AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Bernard Weigel (Traducteur)
EAN : 9782905691125
41 pages
Éditeur : Atelier de Creation Libertaire (01/01/1999)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 8 notes)
Résumé :


La domination qu’exercent les riches sur les pauvres, les hommes sur les femmes, les vieux sur les jeunes, se prolonge dans la domination que les sociétés fondées sur la hiérarchie exercent sur leur environnement.

Et de même que ces relations de domination aliènent les personnes – c’est-à-dire détruisent ou réduisent leur potentialité humaine –, de même ces sociétés hiérar­chiques détruisent la nature.

Mener une politi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Arthemyce
  17 décembre 2019
L'Ecologie Sociale de Murray BOOKCHIN ne se résume pas seulement à ces deux notions juxtaposées. Dans ce court ouvrage d'une cinquantaine de pages, l’auteur s'emploie à réinsuffler toute sa puissance au terme « Ecologie » en sondant ses racines. Ce faisant, il adopte une approche qui n'est pas sans rappeler la « pensée complexe » d'Edgar MORIN (sans toutefois parvenir à dépasser un certain holisme).
Des précurseurs de la notion à ses contemporains, en redéfinissant l'Ecologie dans ses plus profondes implications, Bookchin expose la dynamique des interactions entre le Vivant et le Non-Vivant : un entrelacs de boucles aux ramifications multiples en mouvement permanent duquel émerge la vacuité de toute volonté hiérarchisante. Critiquant l'acception superficielle du terme Ecologie qu'il requalifie d'Environnementalisme (conscience environnementale sans remise en cause de la dogmatique domination de l'Homme sur la Nature, considérée comme passive), il met à jour la manière dont notre organisation sociale s'est immiscée insidieusement jusque dans nos propres conception et différenciation de la Nature.
En Ecologiste éclairé, Bookchin dresse les constats (1982 pour le texte d'origine, intensément actuel) de l'action délétère de l'Humain sur la Biosphère, mettant en exergue les conséquences du rapport de domination entretenu par la Société sur son Environnement.
En envisageant la Société sous le prisme de l'Ecologie bien comprise, l'auteur expose l'instabilité structurelle de la domination et invite à dépasser cette conception non seulement obsolète mais mortifère. Sans toutefois tomber dans la comparaison abusive, Bookchin montre que l'organisation naturelle exempte de hiérarchie est un terreau fertile au développement de la variété et donc de la résilience - à contrario du caractère destructeur (par réductionnisme/standardisation) de la domination. Il s’en suit que l'abandon du prisme hiérarchique est également nécessaire pour une pleine intégration consciente et harmonieuse de la société humaine au sein d’un environnement sans lequel elle ne peut vivre.
Si l'Ecologie Sociale englobe parfaitement la pensée Libertaire, ce n'est pas par accointance personnelle de l'auteur - qui en profite pour la renforcer d'un paradigme approchant la Complexité - mais bien par nécessité intrinsèque de supprimer toute aliénation résultante de la domination, quelle qu'elle soit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
eterlutisse
  27 novembre 2011
J'ai trouvé que l'auteur tournait un peu en rond pour prouver que l'homme n'a pas besoin de société hiérarchisée d'après lui si on regarde la nature, l'impression de hiérarchie ne serait qu'antropomorphisme de la part des scientifiques.
Cependant il semble que pour vouloir convaincre l'auteur dénigre les pensées qui ne vont pas dans son sens en répétant des arguments plusieurs fois sans vraiement apporter un éclairage plus objectif.
Il explique aussi que l'homme est une partie de la nature mais qu'il s'en distingue par le fait qu'il peut la conceptualiser, il semble que la particularité de l'homme ne s'arrête pas là et l'ignorance volontaire (?) d'une partie de ce qui fait la spécificité de l'homme rend la réflexion sur la nécessaire liberté de l'individu, bancale.
Le véritable intérêt de ce petit opus est d'essayer de replacer l'homme comme maillon d'un biotope qu'il ne doit pas considéré comme un milieu à dominer mais qu'il doit plutôt y trouver sa place afin qu'il perdure pour assurer sa propre survie.
Il fait passer le message suivant : sans un changement d'une société globale et globalisante vers une société formée de communautés conscientes qui mettent l'individu en action il n'y aura pas de réel changment. Notre sytème actuel qui voue la nature à la domination jusqu'à extinction n'est pas viable, il faut évoluer.
Il s'agit du premier chapitre d'un bouquin que j'aimerai bien lire car il ouvre de nombreuses pistes auquelles il semble que l'auteur va répondre dans la suite de l'ouvrage. Il me donne envie de me replonger dans le livre du géographe J.-P. Ferrier qui avait une réflexion si éclairante sur comment habiter un territoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ZeroJanvier79
  13 janvier 2020
Un petit bouquin, d'une cinquantaine de pages, qui est en fait la traduction du premier chapitre d'un livre de Murray Bookchin, dans lequel le penseur américain définit son concept d'écologie sociale.
Intéressant, même si le jargon sociologique rend certains passages moins accessibles que d'autres.
Commenter  J’apprécie          30
ErnestLONDON
  30 mars 2017
Murray Bookchin (1921-2006) se propose d'étudier les origines de la hiérarchie et de la domination pour remédier au désastre écologique. Il considère qu'aucune libération n'est possible, aucune tentative d'harmoniser les rapports humains, les rapports entre les hommes et la nature, tant que ne sont pas éradiquées les hiérarchies, système de domination plus ample que le rapport de classe.
Il s'oppose autant au mythe technocratique qui compte sur la science et la technique pour tout résoudre qu'à celui, spirituel et antirationaliste, qui prône un retour à la nature. Il leur préfère une écologie sociale qui cherche « à définir la place de l'humanité dans la nature sans tomber dans un monde préhistorique antitechnologique ni partir sur un vaisseau de science fiction. »
Article complet en suivant le lien.
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
Commenter  J’apprécie          40
didGalland
  12 avril 2017
lire en ligne : http://www.atelierdecreationlibertaire.com/Qu-est-ce-que-l-ecologie-sociale,756.html
Lien : http://www.atelierdecreation..
Commenter  J’apprécie          00


Videos de Murray Bookchin (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Murray Bookchin
Débat entre Pinar Selek, sociologue et militante féministe, et Aurélien Bernier, essayiste et défenseur de la démondialisation. Tous deux discutent des thèses de Murray Bookchin concernant le « communalisme », et des expériences qu'elle nourrissent.
Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement Toutes les vidéos de Mediapart :https://www.mediapart.fr/studio/videos Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
141 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre