AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782857041528
317 pages
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (04/07/1997)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Pendant presque mille quatre cents ans, des rois se sont succédé de manière quasiment ininterrompue sur le trône de France. Ils étaient issus de trois célèbres dynasties, les Mérovingiens, les Carolingiens et les Capétiens. À travers l'épopée tumultueuse de leurs vies et de leurs règnes, où se révèlent des personnalités diverses et parfois controversées, renaissent avec un grand éclat les heures les plus prestigieuses et les plus exaltantes de notre Histoire.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
gill
  03 mai 2012
Fut-il réellement un roi de fer ou jouit-il d'une réputation usurpée ?
Sous les évènements dramatiques qui jalonnent sa vie - l'attentat contre le pape, le procès et la chute des templiers, l'adultère des trois brus - on peut lire sur ce sujet "les rois maudits" superbe livre de Maurice Druon -, la lutte contre l'Angleterre et la Flandre - il émerge une volonté constante et tendue vers la grandeur du royaume de France.
Il fallait un grand historien pour conter de manière vivante ce destin d'un roi énigmatique animé par un véritable génie politique.
Georges Bordonove nous offre ici un formidable livre d'histoire.
Commenter  J’apprécie          70
gill
  02 mai 2012
Voilà mille ans, à Senlis, Hugues Capet était élu roi de France.
Il devient alors le fondateur d'une prodigieuse lignée qui assumera le destin de la France jusqu'à la révolution.
Il instaure une monarchie héréditaire liée à la notion de droit divin.
Georges Bordonove fait ici le portrait d'un homme, judicieusement replacé dans son époque, qui grâce à son habileté et à sa patience a scellé l'acte de naissance de la nation.
Ce livre d'histoire, issu de la série "les rois qui ont fait la France" est facile d'accès et agréable à lire tout en étant complet, structuré et solidement documenté.
Commenter  J’apprécie          40
meknes56
  26 août 2019
Philippe IV est un roi bien connu. Certains l'ont "rencontré" dans les premiers tomes des "Rois Maudits" de Druon..Ce roi que l'on disait" de fer " a eu droit à de nombreuses biographie. Celle de Bordonove est vraiment bien faite mais j'ai préféré celle de Favier..Bordonove, comme souvent, sait rendre les évènements plus facile à digérer.
Commenter  J’apprécie          40
Pris
  05 août 2014
Les biographies de Georges Bordonove sont destinées à un large public : l'écriture reste donc fluide. Celle-ci est idéale en complément des Rois maudits de Maurice Druon. Autant le terme "roi de fer" me paraît justifié pour Philippe IV le Bel qui incarna parfaitement la réalité du pouvoir royal, autant l'expression "rois maudits" est exagérée, aussi populaire soit-elle.
Commenter  J’apprécie          30
lehibook
  05 janvier 2020
C'est à une icône que s'attache cette biographie , un roi et saint avec , de plus un génial chargé de communication en la personne de Joinville. On ne peut nier sa capacité d'organisateur (avec l'aide de sa mère) , ni celle de pacificateur qu'il exerça en France et en Europe . Mais l'autre face , est une forme de fanatisme religieux qui l'amena à persécuter Cathares et Juifs et le lança dans les expéditions coûteuses et périlleuses contre l'Islam .L'auteur me paraît avoir été un peu trop ébloui par l'auréole du saint.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
meknes56meknes56   26 août 2019
Le 30 mars 1282, qui était un lundi de Pâques, une rixe éclata à Palerme, alors que la population se rendait aux vêpres. Les Français prétendirent que les Siciliens dissimulaient des armes dans leurs vêtements. Ils commencèrent à fouiller les hommes et les femmes, ces dernières fort indiscrètement. Des furieux se jetèrent sur eux, les percèrent de coups ou les assommèrent. Ce fut le signal du massacre général. Partout, le cri de « Mort aux Français ! » retentit. Personne ne fut épargné, pas même les femmes enceintes qui furent sauvagement éventrées. Le gouverneur, Jean de Saint-Rémy, parvint à s'enfuir de la ville ; il fut promptement rejoint et périt avec toute sa suite. La même fièvre de meurtre s'étendit à l'île entière. Messine hésita quelques jours, puis se laissa entraîner par le mouvement. Telles furent ces Vêpres siciliennes qui ont fait couler beaucoup d'encre et inspiré les plus extravagants récits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   03 mai 2012
En juin ou juillet 987, à Senlis, Hugues Capet est élu roi de France par une assemblée composée d'évêques et de grands seigneurs. Il fonde cette dynastie capétienne qui assumera le destin de la France jusqu'à la révolution.
Voilà à peu près tout ce qui subsiste dans la mémoire collective d'un événement capital de notre histoire, d'un règne obscur, d'un roi, comme on a dit, sans visage.
Cependant son accession au trône mettait le point final à une rivalité séculaire et combien dommageable pour le peuple entre les deux familles les plus en vue du royaume : les Carolingiens qui détenaient un pouvoir légal, indiscuté dans son principe, mais chancelant, et les Robertiens dont la puissance n'avait cessé de croître depuis Robert le Fort, leur héros éponyme...
(extrait de l'introduction "Un roi sans visage" de l'édition parue chez "Marabout" en 1988)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   03 mai 2012
La forte personnalité de Philippe le bel domine la période qui s'étend de la mort de Saint-Louis à l’avènement de la dynastie des Valois.
Avec lui le Moyen-Age classique prend réellement fin ;l'esprit qui l'avait animé, cesse d'exister : service de Dieu, honneur du monde, dévouements gratuits et massifs, respect de la créature en tant que porteuse d'une âme chrétienne.
Prince déjà moderne et même, à sa façon, révolutionnaire, Philippe le Bel réforme hardiment les structures de l'état : administrations, justice, armée, fiscalité.
Il crée un nouveau style de gouvernement qui offusque ses contemporains et les déçoit plus encore qu'il ne les inquiète : sous sa main de fer, la vieille monarchie cesse d'être débonnaire....
("Les architectures de l'Histoire", extrait de l'introduction à l'édition parue chez "Marabout" en 1988)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
raynald66raynald66   26 juillet 2017
Imputer aux Templiers la responsabilité des désastres de Terre Sainte présentait un grand avantage : Trop de croyants accusaient les Princes d'avoir renoncé à prendre
la croix !
Commenter  J’apprécie          80
raynald66raynald66   26 juillet 2017
Il semble bien que Philippe le Bel ait eu plusieurs motifs :

Abattre quand il en était temps cette puissance Templière indépendante et qui échappait à l'autorité royale ;
Tenter de s'approprier des biens mobiliers et une richesse considérables en un moment où la situation du Trésor tournait au drame et contraignait à une nouvelle dévaluation de la monnaie ;

Soustraire à Clément V l'appui d'une puissance militaire puisque l'ordre ne relevait que de lui
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Georges Bordonove (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Bordonove
Louis XVI, BORDONOVE Georges
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2297 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre