AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2271081181
Éditeur : Centre national de la recherche scientifique (26/02/2015)

Note moyenne : 2/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Et si notre faculté à prendre des décisions relevait plus du hasard que d'un processus rationnel ? On a longtemps admis que, chez l'homme, la prise de décision résultait d'un processus cognitif et psychologique : l'esprit décide, le corps obéit. Or, le schéma est inverse : le mécanisme décisionnel est produit par la matière cérébrale. C'est un phénomène aléatoire qui résulte de processus de compétitions au sein d'un réseau dont l'architecture a peu évolué depuis les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
paulhaderachpaulhaderach   20 mars 2015
Que ce soit avec l'approche que nous avons adoptée, ou une approche automatique, nous avons convergé vers le constat que les processus mis en oeuvre pour décider n'obéissent pas totalement aux principes de rationalité et sont soumis à une part d'aléatoire. L'approche connexionniste couplée à une dimension évolutionniste apporte une explication intrinsèque: nous ne sommes pas rationnels parce que les principes de rationalité émergent d'une structure qui n'a pas de finalité en soi. La stochasticité est une nécessité pour que le système soit capable d'effectuer des choix. Les processus d'apprentissage ont émergé à partir des substrats impliqués dans les comportements alimentaires pour améliorer les performances. Les registres comportementaux se sont ensuite développés parallèlement au développement du manteau du pallium et sa complexification en cortex. Finalement, la capacité à produire des représentations mentales a fini par apparaître et à fournir le substrat nécessaire pour la capacité à anticiper et donc à concevoir la rationalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
paulhaderachpaulhaderach   20 mars 2015
Lorsqu'on aborde le problème de la rationalité, on peut l'organiser à la façon d'une gigantesque mise en abîme: le circuit limbique construit une représentation de l'environnement dans laquelle le circuit orbitofrontal projette l'individu et évalue les options à sa disposition et le circuit préfrontal décide de l'option à choisir. A tous les niveaux, ils sont soumis aux mêmes contraintes et aux mêmes limitations et sont notamment susceptibles, à cause des processus stochastiques en oeuvre de bifurquer vers des options moins "rationnelles": choisir la mauvaise représentation (mais non ce n'est pas moi dans le miroir) ou la mauvaise option (celle dont l'utilité est la plus faible). Il ne restera plus au sujet qu'à dire: je ne sais pas ce qui m'est passé par la tête !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
paulhaderachpaulhaderach   20 mars 2015
En abordant le problème de la rationalité sous une double perspective connexionniste et évolutionniste, elle met en évidence que notre cerveau n'est pas capable de produire un processus purement rationnel. Les mécanismes de sélection qui ont présidé à l'évolution du système nerveux central des vertébrés depuis la myxine jusqu'à l'homme n'ont pu gommer entièrement la part de hasard intrinsèque au processus de prise de décision. L'homo sapiens n'est donc pas programmé pour être un holmo logicus comme notre culture occidentale aimerait nous le faire croire. S'il en est ainsi c'est peut-être tout simplement parce que la logique pure n'est pas un avantage évolutif et qu'il y a plus d'intérêt à conserver une rationalité limitée qu'une rationalité absolue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
paulhaderachpaulhaderach   19 mars 2015
Lorsqu'un sujet prend une décision, il n'optimise généralement pas son choix. Pour les behaviouristes, l'explication est à chercher dans les comportements d'exploration: la pression évolutive a sélectionné des comportements qui anticipent d'éventuelles modifications des conditions environnementales. Le sujet (animal ou humain) échange ainsi un peu d'efficacité immédiate contre de l'information qui peut lui servir plus tard. Pour les économistes la réponse est plus complexe. Il s'agit d'une combinaison entre l'incapacité à appréhender la totalité des options du problème (la rationalité limitée) associée à des biais qui obscurcissent le jugement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
paulhaderachpaulhaderach   20 mars 2015
La base même de l'irrationalité apparente des comportements est intrinsèque aux propriétés du réseau de la décision [...] Les vertébrés ne se comportent pas de façon optimisée et unitaire tout simplement parce qu'ils n'en sont pas capables. Ils n'en sont pas capables car pour pouvoir choisir, ils ont besoin de l'association entre ces processus stochastiques et de bifurcation. Finalement la vraie surprise c'est que la notion de rationalité ait émergé du cerveau des plus évolués parmi les primates. Pourquoi l'homme a-t-il inventé ce concept et comment arrive-t-il à l'utiliser ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : neurobiologieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
282 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre