, quel niveau de véridicité attribuer à cette biographie ? Par exemple, page 392, Rosa Bonheur déclare : « Laver mes pinceaux a toujours été pour moi une tâche importante à la fin de chaque journée, et jamais je n'ai consenti à charger mes domestiques de ce soin. J'y attachais tant d'importance que je ne voulais même pas que Nathalie m'aidât. (…) Lorsque je suis occupée à faire la toilette de mes pinceaux, je déteste d'être interrompue par qui que ce soit. » Mais seulement quatre pages plus loin, Anna Klumpke relate : « C'était le 20 septembre, aux approches de cinq heures et demi. le jour commençait à tomber et je lavais les pinceaux de Rosa Bonheur dans le cabinet de toilette. »
Je vous laisse juge...
Commenter  J’apprécie          40
Coup de coeur pour cet essai qui relate la vie, la vraie, de Rosa Bonheur. Anna Klumpke nous livre un portrait à la fois par sa plume et par son pinceau de la célèbre peintre animalière (qui personnellement me fascine).

Après avoir lu Rosa Bonheur l'audacieuse de Natacha Henry qui se concentre sur sa jeunesse, j'ai découvert ici les deux facettes de Rosa : l'artiste oui, mais c'est aussi la femme que l'on perçoit dans ces lignes, écrites par celle qui l'a intimement connue, et c'est, à mon sens, ce qui fait la force de cet essai.

Le récit commence donc par la voix d'Anna Klumpke qui raconte les circonstances de leur rencontre et celles l'ayant amené à peindre son portait. C'est très intéressant et ça permet de poser le contexte et surtout la raison pour laquelle c'est elle qui s'est chargée de la biographie de Rosa. J'avais peur que l'écriture soit lourde mais pas du tout, c'est très fluide et on accroche vite. Par contre, j'ai trouvé que cette première partie était trop longue (presque un tiers du livre). On ne connaît pas Anna, et ce n'est pas elle qui nous a poussé.e.s à lire ce livre, mais Rosa !

Lorsqu'enfin elle prend la parole, c'est passionnant. On perçoit vraiment l'esprit de ce sacré bout de femme, c'est donc la meilleure partie de l'essai. Il y a également de vraies lettres incluses dans le récit qu'Anna a retrouvé et ça plonge vraiment dans l'ambiance. La troisième partie, où Anna se concentre sur la fin de vie de Rosa, était trop larmoyante à mon goût.

Je finis ma lecture en ayant l'impression d'avoir connu Rosa intimement, et ses idées (notamment féministes) me plaisent ! C'est donc un ouvrage que je recommande à celles et ceux qui souhaitent en savoir plus sur la grande Rosa Bonheur.
Commenter  J’apprécie          13
A l'issue de lecture de cet ouvrage, deux réflexions :
- si l'on veut en savoir plus sur une célébrité, mieux vaut avoir recours à la biographie plutôt qu'à l'autobiographie.
- ce titre Souvenirs de ma vie est trompeur car, en dehors de la 2eme partie (sur 3) qui est autobiographique, les deux autres (1 et 3) sont le fait de celle qui fut la compagne de la dernière année de vie de Rosa Bonheur, l'artiste peintre Anna Klumpke. le titre d'origine Rosa Bonheur, sa vie, son oeuvre (1908) correspondait bien plus au contenu.
Ce livre reste cependant un témoignage intéressant sur l'époque, la place des femmes dans le monde des arts, les transactions financières autour des oeuvres picturales et l'attirance des grands de ce monde pour les artistes.
Au final, je suis restée sur ma faim, des pans entiers de la vie de Rosa Bonheur sont tout juste survolés et je ferai bien de procurer une vraie biographie pour en savoir plus.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Telerama
21 février 2024
Etrange objet littéraire, historique, amoureux, que cette délicieuse et plutôt insolente (auto) biographie à quatre mains. Retracer leur vie à deux, et particulièrement la sienne : tel est le culotté projet que confie, en 1898, la peintre animalière Rosa Bonheur (1822-1899) à Anna Klumpke, sa jeune amie américaine, peintre elle aussi, et de trente-quatre ans sa cadette.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Preface de Natacha Henry

La mission d'Anna Klumpke

Les archives de la peintre animalière Rosa Bonheur (1822-1899) furent longtemps inaccessibles, enfouies dans l'ancienne demeure de l'artiste, le château de By,à Thomery,près de Fontainebleau.
Heureusement, on a ce texte.Rédigé par son amie,la portraitiste américaine Anna Klumpke (1856-1942),il constitue sa référence biographique absolue.Car il a été écrit à quatre mains,ou plutôt deux voix.Rosa Bonheur ayant décidé de conter sa vie à Anna Klumpke, dans ce qui en sera la dernière année. "Je serai non seulement l'amie et l'élève de la grande artiste,mais aussi l'interprète de ses idées ",expliquait Anna Klumpke .(p.7)
Commenter  J’apprécie          110
Bien souvent il m'est arrivé, au cours de mes longues promenades, de rencontrer, sur les routes poudreuses de l'Ile-de-France, des troupeaux de ces bestiaux que l'on conduit aux abattoirs de Paris. (...)
Je songeais avec tristesse que toute cette chair vivante, tout ce sang des pauvres bêtes qui s'en allaient devant moi, beuglant ou bêlant, dans un nuage de poussière allait bientôt tomber sous le couteau du boucher.
Pauvres créatures innocentes, qui ne reçoivent la vie qu'à raison de cette fin lamentable ! Je me demandais : pourquoi tant de victimes ? Ces êtres muets ont-ils été dans une vie antérieure des gens comme nous, dont les crimes ou les fautes auraient mérité cette effroyable punition ? Quel déplorable destin ! Quelle terrible nécessité aussi que celle de donner la mort ! Cette scène m'a inspiré deux tableaux, Le Meunier cheminant et Le Départ pour le marché.
Commenter  J’apprécie          50
Je blâme énergiquement les femmes qui renoncent à leur vêtement habituel dans le désir de se faire passer pour des hommes. Si j'avais trouvé que les pantalons convinssent à mon sexe, j'aurais délaissé complètement les jupes. Si cependant vous me voyez vêtue comme je le suis, ce n'est pas le moins du monde dans le but de me rendre originale, ainsi que trop de femmes l'ont fait, mais tout simplement pour faciliter mon travail.
Commenter  J’apprécie          10
Cette affection divine ne vieillit pas, dit-elle quand elle eu fini de lire, elle dure au-delà de notre existence terrestre. Rien n'est aussi grand ni aussi pur. L'amitié de l'âme est la vraie parenté. Elle est supérieure à celle que Dieu nous donne, puisqu'au lieu de l'accepter de Ses mains, nous la choisissons nous-mêmes. Dans les affections de famille, il manque souvent la communion des esprits.
Commenter  J’apprécie          10
Malgré mon culte pour la science, il est une branche que je ne sais que maudire. Comment pourrais-je admirer ces mécaniciens, ces chimistes, ces ingénieurs sans cesse à la recherche de nouveaux moyens de destruction, non pas seulement dans le but d'assurer la prédominance des nations civilisées sur les peuples sauvages, mais encore pour donner à celles-là les moyens de se combattre entre elles et de verser leur propre sang en grande abondance ?
Dieu veuille que le XXeme siècle, dont je verrai tout au plus l'aurore, ne dispute pas au XIXeme le privilège d'avoir pour ainsi dire réinventé la poudre.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Rosa Bonheur (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rosa Bonheur
Dans le prolongement de l'exposition Rosa Bonheur (1822-1899), l'hommage du musée aux artistes femmes se poursuit à partir du 16 septembre 2022 dans la salle des Actualités. Près de quatre-vingts artistes de la collection «sortent de leur(s) réserve(s)» et vous invitent à un voyage dans l'histoire de l'art au féminin, du XVIe au XXIe siècle, venant ainsi compléter les oeuvres de femmes artistes déjà présentées au sein du parcours permanent. Pour la majorité d'entre elles, ces oeuvres quittent pour la première fois l'obscurité des réserves du musée où elles sont conservées pour un accrochage à la lumière des cimaises d'une salle d'exposition.
Musiques : Loik Brédolèse - All The Regrets (CC BY 4.0) Keys Of Moon - The Epic Hero (CC BY 3.0) Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : Essais biographiquesVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (56) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1708 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}