AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782700231922
316 pages
Éditeur : Rageot Editeur (14/06/2006)
  Existe en édition audio
4.29/5   1998 notes
Résumé :
Il s'agissait d'un loup assez jeune, au torse puissant et aux crocs impressionnants. Assis sur ses pattes arrière, il les observait avec curiosité, sans une once de crainte. Camille marcha dans sa direction. Il ne lui prêta pas une attention particulière, mais, quand elle ne fut plus qu'à deux mètres de lui, il montra les dents et se mit à grogner. Elle s'immobilisa. Recule, lui ordonna Edwin à mi-voix. Sans tenir compte de ses paroles, Camille s'accroupit lentement... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (140) Voir plus Ajouter une critique
4,29

sur 1998 notes
5
62 avis
4
38 avis
3
20 avis
2
3 avis
1
0 avis

Yendare
  17 octobre 2018
Un troisième tome tout aussi merveilleux que les deux premiers. Une fois n'est pas coutume et malgré de nombreuses relectures de cette saga je me suis de nouveau régalé à la relecture de ce tome. Fait important ici à préciser, c'est le seul tome de la trilogie dont j'apprécie la couverture ne trouvant vraiment pas celle des deux premiers tomes très belles. Me voici donc replonger ici auprès de toute la petite troupe dans un dangereux voyage au sein de Gwendalavir que nous continuons de découvrir au cours de ce tome et notamment la fameuse citadelle où nous rencontrons le personnage sympathique qu'est Siam, la soeur d'Edwin mais aussi le célèbre Merwyn (je trouve l'idée vraiment excellente et surtout assez belle).
Si l'empire est sauvé, la quête d'Ewilan n'en est pas pour autant terminée celle-ci étant bien déterminée à sauver ses parents mais la sentinelle Éléa Ril'Morienval est bien déterminée à ce que cela ne se produise pas et fera tout pour empêcher Ewilan de retrouver ses parents. Dans ce tome encore la plume de Bottero est très belle, de nombreux passages sont émouvants, les personnages bien construits. le tout est une fois encore d'une grande fluidité et se laisse lire tout seul.
Pour faire bref cette relecture fut sans surprise avec un grand plaisir que j'ai relu cette excellente série jeunesse qui figure parmi l'une dès mes préférés mais qui est surtout l'une des premières que j'ai avidement dévorées vers mes 8 ou 9 ans et qui m'a donné le goût de la lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Aryia
  29 novembre 2020
Dans ma bibliothèque, il y a quelques livres que je chéris un peu plus que les autres. Soit parce qu'ils ont une histoire particulière (un cadeau d'un ami cher, un livre trouvé par hasard après des mois de recherche …), soit parce qu'ils sont dédicacés (et donc vecteurs du souvenir de la rencontre avec l'auteur), soit parce qu'ils sont particulièrement beaux. C'est le cas de mes trois intégrales des trilogies de Bottero : je les aime énormément, parce qu'elles sont tout simplement magnifiques. Couverture en dur, vraie reliure, petit marque-page ruban … de vrais petits grimoires qui attirent irrésistiblement mon regard à chaque fois que je parcours mes étagères à la recherche de ma prochaine lecture ! Alors il faut bien admettre que ce n'est clairement pas le format le plus pratique à transporter : trois livres en un, ça donne quelque chose de plutôt volumineux ! Mais je ne les échangerai contre rien au monde, elles sont juste tellement superbes … Je pense d'ailleurs leur offrir une place de choix dans ma future bibliothèque !
Aidée de ses compagnons, Camille a réussi à retrouver et libérer les Sentinelles, qui se sont empressées de faire sauter le verrou qui pesait sur l'Imagination et empêchait les Dessinateurs de lutter efficacement contre les assauts des Raïs : Gwendalavir est sauvé ! Mais la jeune fille est loin de partager l'allégresse populaire : elle n'a désormais plus qu'une seule idée en tête, faire avouer à la félonne Eléa où se trouvent ses parents et aller les chercher … Mais la traitresse quitte la Citadelle des Frontaliers après avoir tenté de la faire assassiner par un de ses hommes de main. Heureusement, Camille reçoit l'aide inespérée et inattendue du légendaire Merwyn, qui lui apprend également où sont emprisonnés ses parents et lui conseille d'aller chercher son frère Matthieu avant de se lancer dans cette longue et dangereuse expédition. Car pour retrouver Elicia et Altan, la Compagnie va devoir traverser le Grand océan du Sud où rôdent les terribles pirates Alines, et s'aventurer dans des Terres inconnues dont nul Alavarien n'est jamais revenu … Mais Camille ne reculera devant rien pour retrouver ses parents.
Contrairement à ce qu'on pouvait penser à la fin du tome précédent avec la libération des Sentinelles, la Quête d'Ewilan est bien loin d'être terminée : il lui reste encore à retrouver ses parents, que la traitresse Eléa a emprisonnés pour avoir le champ libre. L'enjeu est bien différent de celui qui animait les tomes précédents, puisqu'il ne s'agit plus de sauver le monde, mais il est autrement plus essentiel pour notre jeune héroïne : retrouver ses parents, c'est retrouver son passé, et donc son identité. Pour elle qui n'a jamais connu que l'indifférence, voire même le mépris, de ses parents adoptifs sur Terre, retrouver ses parents biologiques, c'est aussi assouvir sa soif de tendresse et d'amour qui lui ont tant fait défaut jusqu'à présent. Car Camille a beau être très intelligente, elle a beau être très mature et très indépendante, elle n'en reste pas moins une adolescente qui a besoin d'affection, d'attention. Qui a besoin de redevenir une enfant comme les autres, avec des parents pour veiller sur elle, pour la guider dans la vie. Tout ceci rend cette nouvelle quête autrement plus poignante que la précédente : on s'est tellement attaché à la mistinguette qu'on a véritablement envie de la voir gouter au bonheur qui lui a si longuement été arraché …
Car contrairement à beaucoup de lecteurs visiblement, j'apprécie Camille. Elle n'est pas mon personnage préféré de la saga, loin de là (Ellana a déjà pris la place), mais je me suis tout de même attaché à elle. Là où certains blogueurs déclarent vouloir lui mettre des claques dès qu'elle ouvre la bouche, là où d'autres la trouvent hautaine et insupportable, je ne vois qu'une jeune fille trop intelligente pour son propre bien : comme beaucoup d'enfants surdoués, Camille peine à trouver son équilibre, et j'ai surtout eu de la peine pour elle. Car on lui en demande beaucoup, pour une adolescente de quatorze ans : dès le début, tous les « adultes » de l'expédition ne cessent de s'appuyer sur elle, ne cessent de placer tous leurs espoirs en elle. Et Camille a supporté cette pression sans jamais se plaindre, sans jamais se dérober … Retrouver ses parents, c'est donc retrouver son « statut » d'enfant dont elle a été privée depuis qu'elle a posé le pied dans ce monde. de la même manière, pas une seule fois je n'ai été agacée par le comportement de Salim, bien au contraire, ses blagues et sa malice sont à mes yeux une véritable bouffée d'air frais ! J'aime sa loyauté sans faille, son dévouement sans limite … et bien sûr son amour sans tâche. Ils sont si beaux, tous les deux !
On s'en doute, cette quête sera toute aussi difficile que la précédente, si ce n'est plus. Car Eléa, en bonne traitresse qui se respecte, est prête à tout pour empêcher Camille de retrouver et libérer ses parents, et donc par la même occasion dévoiler au grand jour sa propre félonie … Heureusement que Camille est bien entourée pour faire face à tous les obstacles que la Sentinelle parjure dresse sur leur route ! C'est ce que j'aime tant dans cette saga : chaque personnage y a son moment de gloire, et surtout, chacun à un rôle essentiel à y jouer. Camille est certes l'héroïne, mais sans ses compagnons, elle ne serait et ferait rien, et elle le sait parfaitement. Ce tome, c'est celui qui entérine profondément tous ces liens d'amitié et d'affection qui sont nés au cours de la trilogie : il y a quelques mois encore, ils n'étaient que de parfaits inconnus les uns pour les autres, et ils sont maintenant intimement soudés. Prêts à faire face à toutes les épreuves. Et si certains regrettent qu'ils s'en sortent « trop facilement », je préfère y voir, justement, la preuve qu'ils forment un groupe indestructible : l'union fait la force, là où Eléa est totalement seule avec sa rancoeur et son ambition. C'est à mes yeux un livre qui loue la force de l'amour et de l'amitié, et j'aime beaucoup ce message.
En bref, vous l'aurez bien compris, c'est un final en apothéose que nous offre l'auteur avec ce troisième opus de la première trilogie ! Quel régal que de suivre cette joyeuse compagnie pour cette nouvelle aventure, toute aussi captivante mais indiscutablement plus poignante ! Et que de rebondissements : j'ai beau connaitre l'histoire désormais, je me laisse toujours surprendre par certains passages, tant ils sont bien amenés, bien menés, bien racontés ! C'est vraiment un récit qui vous happe du début à la fin, un récit qui vous fait vivre les aventures avec les personnages au lieu de simplement vous les relater. Alors on tremble, on rit, on pleure, on rêve avec eux, comme si on y était. Et peut-être qu'on y est, d'une certaine façon : avec Bottero, on a vraiment ce sentiment qu'en ouvrant le livre, on se retrouve transporter ailleurs. du grand génie, je ne le redirais jamais assez ! Et cela d'autant plus qu'avec ce tome, il réussit l'incroyable pari de boucler une histoire tout en en ouvrant une nouvelle : car on le sent bien, les aventures de Camille et ses amis sont loin d'être terminées ! Elles ne font, peut-être, que commencer … Ma conclusion est donc simple et sans détour : il faut lire et faire lire la Quête d'Ewilan, c'est un vrai petit bijou pour les jeunes lecteurs comme pour ceux qui souhaitent retrouver cette âme d'enfant qui se cache au fond de chacun de nous !
Lien : http://lesmotsetaientlivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Hyelana
  17 février 2017
Trilogie lue il y a un moment maintenant, je ne me risquerai pas à en faire un résumé, d'ailleurs est-ce vraiment nécessaire (?) ou une critique tome par tome. Je vais donc faire une critique de la trilogie.
Que dire, mis à part que cette trilogie est merveilleuse ? Merveilleuse d'originalité. Merveilleuse dans sa capacité à nous faire voyager. Merveilleuse dans ses personnages, attachants, plein d'humour, dont les reliefs se dessinent et se creusent au fur et à mesure de leur aventure.
Alors certes, il y a quelques petits bémol, peut-être des situations attendues et quelques dialogues un peu enfantins, mais après tout, c'est un roman jeunesse (!) donc difficile de lui reprocher certaines fois de s'adresser à un jeune public...
Dans tous les cas et sans hésitation aucune, cette trilogie est à mettre entre toutes les mains, petites et grandes, car Pierre Bottero nous emmène dans son monde, avec ses personnages et que c'est tout simplement magique.
Commenter  J’apprécie          200
murielan
  12 avril 2014
La quête d'Ewilan n'est pas encore achevée : elle veut découvrir où sont enfermés ses parents et les délivrer. Mathieu/Akiro le frère de Camille, Siam une frontalière, et le gros de la troupe d'amis se joignent à elle et décident de l'accompagner dans cette nouvelle aventure. Leur aide ne sera pas de trop car la traitresse d'Eléa Ril' Morienval est désormais libre, prête à tout pour contrecarrer ses plans...
Dernier tome de cette trilogie, L'île du destin nous emporte une nouvelle fois dans le monde enchanteur de Gwendalavir et de la Citadelle des frontaliers créés par Pierre Botero.
Les liens entre les différents compagnons d'Ewilan évoluent : les amitiés se consolident et des sentiments amoureux se confirment.
J'ai apprécié le fait qu'Akiro décide enfin d'aider sa soeur et découvre ainsi que lui aussi possède un grand pouvoir dans cet univers et que Salim joue un rôle plus important dans ce tome. Et puis Ewilan a toujours un caractère fort : c'est une héroïne courageuse, décidée et intrépide.
Je suis contente de pouvoir poursuivre la lecture de ses aventures avec une nouvelle trilogie : les Mondes d'Ewilan !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Mladoria
  21 mars 2018
Un dernier tome palpitant ! C'est un plaisir sans bornes de voir évoluer cette petite bande bien soudée, de savourer les échanges caustiques entre les différents duos, de voir les couples se former doucement, d'approcher des créatures de légende, de sentir à chaque page le talent de BOTTERO pour dessiner ce monde merveilleux qui vous marquera à jamais.
J'ai toujours adoré la structure de ces tomes dans les premières trilogies, chaque chapitre étant assorti d'une citation introductive qui donne à voir bien plus de ce monde imaginé que ce que les aventures d'Ewilan et ses compagnons nous donnent. Comme des miettes d'un ensemble bien plus grand, une ouverture puissante sur l'imagination du lecteur par le biais d'un lien ténu aux légendes arthuriennes et ses figures mythiques : Merlin, la Dame du Lac...
Un trilogie introductive qui se termine sur un horizon plein de promesses, vers la suivante. Merveilleuse aventure qui s'achève là où tout un monde de possibles s'ouvre à nos héros...
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (73) Voir plus Ajouter une citation
ronronronron   06 août 2009
- Non, ce qui est injuste c'est que je ne puisse pas te sortir toutes les phrases bien acides que j'avais préparées. Je pars parce que tu m'as oublié, je boude, je rumine ma rancoeur et, quand tu arrives, je n'ai plus rien à dire. Tu es là et je suis heureux. C'est tout et c'est injuste.
-Je... tu... bafouilla-t-elle
-Tu as raison ma vielle, conclut Salim en sautant sur ses pieds, allons manger.
Commenter  J’apprécie          3670
Jenta3Jenta3   13 août 2011
Bon, intervint Camille. par quoi commence-t-on ? Nous allons chez Mathieu ?

Il n'y eut pas de réponse et elle planta les mains sur ses hanches.

- Je vous signale que je suis la plus jeune, les fustigea-t-elle. Vous pourriez faire un effort et ne pas me laisser prendre seule toutes les décisions. vous ressemblez à deux moutons !

- Ne t'inquiètes pas, Bjorn, persifla Salim. Ca la prend régulièrement, mais elle fait des progrès. Il n'y a pas longtemps, elle me traitait de mollusque. Me voilà devenu mouton. Peut-être un jour aurai-je le droit d'être traité comme un humain ! Dis-moi ma vieille, poursuivit-il à l'intention de Camille, ça changerait quoi qu'on te donne notre avis ? Tu ne tiens jamais compte de ce qu'on te propose ! Suppose que je te conseille d'attendre demain pour rendre visite à ton frère. Quelle serait ta réaction ?

- Je t'écouterai jusqu'au bout, lança-t-elle d'une voix tranquille, et je te dirais que ton idée est stupide. Nous y allons tout de suite. En route !

Bjorn la regardait, sidéré, et Salim hocha la tête.

- Surprenante, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
MorgouilleMorgouille   15 janvier 2011
— Mais je t’ai dit que c’était impossible ! hoqueta l’analyste.
— Chez moi, répliqua Mathieu gentiment ironique, il y a une histoire qui commence ainsi : « Ils ignoraient que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » Super, non ?
Commenter  J’apprécie          1160
mathilde08mathilde08   08 octobre 2012
- [...]. Personne ne connaît avec exactitude les origines de Merwyn, ou du moins, ne se les rappelle. Il est arrivé au moment où l'humanité vivait une de ses périodes les plus noires et il a apporté l'espoir puis la victoire. Rares sont les légendes qui ne l'évoquent pas et, si bien des empereurs sont aujourd'hui oubliés, le souvenir de Merwyn perdure alors qu'il est mort il y a mille cinq cents ans. Tu sais comment il a brisé le verrou ts'lich, mais tu ignores que, peu après avoir été chassés des Spires, les guerriers lézards qui se savaient incapables de vaincre Merwyn dans un affrontement direct ont décidé de se débarrasser de lui par la ruse. Ils ont donc uni leurs pouvoirs afin de dessiner un être vivant.
- C'est possible ?
- Ce ne devrait pas l'être, mais ils l'ont fait ! Ils ont créé l'entité qui causerait la perte de Merwyn.
- Un monstre ?
- Non, une femme. Vivyan !
- Mais c'est insensé, s'insurgea Camille. Je l'ai vue, elle est si belle, si douce...
- Là résidait justement le piège. La création devait être parfaite pour que Merwyn succombe à son charme !
- Le piège a fonctionné ?
- Oui. Personne ne pouvait voir Vivyan sans devenir son esclave...
- Mais elle n'était pas humaine !
- Qu'importe, elle semblait plus qu'humaine. La perfection faite femme !
Camille était pendue aux lèvres de maître Duom, vibrant aux accents d'une histoire survenue quinze siècles plus tôt.
- Les Ts'liches avaient compté sans la puissance de Merwyn, poursuivit l'analyste. Dès qu'il aperçut Vivyan, il comprit qui elle était, qui la manipulait. Pourtant le piège se referma sur lui. Elle ravit son âme et son coeur aussi facilement qu'une araignée attrape une mouche.
- Mais...
- Mais il était Merwyn Ril'Avalon. Il arracha leur création aux guerriers lézards. Il rompit les liens grâce auxquels ils manipulaient Vivyan. Il la libéra et lui offrit son amour.
- C'est merveilleux ! s'exclama Camille.
- Oui. Merwyn et Vivyan vécurent dix ans d'un bonheur si total qu'aujourd'hui encore on le célèbre comme un modèle d'absolu. Puis, la malédiction ts'liche les rattrapa...
- Que s'est-il passé ?
- Vivyan n'était pas un véritable être humain. Elle avait été créée, même si Merwyn lui avait offert la liberté. Ils savaient l'un et l'autre que son existence n'avait pas vraiment de réalité, qu'elle était vouée à disparaître, comme tous les dessins.
- On peut imaginer des choses éternelles, se révolta Camille. Vous me l'avez enseigné ! Les tours d'Al-Jeit, l'Arche, la porte de Saphir...
- Des objets, Ewilan, pas des êtres vivants ! Dessiner un être humain est quasiment impossible, vouloir le maintenir réel plus de quelques jours est chimérique !
- Mais vous avez déclaré qu'ils avaient vécu dix années de bonheur !
- Oui, le pouvoir de Merwyn et la force de l'amour ont permis ce miracle. Puis un jour, Vivyan a cessé d'être. Tout simplement.
Camille sentit une boule se nouer dans son ventre. Elle avait beau se répéter que cette histoire c'était déroulée quinze siècles plus tôt, la tristesse la submergeait.
- Et Merwyn ? demanda-t-elle. Qu'est-il devenu ?
- Il a disparu. D'aucuns soutiennent qu'il est devenu fou de chagrin, que ses larmes ont créé le lac Chen, que sa colère a fait jaillir la chaîne du Poll... ce ne sont que des légendes. La seule certitude, c'est qu'il ne s'est plus jamais manifesté.
Camille ferma les yeux. Elle ne voulait pas que l'analyste la trouve ridicule en découvrant les larmes qu'elle sentait poindre.
- C'est injuste, proféra-t-elle en s'écartant.
Maître Duom ne répondit pas.
Il fallut plus d'une heure à Camille pour retrouver sa sérénité. Elle ne regrettait pas d'avoir passé sous silence la légende de Merlin et Viviane. La réalité alavarienne était tellement plus belle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LefsoLefso   24 août 2011
Edwin poussa un juron. Derrière lui, il entendit le galop de Murmure, mais il savait qu'Ellana arriverait trop tard.
Camille se relevait quand le loup l'atteignit. Écrasée par sa masse, elle retomba sur le dos.
Edwin tira son sabre et franchit les derniers mètres qui le séparaient d'Ewilan en hurlant pour détourner l'animal de sa proie. Cela ne servit à rien.
Ses deux pattes avant plaquant fermement les épaules de Camille au sol, le loup lui passait de grands coups de langue sur le visage pendant qu'elle se débattait en riant.
- Arrête, Salim, cria-t-elle. Tu es lourd, tu pues et ça ne se fait pas du tout de lécher la figure de ses amies !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250

Videos de Pierre Bottero (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bottero
Les auteurs de nos séries consacrées à l'univers de Pierre Bottero se retrouvent pour répondre à vos questions et vous proposent de jouer à "dessiner c'est gagné" en direct. En présence de Montse Martin, Laurence Baldetti et Lylian. Rencontre animée par Tiboudouboudou.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ellana, le livre que vous devriez connaître par coeur.

Où Ellana fut élevée durant ces jeunes années ?

Chez son père et sa mère.
Dans la Forêt-Maison des Petits.
Dans la maison de son oncle.
Chez Jilano.

7 questions
309 lecteurs ont répondu
Thème : Pierre BotteroCréer un quiz sur ce livre

.. ..