AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782895960973
442 pages
Éditeur : Lux Canada (30/11/-1)
4.32/5   30 notes
Résumé :
Les femmes sont absentes de l'histoire officielle de l'Amérique - ne te dit-on pas assez ? Les Amérindiennes certainement, mais aussi toutes les autres, sans distinction culturelle : Inuites, Canadiennes, Anglaises, Noires, Françaises et Métisses.
Plusieurs d'entre elles sont des êtres d'exception dont le contact avec ce vaste continent a révélé l'intelligence et le caractère. Elles ont fait l'Amérique rétablit la mémoire de quinze de ces "remarquables oublié... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Sachenka
  27 mars 2020
Toute l'histoire ne s'est pas décidée sur les champs de batailles ou dans les antichambres des palais. Non. Elle s'est construite grâce aux gestes quotidiens de milliers, de millions de personnes. Certaines ont laissé leur marque plus que d'autres, pour eux, il y a les monographies et les livres d'histoire. D'autres ont eu une importance égale (sinon plus), mais on les a oubliées. Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque se sont donnés comme tâche de rappeler à la mémoire des gens quinze femmes au destin exceptionnel. Ce premier tome de remarquables oubliés, Elles ont fait l'Amérique, retrace leur parcours. La plupart m'étaient complètement inconnues, Susan La Flesche Picotte, Emma Lajeunesse, Émilie Fortin-Tremblay et trop d'autres. Quelle vie de pionnière elles ont vécue ! Et que dire de cette pauvre Shanadithit, la dernière Béothuk. Quant aux autres, celles dont le nom me disait vaguement quelque chose, à peine, je me suis rendu compte à quel point j'en savais peu. Par exemple, Robertine Barry, je me rappelais que c'était une journaliste et qu'elle était liée d'une façon ou d'une autre au célèbre poète Émile Nelligan, mais à part cela… Incidemment, j'ai appris que son parcours de journaliste n'avait pas été des plus faciles et qu'il lui a coûté beaucoup. Pareillement pour Marie-Josèphe-Angélique, l'esclave noire accusée de l'incendie de Montréal au début du 18e siècle. Bref, c'est très instructif. le tout sans la lourdeur des manuels d'histoire, ça se lit comme un roman. Mais il ne faut pas se méprendre, des recherches méticuleuses ont été entreprises pour en arriver à ce résultats, d'ailleurs on peut consulter la liste des ouvrages de référence à la fin. Ainsi, si un personnage nous a particulièremenr plu, on peut regarder de ce côté-là pour des lectures supplémentaires. Chaque chapitre constitue la biographie d'une de ces femmes d'exception, une dizaine, vingtaine de pages environ. Donc, on peut étirer la lecture sans craindre d'oublier le début. Un seul hic, j'aurais aimé que les personnages soient présentés par ordre chronologique. Je passais mon temps à me faire une tête de la Nouvelle-France, du régime britannique, de la société industrielle ou des villages de la fin du 19e siècle, pour revenir à la Nouvelle-France, et ainsi de suite. Mais bon, pour tout le reste, je suis preneur. Vivement de ces livres qui nous font découvrir des pans de notre passé. Bouchard et Lévesque ont produit le deuxième tome de la série, qui s'attarde aux hommes : Ils ont couru l'Amérique. À lire également.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
bilodoh
  21 juillet 2017
Pas un roman, mais un ouvrage historique, une série de notices biographiques.
Un peu comme des nouvelles, c'est le genre de bouquin qu'on peut lire de façon discontinue, un chapitre par-ci par-là, car ce sont des histoires indépendantes les unes des autres.

Ce sont des femmes qui ont voyagé, ont parcouru les plaines et arpenté des territoires inexplorés. Elles sont devenues célèbres par leur voix ou par leur plume, mais, comme l'indique le sous-titre du livre, elles sont aussi des oubliées de l'Histoire. Pour plusieurs de ces vies, un chapitre n'est pas suffisant, on aimerait en savoir davantage, mais heureusement les auteurs ajoutent une bibliographie si on désire aller plus loin.

Un ouvrage intéressant par les personnages qu'il présente et par le devoir de mémoire qu'il rappelle, la devise du Québec n'est-elle pas « Je me souviens »? …
Commenter  J’apprécie          231
Pixie_dust
  08 novembre 2016
La série "De remarquables oubliés" a pour but de faire connaître des personnages exceptionnels desquels on a omis de faire mention dans les livres d'histoire de l'Amérique. Ce premier tome raconte les vies mouvementées de 15 femmes admirables.
Il s'agit de récits biographiques et historiques, écrits dans un style plutôt romancé et pas trop "pédagogique". On y parle d'exploration, de nations amérindiennes, de la ruée vers l'or, des premières femmes médecin ou journaliste, etc.
Ce livre m'a permis de découvrir des aspects de notre histoire que je ne connaissais pas. Je l'ai trouvé très intéressant et j'ai ajouté les tomes suivants à ma "to-read-list"!
Commenter  J’apprécie          40
gielair
  14 septembre 2018
Ce sont là des incursions dans l'histoire de l'Amérique et dans celles de femmes qui l'ont construite, qui l'ont arpentée, qui l'ont sillonnée en abattant des préjugés, en faisant avancer qui la science, qui la connaissance de la terre qui nous porte, qui la place des femmes dans une société qui évolue. Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque ont adapté le matériel utilisé pour la merveilleuse série radiophonique de remarquables oubliés pour en faire un ouvrage sur papier, le texte est ainsi adapté pour ce support. Cela fait en sorte que, malheureusement, on n'entend pas toujours à la lecture la voix envoûtante de Bouchard qui, à l'écoute, nous enveloppait dans ses stupéfiants contes de la réalité américaine. Mais la matière est là et, parfois, cela résonne autant et on est alors emporté dans cette Amérique faite de voyages métissés, de luttes contre les éléments et de victoires oubliées.
Aborder Elles ont fait l'Amérique, c'est se payer une aventure intime dans la mémoire enfouie de terres et de peuples d'Amérique.

Lien : https://rivesderives.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lesagey
  12 avril 2016
ouf!
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LaPresse   16 juin 2011
Ce sont 15 femmes aux destins hors de l'ordinaire qui nous sont présentées dans ce premier tome. On lit ces récits comme des contes. «On pourrait faire des films à grand déploiement avec l'histoire d'au moins cinq de ces femmes, s'emporte Serge Bouchard. Je verrais bien Bruce Willis accompagner Mina Hubbard dans ses explorations au Labrador», poursuit-il, amusé.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   14 juillet 2017
L’époque est cruelle, et les voies de Dieu certainement impénétrables.
Or, il faut bien le dire, le feu constitue l’ennemi juré des villes : poêles, foyers, bougies, touches, fanaux, tout ce qui réchauffe et éclaire menace jour et nuit la sécurité des habitants.

(p. 154)
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaouirkhettaoui   01 novembre 2014
C’était une femme d’expérience qui avait toute une vie derrière elle, mais elle était encore belle, bien faite, et avait toujours la vigueur et la force du temps de sa jeunesse. Par son allure, sa présence, elle forçait le respect: Madame était une combattante, cela se voyait au premier coup d’œil. Tout le monde la connaissait en ville, elle était la protestante militante qui scandait haut et fort, sur les quais, sur les toits, la mauvaise foi des catholiques, les droits des huguenots, la nécessité de se battre et de ne rien concéder aux ennemis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   01 novembre 2014
Confrontée à des responsabilités masculines, la femme devient vite hystérique. Toutes ses tares et limites lui viennent de son bas-ventre, région mystérieuse qui est la source de tous les dérèglements. Développer un cerveau féminin entraîne l’atrophie de l’utérus. Entre la tête et le ventre, il faut choisir, et le choix s’impose: la femme est d’abord une génitrice et une épouse; elle n’a pas de compte à la banque, elle ne signe pas de chèques, elle n’est pas propriétaire. C’est une créature soumise au bon vouloir de l’homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   01 novembre 2014
Au Québec, on ne signe pas: il y a bien quelques femmes journalistes, confinées bien sûr aux pages féminines, mais elles se cachent sous un pseudonyme – quand ce ne sont pas carrément des hommes qui, sous un pseudonyme féminin, s’adressent aux lectrices. Et surtout, ces femmes journalistes ne retirent de leur travail aucun revenu. D’ailleurs, qu’écrivent-elles? Des mièvreries à propos des convenances, de la mode, de la cuisine, rien d’édifiant pour les femmes nouvelles d’un XXe siècle à venir, à bâtir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   01 novembre 2014
Écrire sous un pseudonyme permettait à Robertine d’émettre ses idées, de bafouer les conventions avec un peu plus de liberté. Cela lui permettait surtout d’être journaliste, une profession déshonorante s’il en était, même pour un homme – imaginez une femme journaliste, une bourgeoise en plus! Ce déshonneur aurait éclaboussé toute sa famille.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Serge Bouchard (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Bouchard
Conférence de Serge Bouchard 4/4
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2425 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre