AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070208586
296 pages
Éditeur : Gallimard (16/10/1946)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture :
Hyacinthe, symbole de l'impossible et nécessaire amour, hante les trois célèbres romans de Bosco : L'âne Culotte, Hyacinthe et Le jardin d'Hyacinthe. Dans celui-ci, nous assistons à des épisodes de son adolescence, dans le village perdu des Borisols. On y retrouve Cyprien, le magicien, et, bien entendu, Constantin, le garçon qui traverse tant d'épreuves avec Hyacinthe, avant d'atteindre, avec elle, la plénitude de l'amour.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
ATOS
  15 mai 2012
Si Bosco nous a conté l'espace dans le roman de Hyacinthe, dans ce jardin il met en poésie le dedans des hommes dans lequel erre leurs âmes.
Entre les corridors vides de la mémoire de Hyacinthe, l'attente, la certitude et la confiance de Sidonie, la folie et les angoisses de Cyprien, le constant éveil du narrateur au mystère, nous parcourons la nature humaine.
Les personnages de Bosco appartiennent au conte, à la magie. Suivez l'âne sur le sentier enchanté, il vous mènera au jardin des amandiers.Il serait peut être temps d'y songer!
Astrid SHRIQUI GARAIN
Commenter  J’apprécie          50
luis1952
  25 mai 2019
Un fort joli roman, un conte pour adulte.
L'histoire se passe quelque part dans le Lubéron, on est dans un monde de rêves, de magie parfois. On y découvre la frêle, jolie et taiseuse gamine Hyacinthe qui a toute une histoire à nous dévoiler entre les lignes de cette belle écriture...
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ATOSATOS   09 septembre 2012
Ce que j'ai découvert m'a permis cependant de
fonder ce récit sur des faits certains; et je vais
raconter de bonne foi la jeunesse d'une fille de la
campagne qui a peut-être traversé le paradis, sans
le savoir, car elle en a gardé sur elle une odeur
de jardin, de fleurs, de fruits, que ne porte aucune
autre fille de la terre.
Commenter  J’apprécie          120
luis1952luis1952   24 mai 2019
Soudain, une forme apparut sur la terrasse. Le corps mince d'une fillette, vêtue d'une courte chemise de nuit blanche débouchait de la haie avec méfiance. Je reconnu ce corps et cette tête aux tresses durement nouées sur la nuque. L'enfant semblait extasiée. Elle levait son visage vers la lune, cette face aux pommettes vives et ses grands yeux. Par un mouvement des jambes invisibles glissant sur le sol, peu à peu elle s'avançait et ses pieds nus battaient la terre. A peine un mouvement. Déjà la pointe de ses orteils touchait les bords du chemin.
La lune se couchait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MacabeaMacabea   18 mai 2017
Les profondes demeures du feuillage soudain s'emplirent de frémissements. Mille petites ailes invisibles froissaient leurs plumes tièdes. Aux plus fines pointes des branches des centaines de nids s'éveillaient. Toute une cité aérienne sortait à la fois du someil nocturne. Par milliers, les soupirs, les cris, les sifflets, les crépitements, les sonneries, les vibrations, les signaux d'amour, les clameurs, à l'appel du soleil levant, animaient les hauteurs de la ville des feuilles, invisibles maisons des oiseaux d'été. Une universelle surprise agitait ses peuplades nerveuses touchées au coeur par la lumière. Tout ce qui piaille, siffle, parle, pépie, gazouille, vibre, frénétiquement s'exaltait à retrouver le jour qui tiédissait le bois natal. On entendait parfois une phrase ingénue, le picotement d'un bec dur, la flûte d'une gorge tendre, un tire-li, une prière, un reproche, une exclamation, un rire de défi, un cri de jactance, l'accent pointu de la bouscarle, le carillon capricieux de la grive joyeuse, les notes liquides du merle, le chant du rouge-gorge, oiseau de l'aube, et ce que chantent la mésange bleue, la sitelle, le roitelet, le bouvreuil, la huppe, la draîne, la cini, la farlouse, la rousserolle, l'alouette, tumultueusement à plein gosier, dans les jours de bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
luis1952luis1952   24 mai 2019
Je me réveillai vers minuit. La lune se couchait. A pas de loup, je pénétrai dans la chambre de Félicienne.
Elle dormait. ses deux mains bien croisées sur la poitrine, dans sa chemise de nuit blanche, allongée sur le drap, elle offrait son visage aussi calme et aussi inexpressif que d'habitude. Mais elle avait ses pieds nus déchirés par les ronces.
Commenter  J’apprécie          30
luis1952luis1952   30 mai 2019
A ce moment, à peine un pas, se fit entendre dans l'escalier et l'on vit apparaitre Félicienne. Elle était descendue, pieds nus. En nous voyant, elle s'arrêta sur la dernière marche. Ses grands yeux fixaient le vide.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Video de Henri Bosco (3) Voir plusAjouter une vidéo

Bosco : l'art d'être heureux
Visite à l'écrivain Henri BOSCO dans sa maison niçoise ; il évoque son enfance, sa manière de travailler, son goût pour la cuisine et pour la musique et parle surtout d'un certain art de vivre, de sa conception de la vie. Evocation d'un de ses ancêtres proches, Don Bosco avec reportage dans une école technique de la fondation Don Bosco qui forme des ouvriers qualifiés. Présentation d'un...
autres livres classés : luberonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

L'enfant et la rivière

Qui est Bargabot par rapport à Pascalet ?

Son oncle
Un ami de tante Martine
Un pêcheur qui apporte du poisson à la famille
Un vagant

11 questions
101 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre