AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2846268045
Éditeur : Au Diable Vauvert (04/09/2014)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Un enfant étonnamment mûr et plein d'empathie pour l'humanité, mais ignorant de notre monde, comme un nouveau petit Prince perdu dans notre présent, visite la Terre et partout, d'un endroit à l'autre, s'étonne et souffre de ne voir que conflits, cruautés, tueries, viols, lapidations, malheurs. Et partout pour les bourreaux comme les victimes, la violence détruit l'humanité. L'enfant propose alors aux hommes de faire taire les armes, et leur accorde une trêve...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  26 décembre 2015
Un jeune garçon,qui ne se souvient de rien, ni de son nom, ni de qui il est , part en quête indentitaire. Mais cet enfant, n'est pas un enfant comme les autres : il parle à la matière. Lors de ses recherches ce jeune homme va faire différentes rencontres qui vont le mener autour du monde.
Ce garçon se pose des questions sur la nature humaine, et sur ce qui en découle comme la vie, la mort, l'amour, la haine , la guerre, la religion, la violence.. etc...
Un roman que l'on peut qualifier de conte philosophique (un peu comme le petit prince ou l'alchimiste de Paulo Coelho mais à la sauce Bordage) tout en gardant un côté fantastique.
J'avouerais, tout simplement que c'est une très belle découverte. Un conte qui se lit plutôt assez vite avec une écriture simple et fluide, mais qui ne rend en aucun cas l'histoire simpliste. Bien au contraire, elle permet le questionnement.
Pour moi, ce roman est destiné à la jeunesse (mais pas trop quand même!). et dans tous les cas , je pense sincèrement qu'il devrait faire partie de la fameuse liste littéraire de l'éducation nationale (il y est peut être déjà d'ailleurs).
Avec un tel conte, le débat est ouvert et peut permettre à nos ados d'aborder et de comprendre des sujets importants..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
ManouB
  14 mai 2016
Qui est ce jeune enfant, venu d'on ne sait où et qui semble avoir perdu totalement la mémoire ? Est-il un petit d'homme ou un extraterrestre ?
Personne ne le sait...Au début du roman il se retrouve à Paris et découvre les conditions de vie d'un SDF et de son chien.
Lui qui sait lire dans les âmes et deviner les souffrances des hommes, est étonné par la violence des conflits et les injustices qui sévissent sur la terre ainsi que par la noirceur du coeur des hommes.
Après avoir exploré plusieurs pays du monde où le jeune enfant se transporte avec la seule énergie de la matière, avec qui il peut entrer en communication, celui-ci fait le constat accablant que les hommes sont partout malheureux, en manque d'amour et obligés d'obéir à plus fort qu'eux.
Le jeune garçon décide alors de demander à la matière de faire taire les armes. La matière lui accorde un délai de 7 jours...
7 jours à partir du moment où la guerre s'arrête, 7 jours que l'enfant va mettre à profit pour explorer le monde, comprendre qui il est et d'où il vient, et surtout se rendre à New York au siège de l'ONU afin de rencontrer les chefs d'État.
Bien sûr personne ne le croit lorsqu'il déclare qu'il est celui qui a stoppé les armes et tout le monde redoute plutôt l'action d'un réseau terroriste.
Même les médecins rencontrés sur sa route, les croyants, les gourous ou autres "maîtres" censés aider leur prochain, ne pourront rien pour l'enfant, ni l'aider à savoir qui il est, ni d'où il vient...
Quelle est sa véritable mission sur la terre ? En a-t-il une d'ailleurs ?
Qui est cette femme au visage doux qui subsiste dans ses pensées ?
Comment arrive-t-il à parler aussitôt la langue des hommes qu'il rencontre ?
Et à communiquer avec les animaux ? A lire l'âme des vivants ? A voir celle des morts ? Et à communiquer avec la matière ?

Vous en saurez davantage en lisant ce conte moderne...
Lien : http://www.bulledemanou.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Morthina
  12 octobre 2017
Ce livre est un conte philosophique et initiatique moins simpliste et enfantin qu'il n'y parait, car si Pierre Bordage, un auteur de SF que j'apprécie tout particulièrement pour la spiritualité qui souffle à travers l'ensemble de son oeuvre, utilise volontairement un ton « naïf » à la manière du mythique Petit Prince, il aborde dans ce petit livre des thèmes graves et universels.
Suite à son incarnation sur terre, un enfant mystérieux et amnésique mais doté de la faculté de communiquer et commander à la matière, part à la recherche de lui-même et de son âme perdue : sa quête surprenante pleine de péripéties et de rebondissements, le confronte à la souffrance, la solitude et la cruauté d'hommes et de peuples plongés dans les tourments des conflits et des guerres. Son parcours fait de lui le témoin bouleversant des violences créées par les dogmes qu'ils religieux (on reconnait là son dégout pour le fanatisme et le prêt-à-penser religieux), par l'égoïsme, la frustration, l'envie, la peur.
Pierre Bordage dresse dans ce texte court un véritable éloge de la méditation et de la bienveillance qui doit nous permettre de découvrir et accepter qui nous sommes afin de mieux s'ouvrir aux autres et au monde.
Lecture qui devrait être mise au programme des écoles !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Coeurdechene
  01 mars 2015
Un enfant pas comme les autres perdu dans le monde des hommes. Sans mémoire, sans passé, il voyage à travers le monde pour le comprendre. Et tenter d'arrêter la guerre.
Un enfant apparaît sur Terre. A Paris.
Sans passé, sans aucune connaissance il va pourtant marquer le monde de son empreinte.
Car il a cette faculté exceptionnelle de pouvoir lire les âmes des vivants, et communiquer avec la matière.
Enfant du monde, il parcourt la planète, multipliant les rencontres, afin d'en savoir le plus possible sur les hommes et dans l'espoir de faire taire définitivement les armes. Il a négocié avec la matière une trêve de sept jours. Il compte bien les mettre à profit.
Sept jours pour découvrir le monde et comprendre qui il est.
Sept jours pour donner à l'humanité un nouvel espoir et peut-être lui montrer qu'il existe un autre chemin.
Sept jours, à compter du jour où la guerre s'arrêta.
Pierre Bordage est connu et reconnu comme l'un des plus grands romanciers français actuels. A son actif, plusieurs dizaines de romans et quelques prix prestigieux comme le prix Bob Morane, le Grand Prix de l'Imaginaire ou le prix Julia Verlanger.
Ce nouveau roman, plus intimiste que ses précédents, est plutôt à rapprocher du conte philosophique. On retrouve tous les ingrédients chers à l'auteur : la quête initiatique, les notions d'amour sans condition (l'«agapé» des croyants), d'intolérance religieuse et de croyances diverses (on croise tour à tour des sceptiques, un maître de l'islam, un maître hindouiste, un curé, un psychologue et bien d'autres), d'avenir de l'humanité, d'écologie et surtout, la paix sur Terre. Si la volonté première est de faire un roman de littérature générale, l'auteur arrive malgré tout à mâtiner son récit d'éléments fantastiques sans que ça gêne la lecture ou la cohérence de l'ensemble. Un style qui fait un peu penser à Pierre Rabhi, avec des préoccupations et des thématiques pas si lointaines que ça.
Toute l'histoire est vue par les yeux de l'enfant. Son niveau de connaissance technique et son vocabulaire étant limités par son amnésie, le récit prend une dimension très naïve. Peut-être un peu trop parfois ?
Mais cette naïveté ne fait que mettre en avant le propos de l'auteur sur les relations entre les êtres. Ce que l'enfant ne comprend pas, le lecteur, lui, le comprend très bien et se retrouve impliqué bien malgré lui dans sa lecture, tenant le premier rôle dans cette quête pour ouvrir les yeux de l'humanité sur son propre destin.
Si le style reste simple, il n'est jamais simpliste. L'histoire avance, multipliant les lieux et les rencontres. Car c'est bien là l'intention première de l'enfant : rencontrer des gens pour trouver quelqu'un qui lui ouvrira la voie vers sa propre âme.
C'est donc un récit de rencontres, durant lesquelles l'enfant en apprend sur notre monde. le parallèle avec Les Lettres Persanes de Montesquieu paraît judicieux. le procédé littéraire est le même.
Du point de vue philosophique / métaphysique, impossible de ne pas faire le lien avec le récit du Petit Prince, et plus récemment celui de l'Alchimiste de Paulo Coelho. La dimension religieuse m'a également fait penser à Rencontre avec le Christ, de Roberto Badenas. Un petit ouvrage fort simple qui sert le même propos : des rencontres avec les hommes pour leur ouvrir les yeux, la volonté de leur faire ressentir un amour immense, inconditionnel, les uns pour les autres et les voir vivre en paix.
Si Pierre Bordage aborde différents thèmes dans ce court roman, il ne se disperse pas et la quête de l'enfant trouve un terme. Malgré tout le lecteur reste un peu sur sa faim. C'est sans doute le seul bémol de l'ouvrage. Un petit goût d'inachevé en tournant la dernière page.
Malgré ce léger détail, l'histoire reste agréable, comme un conte, précisément.
Une histoire que l'on a envie de partager, parce que c'est beau. C'est bien écrit, et ça parle au coeur directement. le meilleur moyen de faire connaître l'auteur à d'autres lecteurs.
Lien : http://www.biblioblog.fr/pos..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Missbouquin
  01 octobre 2014
Il était une fois un petit garçon, qui apparut sur Terre, à notre époque. Incapable de se rappeler ce qu'il fait là, il essaye de trouver l'homme qui lui redonnera sa mémoire. de l'Amérique à l'Orient en passant par l'Inde, il se laisse guider par ceux qui pensent posséder la Vérité. Pourtant, il s'apercevra vite que non seulement aucun d'entre eux ne détient une sagesse universelle et désintéressée, mais également qu'ils ne peuvent pas l'aider à se souvenir de son passé …
Cependant, en parcourant le globe, il se rend rapidement compte que l'homme ne fait que se détruire, souvent sans raison. Avec la naïveté et l'innocence qui font de lui un Petit Prince moderne, il va alors négocier une "trêve avec la matière", 7 jours pendant lesquels aucun coup de feu ne pourra être tiré par des armes soudain récalcitrantes … 7 jours pendant lesquels le petit garçon va essayer de discuter avec les hommes pour leur expliquer pourquoi cette trêve, et pour comprendre pourquoi ils se battent … Une tentative qui parait vouée à l'échec … "Les enfants ne jouissaient vraiment d'aucune considération dans le pays des hommes : non seulement ils n'étaient pas invités à réfléchir et à chercher des solutions avec les chefs de l'humanité, mais ils n'étaient pas censés aborder des sujets aussi simples et fondamentaux que l'être et la pensée"
Et pourtant c'est toute la beauté du texte de Bordage qui nous propulse, l'espace de deux heures de lecture, dans un conte magnifique, entre magie et réalisme, entre espoir et réalités. J'ai littéralement été envoûtée par ce petit garçon qui nous met en face de nos égarements, de notre brutalité, de nos défauts … J'ai vibré d'indignation avec lui, j'ai été mise à la porte de l'ONU avec lui, ressentant comme lui la frustration de n'être qu'un enfant que personne n'écoute. J'aurais aimé, comme lui, être en paix avec la matière et pouvoir lui parler comme il le fait …
"Je m'abstins de leur dire que le miracle n'était pas un événement exceptionnel, que le miracle était la norme, que leurs vies étaient elles-mêmes des miracles, que l'univers entier était un miracle."
Un conte hors du temps, à découvrir d'urgence
Lien : http://missbouquinaix.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
lyokolyoko   25 décembre 2015
""une femme aux cheveux d'or quémanda une clope. On la lui accorda après l'avoir nommée Pétasse et lui avoir rappelé que le tabac était formellement interdit dans les lieux publics. On y ajouta des paroles de mépris qui, en définitive, n'avilissaient que ceux qui les prononçaient."
Commenter  J’apprécie          183
ManouBManouB   14 mai 2016
Vous n'avez ni l'un ni l'autre le désir réel de mourir. Vous vous appliquez à jouer à la guerre parce qu'on vous l'a ordonné, mais je sais que vous préféreriez jouer à d'autres jeux. Si vous le souhaitez, je prie nos amies les balles d'accomplir à nouveau la besogne pour laquelle elles ont été conçues...
Commenter  J’apprécie          80
TylelieTylelie   07 mars 2015
Je méditait un temps sur leur paroles avant de murmurer :
"Ainsi, dans le pays des hommes, certains décident pour d'autre de la conduite à suivre.Ça veut dire que ces autres ne sont pas capable de se diriger eux même."
J'avais la confirmation de ce que j'avais pressenti dans la grande cité de Paris, dans le poulailler et dans le village de Maître : la plupart des humains avaient perdu les clefs de leurs propre royaume, de leur pouvoir, de leur unicité, et plutôt que de s'engager dans le sentier étroit et escarpé menant à l'orée de leur territoire intime, ils préféraient s'en remettre aveuglément aux directives de certains des leurs érigés en guides suprêmes. L'homme qui pouvait m'aider était peut être l'un de ces guide mais j'en doutais : avaient ils la capacité de lire dans mon âme, eux qui se hâtaient de précipiter leur semblable dans des conflits meurtriers ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ManouBManouB   14 mai 2016
La tâche ne fut pas aussi aisée que je l'avais supposé.
J'établis le silence en mon âme, l'étendis aux confins de ce monde, puis neutralisai, avec leur aimable autorisation, toutes les machines de guerre, roulantes, volantes, flottantes, sophistiquées, rustiques, petits et grands flingues, feu, fer, gaz, poison, plomb, atomes, billes, balles, lames, tout ce qui, d'une manière ou d'une autre, déchirait les chairs, éventrait la Terre, détruisait les cités, incendiait les végétaux, massacrait les animaux. Les armes se révélaient si nombreuses et diverses que je ne pus me retenir d'admirer l'ingéniosité des êtres humains.
La matière m'accorda finalement une trêve de sept jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MadimadoMadimado   01 septembre 2014
Les enfants ne jouissaient vraiment d'aucune considération dans le pays des hommes : non seulement ils n'étaient pas invités à réfléchir et à chercher des solutions avec les chef de l'humanité, mais ils n'étaient pas censés aborder des sujets aussi simples et fondamentaux que l'être et la pensée.
Commenter  J’apprécie          51
Videos de Pierre Bordage (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bordage
Entretien avec l'écrivain Pierre Bordage (Université Bordeaux Montaigne)
autres livres classés : contes philosophiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Mort d'un clone de Pierre Bordage

Quel âge a Martial Bonneteau ?

47 ans
48 ans
49 ans
50 ans

15 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Mort d'un clone de Pierre BordageCréer un quiz sur ce livre