AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284172512X
Éditeur : L'Atalante (19/08/2010)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 31 notes)
Résumé :
N’est-il pas trop tard ?
Pour faire un enfant, pour revoir les siens après trente ans de vie extraterrestre, pour dire non à la guerre et à l’endoctrinement…
Dans les mondes où nous projette Pierre Bordage, la dégradation de l’espèce humaine et de la Terre a atteint son apogée. Se rebeller c’est mourir, au mieux se venger.
Comment respirer, comment sortir de « notre insondable prison » ?
Pierre Bordage nous offre, en g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Shan_Ze
  28 février 2016
Premier livre de Pierre Bordage que je lis et j'ai été agréablement surprise par ce recueil de nouvelles. Je voulais commencer par un livre court pour découvrir l'auteur et celui-ci convenait parfaitement. Quinze nouvelles sont regroupées ici, nouvelles parues antérieurement dans des anthologies de science-fiction.
Dans ces nouvelles, il est question du futur de l'homme mais aussi de celui de notre planète. Notre avenir imaginé par Pierre Bordage n'est pas très enchanté… Dans certaines nouvelles, coincés par leur technologie ou leur évolution, les hommes se trouvent dans des situations difficiles. Dans d'autres, il est question de guerre, ami ou ennemi la frontière est floue… Il y a une nouvelle qui ne m'a pas plu : de ma prison (je crois), le discours m'est resté trop abstrait pour l'apprécier. J'ai beaucoup aimé Mon nom est personne avec Jules Verne en vedette. Pour compléter le trio, On va marcher sur la Lune et En chair, chacune des deux m'ayant clairement marquée par la force de leur puissance narrative et les thèmes abordés (respectivement la médiatisation des puissances mondiales et l'évolution de l'humanité).
J'ai apprécié ce recueil de nouvelles de Pierre Bordage alors que ce genre n'est pas mon préféré. D'autres romans de l'auteur m'attendent dans ma bibliothèque, j'ai hâte de m'y mettre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
Dionysos89
  19 novembre 2015
Toujours dans son opération de la Décade de l'Imaginaire 2015, L'Atalante propose également une nouvelle d'un de ses auteurs fétiches, Pierre Bordage. Plus habile, à mon humble avis, dans les nouvelles de science-fiction que dans celles de fantasy (où il n'est pourtant jamais mauvais), il nous propose avec Dernières nouvelles de la Terre un récit court sur la perte de viabilité de la planète Terre.
Cette nouvelle déjà parue en 2010 dans un recueil éponyme nous fait suivre un héros solitaire et anxieux de son avenir. À lire les nouvelles dans le journal local, il ne peut que se désoler (tout comme nous, non ?) de ce qu'il voit et de la déconfiture des sociétés alentour. Comme toujours avec Pierre Bordage, ce n'est jamais mal écrit ; malgré tout, on peut toujours espérer un peu plus d'ambition dans le récit, et ce n'est pas avec cette nouvelle qu'il faut débuter son oeuvre, bien au contraire, car nous n'y retrouvons pas la richesse et la fluidité auxquelles il habitue toujours ses lecteurs.
[Critique concernant uniquement la nouvelle, injustement associée au recueil éponyme]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
balrog
  11 mars 2013
Un recueil idéal pour se familiariser avec Pierre Bordage, notamment grâce à un préambule ou l'auteur se présente de façon originale et efficace.
Les nouvelles sont tantôt très bonnes, tantôt moyennes, mais l'écriture est toujours soignée. C'est un bouquin de pure S-F, sympathique, mais attention car il est un peu noir et pessimiste.
Mention spéciale à la nouvelle qui s'intitule ''De ma prison...''(1re publication :''Anthologie Utopiales'' 2009). Une histoire qui parle de notre condition d'être humain sur la Terre et dans laquelle j'ai ressentis P. Bordage sincèrement impliqué. C'est une nouvelle qui me donne encore à méditer...
Les autres valent aussi le détour, bien que chaque lecteur aura sa petite préférence. À lire par ceux qui connaissent l'auteur et surtout par ceux qui ne le connaissent pas, car ce recueil permet de se faire une idée du style et des thèmes que peut aborder Pierre Bordage.
Commenter  J’apprécie          171
Folfaerie
  22 octobre 2010
Ce recueil se compose de 15 nouvelles dont une seule ne m'a pas enthousiasmée. Pour les autres, j'aurai bien du mal à distinguer mes favorites, je les ai toutes aimées. Mais mon dieu que ce fut déprimant... Si notre futur ressemble un jour à ça (et malheureusement, nous en prenons bien le chemin), j'espère que nous subirons une invasion d'extra-terrestres ayant pitié de la planète et qui décideront d'éradiquer l'espèce humaine...
Les Hommes justement, parlons-en. Ils sont évidemment au coeur des nouvelles de ce recueil : ils se font la guerre, encore et toujours, (Fort 53, excellent hommage aux légendes arthuriennes), sont les champions des manipulations génétiques (Dans le regard des miens, brrrr, Traces), de la colonisation d'autres planètes, du déclenchement de désastres écologiques... vivent le progrès et la science !
Si la voix du matin ou Chair (la seule peut-être à avoir une très légère touche d'optimisme) sont des nouvelles plus conventionnelles en SF, qui m'ont rappelée l'univers promis par Bienvenue à Gattaca ou Equilibrium (mes références sont essentiellement cinématographiques), mais tout aussi agréables à lire., certaines se détachent particulièrement par leur originalité : "mauvaise nouvelle", un court récit sur la vengeance d'une femme qui laisse un goût amer, un petit clin d'oeil-hommage à Jules Verne très réussi (Son nom est personne), un récit d'aventures et de pirates fort original (le chant de l'esgasse), tandis qu'On va marcher sur la lune rappelle à notre bon souvenir l'histoire de ce "complot" américain. Je terminerai par deux de mes préférées : Pedrito, à faire lire par tous les anti-corridas et Une plage en Normandie, variation épouvantable sur les réfugiés climatiques, quelque chose qui pourrait arriver demain... le fait est que la nouvelle est un exercice difficile et nombreux sont les écrivains qui s'y cassent le nez. Ici, point de crainte à avoir, Bordage est à son affaire. En raison de leur noirceur, je gage que certaines de ces nouvelles vont me rester en mémoire pour un bout de temps...

Lien : http://lectures-au-coin-du-f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BaronBreton
  09 septembre 2012
Les dernières nouvelles de la Terre ne sont pas très bonnes... Et je parle bien sur du futur qu'elles peignent et non de leur qualité ! (oui ok, la blague était facile...)

Quinze nouvelles, préambule compris, qui abordent différents sujets et dans différents styles mais le tout avec une qualité toujours présente (je trouve celles de Philip K.DICK ou Mélanie Fasi plus inégales, par exemple). Toutefois les sujets sont bien d'actualités malgré le contexte plus ou moins futuriste : religion, guerre, oppressions diverses, évolutions/manipulations génétiques, quête plus ou moins personnelle, etc.
Une nouvelle, un style de narration/style, un sujet (même si certains reviennent de façon plus ou moins importante).

Le futur que nous présente Pierre Bordage n'a rien de rassurant mais on le voit bien se profiler comme un avenir possible...
Pour n'en citer que certaines : l'hommage à Jules Verne via un voyageur temporel qui le rencontre dans sa jeunesse ; La voix du matin qui régule votre vie de façon plus oppressive que Big Brother lui même ; deux nouvelles sur la guerre qui ne semble devenir qu'un vulgaire jeux vidéos (avec une touche de fantasy pour l'une) ; l'histoire d'un marin des sables qui rappelle curieusement Moby Dick ; l'explication de la création de ce recueil (mise en abyme) ; la réalité du premiers pas sur la Lune et de son avenir qui garde toujours le même impact politique ; etc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Shan_ZeShan_Ze   20 février 2016
Ils vivaient dans un monde qui escamotait la mort et la souffrance, unmonde d'enfance éternelle, un monde à la pureté angélique ; alors, en manque de sensations brutales, ils s'entassaient sur les gradins des arènes clandestines où les règles étaient de moins en moins strictes, les doses de plus en plus fortes.
[Pedrito]
Commenter  J’apprécie          130
Shan_ZeShan_Ze   06 mars 2016
Le XIXe siècle conduira au modernisme et à tous ses excès : les guerres industrielle, la folie économique, le pillage effréné des ressources, la pollution, le réchauffement, la manipulation et la mutation génétiques, la négation de l'individu, les cataclysmes...
[Son nom est personne]
Commenter  J’apprécie          140
Dionysos89Dionysos89   08 septembre 2015
« Celui qui s’est mis dans la mouise, il doit s’en dépêtrer tout seul. Ou alors c’est qu’il n’est plus utile à la société. »
Fichue religion naturaliste.

Commenter  J’apprécie          200
Shan_ZeShan_Ze   23 février 2016
"Faut vraiment être dingue pour détruire le monde sur lequel on vit."
[Dernières nouvelles de la terre...]
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Pierre Bordage (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bordage
Pierre Bordage, Inkarmations, chez Leha Editions : https://editions-leha.com/catalogue-details/inkarmations/ Retrouver un extrait inédit = https://chapitres.actualitte.com/extrait/inkarmations-pierre-bordage/7175
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mort d'un clone de Pierre Bordage

Quel âge a Martial Bonneteau ?

47 ans
48 ans
49 ans
50 ans

15 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Mort d'un clone de Pierre BordageCréer un quiz sur ce livre