AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 231100252X
Éditeur : Vuibert (14/02/2011)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 46 notes)
Résumé :

Le surdon, réalité avérée aujourd'hui grâce aux neurosciences, est la résultante d un fonctionnement bien particulier du cerveau qui se manifeste, entres autres, par des fonctions sensorielles hyper développées. De là résulte un décalage permanent entre la perception de ce que vit le surdoué et la réalité exprimée par son environnement social.
Le surdoué qui s'ignore, tel que l'a été Cécile Bost pendant 42 ans, éprouve une grande difficulté à gére... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Bruno_Cm
  29 septembre 2016
Le titre dit clairement de quoi on va parler. Pas de tromperie sur la marchandise, on parle de l'adulte surdoué, pas de l'enfant (ou très peu), on parle de la différence ou des différences de ces individus particuliers et de la souffrance qui provient de ces différences. C'est clair !
Ce livre n'est pas un must pour moi. Il n'est pas "passionnant", il ne réinvente rien de ce qui a déjà été dit avant, par d'autres dans d'autres livres et peut-être mieux, de façon plus optimiste.
Ceci dit, si l'on n'a encore rien lu sur le sujet, il est probable qu'il fasse son effet, ses effets, et donc en cela il n'est pas oeuvre inutile.
L'intérêt étant justement qu'étant postérieur à d'autres, il accumule certaines informations et peut en actualiser, en re-préciser aussi d'autres. Notamment sur les aspects thérapeutiques, la description de différentes formes de soutien, de thérapies, etc. Il est un peu plus fort que d'autres sur ce plan.
Il intègre aussi des éléments de témoignages issus de chat, un peu de virtuel qui s'insère dans ce format livre si concret. Si cet aspect pouvait sans doute être intéressant, je trouve qu'il n'apporte pas vraiment plus que de simples témoignages standards. (On peut se demander si le livre n'est pas au fond le support pour amener au blog de Cécile Bost... En même temps c'est de bonne guerre, et dans tous les cas les contenus de l'un et l'autre s'additionnent. Chacun choisira ce qu'il veut lire-voir-entendre-comprendre...)
L'aspect "absurdoué", terme provenant du fils de l'auteure, n'est pas vraiment exploité à la hauteur de ce que Cécile Bost nous annonce. Un certain effet d'annonce, cette idée... jamais vraiment développée à mon sens.
Enfin bon, dans tous les cas selon moi l'idée importante est : NON VOUS N'ÊTES SANS DOUTE PAS FOUS, VOUS ETES PEUT-ETRE SURDOUÉ OU DOTÉS DE QUALITÉS PARTICULIÈRES, PAS NÉCESSAIREMENT DE PATHOLOGIES LA DESSOUS, NON, NON, NON ! (SOYEZ-EN HEUREUX !)

Dans sa conclusion : "A l'instar des travaux d'Henri Laborit (L'Eloge de la fuite) ce livre voudrait juste évoquer pour les surdoués une autre possibilité de fuite : la fuite dans la réponse à leurs propres besoins d'abord et avant tout, plutôt que de tenter de répondre aux besoins d'une société pour laquelle ils apparaîtront toujours comme non conformes.
La fuite non pas par l'inhibition, mais par l'ouverture sur un autre monde encore : le développement de ses ressources propres ; le développement interne (qualitatif), à défaut de développement externe (quantitatif) puisqu es surdoués sont hors les normes de cette société."

Pour qui ?
Cécile Bost nous dit : "Ce livre n'étant pas particulièrement dédié aux surdoués qui ont trouvé un équilibre, mais à ceux qui le cherchent, je voudrais ici énumérer un certain nombre d'étapes, de "petits moyens" pour progresser aussi bien seul qu'accompagné."
J'ajoute : Pour toute personne qui a envie de comprendre ce sujet, je pense aussi. Des parents, des amis, des personnes qui effectivement souffrent d'une différence qu'ils ne comprennent pas bien.
Bref, beaucoup de monde, en fait.
Autres remarques critiques :
Je n'aime pas du tout ce ton parfois supérieur et condescendant, notamment à travers de cet atroce terminologie : "normo-pensant", "normo-cognitif"... beurk.
Je ne crois absolument pas non plus à la facilité de s'apprécier plus entre surdoués qu'entre un surdoué et un "normomachin". Non, les surdoués sont des êtres tellement différents et extrêmes que leur contact est souvent rapidement insupportable pour un autre surdoué.
J'ai aimé par contre l'insistance sur les différences entre dépression et fatigue due à l'hypersensorialité. Je m'y retrouve terriblement.
Intéressant, je ne connaissais pas le MFIS, outil d'accompagnement développé par Mahoney. A voir si je peux intégrer ceci peu ou prou dans ma pratique de psychologue clinicien.
J'apprécie également les conseils aux thérapeutes, c'est vrai que beaucoup sont vraiment axés pathologie et qu'ils ont besoin de voir d'un autre oeil et les quelques idées prodiguées sont intéressantes, je trouve. Maintenant ce sont toujours les mêmes qui auront la curiosité d'apprendre et d'évoluer, les autres resteront ce qu'ils sont et... n'aideront pas mieux...
J'oubliais, j'ai été touché aussi, précisément par l'aspect d'être touché, physiquement, juste une tape amicale, une main serrée, une petite étreinte, ça réchauffe tout, on se sent relié à la vie, à tout, c'est pas grand chose et ça fait toute la différence. Je suis tellement d'accord là-dessus. C'est un petit rien qui fait beaucoup, beaucoup.

Construction ?
Assez standard, intégration de témoignages personnels (l'auteure parle de son expérience à elle) et de témoignages issus de participant à des chats internets ou de ses consultants dans de la théorie ni trop lourde ni trop frêle.
Evidemment d'abord Cécie Bost s'attèle à définir le sujet, balayer les malentendus, ensuite les souffrances, notamment la solitude, ensuite la sensibilité exacerbée et ses implications diverses, ensuite la réalité neurophysiologique du surdon... Et enfin que faire pour aider, s'aider, pour aller mieux, vivre avec soi-même...
Assez classique somme toute, rien de révolutionnaire. Mais tout cela n'est pas mal fait.
Toutefois, quelque impression de redites qui seront sans doute un peu énervantes dans le chef de certains lecteurs... surdoués...

Bref, mine de rien je reste avec un ressenti global d'un livre plutôt sombre et relativement banal, pas hyper bien écrit et avec quelques redondances qui peuvent fatiguer.
J'ai apprécié l'implication personnelle de l'auteure qui se raconte, ce qui donne du poids et de la force à son propos et les outils thérapeutiques proposés et décrits en fin d'ouvrage.
Pensez, et faites ce que vous voulez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TheButterflyWhoKnits
  04 octobre 2014
On parle beaucoup des enfants surdoués, qu'on nomme HP de nos jours. Mais qu'en est-il des adultes? Quel adulte de demain sera l'enfant HP d'aujourd'hui? Quid des HP qui s'ignorent ou se découvrent sur le tard comme l'auteur de ce livre? Si la problématique vous intéresse, je vous conseille fortement ce livre écrit avec intelligence, sans pathos excessif et sans aucune prétention. Totalement éclairant.
Lien : http://mesmotsenblog.blogspo..
Commenter  J’apprécie          150
belcantoeu
  09 mai 2018
J'ai beaucoup aimé ce livre, ainsi que le commentaire très approfondi qu'en fait Bruno.cm. Pas grand chose à ajouter donc. Comme psychanalyste, j'y ai retrouvé bien des choses que j'ai rencontrées. Pour passer ici du général au particulier, j'ai posté récemment plusieurs commentaires sur un cas concret, celui du poète portugais Fernando Pessoa, surdoué qui s'est classé 1er sur 899 lors de l'examen d'entrée à l'Université du Cap (vivant alors en Afrique du Sud), et qui est connu pour ses 72 hétéronymes, autant de doubles de lui-même. Homme en souffrance, il a été taxé notamment de schizophrénie, de paranoïa, de psychopathie et j'en passe, par certains biographes comme Mário Saraiva, mais n'avait jamais fait l'objet d'une approche par un psychanalyste ou par un psychiatre, ce qui m'a incité à ébaucher quelques pistes lors d'un congrès à Zurich, il y a quelques années. Une réponse se trouve dans ce que Pessoa - très lucide - a écrit sur lui-même. Il s'est défini comme "hystéro-neurasthénique", ce qui correspond bien à des épisodes bipolaires qu'il décrit dans ses lettres. On y retrouve aussi l'hypersensibilité des surdoués, l'épuisement et les difficultés relationnelles dont il parle fréquemment. Un autre exemple est certainement Ivan Tourgueniev dont Einstein a constaté que le cerveau pesait deux fois plus lourd que celui d'Anatole France, considéré comme un génie à l'époque. Ce livre a le mérite de permettre une meilleure compréhension de personnes souvent incomprises et en souffrance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lepk
  28 janvier 2014
Livre sur la douance qui se démarque des autres par son concept.
En effet, l'auteur, elle même surdouée, a choisi de retranscrire, entres autres choses, des interventions de surdoués sur des forums de douance.
Si l'idée étaient originale, je n'ai hélas pas accroché pour ma part.
Commenter  J’apprécie          40
M_a_r_c
  09 novembre 2017
Voici de loin le livre que j'ai trouvé le plus intéressant sur la question du haut potentiel !
Peut-être pas le plus scientifique sur la question, mais un livre extrêmement « vrai », « écrit de l'intérieur » par Cécile Bost, identifiée comme surdouée à 42 ans.
Elle y retrace son parcours personnel, parle de son expérience et la complète de nombreux témoignages de personnes dans la même situation qu'elle.
J'ai beaucoup aimé cette approche, très peu « clinique », mais centrée sur le ressenti personnel. Un livre précieux pour ceux que le sujet concerne d'une manière ou d'une autre. Et dans lequel je me suis retrouvé à plusieurs reprises.

Lien : https://livrelecteur.wordpre..
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (104) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil   06 avril 2017
Apprendre l'imperfection passe par le lâcher-prise, le plaisir de la curiosité et de l'expérimentation, sans pression du résultat. Aux adultes paralysés par une autocritique permanente et par le doute, voire par un réel sentiment d'infériorité, il est important de réapprendre le processus "essai/erreur" où ils se donnent le droit à l'erreur (un enjeu de taille, il ne faut pas s'y tromper !)

Une suggestion : identifiez les erreurs commises par des décideurs de tous ordres. Et vous verrez, je vous l'assure, qu'ils en commettent aussi. Ouvrez les journaux, écoutez la radio ou regardez la télévision et admirez combien de ces décideurs sont vivants, en bonne santé, et prêts à prendre de nouvelles décisions.
Visiblement, faire une erreur ne tue pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
petitsoleilpetitsoleil   03 avril 2017
Un surdoué a besoin de se nourrir intellectuellement,
il a besoin de défis.
Un travail routinier est source de stress pour tous ceux qui préfèrent penser, raisonner, développer.
L'ennui peut bien sûr se transformer en colère, en ressentiment et en envie de jouer au "gendarme et au voleur", de tester la résistance de l'autre (travail, famille, amis, société).
Attention ! Cette routine imposée est à dissocier de celle, toute personnelle, dans laquelle le surdoué peut s'enfermer pour maîtriser son environnement quotidien et ainsi se protéger du stress du monde extérieur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
clairesalanderclairesalander   24 septembre 2016
Dans le cadre professionnel, l'adulte surdoué est aux prises avec la nécessité de se conformer à sa hiérarchie. D'autant que ses supérieurs peuvent aller jusqu'à le considérer comme ingérable, voire dangereux pour l'organisation, quand ce n'est pas pour eux-mêmes. Pourtant l'adulte surdoué ne fait que regarder et poser des questions. Il ne cherche qu'à bien faire...
Commenter  J’apprécie          160
Bruno_CmBruno_Cm   29 septembre 2016
Le besoin d'isolement doit également être observé de près. Les témoignages recueillis pour ce livre ou sur mon blog l'ont exprimé : beaucoup de surdoués disent qu'(ils ont absolument besoin d'être en dyssynchronie avec le reste du groupe, surtout quand celui-ci est important. Le bombardement sensoriel est alors intense et l'adulte surdoué sature très vite. bruits, lumières, odeurs, mouvements, conversations - et même l'ambiance qui se dégage du groupe - sont autant d'informations captées massivement en un minimum de temps, qui épuisent. Le moyen le plus simple de se reposer est alors de "décrocher", de se replier sur soi, d'être là sans y être, en s'abîmant dans ses pensées pour se couper du monde extérieur. [...] Utilise la salle de bains ou les toilettes pour s'isoler un miment est donc parfait et très discret, dans la mesure, bien sûr, où l'on n'y passe pas toute la soirée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleilpetitsoleil   05 juin 2016
Depuis plus de cent ans, donc, le cadre d'interprétation des tests de QI n'a pas changé, fondé sur l'évaluation de la seule intelligence logico-mathématique.
Or, grâce à Howard Gardner, au début des années quatre-vingt, il est désormais acquis qu'il existe plusieurs types d'intelligence.

De plus, les découvertes médicales en neurosciences sont mal prises en compte et totalement méconnues du grand public. Le surdon ne peut donc pas se réduire à un seul résultat de test de QI.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Cécile Bost (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Bost
Intervention de Cécile Bost lors de l'Intelligence Day sur le thème de l'hypersensibilité, organisé par Mensa Grand Aquitaine le 2 avril 2016 à Bordeaux.
autres livres classés : psychologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
298 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre