AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782205057157
48 pages
Éditeur : Dargaud (25/08/2005)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Gilgamesh se morfond avant de partir pour un voyage insensé, persuadé qu’il pourra ainsi retrouver son ami. Il affronte alors mille épreuves dignes des chevaliers qui partirent à la recherche du Graal ou des récits d’Homère. Il frôle la mort à chaque instant, défiant les Dieux. Mais un homme peut-il défier les Dieux impunément ? Et, surtout, Gilgamesh réalise tout simplement un parcours initiatique, se découvrant lui-même pour devenir celui que l’on appellera Gilgam... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
  15 mars 2014
Suite et fin de l'épopée de Gilgamesh. Cette moitié est beaucoup plus empreinte de mysticisme et de métaphysique. On y découvre le véritable but de ce récit, la véritable portée parabolique, à savoir : la quête de l'immortalité pour l'homme.
Gilgamesh, qui avait était mis en face de sa propre nature bestiale dans le tome précédent, en la personne d'Enkidu, qui après l'avoir combattue, c'était mis à l'accepter et à l'aimer. Maintenant, cette nature bestiale, faut-il encore qu'il accepte l'une de ses caractéristiques, le fait qu'elle soit mortelle.
Mais ça, non, Gilgamesh il n'aime pas du tout. Accepter d'être un mortel comme un autre, accepter même que son double puisse disparaître, perdre ce que l'on a possédé : jeunesse, force, beauté, pouvoir, richesses, non, ça, il n'accepte pas du tout.
Il est taraudé par cette perspective et se résout à accomplir une x-ième prouesse, allez voir les dieux eux-mêmes pour leur demander l'offrande de la vie éternelle.
Le chemin est encore largement semé d'embûches, peu à peu, Gilgamesh devient sale, fourbu, amaigri, ses vêtements à force d'endurer les sévices du voyage ne sont plus que haillons.
Il finit malgré tout par rencontrer Urshanabi, un solitaire qui vit au bord de l'eau et qui possède un frêle esquif. Gilgamesh, grâce à ses gros muscles, parvient à le convaincre de le mener devant Utanapishtim.
Urshanabi, en passeur plein d'abnégation, fait éminemment penser à Charon dans la mythologie grecque qui a emprunté beaucoup à l'épopée de Gilgamesh. de même, Utanapishtim est une version prototypale de Noé et de son arche célèbre.
Après quelques nouveaux travaux, Gilgamesh, modèle d'Héraclès puis d'Hercule, finit par obtenir, de mauvaise grâce, de la bouche de Utanapishti, le secret de l'immortalité.
Ce sera encore une nouvelle épreuve que d'aller trouver cette plante rare, si elle existe et de s'en saisir, s'il est possible. Mais ceci est un challenge à la mesure de Gilgamesh. Je vous laisse le plaisir de découvrir s'il y parviendra et ce qui adviendra alors, si vous ne le savez pas déjà.
Au total, un très beau mythe fondateur, plutôt très bien restitué sous format BD, avec des illustrations efficaces et un texte épuré. Une très jolie parabole aussi sur le sens de la vie, qu'il convient de méditer à chaque âge.
C'est donc un bon moment que nous passons en compagnie de Gilgamesh et que je ne saurais que vous conseiller, mais ce n'est bien sûr que mon avis, c'est-à-dire, bien peu de chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   15 mars 2014
GILGAMESH : Maintenant que j'ai vu ton visage, tavernière, puissé-je ne pas voir en face celui de la mort, que je redoute tant.
LA TAVERNIÈRE : Où cours-tu ainsi, Gilgamesh ? La vie-sans-fin que tu poursuis, tu ne la trouveras pas. Lorsque les dieux ont créé les hommes, ils leur ont légué la mort, gardant pour eux seuls l'immortalité. Toi, Gilgamesh, remplis-toi le ventre, chaque jour, chaque nuit, réjouis-toi. Chaque jour, chaque nuit, fais la fête, danse et joue de la musique. Baigne-toi, lave-toi, revêts des habits propres. Contemple l'enfant qui te tient par la main et rends heureuse la femme blottie contre toi car telle est l'unique perspective réservée aux hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Nastasia-BNastasia-B   13 mars 2014
UTANAPISHTIM : L'être humain, quel qu'il soit, est fauché comme un roseau de cannaie. Bâtissons-nous des maisons pour toujours ? Scellons-nous des engagements pour toujours ? Partage-t-on un patrimoine pour toujours ? La haine se maintient-elle ici-bas pour toujours ? Le fleuve monte-t-il en crue pour toujours ?
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Gwen de Bonneval (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gwen de Bonneval
Le CNL a rencontré Gwen de Bonneval, scénariste et dessinateur BD, aidé par le CNL en 2019.
Il nous raconte comment on devient dessinateur BD, comment il travaille pour réaliser un album ou encore comment il trouve l'inspiration.
Suivez le CNL sur toutes les plateformes sociales :
Site officiel : www.centrenationaldulivre.fr Facebook : Centre national du livre Twitter : @LeCNL Instagram : le_cnl Linkedin : Centre national du livre
autres livres classés : philosophie de vieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
483 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre