AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742795138
Éditeur : Actes Sud (02/02/2011)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Nouvelle-Guinée.
1936. Le Dr Delorme, Robert Ballancourt et leur guide, Kaïngara, remontent le fleuve Sepik. Ils se rendent dans un village paptni pour acheter des têtes surmodelées, ces crânes de vaincus ou d'ancêtres censés conserver l'esprit des défunts... Marseille, soixante-dix ans plus tard. Le commandant de police Michel de Palma, alias le Baron, découvre le corps du Dr Delorme, assassiné. Le vieil homme est assis dans son bureau, le visage affublé d'u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  10 mai 2015
Un vieil homme est retrouvé mort chez lui. C'était un célèbre médecin spécialiste de l'épilepsie, âgé de 96 ans. Petit problème : il a été assassiné d'une façon odieuse. Pourquoi ?
Xavier-Marie Bonnot nous emmène pour un voyage lointain avec ce polar qui se passe à Marseille de nos jours, mais nous embarque également pour une destination exotique et ancienne : La Papouasie Nouvelle-Guinée dans les années 30.
Cette enquête nous fait découvrir le monde des explorateurs, des ethnologues et de leurs trouvailles, ces objets énigmatiques et mystérieux qu'on retrouve dans les musées, notamment celui des Arts Premiers, à Paris.
L'auteur, originaire de Marseille, nous entraîne à sa suite sur le port et des différents quartiers de cette ville qu'il adore. Il nous permet également de nous plonger dans d'anciens récits de voyage passionnants, en compagnie d'amateurs d'art.
Le héros, un policier appelé Michel de Palma, dit le Baron, est un personnage récurrent de l'auteur mais, n'ayant lu aucun autre titre de cette série, cela ne m'a pas gêné du tout pour la compréhension de l'histoire.
J'ai adoré cette histoire où l'ethnologie et les art premiers nous sont décrits et expliqués de façon simple et rendent l'enquête véritablement palpitante.
Des extraits de textes de Freud, Levi-Strauss ou Margaret Mead apportent des éléments de réflexion tout à fait appropriés à cette histoire originale et captivante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
clude_stas
  22 novembre 2014
Le docteur Delorme, un vieux neurochirurgien est assassiné à son domicile. le meurtre a été étrangement mis en scène. Affublé d'un masque papou, assis à son bureau, la victime semble lire « Totem et Tabou » de Sigmund Freud. Il est évident qu'une pièce de la collection d'art océanien, une tête surmodelée, a été dérobée… L'arme est également surprenante : une flèche en roseau dans la tête. Mais bientôt, une autre victime est découverte.
Ainsi commence cette enquête « artistique » de Michel de Palma surnommé le Baron, flic solitaire et blessé par la vie, héros des romans policiers de Xavier-Marie Bonnot. Une véritable révélation : il découvre les arts premiers et l'univers implacable des marchands, des collectionneurs, des trafiquants également. Mais les pièces les plus recherchées de Papouasie-Nouvelle-Guinée sont des crânes humains, décorés de terres colorées afin de retrouver un « visage », le visage de l'esprit. Echangées avec les explorateurs occidentaux contre quelques coquillages ou autres bouts de fer blanc, elles se négocient aujourd'hui plusieurs dizaines de milliers d'€ sur le marché de l'art. Alors le Baron comprend très vite que l'assassin s'en prend aux antiquaires, conservateurs et ethnologues qui ont eu des contacts avec certaines têtes. Mais pour résoudre l'énigme, il lui faudra s'envoler pour l'hémisphère sud, sur les berges du fleuve Sépik. C'est là que tout a commencé quand Delorme et ses compagnons, voyageurs épris d'aventures, ont défié les ancêtres de tout un peuple.
Un texte à tiroir : il contient deux autres récits. D'une part, le récit, sous forme de journal de bord, de l'expédition de 1936. de l'autre, les souvenirs d'enfance de l‘assassin en série. Enfin, l'enquête à proprement parlé avec ses différents rebondissements, ses fausses pistes et son dénouement final, terriblement poignant. Ce qui donne pour résultat un récit très documenté, haletant et captivant, nourri par la lecture de « Tristes Tropiques » de Claude Lévi-Strauss. En effet, les objets que nous qualifions d'oeuvres d'art, restent, pour certains, encore et toujours sacrés, investis d'un pouvoir magique. Ils sont donc perçus comme dangereux. L'art est et reste très certainement un concept occidental, hérité de la tradition antique, et totalement étranger à bien d'autres sociétés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ivredelivres
  07 février 2011
Très déçue par toute une série de polars je n'avais plus rien lu depuis des semaines. Et voilà un bon livre du genre que je vous recommande.
Tout d'abord dire qu'il s'adresse à ceux et celles qui aime les bonnes histoires, bien ficelées, des personnages bien campés qu'on ne détesterait pas rencontrer à nouveau au détour d'un livre.
Un récit qui va vous emporter de Marseille en Papouasie....où ça ?? oui en Papouasie Nouvelle-Guinée, je vous avoue que j'ai fait une petite recherche géographique car si je situais bien ça dans l'Océan Indien après ...c'était nettement plus flou.
Tout commence en Nouvelle- Guinée en 1936, deux explorateurs, Robert Ballancourt et Fernand Delorme remontent des rivières, sont accueillis dans des villages, ils sont à la recherche d'objets rares et surtout de têtes, de crânes, car ils sont ici au pays des coupeurs de têtes et accessoirement au pays des cannibales.
Un grand bond dans le temps pour nous retrouver à Marseille, au domicile de Fernand Delorme qui vient d'être assassiné. Michel de Palma, dit « Baron » flic très compétent et amateur d'opéra, est chargé de l'enquête.
Très vite l'enquête va s'orienter vers le marché de l'art et ses circuits parallèles. Ce n'était que le premier meurtre, d'autres vont suivre.
Voilà la trame, elle va vous faire voyager du Musée des Arts Premiers aux quartiers si pittoresques de Marseille, de Freud aux peuplades d'Océanie, de la goélette la Marie-Jeanne, à Port Moresby.
C'est intelligent, stimulant, Lévi-Strauss dans un polar ce n'est pas courant et ça déclenche la curiosité.
Un seul conseil : embarquez sur la Marie-Jeanne vous ferez un voyage très sympathique. Moi j'ai déjà prix un ticket pour les autres polars de l'auteur.

Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Stonerandmore
  25 août 2013
L'été a toujours été propice pour moi à la découverte de nouveaux auteurs . Cette année j'ai vraiment flashé sur Xavier Marie Bonnot que je ne connaissais pas il y a encore 3 semaines .
Je l'ai donc découvert grâce à cet ouvrage et est donc fait la connaissance de l'incontournable Commandant Michel de Palma dit " le Baron " personnage au combien attachant et que l'on retrouve dans la plupart des romans de X-M. Bonnot .
L'intrigue de ce roman est en fait un incessant aller retour entre les années 30 où des pionniers de l'aventure découvraient , au péril de leur vie , des peuplades de Nouvelle Guinée n'ayant jamais vu d'hommes blancs et de nos jours à Marseille et ses alentours - Marseille étant le deuxième " personnage " récurrent des romans de X-M Bonnot - où sont commis des meurtres dans le milieu de l'ethnologie .
X-M. Bonnot à l'art de peindre des personnages attachants , des intrigues passionnantes et documentées et bien sûr de nous transmettre son amour pour cette métropole du Sud autant décriée actuellement .
Un auteur à découvrir d'urgence !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
toto
  01 octobre 2014
Roman policier où l'intrigue n'a finalement que peu d'importance.
Tout son charme est dans la description de la vie du port de Marseille, du pays oublié du temps et de beaucoup de philosophie.
A lire sans modération, un vrai régal à savourer avec délectation
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   10 juillet 2015
Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que Freud veut dresser des parallèles entre enfance et culture. Puis entre culture et psychopathologie. Pour lui, le monde primitif, la horde sauvage, c’est l’enfance de l’humanité. Il se dit que c’est un peu la même chose pour l’enfant, et cela à tous les stades qu’il a montrés. Le tabou de l’inceste est assimilé à l’interdiction faite par le père d’accéder à la mère. Le tabou du meurtre, c’est l’interdiction de tuer le père pour avoir la mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   10 juillet 2015
Le tabouret d’orateur… Il représente l’ancêtre primordial. On s’en sert pour parler des problèmes du village ou pour attribuer les noms claniques. C’est très important. Un serment passé devant le tabouret est définitif.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   10 juillet 2015
Un crime de ce genre n’est jamais facile. Il a lentement attendu son heure. Il a préparé son arme, choisi sa flèche… A moins que ce ne soit un acte de colère. Il voit l’arc, il l’arme et il tire…
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 juillet 2015
Les anciennes pratiques ont disparu, mais pas les rancœurs.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   10 juillet 2015
Le milieu a horreur du vide. Quand un voyou meurt, un autre sort de l’ombre.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : papousVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1201 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre