AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782700234022
624 pages
Rageot Editeur (01/10/2008)
  Existe en édition audio
4.65/5   1676 notes
Résumé :
Les années ont passé. Ellana a rejoint Ewilan, Salim et Edwin. Marchombre accomplie, elle accompagne Salim sur la voie. Alors qu'elle croit avoir enfin trouvé l'amour auprès d'Edwin, les démons du passé ressurgissent.

S'appuyant sur une antique prophétie, les mercenaires du Chaos menacent la guilde. Et les êtres qui sont chers à Ellana disparaissent un à un...

Dans Ellana la prophétie se joue la conclusion de l'aventure, dans une apothé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (104) Voir plus Ajouter une critique
4,65

sur 1676 notes
5
72 avis
4
20 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
1 avis

Hillel
  03 février 2015
La boucle est bouclée.
Une page se tourne, laissant un grand vide mais aussi un immense bonheur.
Je pensais que le magnifique tome 2, nous avait révélé ce qu'il y avait de plus touchant, bouleversant, de plus pur, dans la personnalité d'Ellana, dans cette voie des Marchombres, dans une histoire merveilleuse. C'est d'ailleurs le tome préféré de certains fans de Bottero. Aussi je ne m'attendais pas à trouver autant d'émotions et de bonheur dans ce dernier tome.
Sans doute car j'appréhendais de devoir quitter ce monde, ces personnages cet auteur tant aimé... Alors j'ai repoussé le moment où je terminerai la lecture de cette grande aventure. J'y allais à reculons, ayant peur d'être déçue, d'être trop nostalgique...
Et j'ai encore une fois reçu une immense claque. Un tourbillon d'émotions, de poésie, de finesse. J'ai été happée dans un grand récit et une très grande écriture. Bottero arrive à faire passer tant et tant de choses que je ne saurai réellement lui rendre hommage.
Je lisais, et mes larmes coulaient toutes seules. Je lisais avec la certitude que je ne mesurais pas encore la profondeur de ses mots, cornant les pages pour y revenir, me jurant de relire et relire encore, de revenir sur certains passages...
Peu de livres arrivent à procurer de telles réactions.
Que dire de plus, lorsque tout a déjà été dit.
Juste vous dire que ne pas lire Bottero, être passé à côté me paraît insensé ... mais rien n'est trop tard ! Courrez, volez à la rencontre de la Quête des dessinateurs, des guerriers et des Marchombres de Gwendallavir!
N'attendais plus, ces livres sont fait pour être lus et relus, conservés, notés, transmis...
Et puis, oui la boucle est bouclée et bien bouclée. Ce tome nous apporte toutes les réponses, les énigmes restées en suspens, nous permet de retrouver Salim qui termine sa formation, Ellana, en véritable maître Marchombre et plus élève, sur les traces de Jilano. Ainsi, Salim toujours resté dans l'ombre d'Ewillan, s'affirme et prend un nouveau chemin. Son personnage prend ici son "envol", comme Ellana avant lui. Bottero aime cette idée de transmission, de lien entre maître et élève.
Ici aussi surprenant que cela puisse paraître, Ewillan est effacée, dans un rôle secondaire, son pouvoir est même affaibli, comme pour mieux laisser la place à ses amis afin qu'ils trouvent leur heure de gloire, qu'ils prennent à leur tour le devant de la scène.
Enfin, ce tome est particulièrement bouleversant, car comme à son habitude, Bottero habille de "non-dits" et de fines expressions les plus touchantes déclarations d'amour. Ce dernier livre, clôture le récit, mais aussi nous apporte un magnifique éclairage sur la très discrète histoire d'amour entre Ellana et Edwin. Enfin ! Enfin ils se déclarent l'un l'autre. Enfin ils s'abandonnent à leurs émotions. C'est pudique, c'est magnifique, c'est romantique à souhait sans jamais tomber dans le trop ou le pas assez.
De plus, Bottero fait à chacun des deux personnages forts et charismatiques, un superbe cadeau, la découverte de nouveaux sentiments, ceux d'être parents. Et à nous il nous offre encore une fois tant et tant de choses... comme si il nous avait gardé le plus beau pour la fin, voulant nous combler avec un feu d'artifice d'émotions.
Enfin, ce livre mène surtout un récit bien tissé, où tous les pièces d'un puzzle se mettent enfin en place. le tout servi avec beaucoup d'action, de scènes de combat merveilleusement décrites, de suspense. Ne faisant l'économie d'aucune description trop sanglante, trop dur ou trop triste. Non Bottero ne nous épargne rien. Il n'a jamais considéré ses jeunes lecteurs comme de petites choses sensibles ou immatures. Sa narration, alterne avec intelligence d'un point de vue à un autre, nous balade d'un chapitre à un autre, d'un personnage à un autre...pour maintenir un rythme effréné et nous tenir en haleine jusqu'à la fin. Une fin, où je me suis sentie comblée, élevée, et triste. Mais pas si triste que ça, car une fin qui sonne aussi comme une promesse...
Bref une magistrale aventure qui ne nous laisse aucun répit, aucune seconde, si tôt le livre commencé...
Lien : http://leslivresdalily.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
TheWind
  06 mai 2017
Une petite étoile en moins pour ce troisième tome de la série "Ellana".
Cela n'enlève rien à la qualité de la série mais ce tome-ci m'a un peu moins charmée que les précédents. Je m'explique :
Dans ce tome, Ellana entreprend la formation de Salim et cet apprentissage ressemble en de nombreux points à celui qu'elle avait reçu de Jilano, d'où une impression de déjà vu. D'autre part, l'intrigue, même si elle s'avère captivante, est limpide et le dénouement sans surprise. Alors, bien sûr, il faut replacer cette oeuvre dans son contexte et ne pas oublier que Pierre Bottero l'a écrit pour la jeunesse. Ce roman est plein de bons sentiments et sincèrement, je n'aurais pas choisi d'autre fin que celle-ci. C'est une fin émouvante et rassurante. Une fin qui, sans être époustouflante et bluffante, fait du bien.
Mais, ne boudons pas notre plaisir. Ce troisième tome est très dense et riche en aventures. Il met en scène de nouveaux personnages amusants comme Doudou, le Troll ou encore Aoro, le tavernier. On y retrouve bien sûr avec plaisir Ewilan, Edwin, Salim, personnages clés de l'autre trilogie phare de Bottero " La quête d'Ewilan" et autres personnages secondaires de cette même saga. Tout ce petit monde, qu'il soit Marchombre, Frontalier, Dessinateur, Thül, se retrouve là pour une seule et même raison : s'opposer aux mercenaires du Chaos qui menace l'Empire de Gwendalavir. de belles batailles où chaque clan s'en donne à coeur joie !
Voici la fin d'une belle aventure...
Petite pensée pour son auteur
Qui, par sa générosité de plume,
A enchanté et enchantera encore
Des milliers d'enfants et d'adolescents.
" Rien ne peut séparer un maître et son élève. Rien. Ni la vie ni la mort." Jilano Alhuïn, maître MarchOmbre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
tourne_la_page
  20 mars 2022
Après la victoire contre Ahmour et la paix revenue dans l'Empire, Ellana a vécu deux ans de bonheur. Deux ans de plénitude. Deux ans absolument parfaits. Pendant ces deux ans, elle a voyagé avec ses amies, et seule, car il faut savoir apprécier sa propre compagnie. Elle a consolidé sa relation avec l'homme qu'elle aime. Et surtout, elle a eu un fils. Destan. Bonheur. Gratitude. Amour. Mais ensuite Edwin, Salim et Ewilan sont partis en voyage. Les mercenaires du Chaos sont arrivés, voulant respecter une sombre prophétie. Et tout s'est écroulé. Tout a basculé.
Alors, comme je l'ai dit dans ma toute première critique de la Quête d'Ewilan, je fais une relecture de tous les livres de Pierre Bottero, donc normalement je me souviens à peu près de la trame de l'histoire, même si j'oublie certains détails. Mais là, pour ce roman, j'avais TOUT oublié. Je ne me souvenais que d'Ellana qui se vide de son sang et qui se remémore tous les passages de sa vie. Ce fut donc un immense plaisir de redécouvrir cette histoire, en vivant toutes émotions que j'ai ressenti au fil de pages comme si c'était ma première lecture.
Donc, parlons un peu de la manière dont est construit ce roman. Au tout début (vraiment dans les cinq premières pages), Ellana subit une blessure très grave qui la fait se vider peu à peu de son sang devant sa maison, avec personne pour lui venir en aide. Elle se meurt à petit feu et se raccroche aux souvenirs pour rester le plus longtemps possible consciente. Elle se remémore donc tout, en commençant par la fin du dernier tome de la trilogie les Mondes d'Ewilan, jusqu'au moment présent.
On retrouve donc Ewilan, Salim, Edwin… On les voit tous heureux, affrontant les aléas de la vie ensemble. Et qu'est-ce que ça fait du bien, de les voir ainsi, libres de toutes obligations.
On suit aussi l'apprentissage de Salim par Ellana. Et dans son enseignement, ses leçons, ses gestes, ses phrases, on retrouve Jilano. Particulièrement avec le passage où Salim doit apprendre à se jouer du vent, ce que lui dit Ellana, ses mots, ce sont les mêmes que lui disait Jilano quand elle devait apprendre à se jouer de la rivière et du courant. Ça prouve à quel point le lien maître-élève est fort et se poursuit. Toujours.
On voit les personnages grandir, Salim et Ewilan quittent peu à peu l'adolescence et se comportent de plus en plus en jeune adulte, ils murissent et c'est vraiment émouvant de les voir comme ça.
Mais, il ne faut pas oublier que, lors de l'attaque des mercenaires du Chaos, Destan a été enlevé afin de poursuivre une prophétie. Cette prophétie, on en entend parler depuis le tome 2 de cette trilogie, mais c'était vraiment survolé et personne n'y prêtait véritablement attention (à part Jilano…), et elle concerne l'arrivé et la domination du Chaos. Pierre Bottero se concentre donc davantage sur ce sujet, ce qui nous permet d'en savoir plus sur les mercenaires, leur but, leur société, leur hiérarchie…
Mais je ne vais pas m'éterniser là-dessus, ce qui m'importe c'est l'enlèvement de Destan.
Ellana disparue, Edwin, dévasté par le chagrin, est prêt à tout pour retrouver son fils. Et là ce fut, selon moi, un des moments les plus plus émouvants du livre. Toutes les personnes qu'Ellana a croisé dans sa vie, qui sont apparues dans ce récit, qu'on a appris à apprécier et à aimer. Toutes les personnes à qui Ellana était attachée. Tout le monde s'est réuni, en son honneur, pour sauver Destan.
Ce ne n'est pas simplement les gens croisés dans cette trilogie, mais aussi dans la Quête d'Ewilan et dans les Mondes d'Ewilan. Pierre Bottero regroupe tous ceux auxquels nous nous sommes attachés, même s'ils n'étaient que personnages secondaires... Même les disparus, fauchés lors d'un combat ou pour une autre cause, on sent leur ombre qui accompagne les vivants. Bien sûr, ça m'a rendu vraiment émue de tous les revoir, de voir tant d'histoires qui se croisent, se mêlent et se mélangent dans une merveilleuse Harmonie. C'est, je pense, ce qui fait que j'aime à ce point ce livre.
Maintenant, il faut parler de l'évolution d'Ellana. Elle n'est plus la même que dans le premier tome, jeune et insouciante. Elle est plus adulte, plus mature, et ça se ressent dans ses paroles comme dans le changement à peine perceptible de la plume de Pierre Bottero.
C'est ce qui m'a, au début du roman, un peu chagriné. Je me demandais où était passé Ipiu, élevée dans la Forêt Maison ; Ellana, qui vole au secours de Nahis et qui accompagne la caravane ; la jeune apprentie de Jilano, au caractère bien trempé, qui avance sur la Voie et qui n'attend que de prendre son Envol. Et puis j'ai compris. Elle est toujours là. Elle a juste grandi, forgée par chaque étape et chaque rencontre de sa vie. La mère de Destan est aussi l'apprentie de Jilano, la jeune fille qui n'avait jamais vu la ville, Ipuitiminelle et la petite orpheline sans nom. Elle est Ellana. Elle est marchombre.
Ce roman est donc un coup de coeur et un incroyable final et hommage à l'entièreté de cette saga. Je suis immensément triste de quitter Ewilan, Ellana, Salim, Edwin, Jilano et tous les autres, mais je sais qu'ils ne seront jamais loin, et que si je veux me replonger dans cette merveilleuse histoire, replonger dans la belle et splendide Imagination de Pierre Bottero, je n'ai qu'à ouvrir un de ses livres…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Tatooa
  10 novembre 2017
Bon bah j'ai adoré...
C'est bien écrit, très émouvant, et comme je l'ai lu longtemps après les deux premiers, j'ai eu un énorme plaisir à retrouver tout ce petit monde ! Et un petit pincement au cœur de le quitter définitivement cette fois.
Je viens de le finir et ça m'a bien changé les idées, et c'était parfait.
Il y a quelques autres avis sur ce livre, alors je ne vais pas m'étendre. Bottero, c'est bon, lisez-en ! :)
Commenter  J’apprécie          227
Aryia
  27 février 2021
Comme vous l'aurez sans doute remarqué à l'ordre des articles (qui suivent mon ordre de lecture), j'ai choisi de relire les trois trilogies selon l'ordre chronologique de l'histoire : d'abord les deux premiers opus du Pacte, ensuite les deux trilogies d'Ewilan, et enfin l'ultime tome du Pacte … Je tiens tout de même à remarquer que je ne conseille absolument pas cet ordre de lecture (quelque peu chaotique : je reconnais que c'est surprenant de couper ainsi une trilogie en deux pour en intercaler d'autres au milieu) à ceux qui découvrent la saga pour la toute première fois. Dans ce cas-là, il est amplement préférable de suivre l'ordre de parution, à savoir : en premier la Quête d'Ewilan, en second les Mondes d'Ewilan, pour terminer en beauté avec le Pacte des Marchombres. En effet, il y a une réelle évolution, tant dans le fond que dans la forme, et commencer par le Pacte (la plus « aboutie » des trois trilogies) risque d'entrainer une sérieuse déconvenue au moment de se plonger dans la Quête (qui est bien plus « enfantine »). Toutefois, une fois qu'on connait bien l'univers, je trouve que c'est une expérience vraiment intéressante de remettre les événements dans le bon ordre !
A chaque fois qu'Ellana pose son regard sur le petit corps endormi de son fils, Destan, elle redécouvre pleinement le sens du mot « bonheur ». A chaque fois que ses pensées se tournent vers Edwin, son compagnon, son coeur menace d'exploser dans sa poitrine. Et à chaque fois qu'elle observe son apprenti Salim, elle est envahie de fierté. Il a suffi de quelques secondes aux Mercenaires du Chaos pour mettre fin à cette plénitude … Mortellement blessée, Ellana souffre cependant bien plus de l'enlèvement de son fils et de la mort de tous ceux qui lui sont chers que de cette plaie sanguinolente. Alors que la mort se rapproche, la jeune femme parvient à utiliser un de ces arbres-passeurs qui permettent à qui sait les utiliser de se déplacer d'un lieu à l'autre. Soignée par ses « pères adoptifs », Ellana n'a qu'une seule et unique idée en tête : retrouver son fils, et venger la mort de son compagnon et de son apprenti … Pendant ce temps, dévastés par la disparition de Destan et la mort d'Ellana, Edwin, Salim et Ewilan mettent tout en oeuvre pour retrouver le petit garçon et venger sa mère …
Pourquoi s'encombrer de longues phrases quand un seul mot (éventuellement complété d'un adverbe) suffirait pour décrire ce livre ? Absolument parfait, voilà ce qui résume tout ce que j'ai à dire à propos de cet ultime volume. Et encore, même ce mot n'est pas assez fort pour exprimer la puissance de ce roman, qui éclipse à lui seul les huit autres tomes lus précédemment. Car ce livre, c'est vraiment le condensé dans sa forme la plus accomplie de tout ce que Pierre Bottero nous avait déjà offert jusqu'à présent. C'est l'aboutissement de toutes ces aventures en Gwendavalir, l'apothéose de toutes ces péripéties qui semblaient avoir pour seul et unique but de nous amener vers ce final qui m'a secouée, bouleversée, émue … Il y a une puissance vraiment inouïe dans ce récit : du début à la fin, l'émotion est pleinement au rendez-vous. C'est un déchirement vraiment atroce que de voir Ellana et Edwin, chacun de leur côté, complétement dévastés par la mort de l'autre. C'est d'autant plus terrible que le lecteur, lui, sait parfaitement bien qu'ils sont tous deux vivants, et cela ne rend leur souffrance qu'encore plus insupportable. J'ai éclaté en sanglots à de si nombreuses reprises, complétement ravagée par leur peine qui suintait à travers chaque phrase.
Mais rassurez-vous, ce roman est loin, très loin de se limiter à cette seule douleur. Bien au contraire. Bjorn l'exprime bien : « La gloire, l'amitié, une quête impossible … il baignait dans le bonheur », tout comme le lecteur, qui assiste avec stupéfaction mais ravissement à l'improbable, pour ne pas dire l'impossible. « Ellana connaissait énormément de monde, des guerriers valeureux qui, lorsqu'ils apprendront que son fils est en danger, n'hésiteront pas à se joindre à nous, surtout si cela leur offre la possibilité de la venger » … Plus que jamais, l'amitié est la force de nos héros. C'est au nom de cette amitié, une amitié indestructible, une amitié indescriptible, que vont converger des individus de tous les horizons, des ennemies de toujours qui vont cette fois-ci avancer main dans la main vers le même objectif. Certains passages sont d'une puissance incroyable et m'ont tiré les larmes aux yeux, car quoi de plus émouvant que de voir ces milliers de personnes réunis pour sauver le petit Destan des griffes maléfiques des Mercenaires du Chaos ? « Nous ne formons qu'un et ce un-là est invincible », voilà comme Edwin, qui « avait beau être mort, était bouleversé » s'adresse à tous ceux qui se sont déplacés pour le soutenir dans sa quête …
Beaucoup d'émotions, donc, mais également de l'action. Moins que dans les autres, assurément, mais suffisamment pour nous tenir en haleine, pour la simple et bonne raison qu'elle est bien dosée, qu'elle arrive toujours à point nommé. Ni trop, ni pas assez. Pierre Bottero était vraiment un maitre pour trouver l'équilibre en toute chose. du moins à mes yeux. Je sais que certains lecteurs ont été décontenancés, voire même agacés, par les nombreux retours en arrière qui parsèment le récit, ces flash-backs qui permettent de faire le lien entre la fin des Mondes d'Ewilan et cet opus … Pour ma part, je n'ai absolument rien à redire : j'ai adoré cet incessant va et vient entre le passé et le présent, j'ai apprécié découvrir ce qu'il s'est passé durant ces quelques années qui séparent les deux livres. Car comment apprécier le marchombre accompli qu'est devenu Salim sans suivre son apprentissage, par exemple ? Non, vraiment, j'ai du mal à voir comment on peut avoir envie de « sauter » ces passages comme certains l'affirment, car ils font pleinement partie de l'intrigue et la rendent tellement plus riche encore ! Equilibre enfin entre la lourdeur et la légèreté : alors même que tout semble perdu, il y a toujours cette lumière d'espoir. J'ai beaucoup apprécié de revoir Oukilip et Pilipip : ils sont une vraie bouffée d'air frais dans cette noirceur ! J'ai également beaucoup aimé Doudou : chacune de ses apparitions fait tellement de bien !
En bref, vous l'aurez bien compris, cet ultime opus fait clairement parti des plus beaux livres que j'ai eu l'honneur de pouvoir lire, et je pourrais vous en parler des journées entières sans réussir à exprimer totalement la puissance de cet ouvrage. Je suis vraiment ébahie, époustouflée, ahurie, émerveillée, abasourdie, estomaquée par l'intensité de ce récit : non seulement l'histoire est vraiment magnifique, mais la plume de l'auteur l'est tout autant. Vraiment, Pierre Bottero s'est surpassé pour nous offrir ce grand final en apothéose, qui relie habilement toutes les trilogies pour mieux nous happer. Tantôt tendre et émouvant, tantôt triste et déchirant, c'est un gros roman qui se dévore sans que l'on ne s'en rende vraiment compte. On tourne chaque page comme si notre vie en dépendant, comme si la mort nous guettait si l'on s'arrêtait, car on est totalement et pleinement envahi par cette histoire. Et j'ai beau avoir pleuré toutes les larmes de mon corps, je ne peux qu'affirmer une seule chose : ce livre est si beau, si beau que je n'aurai jamais pensé que c'était possible. Vraiment, pour mettre fin aux escapades du lecteur en Gwendalavir, il n'y a pas mieux : c'est une fin vraiment si jolie, si réjouissante, après toute cette souffrance, toutes ces difficultés … Un régal, tout simplement !
Lien : http://lesmotsetaientlivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (137) Voir plus Ajouter une citation
AuberiAuberi   07 mars 2011
Salim ne combattait plus. Porteur de lumière, il était trop précieux pour perdre sa vie. Immobile dans le cercle de marchombres, les yeux écarquillés par la stupéfaction et l'incrédulité, il la découvrait.
L'Harmonie.
Ce n'était pas cent ou deux cents marchombres agiles, souples, tourbillonnants qui se battaient mais un seul être, plus agile, plus souple, plus tourbillonnant que la somme des cents ou deux cents parties qui le composaient.
Un être en parfait accord avec l'univers.
L'Harmonie.
Le Chaos grogna, se déchaîna, libérant jusqu'à l'ultime parcelle de son essence incontrôlable.
Violence, haine, peurs, fanatisme...
L'Harmonie répondit en se mettant à danser.
Ouverture, temps, respect...
Le Chaos rugit.
L'Harmonie virevolta.
Le Chaos enfla.
L'Harmonie ondoya.
Salim leva les mains au-dessus de sa tête. La lumière qui jaillissait de ses paumes inondait la grotte, nourrissait les corps, faisait vibrer les cœurs, pulsait avec les âmes.
L'Harmonie.
Le chaos tressaillit. Nia. Cogna. Déroba. Mentit. Tortura. Viola.
L'Harmonie s'offrit.
Le dernier envoleur tomba.
Aussi soudainement qu'elles s'étaient éteintes, les sphères lumineuses se remirent à fonctionner.
Les marchombres survivants se tournèrent en silence vers Salim. Tous étaient blessés. Plus de la moitié des leurs étaient tombés et ne se relèveraient jamais.
Et pourtant...
a gorge nouée par l'émotion, Salim referma ses mains. La lumière du Rentaï s'éteignit dans la grotte
Continua à illuminer la voie.
Et le regard de ceux qui l'arpentaient. Uniques et soudés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1260
ElionaEliona   10 mai 2012
- Crains-tu mon jugement?
- Non.
- Pourquoi?
- Parce que je m'offre à lui.
- Crains-tu le jugement des autres?
- Non.
- Pourquoi?
- Parce que je dénie aux autres le droit de me juger.
- Pourquoi cours-tu?
- Pour sentir la fraîcheur du vent sur mon visage.
- Mais encore?
- Pour le chemin qui défile devant moi et celui qui s'étire derrière.
- A quoi sert un mur?
- A être franchi.
- Qu'y a-t-il de l'autre côté du mur?
- Je suis de l'autre côté.
- Que dit l'étoile du matin au soleil qui se lève?
- La douceur de la nuit et l'importance du doute.
- Que répond le soleil?
- La puissance des convictions et la beauté de la lumière.
- Es-tu étoile ou soleil?
- Ni l'un ni l'autre.
- Es-tu étoile ou soleil?
- Les deux.
- Que deviennent les rêves qui se brisent?
- Les rêves ne se brisent pas.
- Que deviennent les rêves qui se brisent?
- Le terreau des rêves à venir.
- Combien possède-tu de maîtres-mots?
- Quatre. Pour l'instant.
- Offre-les moi.
- Harmonie, ouverture, plénitude et respect.
- L'homme et le loup se disputent un territoire. Qui a raison?
- Le loup.
- De combien de maîtres-mots est pavée la voie?
- Je l'ignore.
- Pourquoi le loup?
- Parce qu'il tutoie la lune et joue avec le vent.
- Et toi?
- Homme et loup. Etoile et soleil. Lune et vent.
- Six mots. Choisis-en un.
- Marchombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          890
mathilde08mathilde08   27 juin 2011
Kamil saisit le bras de Liven.
-Laisse-moi leur parler.
-Mais ...
Déjà un guerrier thül se dressait devant les deux jeunes dessinateurs. Grand, épais, tout en biceps et deltoïdes.
-Qu'est-ce que vous fichez ici ?
Liven s'apprêtait à répondre lorsque Kamil enfonça un index belliqueux entre ses côtes, le contraignant au silence.
-Conduis-nous à Rhous Ingan, déclara-t-elle à la place de son ami.
-Rhous Ingan n'a pas de temps à perdre avec deux pâlichons des villes comme vous, cracha le Thül. Quittez les terres du clan ou il vous en cuira.
-Nous sommes ici pour une dette d'honneur, rétorqua Kamil en plantant ses yeux dans ceux du guerrier. Empêche-nous de passer et Rhous Ingan en personne t'arrachera les testicules et les donnera en pâture aux corbeau.
Ignorant le regard stupéfait de Liven, elle poursuivit en martelant ses mots :
-Tes fils te maudiront, ta mère oubliera ton nom et, quand tu mourras, ton bûcher sera constitué d'excréments de siffleurs. Conduis-nous à Rhous Ingan !
Le Thül avait pâli. Il porta la main à la poignée de son sabre, hésita une seconde puis lâcha son arme.
-Suivez-moi, lança-t-il en tournant les talons.
Rhous Ingan se tenait au centre du village, en grande conversation avec un Thül qui, pour impressionnant qu'il fût, lui rendait trente centimètres et vingt kilos de muscles. Il jeta un regard surpris à la frêle jeune fille qui se campait fièrement devant lui.
-Que veux-tu, microbe ? lui jeta-t-il.
-Ellana Caldin est morte, annonça Kamil.
Rhous Ingan se figea.
-C'est une triste nouvelle, j'aimais bien cette petite. Certes elle n'était pas thüle mais elle aurait pu l'être et j'avais une dette d'honneur envers elle !
-Je sais et je suis ici pour te permettre de la régler.


-Kamil ?
-Oui ?
-Tu ne lui as pas parlé des Frontaliers.
-Je sais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
mathilde08mathilde08   27 juin 2011
La température avait fraîchi et, lorsque Ellana frissonna, Edwin la prit dans ses bras. Il effleura sa nuque d'un baiser, passa une main douce sur son ventre...
-Depuis combien de temps ? lui murmura-t-il à l'oreille.
Elle sourit à la nuit.
-Comment le sais-tu ?
-La lumière dans tes yeux quand je t'ai vue ce soir. Juste avant que la beauté de ton corps ne le clame à l'univers entier.
Elle se pelotonna contre lui.
-Tu es devenu poète pendant mon absence ?
-C'est ta présence qui me transforme. Ton absence, elle, me ronge. Alors ?
-Il arrivera au printemps.
-Il ?
-Je le sens ainsi.
Il la serra un peu contre lui et, tandis qu'elle fermait les yeux, savourant le goût de la plénitude, il s'abandonna au bonheur qui déferlait.
Doucement, il se mit à pleurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1130
camcam23camcam23   20 juin 2011
Puis...
Puis, avant que Salim atteigne les premières marches de l'escalier qui, conduisent au palais, ils surgirent.
De partout.
Invisibles une seconde plus tôt. Présents une seconde plus tard.
Vêtements de cuir, souplesse et silence.
Marchombres.
- Ellana!
Impossible de savoir qui, le premier, avait crié mais le cri fut repris.
- Ellana!
D'abord par plus de cent marchombres.
- Ellana!
Puis par cinq cents guerriers enthousiastes.
- Ellana!
Salim avait lâché Ewilan. Il gravit l'escalier en courant, trébucha,retrouva son équilibre par miracle, reprit sa course...
- Ellana!
...se figea.
Elle pleurait. Des larmes irrépréssibles noyaient ses yeux, ruisselaient sur son visage, coulaient. Encore. Toujours. Elle pleurait.
- Ellana!
Salim aurait voulu la prendre dans ses bras, la serrer contre son coeur, lui hurler sa joie...
- Ils sont tous là pour toi, lui murmura-t-il.
Il lui saisit doucement la main.
- Nous sommes tous là pour toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690

Videos de Pierre Bottero (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bottero
Certaines forces nous dépassent...
Un groupe d'explorateurs découvre un cube insolite au coeur d'un temple perdu dans la jungle amazonienne. Mais l'objet qui devait permettre de lever le voile sur une ancienne civilisation, libère, une fois ouvert, une entité maléfique : L'Autre. Parallèlement, au Canada, Natan un adolescent aux capacités hors du commun perd ses parents dans des circonstances tragiques et comprend alors qu'il fait partie d'une des 7 grandes familles qui, depuis des millénaires, régissent la vie humaine sur la Terre et ailleurs ! Au même moment en France, Shaé est approchée par un vieil homme qui semble en savoir plus qu'elle sur sa propre existence. Suivant des instructions laissées par ses parents, Natan rejoint la France et tombe sur Shaé. Les deux adolescents réalisent que leurs destins sont liés et qu'ils vont devoir oeuvrer ensemble pour combattre… des forces qui les dépassent !
Après la série Ellana, Montse Martin et Lylian poursuivent leur collaboration en totale harmonie avec l'univers de Pierre Bottero. Dans ce nouveau cycle, les auteurs, tels des orfèvres, travaillent leurs personnages de jeunes adultes avec finesse, en mêlant aventures magiques, destinées fantastiques et relations complexes.
_______________ D'après l'oeuvre de Pierre Bottero - Scénariste : Lylian - Dessinateur : Montse Martin Disponible en librairie : https://www.glenat.com/24x32-glenat-bd/lautre-tome-01-9782344041284
Les mondes d'Ewilan, La quête d'Ewilan, Ellana... retrouvez toutes les adaptations BD de l'univers de Pierre Bottero : https://www.glenat.com/auteurs/pierre-bottero _______________ Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/GlenatBD/ Suivez-nous sur Instagram : https://www.instagram.com/Glenatbd/ Suivez-nous sur Twitter : https://twitter.com/GlenatBD
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ellana la prophétie

Comment s'appelle le fils d'Ellana?

Aoro
Destan
Edwin
Salim

10 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pacte des MarchOmbres, Tome 3 : Ellana : La prophétie de Pierre BotteroCréer un quiz sur ce livre

.._..