AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2738130658
Éditeur : Odile Jacob (06/03/2014)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 12 notes)
Résumé :
On connaît le jeu du "cadavre exquis", qui consiste à faire un dessin, puis à plier la feuille en n'en laissant dépasser qu'un fragment, à partir duquel le joueur suivant improvise son propre dessin...
Les quatre auteurs de ce livre, en reprenant le principe, l'ont adapté à la description d'une planète plausible et des diverses formes de vie susceptibles d'y apparaître et de s'y développer. Quelle espèce extraterrestre le hasard et les lois de l'évolution vo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
fnitter
  10 juin 2014
Un exquis OVNI.
En voilà une insolite collaboration entre un astrophysicien, un paléontologue, un archéologue et un auteur de sf pour un petit livre très instructif.
A travers quatre chapitres :
Ciel bleu, soleil orange où la genèse de l'étoile et de la planète sont expliqués.
Le hasard fait bien les choses : qui voit l'apparition de la vie sur cette planète.
L'intelligence pourquoi faire : où une espèce intelligente émerge et où l'auteur passe au crible quelques moments d'histoire de notre terre.
L'oeil de Caïn : qui voit débarquer les humains sur cette planète si particulière.
Une singulière histoire nous est contée...
Une idée ingénieuse que cette construction, de la vulgarisation scientifique très accessible et qui n'aurait pas eu la même visibilité sans la présence de Bordage. C'est certes didactique à l'extrême pour les trois premiers chapitres, mais j'y ai trouvé une lecture instructive et divertissante. Un développement original accompagné de nombreux parallèles avec celui de notre terre, ce pour une meilleure compréhension.
Des passages particulièrement savoureux (notamment dans le troisième chapitre) sur les religions.
On se plaint parfois d'un background trop rachitique dans les histoires de sf. Et bien là, on est gâté question background (encore que j'aurais aimé un développement plus complet de l'organisation sociale des sexogrades, l'espèce intelligente).
La nouvelle de Bordage, sans casser des briques, est agréable à lire et respecte bien le travail des scientifiques.
L'humanité ne sort pas forcément grandie de cet Exercice de style, cadavre Exquis, Exquise planète, Excellent.
(Obtenu et lu dans le cadre d'une opération masse critique. Merci à Babelio et Odile Jacob).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1012
MatCauthon49
  19 juin 2014
Tout d'abord, un grand merci à Babelio et aux éditions Odile Jacob de m'avoir sélectionné pour la première fois pour l'opération Masse Critique.
Il faut le dire d'emblée, Exquise Planète est un livre inclassable, un extraterrestre parmi les livres que j'ai pu lire (et en plus, des extraterrestres, il en contient un peu!). Il navigue entre différents genres, est au départ très scientifique, puis uniquement fictionnel sur la fin. Il reprend le principe du cadavre exquis (d'où son titre) cher aux surréalistes. Quatre auteurs ont participé à sa réalisation. Quatre parties se succèdent donc, que j'ai appréciées plus ou moins. Pour cette critique, pour plus de praticité, je reprendrai chaque partie.
Première partie : Ciel bleu, soleil orange, par Roland Lehoucq, astrophysicien, très connu par les fans de SF. Cette partie plante le décor. Roland Lehoucq décrit une planète de son invention, depuis la formation de son système stellaire jusqu'à la planète elle-même et les phénomènes astrologiques et physiques qui la caractérisent (un jour qui dure 19 de nos jours, deux lunes, un soleil orange, une ciel à moitié étoilé, un "oeil" dans l'autre partie du ciel). J'ai trouvé cette partie très poétique, très bien écrite.
Deuxième partie : le hasard fait (bien) les choses, par Jean-Sébastien Steyer, archéologue. Cette partie se consacre à l'arrivée de la vie sur cette Planète, grâce aux comètes et acides aminés qu'elles contenaient. Cette partie du récit a été, je dois l'avouer, plutôt technique pour moi, avec pas mal de chimie. J'avais cru comprendre lors de ma lecture ce qu'étaient les bactoïdes, les coloïdes, les électroïdes et autres aérozoaires, mais au moment de rédiger cette chronique, je m'aperçois que je n'ai pas retenu grand-chose... Jean-Sébastien Steyer nous décrit l'évolution de la vie au cours de millions d'années, tout en faisant des comparaisons avec l'évolution de la vie sur Terre, et bien sûr en tenant compte des éléments de base édictés dans la partie précédente. Et alors, un beau jour, le hasard faisant bien les choses, des tentaculides et des vulcoïdes se sont rencontrés, ancêtres des futurs exogrades (dotés d'un système électrique, sorte de système cérébral). Donc, vous l'aurez compris, un chapitre assez complexe, qui conviendrait bien je trouve à des étudiants en biologie.
Troisième partie : L'intelligence, pour quoi faire ?, par Jean-Paul Demoule. Cette partie reprend la précédente où on l'avait quittée, c'est-à-dire à l'émergence de l'intelligence sur la Planète. Les exogrades se transforment pour certains en sexogrades. le temps passant, ces sexogrades ont pu, tout en restant sur la Planète, développer la faculté d'explorer à distance des phénomènes astronomiques de plus en plus éloignés. Et ont découvert la Terre. Jean-Paul Demoule profite de cette partie pour reprendre quelques épisodes de l'histoire de l'humanité sur Terre, en les modifiant quelque peu (ainsi, en l'an 1000, l'empire romain existe toujours ; plus tard, les Chinois conquièrent l'Europe, etc.). Au final, cette partie plonge réellement le récit dans la fiction. J'ai apprécié cette réécriture de l'histoire, mais je me suis demandé ce qu'elle faisait là. Je m'attendais plutôt à voir comment les êtres de la Planète allaient évoluer.
Enfin, la quatrième et dernière partie, L'oeil de Caïn, par Pierre Bordage. La partie que j'ai préférée. Peut-être la plus accessible (avec la première), peut-être aussi l'unique entièrement fictionnelle... Pierre Bordage a bien repris tous les éléments présents dans le début du livre pour créer une histoire simple, pas très longue, mais très belle, très poétique. On suite l'histoire de plusieurs générations de colons humains qui ont conquis la Planète, jusqu'à leur rencontre avec les sexogrades intelligents. Une très belle histoire qui m'a remis d'accord avec ce livre.
Au final, un livre intéressant par son procédé d'écriture original. Les auteurs s'y sont bien pliés. Un très bon début, un milieu de livre un peu moins bon pour ma part (complexe et d'intérêt moyen), et une très jolie clôture. Encore merci au projet Masse Critique pour cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Piotelat
  14 mai 2014

Le jeu a été proposé par l'astrophysicien Roland Lehoucq : concevoir une planète qui n'est ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre. Il a passé son bébé, c'est-à-dire sa planète et son étoile au paléontologue Jean-Sébastien Steyer. Il y a déposé une vie qui vient d'ailleurs, qui a évolué, s'est éteinte à 90%. A la manière d'un cadavre exquis, l'archéologue Jean-Paul Demoule a regardé l'intelligence de cette planète observer l'évolution de l'intelligence sur Terre. Enfin, l'auteur de science-fiction Pierre Bordage a imaginé des colonies venues de Terres s'installer non sans heurt sur cette exquise planète.
L'ensemble est plutôt réussi. J'avoue m'être surtout ennuyée en lisant les histoires de sexogrades de Jean-Paul Demoule. Est-ce qu'une civilisation intelligente perdrait son temps à observer les conflits sur Terre ? Notre histoire se résume-t-elle à cela ? C'est un peu décevant au niveau de la réflexion sur ce qu'est l'intelligence et comment elle évolue.
"L'oeil de Caïn", la nouvelle de Pierre Bordage en hommage à Ray Bradbury, conclut cette aventure comme un feu d'artifice. Il respecte à la lettre l'environnement décrit par Roland Lehoucq et nous fait vivre les redoutables marées. le récit suit des colons venus de Terre, qui s'installent d'abord trop près de l'océan unique, le Nordial. Suite à la première marée et aux monstres qui surgissent des failles, ils reculent leur cité. Seule Omaline ne met pas tous les extraterrestres dans le même sac et reconnait l'intelligence des osoanors, mais elle sera considérée comme une folle par sa communauté très religieuse et belliqueuse.

Lien : http://zazaa.blogspot.fr/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Dweia
  30 juillet 2016
Mon avis ? Assez sympa, quand les scientifiques essaient de faire de l'humour ça peut être marrant. Cela dit, même si c'est vulgarisé certains points scientifiques sont assez complexes, surtout dans la 1re partie. La 2e partie est sympa, avec des bons jeux de mot et assez fluide à lire. La 3e partie est la moins intéressante selon moi, moins inventive et beaucoup trop centré sur l'histoire de notre planète, un développement plus poussé de la civilisation de la nouvelle planète serait plus intéressant. La 4e, forcément pour la fan de SF que je suis, ma préférée.
Très bon livre qui cela dit aurait eu du mérite à être moins centré sur la Terre, ils auraient pu aller plus loin, ça aurait été plus sympa selon moi de vraiment créer un nouveau monde sans y mêler la Terre. Ça reste quand même une belle lecture.
Commenter  J’apprécie          10
LeCombatOculaire
  11 mai 2016
Voici une part de gâteau cosmique, assaisonnée d'évolution sur son lit d'étrangeté, saupoudrez d'un peu de fantaisie et dégustez avec science. Exquise comme un cadavre, cette délicieuse nouvelle planète sortie tout droit de l'imagination de quatre auteurs venus d'horizons différents est un tableau de maître qui aurait sûrement dû voir le jour tout autant que la nôtre.
Prenez un astrophysicien pour le premier chapitre, pour les fondations du château de cartes. Si vous n'y connaissez rien en Big Bang, point d'affolement, ceci n'est qu'un décor, une mise en scène, ou vous pouvez passer directement au chapitre deux, celui du paléontologue. Vous pourrez ainsi rester béats devant la beauté et les mystères de l'évolution, celle-là même qui a choisi que l'oiseau volerait et l'humain pas. Au chapitre trois, l'archéologue. Lui commence à être un peu plus incisif, et montre en quelques exemples la folie de l'humanité, ses vices et son fonctionnement parfois bancal. Une critique bien placée de la société depuis ses tout débuts, qui nous amènerait à penser qu'une nouvelle civilisation sur une autre planète s'amuserait probablement de tout ça.
Au dernier chapitre, l'auteur de science-fiction prend les commandes et fait débarquer l'Homme sur cette planète pourtant si pure. Et là, c'est le drame. Plus le temps de s'extasier sur les paysages troublants et les êtres si parfaits, nous entrons en mode colonisation, invasion barbare et réappropriation. Après avoir épuisé toutes les ressources de leur propre planète, les humains envahissent ce nouvel environnement qu'ils ont tant de mal à comprendre. Rebelote.
Pas besoin d'être un savant ni un intellectuel pour se plonger dans cette aventure, scientifiquement plausible mais surtout humainement désolante. Un bon constat du monde actuel et du possible futur proche, qui amènera à en faire réfléchir plus d'un.
Lien : http://lecombatoculaire.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
finitysendfinitysend   14 septembre 2016
Dans ce nuage interstellaire , deux forces antagonistes s’affrontent . La cohésion du nuage résulte de l’attraction gravitationnelle entre les particules , gaz et poussières qui le constituent , qui tend à les rapprocher les unes des autres . Mais les mouvements de ses particules engendrent une pression dont les variations s’opposent à l’action de la gravité . Si le nuage ne s’effondre pas sur lui-même sous l’effet de sa propre gravité , c’est que la pression augmente régulièrement quand on s’y enfonce de sorte que les couches profondes supportent le poids de celles qui les surplombent . Cette situation est analogue à celle de l’atmosphère terrestre dont la pression décroît avec l’altitude , les couches les plus basses étant comprimées par le poids des couches supérieures . Le même phénomène prévaut dans les océans où la pression augmente avec la profondeur .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
fnitterfnitter   13 juin 2014
Nous sommes les glorieux accidents d'un processus imprédictible ne témoignant d'aucune tendance à une plus grande complexité, et non le résultat prévisible de principes évolutifs destinés à produire une créature capable de comprendre les mécanismes de sa propre création.
Stephen Jay Gould (L'Éventail du vivant).
Commenter  J’apprécie          380
fnitterfnitter   11 juin 2014
Ce scénario comparant les planètes à de gros ovules fécondés par de petites comètes se nomme panspermie (de pan, « universel » et sperme, « germe »). Il stipule que la vie vient d'ailleurs et que nous sommes donc des extraterrestres adaptés à vie terrestre.
Commenter  J’apprécie          390
fnitterfnitter   12 juin 2014
Est vivant tout système délimité par une membrane semi-perméable de sa propre fabrication et capable de s'auto-entretenir, ainsi que de se reproduire en fabriquant ses propres constituants à partir d'énergie et d'éléments extérieurs.
Commenter  J’apprécie          364
fnitterfnitter   12 juin 2014
L'imagination est plus importante que la connaissance
Albert Einstein (The Saturday Evening Post, 1929).
Commenter  J’apprécie          630
Videos de Pierre Bordage (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bordage
Le choix des libraires vous invite à la rencontre d'Anthony Clément, jeune propriétaire de la librairie Caractères de Mont-de-Marsan. Avec lui, partagez ses coups de c?ur et ses auteurs favoris comme Peter Heller ou encore Cookie Mueller et Pierre Bordage.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mort d'un clone de Pierre Bordage

Quel âge a Martial Bonneteau ?

47 ans
48 ans
49 ans
50 ans

15 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Mort d'un clone de Pierre BordageCréer un quiz sur ce livre