AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782355846588
384 pages
Éditeur : Sonatine (18/01/2018)
3.46/5   24 notes
Résumé :
Années 1930, Londres. Cameron McCabe travaille au montage d’un film, lorsque son producteur lui demande de couper toutes les scènes dans lesquelles intervient une jeune actrice, Estella Lamare. Elle joue pourtant un rôle de premier plan. McCabe a du mal à comprendre cette décision aussi surprenante que soudaine. Le lendemain, le corps sans vie d’Estella est retrouvé dans la salle de montage.
McCabe décide alors de mener seul son enquête. Il nous raconte ses p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,46

sur 24 notes
5
2 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

sylvaine
  18 février 2018
Atypique, inclassable , si vous aimez fermer un livre avec à la bouche ces 2 épithètes alors n'hésitez pas précipitez vous sur Coupez ! . Récemment réédité aux éditions Sonatine que je remercie vivement pour cette découverte via le réseau NetGalley , Coupez! est paru en 1937 . Son auteur Cameron McCabe était un illustre inconnu . L'action se situe dans des studios de cinéma où travaille le narrateur de cette histoire le dénommé Cameron McCabe. Non vous ne rêvez pas l'auteur et le narrateur ne sont qu'une seule et unique personne.Le corps d'une jeune actrice est retrouvé au matin dans le bureau de Jim Robertson le prodige des effets spéciaux. Estella Lamare git dans son sang , suicide, homicide? Bientôt un meurtrier avoue, puis un second , puis .... McCabe en tandem avec l'inspecteur Smith de Scotland Yard mène sa propre enquête....
Seconde partie nous assistons au procès du coupable . Mais est il coupable ou non? sera t'il pendu ?
Troisième partie un épilogue qui sous prétexte de nous éclairer les tenants et aboutissants de l'intrigue ne fait que perturber un peu plus le malheureux lecteur .
Atypique, inclassable, certes mais quel roman . Replacé dans son contexte historique , au fait de l'identité de l'auteur, Ernst Bornemann, exilé allemand arrivé en Angleterre en 1933 , déchu de sa nationalité allemande par Hitler pour ses idées socialistes , ce texte nous offre quantité de sujets de réflexion économiques, psychologiques sociologiques, politiques . Une lecture dense enrichie par la préface de Jonathan Coe et les postfaces pleines d'informations sur l'auteur et son temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Bazart
  24 avril 2018
On finit notre revue de nouveautés du printemps avec une nouveauté de … 1937!!… totalement inédite en France, que les éditions Sonatine exhument pour notre plus grand plaisir
Une sorte de roman policier qu'on peut considérer comme un olni (objet littéraire non identifié qui ravira tous les amateurs d'énigmes de roman au charme très « vintage"et de livres sur les coulisses du cinéma.
Cameron McCabe, le pseudonyme de l'auteur du roman est aussi le nom du personnage principal, celui d'un monteur travaillant dans une boîte de productions de films, à Londres.
Il travaille sur un film événement lorsque le réalisateur lui ordonne de couper, sans raison apparente, toutes les scènes dans lesquelles apparaît Estella Lamare, jeune actrice prometteuse. le lendemain, cette chère Estella est retrouvée morte dans la salle de montage. Deux enquêtes policières vont rythmer le récit : celle de Smith, inspecteur de Scotland Yard, et celle de McCabe, qui mène sa propre enquête.
Ambiances hitchcockienne et jazzy à souhait, construction narrative atypique et un "twist" inattendu au milieu du livre, en font un objet totalement inclassable et atypique à l'image de son véritable auteur Car ce que tout le monde ignorait en 1937 a été révélé en suite.
L'auteur, Ernest Bornemann, est en réalité un Allemand qui s'est exilé en Angleterre pour fuir l'Allemagne nazie. Une enquête (rapportée dans le livre) a été menée et a révélé sa véritable identité. La troisième partie de l'édition publiée chez Sonatine nous révèle beaucoup sur sa personnalité complexe d'un individu qui a été tout aussi bien écrivain, scénariste, anthropologue, musicien critique de jazz, psychanalyste, sexologue et militant socialiste.
Une vie passionnante, également rappelée par Jonathan Coe dans la préface de cette édition française, dont on se dit qu'elle ferait un formidable roman pourquoi pas de Jonathan Coe lui-même !!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Jeanfrancoislemoine
  02 avril 2018
Ce roman m'a été offert par mon adorable fille.Très honnêtement, je ne l'aurais sans doute pas choisi mais,comme elle a très bon goût ,me voilà lancé dans cette lecture.
D'abord,il y a une très belle couverture et puis on plonge dans une intrigue.La,c'est un choc,ce livre est un exercice de subtilités. Subtilités de langage,subtilité dans l'intrigue,dans la construction. Les personnages ont de l'épaisseur,du caractère.Les dialogues,n'en parlons pas,c'est du luxe.Et puis l'ambiance,le décor,de huis clos à analyse des sentiments...Moi,je me suis retrouvé devant un film en noir et blanc,tourné en studios.Pas d'extérieur sinon Londres dans le brouillard.Tout est opaque et assez machiavélique.C'est à coup sûr un grand roman mais un roman de son époque qui ne plaira pas forcément à tout le monde.c'est lent au point qu'on a envie de sauter des passages et là est le piège puisqu'il faudrait être attentif à tout,tu sautes un passage et t'es foutu .....
Trois parties pour trois modes d'expression,du grand art,assurément mais il faut bien savoir que ce livre a été écrit dans les années 30,donc bien loin de nous,qu'il faut se projeter en noir et blanc,bien enregistrer tout ce qui est dit,accepter la psychologie plus que l'action,faire evoluer les personnages sur un fond figé .....C'est un excellent bouquin pour moi,pas sûr cependant qu'il plaise à un public issu d'une plus jeune génération .
Je ne mets aucune étoile ,j'apprécie ce roman mais je vous laisse réfléchir, votre intuition doit faire le reste.Et puis,une librairie,c'est fait pour toucher,regarder,demander,feuilleter.
,lire la 4eme,non?Allez les jeunes,à vous de jouer,et dites moi.Je suis dubitatif,peut on refaire surgir du passé un ouvrage,aussi bon soit il?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
coquinnette1974
  23 mars 2018
Coupez ! de Cameron McCabe est un roman vintage datant de 1937 et que j'ai eu le plaisir de lire grâce aux éditions Sonatine et à net galley.
Il y a trois parties dans cet ouvrage très surprenant, indéfinissable et passionnant.
La première partie a pour narrateur Cameron McCabe, il nous relate le meurtre, l'enquête..
La seconde partie nous est narré par un autre personnage, et nous apporte le dénouement de l'histoire.
Quand à la troisième partie, elle est composée d'interview inédite de l'auteur.
Coupez ! m'a étonnée car on trouve du policier mais pas que, on a aussi de l'humour.
L'auteur est sorti des sentiers battus avec cet ouvrage, écrit il y a longtemps, mais vraiment bien pensé.
Je n'ai pas eu de coup de coeur mais j'ai aimé la surprise de cette découverte, et je mets quatre étoiles :)
Commenter  J’apprécie          161
Jeneen
  04 février 2018
Difficile de parler de ce très bon et très original roman inclassable !
Il est très bien écrit, avec des dialogues précis et subtils, très importants, tour à tour ironiques, mordant, cyniques, mystérieux...Et j'en passe !
On part d'un meurtre, avec enquête de la part d'un représentant de Scottland Yard. Mais le parallèle avec un "véritable" roman policier s'arrête là. En effet, on a peu d'infos, l'enquêteur principal brouille les pistes, joue au chat et à la souris. Quant au narrateur qui enquête en parallèle, (il est monteur dans la boîte de production où s'est produit le meurtre), il et ne dévoile pas grand chose non plus ! Bref, le lecteur peu attentif ne peut deviner qui est le coupable. Car TOUT est important dans ce livre, les descriptions, les non-dits, les dialogues, les infos distillées ici et là. Et après un retournement de situation inattendu au milieu du roman, aussi bien qu'un changement de ton, on se retrouve avec autant de suspects que de personnages !
Après le dénouement, assez incroyable, et une deuxième partie, avec changement de narrateur, tout aussi inattendue, on aborde enfin, une troisième partie qui relate l'enquête (la vraie) réalisée pour trouver l'identité de l'auteur, déjà connu mais qui sur ce roman avait écrit sous pseudonyme.
Bref, un livre complètement fou, très bien écrit, passionnant si on accepte de partir dans les directions imposées par l'auteur, et sans aucun doute un livre unique dans sa construction littéraire. Une belle ré-édition, donc, puisqu'il date de 1937 ! Et une découverte à faire absolument pour les fans d'énigmes, de romans policiers subtils, d'enquêtes à la Hitchcock, où un petit détail donne la solution, et/ou de Sherlock Holmes, où tout vous est décortiqué à la fin, lors d'une réunion des protagonistes.
Je remercie les éditions Sonatine et NetGalley pour la lecture de ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
LeFigaro   23 mars 2018
Une traduction inattendue exhume un ovni du roman noir des années 1930, brillantissime exercice de style bourré digne de Chandler.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
BazartBazart   23 avril 2018
J'entendis les tramways dans King's Cross Street, un drôle de coup de klaxon d'un bus de passage et un camion si lourd qu'il fit trembler les murs. Puis une faible mélopée s'éleva du plateau B. Ils étaient encore en train de faire des raccords pour la scène du night-club de Black and White Blues. Et je percevais les bruits du plateau A, aussi. Robert Seaman tournait Conversation after Midnight.
Commenter  J’apprécie          250
JeneenJeneen   04 février 2018
Le point culminant de toute comédie burlesque est le bris d'un objet - le bris de vaisselle est toujours très efficace mais le bris du crâne, ça c'est du solide.
Commenter  J’apprécie          40

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Ernest Bornemann (3) Voir plus




Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
6132 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre

.. ..