AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Carole Coatsaliou (Autre)
EAN : 9782755649246
137 pages
Éditeur : Hugo Document (03/09/2020)

Note moyenne : 3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Tout le monde connaît Booder. Humoriste, comédien, il est sur tous les plateaux de télévision. Il est surtout un homme qui a eu plusieurs vies dans sa vie grâce ou à cause de son physique atypique.
" Les bébés croient que j'ai un visage en pâte à modeler ! " dit-il.

Né au Maroc, arrivé en France à peine âgé d'un an en raison de problèmes de santé, Mohammed Benyamna a mis des années à trouver sa voie. Bon footballeur et fan du joueur marocain Az... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bazart
  07 septembre 2020
Booder, avec sa gouaille , son univers alliant force des mots et jeu visuel et son physique un peu singulier , a su tracer son chemin parmi les humoristes depuis une quinzaine d'années et s'est largement illustré lors du confinement en se mettant en scène avec son fils dans des vidéos souvent drôles.
Grâce à son humour toujours aiguisé et son autodérision, il donne son ressenti de la vie dans ce qu'il nomme lui même une « société de beaux gosses ».
Dans son autobiographie récente intitulée, Un bout d'air: qu'il a écrite avec la journaliste Carole Coastaliou,il revient sur son parcours en dents de scie, au gré de respirations saccadées.
Sa santé, son intégration, son parcours tant personnel que sur scène : Booder aborde sans filtre une évolution dictée par un leit motiv: faire de chaque obstacle une opportunité.
"Un bout d'air”.raconte son parcours personnel et professionnel. Sa naissance débuts- il a failli mourrir à sa naissance-, ses débuts sur les planches, ses succès, ses désillusions : il raconte tout sans tabou en insistant sur le fait qu'il ne faut jamais se décourager, s'accepter tel que l'on est, coûte que coûte, et se donner les moyens d'atteindre ses objectifs.
Sa bienveillance, sa bonhommie, font de lui une personnalité de plus en plus attachante aux yeux du public français et cette biographie, qui coeincide avec son retour sur scène au théâtre du Grand Point Virgule également à la rentrée !

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Cassy
  15 novembre 2020
Qui ne connaît pas Booder ? Ses rôles dans Neuilly sa mère ou Pattaya, ses one-man-shows ses représentations théâtrales, ses apparitions à la télévision et ses blagues incontournables ! Si son succès est grandissant, sa vie a pourtant était semée d'embûches. Booder a connu un début de vie difficile où il a passé un certain temps à l'hôpital. Après avoir obtenu son Bac, de nombreuses barrières se sont fermées lorsqu'il a cherché un travail. Victime de nombreuses discriminations, Booder n'a pourtant jamais cessé de se battre pour vivre de sa passion, la comédie. Ce récit autobiographique nous révèle une autre facette de Booder, celui qui a connu le racisme, la précarité, et des échecs en tous genres. Son éternel optimisme et son humour l'ont aidé à réussir. Un humoriste très attachant qui nous enjoint de poursuivre nos rêves !
Lien : http://romansurcanape.fr/les..
Commenter  J’apprécie          20
Matid
  14 septembre 2020
On retiendra de cette biographie la force de ce personnage qui malgré sa santé, sa petite taille et son faciès, garde toujours espoir et sait s'attacher aux vraies valeurs de la vie même si elle ne l'a pas ménagé.
Lien : https://j.joelle@outlook.fr
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
lolitajamesdawsonlolitajamesdawson   27 septembre 2020
Sur scène, je vis, je respire à pleins poumons. Je ressens de l'amour à mon égard. Le Public fait abstraction de mon physique, de mon origine, de mes habits, de mon langage.

C'est cool d'être mélangé avec d'autres gens, on apprend à connaître les autres, ils apprennent à nous connaître. C'est comme ça qu'on évite le racisme. Le racisme, ce n'est ni plus ni moins que la peur de l'inconnu, la peur de l'autre.

Je continue de faire de l'improvisation, c'est mon seul exutoire. Ça me permet de me lâcher, de ne pas penser à ce qui ne va pas dans ma vie. En même temps, je ne suis pas du genre à m'apitoyer sur mon sort même si parfois tu as l'impression que, justement, le sort s'acharne. Le théâtre, au moins, me fait décoller. Sur scène, je vis, je respire à pleins poumons.

On s'aperçoit aussi que la société commence un peu à changer. Un jour, avec les potes, on voit apparaître un Rebeu sur notre écran : "Oh le con, le mec de la sécu s'est planté, il est passé devant la caméra." Bah non, en fait. C'est Smaïn. Là, on se dit vraiment que les choses sont en train d'évoluer, dans le bon sens.

Autour de moi, quatre autres candidats, ils sont blonds, bruns, un mètre quatre-vingt en moyenne, beaux gosses... Enfin, beau... on va dire qu'ils ont un physique qui plaît à cette société dans laquelle on vit. Ce qui me frappe en les regardant, c'est que tu en prends un et tu fais trois photocopies, ça revient au même.

Moi, rien ne me fait rêver. Tu rêves quand tu dors, point barre, si tu veux vivre tes rêves, il faut aller les chercher, c'est tout, il n'y a pas trente-six solutions.

Mon bonnet blanc, c'est un peu de ma personnalité, mon identité, ma marque de fabrique. En tous cas, il me porte chance.

Après chaque spectacle, je vais retrouver mes potes. Mon banc. C'est ça, mon monde. Pas les paillettes, pas les gens de la télé. Mais mon quartier. Si je devais vous décrire l'effet qu'il me procure, je vous dirais de regarder cet extraordinaire film qu'est Les Évadés. Ça se passe dans une prison et Morgan Freeman, qui joue le rôle de Red, prononce cette phrase : "Ces murs ont un effet bizarre, au début on les déteste, ensuite on s'y habitue et on finit par en avoir besoin, c'est ça être institutionnalisé." C'est exactement ce que l'on ressent quand on vit dans un quartier populaire et je vous jure qu'après, on ne peut plus s'en passer. Sauf que moi, je ne suis pas dans une prison mais dans ma réserve d'oxygène.

Le courage de la vraie religion, c'est de trouver la force pour puiser dans ses ressources afin de s'en sortir.

Ne pas connaître les religions et mal les interpréter c'est dangereux. C'est pour ça que je m'intéresse à toutes les religions, je lis beaucoup, je m'informe, j'apprends des choses sur les chrétiens, les juifs, les bouddhistes, les athées même, pour comprendre les gens qui m'entourent. C'est essentiel, connaître pour comprendre, c'est la première règle de tolérance.

Nous sommes le 15 mars 2020. C'est une vie différente qui commence. Un mot que je ne connaissais pas jusqu'à présent est sur toutes les bouches : le confinement. On ne peut plus sortir ni voir ses proches, encore moins les serrer dans ses bras. Mon souffle est coupé, mais je ne sais pas encore à quel point mes poumons vont se remplir d'air pur, grâce à lui, mon fils. C'est comme si je le rencontrais une nouvelle fois et je le trouve encore plus extraordinaire.

Outre les dégâts terribles de la Covid-19, le confinement nous aura fait revenir aux bases. Nous nous sommes absolument tous retrouvés avait face à la maladie. Que nous soyons beaux, moches, grands, petits, jeunes, vieux, gros, maigres, nous sommes tous dans le même bateau, logés à la même enseigne, nous sommes soudés, c'est beau. Et c'est comme ça que devrait fonctionner notre société dans ce magnifique Pays qu'est la France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BazartBazart   07 septembre 2020
" Sur scène, je vis, je respire à pleins poumons. Je ressens de l'amour à mon égard. Le Public fait abstraction de mon physique, de mon origine, de mes habits, de mon langage."
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : littérature marocaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox