AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070371464
320 pages
Éditeur : Gallimard (06/11/1979)

Note moyenne : 4/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Dans le mystérieux Luberon, les habitants d'un village s'affrontent à propos du bassin de la Conque, une belle fontaine.
Certains veulent le combler. Deux femmes, la Cherli, fille de la terre et des bois, et Laurence, la créole envoûtée, participent à ce combat. Le génie des eaux, retranché dans les grottes souterraines, abandonne le village, dont les habitants ruinés sont condamnés à l'exil. Après leur départ, la fontaine coulera de nouveau.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
PhilippeCastellain
  21 janvier 2018
Henri Bosco est l'écrivain des grands causses et de la Durance. de ses livres à l'odeur de thym et de pierres chauffées au soleil, on se rappel surtout ‘L'enfant et la rivière', étiqueté un peu à tort littérature pour enfant. Sa suite, ‘Le renard dans l''île', tout aussi mal catalogué, m'avais laissé une impression de malaise qui m'a longtemps éloigné de cet écrivain. Heureusement, on m'a offert celui-ci.

Deux nouvelles le composent. Dans la première, il est question d'eau – cette eau si rare et si précieuse dans ces régions. Un village est traversé par un grand bassin naturel, qu'irrigue une source merveilleuse. Son eau est pure et fraiche, et nul ne sait d'où elle vient, tant elle a été captée il y a longtemps. le maire, un parvenu lourd de corps et d'esprit mais jeune et pas dénué de prestance, se met en tête de combler une partie de l'espace où elle coule. Deux vieux originaux, amis du narrateur, s'insurgent contre son projet. Un ancien conflit avec un paysan à l'esprit droit et à la tête dure ressurgit. Une jeune fille venue des colonies arrive. Un drame se prépare, comme les nuages noirs d'un orage s'amassant au dessus des têtes, et nul n'y prête attention…

Dans la deuxième, il est question de mystère. le héros est cette fois un jeune garçon aventureux, fasciné par les contreforts lointains du Lubéron. Un vieux berger vivant dans une hutte de pierre lui raconte une histoire à propos d'un village abandonné, perché quelque part dans la montagne…

Par nature, je suis plus porté sur les paysages verdoyants que sur la sécheresse du sud. Mais j'ai eu tout d'un coup un grand désir de sentir le soleil sur ma peau et de respirer l'odeur du thym et de la lavande…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
Levant
  30 août 2020
L'édition Folio du Trestoulas d'Henri Bosco comporte en fait deux nouvelles qui tiennent leur intrigue en des temps décalés. L'habitant de Sivergues est la deuxième.
Dans un Luberon aux relents de Provence non encore devenu ce lieu de villégiature aux allures de Toscane que l'on connaît aujourd'hui, les gens vivaient au rythme des saisons et aux caprices d'une terre avare de ses faveurs.
Le Trestoulas est un plateau où seuls poussent les cailloux sous le soleil brûlant de l'été. Il retrouve tout à coup de la valeur quand le ventre de la colline ouvre ses enrailles au Clapu, son propriétaire qui était sur le point de s'en défaire. Ce solitaire taiseux y a trouvé le moyen de faire rendre gorge à ceux qui avaient décidé de changer le cours de l'eau. Dans la mentalité et la culture villageoises on ne touche pas à impunément au jet de la fontaine et au miroir du bassin de la place du village qui depuis les temps immémoriaux avaient fait la prospérité du village.
Avec l'habitant de Sivergues, il est question d'un sujet tout aussi sensible. Au creux des replis des collines appelées ici pompeusement montagne, dans la succession des disciples de Jean Valdo sont venus autrefois se réfugier ceux de la religion réformée que l'officielle de Rome poursuivait d'une vindicte jalouse de ses prérogatives. Aussi, quand une cheminée exhale à nouveau les volutes qui témoignent d'un foyer rallumé au sein du village abandonné, c'est tout le voisinage qui s'inquiète du retour de la contagion et de son cortège de malédiction.
Avec une écriture aussi claire qu'imagée, Henri Bosco nous restitue ce parler du fond de l'âme de ces gens simples qui n'avaient que leur honneur et la fierté de ceux qui vivent de leur travail pour tout bagage. Deux nouvelles qui a leur lecture font chanter à nos oreilles les sonorités de l'accent provençal et resplendir à nos yeux ce qui vaut à cette région l'engouement dont elle jouit aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
marko59
  12 juillet 2020
Henri Bosco a écrit le Trestoulas entre le Sanglier et L'âne Culotte. C'est donc une oeuvre encore jeune mais où l'on retrouve déjà tous les éléments qui vont apparaître dans les romans et récits suivants. L'histoire est assez courte et étonnamment pleine d'humour et de suspens (la fin est un vrai thriller!). Il est allé ensuite vers plus d'épure, d'abstraction et de mystère.
On commence avec une ambiance de village assez pittoresque autour d'une rivalité entre propriétaires terriens qui se disputent le Trestoulas (une petite bergerie à flanc de montagne) et le contrôle d'une fontaine sur la place principale (inspirée de celle de Cucuron).
Puis on découvre peu à peu les secrets sous-terrains du Trestoulas qui donnent lieu à de très belles et étranges séquences où il est question d'un lac et d'une divinité ancestrale en forme de Sanglier sculptée à même la roche.
Il y a également deux personnages féminins énigmatiques qui anticipent Hyacinthe ou d'autres esprits des eaux et de la terre. Et une servante pleine de gouaille qui est vraiment un personnage très drôle.
Le final est trépidant et n'oublie pas de rejoindre discrètement la dimension de la fable. le symbolisme y est présent mais beaucoup plus lisible et immédiat qu'ultérieurement.
Une bonne entrée en matière pour qui voudrait découvrir Bosco sans s'attaquer à ses oeuvres les plus complexes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
wivin
  29 septembre 2016
Chaque roman d'Henri Bosco me plonge dans un enchantement difficile à décrire. Je referme le livre et reste rêveuse.
"Mystère" est le maître-mot de son écriture. Mystère de ses personnages, solitaires, rêveurs, secrets. Mystère de la terre, de l'âme qu'il donne aux lieux, aux bâtiments, aux objets.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
cardabellecardabelle   18 octobre 2018
C'était une vaste bâtisse construite au XVIIIème siècle .
[...]
Elle s'appuyait , d'un côté , sur les premiers plis des collines , de l'autre ,
sur une terrasse ombragée par trois platanes séculaires .

Ils répandaient dans la maison une pénétrante odeur végétale , poussée fraîche et amère d'écorce et de feuille .
[...]

le jardin , blotti sous la terrasse ,
encaissé entre de hautes murailles tièdes [...]
offrait aux rosiers , aux tulipes , aux chèvre-feuilles
et même aux folles herbes ,
une aire chaude
qui sentait à la fois l'arbre fruitier , l'aubépine et l'hysope .


P.16 et 17 Folio
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Wendat69Wendat69   08 août 2020
Monsieur André, cette fois, c'est l'honneur de la maison. Est-ce que vous allez rester là avec vos deux mains dans les poches à regarder, tout badant comme un bédigas, ce galapian et cette courrentille décrocher des melons aux arbres?
Commenter  J’apprécie          80
AuroraeLibriAuroraeLibri   12 février 2020
Les hommes qui, de père en fils, depuis des siècles, vivent au pied d'une montagne profonde et somme toute peu explorée, ont des réserves d'imagination, des poches secrètes de merveilleux, qu'ils ignorent eux-mêmes.

Chapitre XI
Commenter  J’apprécie          30
Wendat69Wendat69   08 août 2020
-Écoute, confia-t-il à Manivot, le boucher, écoute, Alcide, ces buveurs d'eau, ça n'est jamais honorable. Ça se contente d'un fromage sec et d'un verre de pompe, tu comprends?Alors, un beau jour, ça pète.
Commenter  J’apprécie          30
AuroraeLibriAuroraeLibri   12 février 2020
Il s'agit d'un secret de la montagne.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Henri Bosco (3) Voir plusAjouter une vidéo

Bosco : l'art d'être heureux
Visite à l'écrivain Henri BOSCO dans sa maison niçoise ; il évoque son enfance, sa manière de travailler, son goût pour la cuisine et pour la musique et parle surtout d'un certain art de vivre, de sa conception de la vie. Evocation d'un de ses ancêtres proches, Don Bosco avec reportage dans une école technique de la fondation Don Bosco qui forme des ouvriers qualifiés. Présentation d'un...
autres livres classés : luberonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

L'enfant et la rivière

Qui est Bargabot par rapport à Pascalet ?

Son oncle
Un ami de tante Martine
Un pêcheur qui apporte du poisson à la famille
Un vagant

11 questions
101 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre