AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782851979230
57 pages
Éditeur : L'Herne (23/04/2010)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Le tissu, qui est cependant ce qui protège, est perçu plus facilement, ou du moins le fut-il bien tôt, comme ce qui empêtre, et ce qui cache.
Et c'est vrai qu'il met à distance notre origine, cet état de nature qui peut sembler être une innocence, et de la franchise. Quand Adam et Eve eurent mangé de l'arbre de la connaissance, ils se couvrirent, comme si la première fonction de ce qui devint la vêture était de cacher la première faute ; et de l'enfant dans s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
rose
  19 février 2011
Au milieu du va-et-vient d'un cabinet d'analyse, tandis que les enfants chiffonnent les prospectus de prévention et que les vieilles dames s'installent péniblement, leurs filles ou belles-filles règlant les questions administratives et interrompant leur rêverie en demandant qui un chèque, qui une carte qu'elles extraient lentement de leurs porte-feuilles, il peut sembler étrange de s'abstraire dans les Pensées d'étoffe ou d'argile d'Yves Bonnefoy, mais il est aussi très réconfortant de retrouver sa voix limpide et pourtant dense, chargée de poésie et de toutes les références mythologiques auxquelles il a si magnifiquement redonné vie dans son oeuvre.
Ces textes théoriques accompagnaient à l'origine un ouvrage et une exposition, mais ils peuvent très bien se lire seuls, tant leur véritable sujet se révèle être la poésie et participe de la réflexion de l'artiste sur la forme. Ainsi, dans « le tissu et ses oeuvres », si Bonnefoy montre d'abord quelle méfiance suscite le tissu comme le langage (ce tissu qui cache), il invite aussi à déceler une autre dimension : le tissu qui recouvre dégage le corps de sa simple dimension biologique, il l'amène à réfléchir sur sa forme, et l'art, avec ses savants drapés, l'a bien compris ; le tissu est enfin le lieu d'évocations symboliques qui dépassent la pensée conceptuelle (comme la poésie).
Dans « le travail du potier », de même, le poète rapproche le langage de la céramique qui recueille et exalte dans l'offrande. Comme le poète, le potier est à la recherche de la forme, d'une beauté qui « nous fait respirer à soudain plus haute altitude ».
Un très beau « carnet de l'Herne », qui nous permet de suivre la pensée d'un artiste qui ne cesse de réfléchir sur son art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
liberlibri
  12 février 2011
Pensées d'étoffe et d'argile, paru aux Carnets de l'Herne, regroupe deux textes d'Yves Bonnefoy. “Le tissu et ses oeuvres” est à l'origine une préface rédigée pour l'ouvrage de Patrice Hughes, Tissu et travail de civilisation, paru en 1996. Bonnefoy considère le tissu à la fois comme ce qui protège mais aussi comme ce qui cache, ce qui nous sépare de la nature. le tissu représente de surcroît une métaphore du langage “qui tisse des notions, des concepts, lesquels donnent de ce qui est une représentation simplifiée, et voilent donc autant ou même plus qu'ils ne révèlent ; et peuvent aussi aider à produire de l'illusion”. Bonnefoy, qui voit trois fonctions dans le tissu, le rapproche très étroitement de la poésie, car l'étoffe est canevas et pièce unique, laissant apparents les fils qui la constituent tout en paraissant achevée.
Le second texte, “Le travail du potier”, écrit en 1976, accompagnait une exposition de l'artiste Norbert Pierlot. Yves Bonnefoy l'a profondément remanié et amendé pour la parution dans les Carnets de l'Herne. Comme le tissu, la poterie présente des similitudes avec la poésie car elle est un “accord” de la matière et de la forme. La poterie, en tant qu'art millénaire, lui apparaît comme portant une dimension sacrée car sa “beauté nous fait respirer soudain à plus haute altitude”.
Lien : http://www.liberlibri.fr/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   25 mai 2010
le cas de l'art grec encore, où le sculpteur aima placer sur les corps cette fois féminins des étoffes si mines, si transparentes qu'elles semblent au point de cesser d'être : ce qui signifie que la beauté de ces membres, l'élégance gracieuse qui le raccorde, ont comme fleuri, peu à peu, dans l'enveloppement d'abord d'étoffes plus lourdes et grossières dont maintenant elles se délivrent pour l'existence ^lus haute que la lecture permet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brigetounbrigetoun   25 mai 2010
La terre vraie, c'est le temps, ce sont les rêves que d'obscures passions ne cessent pas de recommencer.
Commenter  J’apprécie          60
brigetounbrigetoun   25 mai 2010
Le tissu dégagea le corps de son fonctionnement seulement biologique, il le redressa, il déplaça le sentiment d'être de l'obscur de la respiration et du sang vers la figure, de dedans aveugle vers un dehors où l'horizon aussi apparaît, comme lui-même une forme.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Yves Bonnefoy (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yves Bonnefoy
[RARE] Yves BONNEFOY – À la télévision (ORTF, 1974) Une rare émission de télévision sur Yves Bonnefoy. Portant le titre « Les Poètes », présentée et réalisée par Jean-Pierre Prévost, elle fut diffusée le 21 juin 1974 sur l’ORTF.
Dans la catégorie : EssaisVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Essais (404)
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
569 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre