AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782918078432
264 pages
Atria (01/08/2013)
4/5   8 notes
Résumé :
Condamne à la cryogénisation, Vincent Langeais se réveille cent cinquante ans plus tard. Il se retrouve seul dans une société qu'il ne comprend pas et qui le terrorise. Toute son existence est confinée dans un coin de son cerveau, inaccessible ; autour de lui, un univers qu'il ne maîtrise pas, sans famille, sans projet, entre hallucinogènes et roulette russe, quels sont les choix qui s'offrent à lui ? A-t-il seulement un destin ?... Un simple appel téléphonique va c... >Voir plus
Que lire après L'associé du chaosVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
→ 4,5/5 (Très Bien +)



Je commence par vous dire : j'ai a-do-ré ! Punaise que j'en avais besoin d'un ouvrage de science-fiction parfaitement maîtrisé. L'associé du chaos a excellé dans son genre. Merci aux éditions Atria pour le service de presse !

Je suis tellement imprégnée de l'ambiance de ce roman que mes idées s'emmêlent, mes pensées s'entrechoquent. C'est dire comme je suis surprise par la qualité de ce roman, je ne m'attendais pas à lire une chose aussi aboutie et puissante, voluptueuse et complète, dynamique entraînante. Cette lecture est un pavé d'émotions, de scènes de roulette russe, de tensions emboîtées dans un rythme effréné, une mosaïque sombre et douloureuse d'une société trop lisse.

Il y a des corps vides qui errent dans ce monde. [..] Tel un trou noir, ces gens vous présentent leur contour, leur forme, simulent par leur mouvement une promesse de relation, mais ne laisse pas qu'à un vide, un néant. Sournoisement, ils sucent votre âme, votre empathie.


Parce qu'il faut bien commencer par quelque part, j'aborderais le fond. Voici une planète Terre où suite à des révoltes, même des révolutions, violentes, organisées et dévastatrices, une nouvelle société est née ; bien rangée, bien carrée, pas un pas de travers. Anthony Boucard a ultra détaillé des aspects de son univers, et c'était exceptionnel. Cette façon de vivre m'a effrayée et m'a énormément poussée à réfléchir. C'était compliqué, je me sentais prise au dépourvu face à toute cette nouveauté, comme le personnage principal, Vincent.

Le problème, c'est votre monde qui n'est pas le mien et qui ne le sera jamais. [..] Pourtant, il coule encore dans mes veines, il est ancré dans ma peau, au plus profond de moi.


le style d'écriture, ensuite, m'a totalement transportée, invitée dans un futur auquel je ne connaissais rien. Les descriptions sont riches et vivantes, la narration ardente nous presse de tourner les pages, nous plongeant dans un abysse sans cesse plus profond et torturé. C'est une oeuvre très additive, à l'écriture pure, directe et qui vous retourne en quelques secondes. Combien de fois ai-je senti mon rythme cardiaque battre à la vitesse d'une course folle ? Les révélations, les rebondissements surgissaient sans que je ne les sente venir. le suspens instauré était très fort et augmentait la pression. Les points de vue alternés étaient d'un bon intérêt, il n'y avait aucune longueur.

Seules des bribes de sons étouffés et incompréhensibles arrivaient à ses oreilles. Des images floutées, saccadées, glissent sur sa rétine. Les objets qui le touchent, les mains qui le bousculent ne sont que coton et vent effleurant son épiderme.


L'intrigue avance sans lenteur, partagée entre les explications, les réflexions, les dialogues - on sent que tout est déjà tracé mais on n'a aucun moyen de prévoir quoique ce soit. On assiste au temps qui reste à Vincent, à ceux qui le guident plus ou moins consciemment comme Héron, Robin. Des personnages s'incrustent dans ce train éternel, toujours aux personnalités creusées, différents, aux sentiments vrais ; tous d'une humanité pas forcément belle, néanmoins on ne peut plus bouleversante.

Il porte ses mains à sa tête. Son visage montre des stigmates de douleur. [..] La question grossit encore, change de couleur, du rouge elle passe au pourpre brillant, brûlant. Ou est-elle ? La dernière syllable incandescente prend la forme d'une flèche et vient se loger en plein centre de ses émotions.


Ce livre m'a plongée dans une torpeur froide, tendue ; l'auteur a accompli mille prouesses grâce à la beauté de son écriture, la logique implacable de son scénario et également parce qu'il vous propose une opinion, vous présente la sienne. Ainsi, je ne peux que vous conseiller ce premier roman de l'écrivain, et j'espère qu'on aura bientôt droit à un autre récit !
Commenter  J’apprécie          70
Vincent Langeais se réveille en 2191, après avoir purgé une peine de 150 années de cryogénisation pour un double assassinat. C'est du moins ce qu'on lui dit. Lui, il n'en sait rien, parce qu'en plus de l'avoir congelé, on lui a fait ingurgiter une substance qui l'a rendu amnésique. C'est donc un homme sans passé, sans histoire, ni souvenir ou si peu, comme ces musiques qui lui reviennent parfois. Quelque chose que j'ai d'ailleurs trouvé touchant dans ce personnage. L'idée que sans repère, partant de rien, il lui reste ces réminiscences qui semblent inconsciemment incarner ses émotions et ce qu'il était, mieux que les mots. Bref, c'est un homme asséché, sans but et qui, tel un enfant, doit tout réapprendre, à commencer par parler et se déplacer.



Il découvre un Monde qui a connu de nombreux bouleversements suite à la révolution universelle initiée au début du millénaire par les "Témoins du chaos" . Cette entité, composée au départ d'une poignée d'intellectuels et de scientifiques a fait des émules dans le monde entier, générant de grandes mutations, mais aussi et malgré elle, des mouvances radicales.


Je vais tenter de faire vite. Nous voilà donc dans une société sans frontière, de plein emploi, où celui-ci est même devenu un plaisir (mais oui). Chacun est appelé à s'exprimer sur les sujets qui le concerne et chaque décision est légiférée par le peuple. Tout le monde peut posséder un toit, l'écologie n'est pas juste une théorie mais un art de vivre, il n'y a d'ailleurs plus d'automobile. L'homme aurait donc cessé d'arriver tout puissant avec ses gros sabots et sa suffisance pour tout saccager et se serait mis à respecter la biodiversité (ou ce qu'il doit en rester en 2191). L'humain se faisant discret, la nature aurait ainsi repris ses droits (et ouais). Enfin, les religions n'existent plus que dans la tête de quelques illuminés et en ont fini de faire la pluie et le beau temps dans le monde, hallelujah ! Voilà, pour  quelques grandes lignes.


Mais rien n'est jamais parfait, aucun modèle n'est infaillible, ce serait sans compter sur la nature humaine qui est, et cela peut importe les siècles, toujours capable du meilleur comme du moins bon... la vidéo surveillance est très présente, la participation citoyenne est fluctuante selon les intérêts ou les désintérêts (bah oui, et puis on se lasse de tout...), l'argent est toujours le nerf de la guerre, la manipulation et le formatage des esprits est toujours de mise. Il y a des choses qui ne changent pas.



Vincent est sans racine, sans famille, sans rien du tout d'ailleurs dans ce monde idéalisé, mais aseptisé, qu'il ne connaît pas et qui se veut solidaire, mais à condition qu'il se prenne lui-même en charge. Mais comment sortir la tête de l'eau lorsqu'on se sent viscéralement inadapté et différent, sans avoir recours à l'artificiel pour afficher un bien-être de façade ? Comment, vidé de sa substance, se construire alors qu'on ne repose sur aucune fondation ? Parmi les alternatives pour une vie "meilleure", on trouvera toujours le célèbre «quand on veut, on peut », suivi de très prés par le le fameux « mais, fais donc un effort ». Et pour ceux qui comme Vincent ne veulent décidément pas écouter les gens pleins de bon sens, il y a les psychotropes et autres drogues, et les armes à feu qui sont désormais en vente libre. Enfin, pour les plus imaginatifs, si toutefois, vous en avez les moyens, il reste le business fleurissant du suicide organisé dont le slogan pourrait être : Votre vie est un cauchemar ? Offrez-vous la mort de vos rêves !



N'ayant ni rêve, ni envie, ni argent,  Vincent tentera de trouver quelques soubresauts de vie dans les drogues et les parties de roulettes russes. Et pour apporter un peu de douceur et d'onirisme à sa morne (in)existence, il préférera dormir dans les bois avec les biches. Mais voilà, son sang ne bout plus, son existence n'a pas de sens, il ne se sent définitivement pas à sa place.



Un jour, un mystérieux appel va sortir Vincent de sa léthargie. le rythme va subitement devenir haletant et notre pouls va s'accélérer en même temps que le sien. Flirter avec la mort, pour ressentir un semblant de vie, c'est peut-être cela la solution. C'est en tout cas ce qu'il va faire en acceptant le deal plus que louche d'un parfait inconnu dénommé Robin et entre les mains duquel il va remettre sa vie, devenant l'acteur ou plutôt la marionnette d'un scénario surprenant qu'il va découvrir en même temps que nous. Mais a-t-il déjà été maître de ses choix, ou bien a-t-il toujours été dans l'attente d'une voix pour le guider ?



On est ici plus dans l'anticipation que la science-fiction. Nous sommes projetés dans un futur certes lointain, mais qui fait totalement écho à notre réalité. Les thèmes et les sujets de réflexion sont nombreux : l'isolement, inadaptation sociale, les mutations de la société, la manipulation, les faux-semblants,... Peut-on s'en remettre à autrui pour changer son destin ? Jusqu'à quel point est-on seul responsable de ses actes et de leurs conséquences ? La fin justifie-t-elle les moyens ? Suffit-il de changer les règles d'une société pour en changer profondément les Hommes ? Comment trouver sa place en tant que citoyen, si on ne la trouve déjà pas en tant qu'Homme ?



On garde une certaine distance avec les personnages, mais j'y ai vu une cohérence avec le récit. Concernant Vincent, cela peut sembler frustrant au premier abord, mais c'est aussi sa frustration que l'on ressent dans ce vide, ce désarroi, ce détachement qu'il a de son propre sort et cette idée que seul quelque chose d'extrême peut le ramener à la vie. Pour les autres personnages, cela met plutôt en évidence le côté froid, totalement sous contrôle de cette nouvelle société où tout a une fonction et qui semble laisser peu de place à la fantaisie et la spontanéité.

L'auteur distille des informations tout au long du récit, qui pour certaines peuvent paraître totalement anodines mais se révèlent in fine, bien plus importantes qu'on ne le pensait. On en saura par exemple, un peu plus sur la nature de Vincent dans les dernières lignes.



L'intrigue est riche, intelligemment menée et tient en haleine jusqu'au bout. Si je devais qualifier le style, j'aurais envie de prendre les références musicales citées par l'auteur, et une en particulier : Godspeed you ! Black Emperor. Pour situer, le genre dit « post-rock/rock progressif » se caractérise par de longs morceaux le plus souvent instrumentaux alternant de longues plages atmosphériques, mélancoliques, planantes, sombres ou lumineuses et des montées en puissance épiques, entrecoupées de cassures de rythmes brutales ou progressives, la tension semble parfois retomber, une sorte de calme s'installe, dernières notes, dernières vibrations, peut-être la fin ? Pas sûr. Nous, en tout cas, nous n'en avons pas encore fini, nous en ressentons encore les battements. Il y a de ça dans l'écriture d'Anthony Boucard, quelque chose de sensible, d'élégant et de nerveux. Il y a de la matière et des contrastes riches, des idées profondes et une vraie personnalité. J'ai beaucoup apprécié ce rythme, ce style, ce fond que j'avais également constaté dans L'Utopie des fous, son second roman.

On ne peut que lui souhaiter de persévérer dans cette voie. Un auteur de talent à suivre.



https://www.deezer.com/fr/playlist/5647243962





Lien : https://www.deezer.com/fr/pl..
Commenter  J’apprécie          30
C'est grâce à ce genre de roman que j'ai envie de continuer à découvrir de nouveaux auteurs peu connus (voire pas connus du tout). Parce que parmi tous ces auteurs, il y en a qui ont réellement du talent, qui écrivent de vrais pépites et qui ne sont pas assez reconnus pour tout leur travail. Ce roman, et cet auteur, font partis de cette catégorie.


Vincent se réveille amnésique d'un profond coma cent cinquante ans plus tard. Condamné à la cryogénisation pour avoir tué sa femme et son amant, il a purgé sa peine dans ce coma et doit maintenant réapprendre à vivre, d'abord physiquement (parlé, marché...) puis au sein de cette nouvelle société. Car, il le sent au fond de lui même et aussi pour avoir lu plusieurs livres sur le passé, ce nouveau monde est à l'extrême du sien. Il n'y a plus de crimes, quels qu'ils soient, et le peu de fois où cela arrive, les sanctions sont irrémédiables.
À force de errer dans cette nouvelle vie qui n'est définitivement pas la sienne, Vincent dépérit de jour en jour, jusqu'à ce qu'il accepte un marché proposé par Robin, lors d'un appel téléphonique. Mais qui est ce Robin ? Et que doit-il faire réellement ? On lui promet beaucoup de choses mais Vincent apprend petit à petit qu'il ne faut pas toujours se fier aux apparences...


Si ce premier roman a ses défauts (comme quasiment tout premier roman), il n'en est pas moins captivant ! le début a été assez difficile pour moi, beaucoup de termes que je ne comprenais pas forcément et on ne peut pas dire que les événements se bousculent... Mais, finalement, après l'avoir terminé, je me suis rendue compte que le rythme de l'histoire était propre à Vincent, le personnage principal. En effet, au départ, Vincent est amnésique et doit vraiment tout réapprendre, ce qui est long pour lui et pour nous aussi par la même occasion, même si certaines choses sont intéressantes, surtout pour la suite. Lorsqu'il n'est que le fantôme de lui-même, une fois installé dans sa nouvelle maison (donc après son apprentissage), on a l'impression d'être simplement spectateur de l'histoire, tout comme Vincent a l'air spectateur de lui-même... Et, enfin, quand tout s'accélère pour Vincent, pour différentes raisons, le rythme de l'histoire s'accélère également et l'on devient bien plus que simple spectateur... C'est ce que j'ai fini par apprécier dans ce roman, me rendre compte que le rythme évoluait en même temps que le personnage, et en même temps que l'intrigue.
Néanmoins, si ce monde futuriste a bien été présenté au début, j'ai l'impression qu'une fois l'intrigue bien avancée, le décor a été mis au second plan. J'ai réellement apprécié cette intrigue, j'ai été captivée dès son commencement et je n'ai pas pu lâcher les deux cent/cent cinquante dernières pages tellement il se passait de choses ! Ce que je regrettais par rapport au décor a finalement été rattrapé avec cette intrigue. Il y a tellement de péripéties, de retournements de situations, de révélations inattendues... Jusqu'à la dernière page ! Rien n'est tel que l'on croit. Vincent se fait fréquemment mené en bateau et nous avec. On ne sait jamais quand c'est le cas, on ne sait plus quoi penser avant que la révélation ne tombe et c'est surtout lorsque l'on ne s'attend à rien de particulier qu'il se passe quelque chose d'énorme ! J'ai vraiment adoré cette seconde moitié du roman tant l'action ne s'arrête jamais ou alors seulement pour laisser place aux surprises.
Si l'univers n'est pas toujours maîtrisé, l'intrigue, elle, l'est parfaitement !


Les personnages ne sont pas forcément tous bien développés mais pour certains, on comprend pourquoi... L'auteur nous réserve de belles surprises avec des personnages, pour la plupart, imprévisibles. Même Vincent l'est, tellement il est instable dans sa tête. On ne peut jamais réellement appréhender ses réactions. Son état ne nous permet pas forcément de nous attacher à lui mais il n'est pas difficile de se mettre à sa place, de le comprendre, et de le trouver crédible.
Héron est un personnage que j'ai adoré dès le départ. Il apporte une petite touche de gaieté dans la vie de Vincent, que l'on ressent nous aussi, grâce à son humour et à leurs répliques complices.


Je ne peux que conseiller ce roman car même si tout n'est pas parfait, il est très convainquant et captivant ! Une fois l'intrigue réellement en place, on en veut toujours plus. Elle tient la route du début à la fin et nous fait également réfléchir sur notre monde actuel car elle n'est pas si anodine que cela...
Un roman à découvrir et un auteur à suivre de près !
Lien : http://uneenviedelivres.blog..
Commenter  J’apprécie          40
J'aime quand je choisis un livre grâce à sa quatrième de couverture et qu'on trouve dans le contenu de ce livre, exactement ce qui nous a été présenté. Je dis ça parce que dernièrement, j'ai lu différents livres qui m'ont déçus par rapport à ça.

J'ai beaucoup aimé me glisser dans l'univers qu'a créé l'auteur. Un univers futuriste qui se déroule longtemps après nous. Un univers contrôlé par le peuple lui-même. Un univers ou l'auteur n'a rien laissé au hasard et c'est l'une des choses que j'ai beaucoup apprécié dans ce livre.

Pour situer l'histoire, on se retrouve 150 ans plus tard en compagnie de Vincent, un homme qui a été condamné à la cryogénisation pour avoir tué sa femme et l'amant de cette dernière (du moins, c'est ce qu'on lui a dit car lui, n'a plus aucun souvenir) et qui se retrouve dans un monde totalement différent du notre ou il y a eu énormément d'évolutions et dans lequel, il va se perdre totalement... il va presque devenir fou…

Dan un premier temps et dans la plus grande partie du livre, l'auteur va nous relater l'évolution de Vincent dans ce monde qu'il ne connait pas et qu'il a du mal à apprivoiser… mais aussi nous détailler avec beaucoup d'explications et de précisions, ce fameux « nouveau monde » dans lequel, par exemple l'argent en lui-même n'existe plus, un monde ou il n'y a plus de frontières, plus de gouvernements ou de royautés etc… Un monde ou travailler, n'est plus une contrainte mais un plaisir guidé par l'envie… (Un monde complètement fou me direz-vous) mais tellement bien construit, bien pensé par l'auteur qu'il parait très réaliste… et donc, un monde bien sûr ou la violence et tout le tintouin n'existent pratiquement plus… sauf dans les livres d'histoires qui parlent d'une grande révolution… (Très intéressant pour la suite).

Dans ce monde, on retrouve Vincent qui a été condamné à une peine (à son époque, la notre aussi) de 150 ans de cryogénisation et qui se réveil en 2100 et des poussières et qui va d'abord subir une rééducation physique et un réapprentissage de la parole entre autre puis, qui va être lâché dans la nature… c'est quelque chose qu'il va mal vivre, jusqu'au jour ou il va recevoir un appel mystérieux après lequel il va devoir faire un choix…

A partir de là, tous va aller très vite, Vincent va être amené à faire des actes pas très recommandés mais qui vont le rendre vivant. Pourquoi ? Parce que dans ce monde tout beau, tout neuf, il ressent cette impression d'ennui, de mal être et de tromperie parce qu'il sait au font de lui qu'on ne lui à pas tout dit… qu'il se passe des choses pas normales… et il va vite faire de le découvrir… à ses dépends bien sûr…

Et c'est là, dans une ultime partie, que l'auteur va nous faire diverses révélations tout aussi intéressantes que ce monde qu'il a créé et pour le moins inattendues. Je ne vous en dis pas plus car, je pense que c'est un livre qu'il faut découvrir rien que pour ce monde très étonnamment réaliste que l'auteur a créé.

Et parce que c'est un livre qui relate l'injuste (quelque chose que je vous laisserai découvrir par vous-même), je vous laisse avec une petite phrase qui m'a touchée : « Je ne veux plus qu'il y ait de père ou de mère condamnés à regarder vieillir un enfant qui ne grandira jamais ».
Lien : http://leslecturesdefifi.blo..
Commenter  J’apprécie          40
La science-fiction, c'est un bon moyen de pousser les dérives de la société à leurs limites, et d'imaginer la suite.

L'auteur prend le temps pour nous planter ce décor, et il trouve aussi le héros idéal, qui se réveille après 150 ans de prison sous forme de cryogénisation.

Vincent, c'est son nom, découvre un monde qu'il ne connaît pas, et n'a plus aucun souvenir du monde qu'il a connu, le nôtre. Et l'intrigue s'installe enfin, de mensonge en manipulation, d'intrigue en complot, Vincent essaie de retrouver des traces de son passé, et de se faire une place dans le présent.

De rebondissement en retournement de situation, la fin est une vraie surprise.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Il y a des jours où la chaleur de la saison perd de sa présence sans encore laisser place à la fraîcheur de la nuit. Il y a dans ces moments des endroits où la vie est omniprésente. Il y a dans ces lieux d'innombrables moucherons, papillons, scolopendres et autres insectes volants, grimpants ou rampants dont le seul but est d'afficher leur existence. Il y a, dans un de ces endroits, une enfant qui reprend ses esprits. Elle redevient attentive au vent, à son corps et à sa situation. Il y a, agrippé au monde, un homme qui n'a plus de conscience de la terre qu'il embrasse.
Commenter  J’apprécie          10
Ces semaines de dérive l'ont amené, par hasard, dans un nouveau lieu qu'il pensait révolu, une vile. Il en avait vu dans les livres, mais celle-là agonisait, rongée, avalée par un manteau végétal. Il ne lui restait que son cœur qui ne palpitait encore que par la vermine qui y résidait. Plus tard, on lui apprit qu'elle était les vestiges d'une grande ville appelée Nantes.
Commenter  J’apprécie          10
La déviance est une notion innée chez l'humain. Donnez-lui la liberté totale de ses faits et gestes, il s'inventera des lois et des interdits, qu'il s'empressera de transgresser.
Commenter  J’apprécie          20
La liberté individuelle : chaque personne est entièrement libre de gérer sa vie et sa mort comme elle l’entend. Tout est possible et légal, seule la nuisance envers une personne non consentante est condamnable selon l’article 1 du code révolutionnaire.
Commenter  J’apprécie          10
Vincent était obligé d'admettre qu'il était plus facile de ne pas se souvenir que d'oublier (…)
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : comaVoir plus


Lecteurs (17) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4850 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}