AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782351041017
280 pages
Éditeur : LEs Editions Ecosociété (16/04/2017)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
L'année 1962 est une date clef dans l'histoire de l'écologie politique. Deux ouvrages très importants paraissent en effet à cette date aux Etats-Unis d'Amérique qui vont se révéler décisifs pour l'entrée de la pensée écologiste sur la scène politique. Le premier est mondialement connu. C'est celui de Rachel Carson, Un printemps silencieux, dénonçant les conséquences de l'usage des pesticides agricoles, principalement le DDT, sur les milieux naturels. Son succès fut ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ErnestLONDON
  04 novembre 2019
En 1962, six mois avant la publication d'Un Printemps silencieux de Rachel Carson, Murray Bookchin passe en revue les causes de la très rapides détérioration de l'environnement naturel aux États-Unis, conséquence de l'accélération du développement du capitalisme après la Seconde Guerre mondiale.
(...)
Cette étude, datant de 1962, rappelons-le, frappe par son actualité. Les mises en garde et les recommandations de Murray Bookchin sont globalement restées lettres mortes. Bien sûr, les analyses et les connaissances scientifiques ont progressé, les ouvrages de Fabrice Nicolino et Marie-Monique Robin, par exemple, permettent une mise à jour, mais l'état des lieux demeure et ses propositions restent aussi peu écoutées. Difficile de prétendre qu'on ne nous avait pas prévenu !

Article complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          270
seb9308
  10 novembre 2020
A lire:
"Notre environnement synthétique" est un livre écrit par Murray Bookchin en 1962, la traduction française est seulement éditée en 2017 par les éditions de création libertaire.
Une traduction nécessaire (pour quelqu'un de mauvais en langue vivante comme moi :)) d'un texte très important dans la construction d'une écologie politique (et non pas de parti).
Dans cet ouvrage l'auteur, lucide, compile de manière synthétique des études scientifiques de domaines variés, afin de mettre à jour l'ampleur du désastre écologique au début des années 60.
Et c'est vertigineux... les domaines de l'écologie (science), la médecine, l'agroalimentaire, la qualité de l'air ou encore le nucléaire tout y passe.
L'amélioration du quotidien des USA ne s'est pas faite sans heurts et l'impact sur l'environnement (sa synthétisation…) fait mal.
Depuis l'écriture de ce livre il y a 58 ans… Obligé de constater que tout cela est resté lettre morte, pourtant tout était là (tristesse), même l'ouverture vers une voie de sauvegarde encourageante mais peut-être empreinte d'un optimisme plus difficile à tenir en l'an de grâce 2020.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ErnestLONDONErnestLONDON   04 novembre 2019
L’homme n’aurait jamais pu progresser au-delà d’une existence précaire s’il n’avait pas consciemment altéré et façonné son environnement naturel d’une telle façon qu’il favorise la vie humaine. Cette transformation a eu lieu au détriment des autres espèces et, dans une certaine mesure, par la violation de vieilles relations écologiques. La civilisation s’accomplissait par le déboisement, le drainage des marécages, la lutte contre les animaux prédateurs, le remplacement de nombreuses plantes sauvages par des plantes alimentaires, la fertilisation du sol, la culture des terres, l’exploration de la terre pour en extraire combustible et métaux – en résumé, par un réagencement du monde naturel pour satisfaire les besoins humains en nourriture, abris et repos. L’homme moderne dispose maintenant du pouvoir, de la connaissance et des ressources pour faire considérablement mieux que ses ancêtres et que les sociétés des peuples premiers. (…) La technique peut libérer le corps et le cerveau des hommes de la plupart des travaux ingrats et les rendre ainsi disponibles au service d’activités épanouissantes. (…) Mais ni la science ni la technique ne peuvent constituer un substitut à une relation équilibrée entre l’homme et la nature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ErnestLONDONErnestLONDON   31 octobre 2019
Un sol est composé d’une grande diversité de vies et de choses inanimées, de matière animale et végétale à différents niveaux de décomposition, de particules rocheuses, de minéraux, d’eau et d’air. Un sol est toujours en formation. Il abandonne sa substance nutritive au vent, à l’eau, aux plantes et se régénère grâce à l’écoulement des rochers, la putréfaction des plantes et des animaux morts, et les activités sans fin de la vie microbienne. Le sol est cette scène dramatique où la vie et la mort se complètent, où la décomposition des uns nourrit la régénération des autres. » « Homme exploite la terre qui le nourrit à l manière d’un parasite qui se multiplie jusqu’à ce qu’il tue son hôte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ErnestLONDONErnestLONDON   31 octobre 2019
Les transformations récentes dans notre environnement de plus en plus synthétique ont créé des problèmes nouveaux, aussi nombreux qui ceux que rencontraient les hommes du passé.
Commenter  J’apprécie          70
ErnestLONDONErnestLONDON   04 novembre 2019
L'homme exploite la terre qui le nourrit à la manière d’un parasite qui se multiplie jusqu’à ce qu’il tue son hôte.
Commenter  J’apprécie          101
ErnestLONDONErnestLONDON   04 novembre 2019
Les produits chimiques sont utilisés à presque tous les stades de la production, du stockage et de la mise sur le marché des aliments. Il est difficile de trouver un seul produit alimentaire commercialisé qui n’ait pas été exposé à un composant chimique à un moment ou à un autre de sa culture ou de sa transformation.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Murray Bookchin (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Murray Bookchin
Débat entre Pinar Selek, sociologue et militante féministe, et Aurélien Bernier, essayiste et défenseur de la démondialisation. Tous deux discutent des thèses de Murray Bookchin concernant le « communalisme », et des expériences qu'elle nourrissent.
Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement Toutes les vidéos de Mediapart :https://www.mediapart.fr/studio/videos Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
autres livres classés : écologie politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
139 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre