AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782754401234
246 pages
EONS Productions (24/02/2006)
3.82/5   25 notes
Résumé :
Son astronef détruit au cours d'une mission, Tinkar Holroy, de la Garde stellaire, dérive dans l'espace. II est recueilli par une cité spatiale du Peuple des étoiles, des descendants de transfuges de l'Empire terrestre qui depuis plusieurs générations vivent dans l'espace et n'ont que mépris pour les " planétaires ". Tinkar, d'abord lui-même méprisant envers ces gens dont il ne voit que les " faiblesses " de leur régime démocratique, comparé à la fermeté de la dicta... >Voir plus
Que lire après Pour Patrie l'EspaceVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bien sous tous rapport ....

Pour patrie l'espace , est une pure petite merveille de space opera francophone ancien mais très bien conservé à tout point de vue .

C' est un des meilleurs space opera que je connaisse .
L'auteur est un scientifique qui se situe dans la lignée de Jean Rosny Aisné .
Il marche dans ses pas et son travail n'a pas pris l'ombre d'une ride .

Il est donc , le continuateur du premier véritable auteur , de sciences mises en fiction français , avec des visions prospectivistes très amples et sur la longue durée ...

L'intrigue :
Tinkar , un officier quasi fanatique de l'armée terrestre se trouvera capturé par les spatiaux .
Tinkar qui est un fabuleux personnage très bien campé , oubliera progressivement le fanatisme aux contact des spatiaux , qui le feront prisonnier .
Ils le contraindront à vivre dans ces fabuleuses archéologies , que le lecteur aura la chance de découvrir dans ces textes soignés et visionnaires ,
et à ce propos : Merci .... merci ... merci ... à l'auteur .....
Ce sont d'immenses habitats spatiaux mobiles et nomades , réunis en confédération .

Il y a de très jolies demoiselles dans ces textes , mais elles ne sont pas nunuches .
Elles n'ont pas froid aux yeux et il ne vaut pas mieux trop les chercher , et elles sont jolies en général , oh faiblesse ! ( sourires ) ..

C'est de la science-fiction populaire de très bonne qualité et assez flamboyante .
Le siège de l'archologie principale de ce texte est un récit époustouflant , entre autres passages de qualité .

De la qualité très présente dans ce récit en général , du point de vue de la scénarisation comme du point de vue des environnements ( variés ) , que du point de vue des analyses politiques .

C'est un superbe space opera militaire intelligent et francophone , dont le vocabulaire passe très bien , même s'il affiche un rien suranné , parfois .

Personnellement , je trouve ce space opera presque , encore inégalé à ce jour dans la sphère francophone .
Quand je dis presque , en plus et franchement , je ne le pense pas , je suis seulement prudent et poli ...
En fait je pense que dans son genre , il est tout simplement inégalé .
Commenter  J’apprécie          324
Pour Patrie d'espace
Francis Carsac (1962)
Rééd. L'Arbre vengeur 2020

Tinkar tombait entre les étoiles. Partout, autour de lui, au-dessus de lui, sous lui, l'infini, leurs points lumineux brillaient impassibles. Il tournoyait en tombant et voyait passer la Voie Lactée, comme une zone de feu glacé. L'instant d'un éclair, il entrevoyait le nuage de gaz qui était tout ce qui restait de son astronef.
Tinkar, victime du sabotage de son astronef, échoue à remettre un message de l'Empire à l'amiral de la 7e flotte sur Fomalhaut IV. Alors qu'il se sent mourir, il est recueilli par un vaisseau qui passait à proximité et se trouve confronté à une civilisation nomade qui ne fait que voyager entre les étoiles. Celle-ci est issue des scientifiques et techniciens, persécutés par l'Empire, qui ont fui la Terre il y a plusieurs générations. Leur mode de fonctionnement est complètement différent de ce qu'il a toujours connu, arraché très jeune à ses parents pour devenir un Garde Stellaire inféodé à la dictature de l'Empire. Il règne dans le vaisseau Tilsin une sorte de libéralisme social et économique où les Planétaires peuvent être recueillis mais restent méprisés.
Pour des raisons mystérieuses, le Teknor de l'astronef (directeur technique), semble l'apprécier et lui a remis pour sa vie quotidienne dans le vaisseau une accréditation égale à celles des Stelléens et donc supérieure à son statut de Planétaire. Ayant à subir de régulières humiliations et vexations au début de son séjour, il trouve cependant quelques alliances, notamment féminines, et finit par se rendre compte que pour lutter contre l'ennemi héréditaire des Stelléens, les Mpfifis, une race humanoïde et sadique, on attend de lui qu'il livre les plans du traceur intersidéral, une technologie qui permettrait de se défendre efficacement contre eux. Tinkar, bridé par son conditionnement militaire, résiste. Il va alors se sentir attiré par une communauté religieuse qui vit en harmonie avec les Stelléens sur le vaisseau : les Pélerins.
Que va-t-il advenir de lui ? Restera-t-il sur le vaisseau stelléen ? Se liera-t-il durablement avec une de leurs femmes ? Retournera-t-il sur Terre ?...

Au niveau de la psychologie pure, on voit Tinkar se débattre entre les contradictions de son formatage de soldat et de nouvelles règles et codes qu'il a du mal à assimiler : son questionnement à propos du traceur (doit-il le livrer ou pas et avec quelles conséquences ?) et son incertitude amoureuse face à des femmes très différentes qui le convoitent toutes trois pour elles seules.
D'un point de vue sociologique, on remarquera le développement d'une utopie démocratique où chaque Stelléen est tenu de travailler deux heures par jour pour la communauté en échange d'un salaire qui peut s'apparenter au revenu universel – en question actuellement – et reste libre de développer ses compétences individuelles (ou pas) le reste de la journée.
Ce roman est un petit bijou de ce qu'on appelle l'Âge d'Or de la Science-Fiction, française de surcroît. de son vrai nom François Bordes, Francis Carsac (1919-1981), paléontologue de métier, se place dans la lignée des grands auteurs américains tels que Arthur C. Clarke, Poul Anderson, Robert A. Heinlein ou encore pour la SF française, de Joseph H. Rosny Aîné et développe des intrigues de « Space opéra » qui se soucient de crédibilité scientifique – voir aussi Ce Monde est nôtre, du même auteur et du même éditeur, chroniqué dans Gandahar 14).
J'ai personnellement beaucoup apprécié l'épisode de la planète sauvage qui comporte de très belles pages ainsi que le dialogue de fin entre Tinkar et le Teknor qui reflète la hauteur du vue de l'auteur . On pourra lire, en préface de cette réédition de l'Arbre vengeur, l'excellent article de Laurent Genefort : « Un os lancé dans l'espace », titre approprié s'il en est. CB

Chronique parue dans Gandahar 26 en décembre 2020



Lien : https://www.gandahar.net
Commenter  J’apprécie          30
Un très bon roman de space-opera français avec nombre d'idées originales assez en avance à l'époque de son écriture (1962). Francis Carsac (le pseudonyme sous lequel écrivait le préhistorien renommé François Bordes) a écrit quelques autres récits de qualité, mais j'ai une affection particulière pour celui-ci, peut-être parce qu'il se veut assez réaliste en politique. Un des dirigeants du "peuple des étoiles", des terriens qui ont quitté l'Empire contraints et forcés, lorsqu'il fait face à une nouvelle menace propose une alliance avec les impériaux sur la base suivante: "Quand j'affronte deux diables et que je ne peux gagner seul, je choisis de m'allier à celui qui est de ma famille." (de mèmoire).
Commenter  J’apprécie          20
J'ai bien tenté de me raccrocher au personnage principal qui m'a d'abord semblé plutôt intéressant mais qui ne l'est finalement qu'en comparaison des autres protagonistes qui rivalisent de fadeur, à commencer par les femmes qui se disputent ses faveurs. Même ses questionnements, alors qu'il se retrouve partagé entre ses principes formatés de soldat et son désir de se fondre dans son nouvel environnement, n'ont pas su me convaincre, pas plus que les scènes d'action ou les duels qui sont assez maladroits. Quant à l'intrigue, disons qu'elle fonctionne mais que, cousue de fil blanc, elle ne ménage que peu de surprise.
L'article complet sur Touchez mon blog, Monseigneur...
Lien : https://touchezmonblog.blogs..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Tinkar tombait entre les étoiles. Partout, autour de lui, au dessus de lui, sous lui, l'infini, leurs points lumineux brillaient impassibles. Il tournoyait en tombant et voyait passer la Voie Lactée, comme une zone de feu glacé. L'instant d'un éclair, il entrevoyait le nuage de gaz qui était tout ce qui restait de son astronef. Peu à peu, exécutant les manœuvres apprises à l'école des Cadets, il ralentit son tournoiement, jusqu'au moment où la bande lumineuse de la galaxie sembla seulement basculer, lentement, comme une toupie à bout de course. Alors, il put réfléchir à son sort.
Commenter  J’apprécie          40
Il tournoyait en tombant et voyait passer la voix lactée , comme une zone de feu glacé .
Commenter  J’apprécie          170

Video de François Bordes (II) (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Bordes (II)
Présentation du livre "Pour patrie l'espace" de Francis Carsac. Parution aux éditions de l'Arbre vengeur le 1er octobre 2020.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (54) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
5007 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..