AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 237119025X
Éditeur : Piranha Editions (08/01/2016)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
En octobre 2012, un cadre allemand de l’industrie d’armement est enlevé par des terroristes à Constantine, loin de la zone d’action habituelle des islamistes. Le représentant des autorités algériennes leur attribue pourtant ce rapt. Mais Eley, policier chargé de la sécurité à l’ambassade est bien décidé à mener sa propre enquête car rien dans cette affaire ne paraît coller. La piste qu’il suit le mène à un mystérieux groupe jusque là inconnu ainsi qu’au cœur du mond... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
nadiouchka
  15 mai 2017
Ayant dans ma PAL « PAIX A LEURS ARMES » d' Olivier Bottini je me suis empressée de le lire car le petit descriptif donné (la quatrième de couverture) me semblait intéressant et un peu nouveau pour moi.
Mais d'un autre côté, la critique n'est pas facile étant donné le contexte. Je vais en donner juste quelques lignes.
Peter Richter, cadre d'une entreprise allemande, est enlevé en Algérie (à Constantine) par des terroristes.
Ralf Eley, responsable de la sécurité à l'ambassade allemande, décide de mener sa propre enquête, car pour lui, il y a quelque chose qui ne va pas et, malgré les ordres, il va chercher à démêler cette intrigue. Celle-ci se révèle très complexe et ma foi, plutôt passionnante, malgré un début un peu confus.
De plus, ce milieu de fabricants d'armes est très particulier et je n'en connais pas les ficelles.
Mais ce qui m'a surtout intéressée, c'est que l'histoire se passe principalement entre l'Algérie, la France et l'Allemagne. On y parle évidemment beaucoup d'Al-Quaïda, d'Aqmi, donc de terrorisme, un sujet d'actualité très brûlant. Et c'est là que mon intérêt a été le plus fort.
On voit que l'auteur s'est énormément documenté et il est considéré comme l'un des meilleurs auteurs allemands de thrillers.
Le livre est composé de nombreux chapitres très courts et à chacun, nous changeons de personnages et de lieux.
Il ne faut donc pas perdre le contrôle de la lecture car autrement, on aurait du mal à comprendre le déroulement de l'enquête (déjà bien assez compliquée), où tellement de faits importants sont décrits : l'auteur nous bombarde de nombreuses références politiques (l'affaire a lieu pendant la « décennie noire » du pays) – il fait état des marchandages entre les différents pays (avec leurs propositions d'échanger des armes contre du pétrole ? ….entre autres).
Tout cela est décrit avec un certain cynisme et le ton de livre reste froid avec la violence et la haine qui prédominent. Mais rien d'étonnant puisque l'on ne peut pas dire que le sujet puisse donner lieu à de l'humour ou à de la tendresse.
Pour être bien certaine de tout comprendre, j'ai pris mon temps en lisant (quitte à revenir sur certains passages) et je me suis bien attachée à toutes les références indiquées. Je dois reconnaître que, parfois, c'en était même un peu agaçant à cause de la complexité et je me suis demandé si ce n'était pas plutôt réservé à un public mieux averti.
Mais, si justement on fait bien attention, on peut dire que ce livre est assez captivant malgré toute sa noirceur. Et puis je fais partie de ces lectrices qui tiennent à comprendre le « pourquoi du comment » et à aller jusqu'au bout, ne surtout pas me laisser rebuter par certaines descriptions.
Olivier Bottini n'a certes pas décrit un milieu facile mais il a réussi à parler de cette Algérie meurtrie, des kabyles et du terrorisme toujours présent (malheureusement de plus en plus) de nos jours.
En conclusion, je dirai donc que c'est un livre un peu difficile à lire mais captivant si on veut bien se donner la peine de s'y attacher. La preuve c'est que je l'ai lu pendant ces deux derniers jours de week-end.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
yv1
  13 janvier 2016
J'ai déjà rencontré Oliver Bottini, qui, comme son nom ne l'indique pas, est un écrivain allemand, dans ses deux romans précédents : Meurtre sous le signe du zen et L'été des meurtriers. Changement d'éditeur français cette fois-ci et changement de décor, Louise, sa flicque alcoolique, torturée et peut-être sauvée par la méditation laisse la place à Ralf Eley, qui doit marcher sur des oeufs pour ne froisser personne, et surtout pas les décideurs algériens et les vendeurs d'armes allemands. le plus gros problème de ce roman c'est qu'il a tellement d'entrées et de personnages qu'il en est confus surtout au début. Certaines explications arrivent au fur et à mesure, mais mon esprit ne fait pas toujours le lien entre toutes les situations, les protagonistes. C'était déjà un peu le cas avec les romans précédents de l'auteur. Et puis, il faut bien dire que le monde des fabricants d'armes est opaque pour ne pas dire plus et s'y retrouver dans ses arcanes relève du défi.
Néanmoins, le contexte décrit par Oliver Bottini est fort, surtout pour les lecteurs français qui pourront voir certaines explications comme superfétatoires, qui ne le sont évidemment pas pour les lecteurs d'autres pays qui ne connaissent pas forcément les liens entre l'Algérie et la France. Toute l'intrigue naît au temps de la guerre d'indépendance, puis continue dans la décennie noire du pays (les années 1990 et le combat contre les extrémistes). 2012, le pouvoir algérien est encore fragile, et d'autres groupes d'extrémistes ont fait leur apparition, Aqmi, Al-Qaïda,... Les Européens sont ultra-protégés, mais font encore du commerce notamment d'armes ; les entreprises d'armement ne faisant pas dans l'humain se moquent des conséquences : "Les hommes n'ont aucune importance. Les trusts d'armement et les gouvernements ne travaillent pas en fonction des valeurs et des idéaux des hommes, mais en fonction des impératifs économiques. Les processus sont automatisés. Tu veux investir dans mon pays ? Bien, je veux tes blindés ! Tu veux notre pétrole ? Notre gaz ? Notre énergie solaire ? Bien, je veux tes fusils d'assaut !" (p.156) Je ne découvre rien, je ne suis pas naïf à ce point, mais ce monde fort bien décrit par O. Bottini fait peur et nous entraîne vers la violence et la haine avec un cynisme affiché et insupportable.
Assez peu d'espoir dans ce roman, le ton est froid, les hommes à peine plus chauds ; le thème n'inspire pas la gaudriole et le style et le rythme exacerbent sans doute ce sentiments de noirceur. A conseiller à ceux que le genre ne rebute pas et qui prendront du temps pour ne pas se perdre en route. Ceux-là trouveront sans doute un livre excellent. Moi, je m'y suis un peu perdu, ce qui ôte une partie de sa saveur.
Lien : http://lyvres.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
viduite
  08 mai 2017
Dans Paix à leurs armes, Oliver Bottini mélange avec maîtrise le thriller, la complexité du roman d'espionnage mais aussi, grâce aux armes du polar, le portrait d'une société, allemande et algérienne. Dans ce récit à la froideur rythmée, la corruption et faux-semblant deviennent un ressort d'une intrigue complexe et captivante.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   20 mai 2017
Carlsen feuilleta un dossier. J’ai ici une communication à la presse, datée de neuf heures trente. Négociants de morts, Politique dédaigneuse de l’humain, L’Allemagne contribue à écraser le Printemps arabe, Corruption.Des voix s’élevèrent de nouveau, outrées, cette fois. Prinz attendit. Lorsque le calme fut revenu, elle dit froidement : Corruption ? P.189
A Faire
Qu’en pensez-vous, al-Quaïda au Maghreb islamique ?
- On le dirait, dit Eley.
- Les Algériens le pensent aussi.
- Mais ?
L’ambassadeur releva le menton, retira son nœud-papillon et le mit dans sa poche latérale. Et les Kabyles ?
- Ils n’ont aucun problème avec les étrangers, uniquement avec le gouvernement.
P.36
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
nadiouchkanadiouchka   18 mai 2017
- Le côté droit, le visage tourné vers La Mecque. Où est La Mecque ?
Hamit indiqua le plus à droite les deux arbres à proximité.
Non, ça c’est l’Algérie. La Mecque est là, derrière l’arbre de gauche.
- Je vous étends sur le côté droit mais l’arbre gauche est La Mecque, murmure Hamit.
- Ne confonds pas surtout. Autrement, je ne vais pas au paradis, mais au Groenland, et je ne te le pardonnerais pas.
Hamit proposa de mettre un panneau La Mecque sur l’arbre, comme dans la cuisine de Benmedi, pour plus de sûreté, le Groenland, c’était trop risqué.
P.53
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nadiouchkanadiouchka   15 mai 2017
Depuis que les groupes armés islamistes et le FIS, le Front Islamiste du Salut, avaient ouvert les hostilités contre l’État, on se faisait le plus discret possible lorsque l’on jouait. P.7
Commenter  J’apprécie          150
nadiouchkanadiouchka   19 mai 2017
Les accords d’Evan avaient été signés un an plus tard, l’Algérie était libre. En quelques mois seulement, les Français quittèrent le pays. Bennedi se rabattit sur les harkis. P.225
Commenter  J’apprécie          154
nadiouchkanadiouchka   23 mai 2017
Et les djihadistes ? Vous les intégrez aussi dans votre révolution ?
- Ce n’est pas encore décidé.
- Vous les utilisez depuis longtemps. Vous vous cachez derrière eux.
- Oui, convint Madjer.
- Ceux qui chassent les infidèles, dit Eley narquois.
- Les Sans-Noms vous plaisent davantage ?
P.243
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Oliver Bottini (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Oliver Bottini
Buchtipp: IM AUFTRAG DER VÄTER von Oliver Bottini
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
256 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre