AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2010450876
Éditeur : Hachette Jeunesse (01/07/1990)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Un petit avion de tourisme fait un atterrissage forcé dans les Alpes.
La police enquête sans résultat. Pilote et passagers ont mystérieusement disparu.
Du chalet où ils campent, les Six Compagnons entendent la nuit des bruits étrangers provenant de l'appareil accidenté.
Qui donc vient rôder autour de l'avion et pourquoi ?
Nouvelle énigme qui mettra à l'épreuve la sagacité des Six Compagnons et de leur amie Mady, ainsi que le flair proverb... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
paulmaugendre
  15 octobre 2019
Les six compagnons sautent de joie lorsque leur amie Mady leur apprend que non seulement elle part en vacances dans le massif du Pelvoux, non loin de Bourg d'Oisans, mais qu'ils sont également invités. En effet l'hôtelier qui héberge Mady et sa mère met à leur disposition un chalet d'alpage inoccupé à cette période de l'année et situé dans la montagne.
Tidou, le narrateur, Corget, le Tondu, Gnafron, la Guille et Bistèque, sans oublier Kafi le chien-loup de Tidou, partent pour la montagne en ce début du mois de juillet. le nom de Pierroux, le village de destination, rappelle à Gnafron un article de journal lu peu avant.
En effet, en compulsant les vieux journaux, ils retrouvent la relation d'un avion qui s'est écrasé en survolant le Plan des Aiguilles le 23 juin. Il s'agit d'un quadriplace, un X 115, dont le train d'atterrissage a été endommagé dans l'accident. D'après une cordée d'alpinistes, l'appareil volait tous feux éteints. Alertées les équipes de secours se sont immédiatement rendues sur place, mais il n'y avait plus personne à bord de l'avion ou dans les environs.
Il n'en faut pas plus pour attiser la curiosité des six compagnons. Ils arrivent donc au petit village de Pierroux. L'installation au chalet est rapidement organisée, mais pour accéder à l'habitation rudimentaire il ne leur faut pas moins de près de deux heures de marche à pied. Ce n'est pas très loin, à vol d'oiseau, mais la grimpette est ardue. Mais rien ne rebute ces adolescents en bonne santé physique.
Des bruits la nuit, la découverte de l'avion qui apparemment est en bon était, d'un mouchoir taché d'huile puis d'une clé anglaise retrouvée dans la nature, autant de petits faits qui mettent les six compagnons, sans oublier Kafi, sur la piste d'un homme terré dans une grotte. Il s'agit du pilote de l'avion, un Italien qui a accepté de prendre un passager sans passer par la filière habituelle de la douane et autres complications administratives. Il est vrai que la somme proposée pour ce voyage aérien qui devait les conduire à Dijon était assez conséquente pour mettre du beurre dans les spaghettis. Sans oublier la sauce tomate et le parmesan.
Son passager, blessé à la tête, est parti traînant une grosse valise, le laissant sur place, seul, tentant de réparer son appareil afin de repartir chez lui. Surtout il ne faut pas prévenir la police.
Les six compagnons ne mangent pas de ce pain-là et bientôt le décollage est envisagé. Hélas, même s'ils ont préparé la piste d'envol, il reste quelques pierres et l'avion ne peut décoller. Il s'écrase une nouvelle fois, manquant de tomber dans un ravin et le pilote est blessé. Ils fabriquent un brancard de fortune et redescendent l'aviateur à l'hôtel. Ils sont bien obligés de prévenir la police et un médecin logé à l'hôtel pour les vacances s'emploie à soigner le malheureux.
Aidés de Mady, les six compagnons s'intéressent aux pensionnaires de l'hôtel. Notamment à un curieux personnage affublé d'un béret basque qu'il ne quitte jamais. Serait-il le passager clandestin ? Mais il n'est pas le seul pensionnaire et l'un d'eux pourrait être ce passager clandestin revenu sur place afin de récupérer quelque objet. Car des sachets de drogue ont été découverts dans la cabine de pilotage par les policiers venus pour effectuer les premières investigations.

Ce roman, narré à la première personne par Tidou, n'a pas pris une ride. Qu'il s'agisse de transporter des produits illicites, ou des passagers clandestins désireux de fuir leur pays pour des raisons qui leurs sont personnelles, souvent politiques, font encore la une des journaux de temps à autre. Et les bonnes âmes ne manquent pas, heureusement, pour aider ceux qui sont en péril.
Un sujet donc qui est toujours d'actualité, et l'on ne manquera pas de relever l'attitude des policiers envers Beppino, l'aviateur. Il est vrai que celui-ci est le seul à pouvoir fournir des explications, et qu'il est de fait présumé coupable puisque justement il ne peut rien dire. Non pas parce qu'il veut cacher quelque chose mais bien parce qu'il est innocent ! Mais il est tellement plus facile d'accuser sans preuves que de chercher celles-ci. Donc de victime il est catalogué comme présumé coupable.
Le rôle des médias, des journalistes, aussi est plus ou moins dénoncé. Ils emboîtent sans vergogne les déclarations des policiers, les faits étant relatés d'une façon partiale. Juste sur la base de renseignements non vérifiés. La présomption d'innocence est bafouée.
Or ce rôle des médias d'amplifier les informations est critiquable. L'on vient d'en avoir une nouvelle preuve avec les déclarations jetées en pâture aux lecteurs, auditeurs et téléspectateurs, avec surenchérissement dans les révélations, sur l'arrestation du présumé principal suspect de l'affaire Dupont de Ligonnès. Mais les audiences télévisées montent en flèche de même que les ventes des journaux.
Un message destiné aux jeunes leur suggérer de se méfier des informations délivrées à chaud par leurs journaux, papiers ou audiovisuels. Certains devraient tourner sept fois leur langue dans leur bouche et ne pas établir de conclusions hâtives.


Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lovelybook
  02 novembre 2016
Ma première lecture de la série des Six Compagnons, j'ai bien apprécié, une enquête dans des villes de France, ça fait plaisir que ça se passe dans mon pays. Un plaisir à lire, cette belle enquête au coeur des Alpes.
Commenter  J’apprécie          10
marionf
  30 avril 2016
Un classique de la célèbre série de Paul-Jacques Bonzon.
On retrouve nos six compères dans une nouvelle enquête toujours aussi bien ficelée. L'histoire est bien menée et s'inscrit parfaitement dans la continuité des enquêtes des six compagnons.
A conseiller aux jeunes lecteurs.
Lien : https://troisiemesansascense..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   11 février 2019
DIX MINUTES plus tard, équipés comme pour une expédition au pôle Nord, nous quittions la Croix-Couverte. L'air glacé nous tranchait le visage. Dans la nuit, le thermomètre était descendu à zéro, car l'herbe craquait sous nos pas. Pas le moindre clair de lune, mais le jour ne tarderait pas poindre. Déjà, des lueurs verdâtres apparaissaient derrière les hautes cimes enneigées, du côté de l'est.
Émoustillé par le froid, Kafi gambadait en aboyant de toutes ses forces. Je le fis taire, pour essayer de repérer les bruits. Mais ceux-ci, depuis notre départ, ne s'étaient plus renouvelés. Lampes au poing, nous marchions rapidement, suivant ce que nous supposions être la bonne direction. Sans point de repère, j'eus bientôt l'impression que nous tournions en rond et Kafi, qui n'entendait plus rien, lui non plus, ne pouvait nous guider. Cependant, parvenu sur un monticule, Bistèque s'écria tout à coup :
« L'avion!... Il est là, tout près!... »
En trois bonds, nous rejoignîmes notre camarade. Dans le petit jour naissant, l'appareil se découpait sur le fond d'un léger vallonnement.
« Je suis sûr que les bruits venaient de là, déclara Corget. Regardez le chalet, derrière nous. C'est exactement la direction. »
Il y avait peut-être encore quelqu'un dans la cabine de l'appareil. La bande s'approcha prudemment. Non, l'avion était vide. Nous en fîmes plusieurs fois le tour, en le détaillant. C'était un joli petit appareil, couleur bleu azur.
« Curieux, fit la Guille en se glissant sous le fuselage, le journal parlait de son train d'atterrissage brisé. Apparemment, il est en bon état. Les pneus ne sont même pas crevés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   11 février 2019
Mon fidèle chien Kafi reconnut son pas dans l'escaliers. La porte à peine ouverte, il se précipita à sa rencontre et se dressa pour lui lécher le visage, sa façon à lui de souhaiter la bienvenue.

L'imperméable de notre camarade ruisselait de pluie. Pourquoi s'était-elle dérangée par un temps pareil? Qu'avait-elle de si important à me dire?
Commenter  J’apprécie          10
ManonjeanneManonjeanne   02 septembre 2017
Un matin de juillet, Mady, la seule fille de notre équipe des Compagnons de la Croix-Rousse, monta chez moi, rue de la Petite-Lune.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Les six compagnons dans la ville rose" de Paul-Jacques Bonzon.

Qui est Kafi ?

le chat de Tidou
le chien de Tidou
le surnom d'un ami à Tidou
le surnom de la mère à Tidou

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Les Six Compagnons, tome 38 : Les Six compagnons dans la ville rose de Paul-Jacques BonzonCréer un quiz sur ce livre