AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246826279
180 pages
Éditeur : Grasset (10/03/2021)
4.25/5   16 notes
Résumé :
1971. Tout juste sorti de prison, Gégé, dit Blaise, retrouve le bar familial dont il a hérité à la mort de son père. Son rêve de toujours : le transformer en café-concert pour en faire un rendez-vous incontournable de la scène jazz. Il se lance, résolu à faire bouger sa ville terne et sans âme. Mais un bébé, la petite Nour, et sa mère défaillante arrivent par effraction dans sa vie solitaire. Blaise fait tout pour les garder à distance.

Hanté par son ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,25

sur 16 notes
5
5 avis
4
5 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Kittiwake
  14 avril 2021
Blaise n'a pas eu beaucoup de chance, dans la vie. Lorsque sa peine est purgée, après dix ans derrière les barreaux, il est bien décidé à se remettre en selle et retrousse ses manches pour donner une seconde vie au bar que tenait son père. En mieux, avec de la musique, celle qu'il aime profondément, le jazz.

Et la destinée semble vouloir être plus clémente, puisqu'elle lui octroie au hasard d'une rencontre un éblouissement soudain : le bleu infini d'une paire d'yeux , ceux d'un bébé prénommé Nour, la lumière. Si la petite grandit auprès de lui, tour à tour, baby-sitter, parrain, père de substitution et mentor, c'est que sa mère traine de lourdes casseroles, les séquelles d'une enfance saccagée.
Cette reconstruction ne parvint cependant pas à le débarrasser des cauchemars qui le hantent, nuit après nuit, le conduisant peu à peu la lisière de la folie…
C'est un beau roman , et une belle histoire, portée par une bande son omniprésente, la musique comme point d'ancrage de destins à la dérive.
On se laisse séduire par les personnages qui tentent de s'en sortir malgré les obstacles multiples qui se dressent devant eux comme autant de défis toujours plus exigeants
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          621
Litteraflure
  07 mai 2021
C'est un endroit qui ne ressemble ni à l'Amérique ni à l'Italie mais au bar de « fane », le héros malheureux de L'été en pente douce incarné à l'écran par le regretté Jean-Pierre Bacri. Dans le roman de Julie Bonnie, il s'appelle Blaise. Il est sorti de prison avec des cauchemars chevillés au coeur et l'angoisse de lire du reproche dans le regard des autres. D'aucuns appellent cela de la misanthropie. Chez lui, ce serait plutôt de la légitime défense.
Josée, elle, pratique la légitime défonce parce que la vie lui a réservé un départ difficile, pas en première classe mais en soute, avec pour bagage une enfant non désirée, Nour, à laquelle la nature a donné les plus beaux yeux du monde, histoire de corser l'addition.
Alors qu'il s'était juré d'éviter son prochain, Blaise se laisse aimanter par la détresse. Par solidarité d'infortunes. « Ce que j‘aime avec Josée, c'est qu'on n'a pas besoin de parler (…) On est du même camp, celui des malmenés, des abîmés. le silence nous évite le mensonge ». Son bar devient le refuge des deux femmes, une zone franche, là où le temps fait crédit, un peu plus qu'une salle d'attente, un peu moins que le paradis.
Dans « Je te verrai dans mon rêve », le père n'est pas celui qu'on croit et la mère manque toujours à l'appel. Nour doit avancer dans le noir, son prénom ne lui suffira pas. Tout n'est pas perdu, la solitude a ceci d'accommodant : elle habitue au malheur et fait don de clairvoyance.
La langue de Julie Bonnie vient de la rue et de la musique. Elle en a l'énergie et la sincérité. J'ai lu son roman d'un trait et l'ai refermé avec un profond sentiment de satiété.
Bilan : 🌹🌹
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Ginie81
  14 mai 2021
Je remercie vivement les Éditons Grasset pour l'envoi de ce roman via Netgallery.
Le récit alterne entre la vie de Gérald, 30 ans sortit de prison en 1971 après 10 ans d'incarcération, et celle de Nour, une jeune femme née de père inconnu, désireuse de faire carrière dans la musique.
Gérald écrit une nouvelle page de son existence à Botte le Roi (Pays de la Loire), il se fait appeler Blaise pour ce nouveau départ. Un quotidien rempli d'espoir, dans le bar de son vieux dont il a hérité et qu'il retape au rythme de la musique qu'il aime, le jazz. C'est là qu'il croise la route de Nour et de sa mère Josée. Nour, ce bébé qui le fascine et dont il sent au fond de ses tripes l'irrésistible besoin de la protéger face à la cruauté du monde qui les entoure.
Blaise et Nour se racontent. Blaise et les secrets enfouis de sa mère qui vont le hanter jusqu'à le rendre fou, sa reconstruction difficile, son bar. Nour et son quotidien loin des conventions et de la bienséance, sa mère instable, son avenir incertain.
Blaise et Nour, leurs souvenirs communs au bar, la musique qui les rapproche et crée un lien unique entre ces deux écorchés vifs. Ils se racontent avec pudeur, Il n'est pas son père après tout, elle n'est pas sa fille. Mais cette histoire qui les lie et cette tendresse va au-delà des liens du sang.
J'ai beaucoup aimé le style sensible de cette auteure que je ne connaissais pas. J'ai ressenti une douce mélancolie à la lecture de ses mots. Ils sont pesés et réfléchis, on les lit avec beaucoup d'attention comme pour en extraire tout le sens qu'elle a voulu leur donner.
Blaise et Nour se confient peu sur leurs sentiments, il y a beaucoup de non-dits, pourtant l'auteure réussi à nous faire ressentir tout l'amour qu'ils éprouvent. Sa plume est profonde, chargée en émotions. Poétique et touchante.
J'ai passé un excellent moment littéraire, de toute beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
SophieWag
  26 mars 2021
Un roman très touchant à deux voix, celle de Gérald dit Blaise, ayant passé 10 ans derrière les barreaux et celle de Nour 17 ans fille de Josée, une junkie que Gérald a pris sous son aile lorsqu'il est sorti de prison. Gérald essaye de s'en sortir en faisant revivre à sa manière le bar que lui a légué son père. Il y crée une atmosphère chaleureuse et fait vivre la musique qu'il aime en invitant des musiciens à se produire sur scène. Depuis toujours, la petite Nour s'est sentie chez elle dans ce lieu, elle qui a été ballottée par une mère instable. Lorsque Blaise lui offre sa première guitare, elle qui compose et qui chante se met à rêver de Paris.
Une belle histoire.
Commenter  J’apprécie          170
DOMS
  29 mars 2021
Une ville de province, quelque part au seuil des années 70. Gérard, trente ans, sort de prison ; des années à galérer avec des potes pas très recommandables lui ont coûté dix ans de vie derrière les barreaux. Il retrouve le café de ses parents aujourd'hui disparus, ce bien qu'a gardé pour lui Nana, la tante fidèle qui ne l'a jamais abandonné.
Nouvelle vie, nouveau prénom, c'est donc Blaise qui rénove le café pour le transformer et créer le lieu de ses rêves, un café concert pour les musiciens de jazz de la région.
Un matin, il croise Josée, vingt ans et sa fille Nour, quelques jours à peine. Josée dans laquelle il se retrouve, paumée, en marge, fragile et déjà bien abîmée par la vie. Car la galère, il connaît, et dans cette ville comme dans tant d'autres, les mauvaises fréquentations et les dangers ne sont jamais loin. Immédiatement, alors qu'il n'a jamais été père, Baise ressent une profonde affection pour ce bébé né de père inconnu.
L'auteur alterne les récits de Nour puis de Blaise. Nour que l'on voit grandir à la fois dans ses souvenirs et dans ceux de Blaise. Blaise qui s'est un peu trop assagit sans doute aux yeux d'une jeune fille de seize ans qui rêve d'émancipation, de modernité, d'un peu de folie. Ni Blaise ni Josée ne la voient devenir jeune fille puis presque femme, et ni l'un ni l'autre ne comprennent ses tourments et ses envies d'autre chose, d'ailleurs.
Ce que j'ai aimé ?
À l'heure où les romans nous parlent si souvent de relation toxiques ou bancales entre homme et femme, l'amour paternel aussi platonique qu'inconditionnel qu'éprouve Blaise pour Nour, cette relation qui apaise, qui aide à grandir nous fait du bien à nous aussi lecteurs.
Lire la chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2021/03/25/je-te-verrai-dans-mon-reve-julie-bonnie/
Lien : https://domiclire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
TroubleBibliomaneTroubleBibliomane   05 mars 2021
C’est ma mère que j’ai vue dans le cri silencieux de Josée. C’est ce bébé disparu que j’ai vu dans les yeux de Nour. Je n’ai pas cherché à me mentir. J’ai plongé, direct.
Commenter  J’apprécie          20
Delphine846280Delphine846280   23 mars 2021
Je respire un grand coup, j'inhale le moment, je l'enferme, je le conserve, je le garde pour toujours. Pour les autres jours qui seront plus rudes, pour les temps difficiles. Je le garde, pour me souvenir, pour le ressortir quand je serai triste.
Commenter  J’apprécie          10
audeLOUISETROSSATaudeLOUISETROSSAT   09 mars 2021
Je suis seul au monde. C'est parfait. Pas l'intention d'avoir des amis. Pas la moindre envie d'être amoureux. Je suis un mec dangereux, je l'ai prouvé. Il suffira de vivre seul, loin des gens, loin des emmerdes, loin des filles. C'est ma solution, ma résolution.
Commenter  J’apprécie          00
Delphine846280Delphine846280   23 mars 2021
Il ajoute, je te demande pas de savoir jour Je te verrai dans mes rêves la semaine prochaine, mais tu peux écrire tes chansons.
Commenter  J’apprécie          00
Delphine846280Delphine846280   23 mars 2021
Pourquoi certains chemins sont-ils si escarpés, si douloureux, quand d'autres ressemblent à de joyeux escaliers roulants?
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Julie Bonnie (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Bonnie
Julie Bonnie remporte cette année le prix des P'tits Bouquineurs (8/12 ans), et Karine Martins le prix des Bouquineurs en Seine (12 ans et +). Covid oblige, nous les avons rencontrées par écran interposé, et ce sont Priscilla Borges et Elise Laurant qui ont relevé leurs impressions!
Notre sélection Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
748 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre

.. ..