AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782764626597
270 pages
Boréal (01/03/2021)
3.94/5   68 notes
Résumé :
« Nous prenons ce bon café, le premier du matin, nous établissons ensemble le plan de la journée, de la semaine. [...] Marie mange des oeufs à la coque avec des mouillettes. Nous voudrions tous les deux que ce moment dure, nous voudrions abolir le futur. [...] Plus rien n'existe que cet instant, que cette scène où nous discutons, Marie et moi, en buvant notre tasse de café. Mais le meilleur, c'est quand elle ne dit mot, quand je garde moi-même le silence, et que nou... >Voir plus
Que lire après Un café avec MarieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 68 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Lorsqu'un auteur meurt subitement, on se précipite sur son dernier livre… peut-être à cause de la publicité, mais surtout pour lui rendre hommage. Et Serge Bouchard mérite bien un hommage. Habile communicateur et surtout grand observateur du monde, il reprend dans ce volume une série de chroniques qu'il a présentées à la radio.

Des textes courts, des sujets variés. C'est parfois l'émotion, la tristesse ou la beauté, l'indignation teintée d'humour et d'ironie ou encore la sérénité de la sagesse.

Pour d'autres chroniques, on voudrait réagir « Non, il exagère » ou « Je ne suis pas d'accord ». Et l'auteur aurait probablement été heureux de discuter, de permettre aux arguments de s'affronter.

Un recueil intéressant, humain. Ce n'est cependant pas le genre livre à dévorer tout d'une traite. On pourrait s'en lasser comme on ne voit plus la beauté d'une route qu'on parcourt tous les jours… et ça serait dommage de ne pas profiter de la profondeur de ses réflexions.
Commenter  J’apprécie          232
Chroniques du temps qui fuit, du monde actuel et passé, de la vie de couple heureuse, des modes branchées et intemporelles, du sens à donner à l'existence humaine, de nos rapports avec la nature et les animaux qui l'habitent, voilà un condensé bien trop bref pour tout ce que contient cet ouvrage un brin philosophique de Serge Bouchard.
Anthropologue de formation, Serge Bouchard s'est rapidement trouvé un style d'écriture bien à lui qu'il a mis à profit dans de courts essais et textes au bénéficie d'émissions de radio et des conférences. Aucune afféterie dans ce qu'il véhicule, mais beaucoup de bon sens, d'histoire et de respect pour ceux qui sont venus avant nous.
Un auteur que j'apprécie beaucoup et de qui, heureusement, il me reste encore à lire car, à l'instar de Christian Bobin, son décès m'a ébranlée. Ces êtres qui parviennent à décrire de façon juste le monde et la société et nous rendent le quotidien plus merveilleux, à leur disparition, nous laissent au moins en héritage leurs écrits immortels. Profitons-en!
Commenter  J’apprécie          150
Chère lectrice, Cher lecteur,

Serge Bouchard était un être humain au coeur immense. En décédant, il a laissé un grand vide autour de lui. Que nous reste-t-il après son départ? Quelle voix devrions-nous désormais écouter à la radio? Il aura fallu sa mort pour que je le lise enfin. J'ai acheté quelques uns de ses livres et j'ai débuté ma découverte de ses écrits par le biais d'Un café avec Marie.

De quoi est-il question dans Un café avec Marie?

Dans ce livre, Serge Bouchard se raconte. Pour ce faire, il aborde, entre autres, ses rencontres, ses amours, sa vision de la vie, de la mort, du bonheur, de la liberté. Il traite de certains de ses voyages, de sa passion pour l'Histoire, de l'impact de la COVID-19 dans nos vies. C'est un recueil profond qui rassemble 70 textes du célèbre anthropologue québécois et chroniqueur à la radio. Dès le prologue, le lecteur prend conscience du lien particulier qui l'unissait à Marie, sa conjointe décédée d'un cancer du cerveau à l'âge de 62 ans et qui l'a accompagné pendant 23 ans après la mort de sa chère Ginette, sa première femme, décédée aussi à cause du cancer après une bataille de 10 ans.

«Plus rien n'existe que cet instant, que cette scène où nous discutons, Marie et moi, en buvant notre tasse de café. Mais le meilleur, c'est quand elle ne dit mot, quand je garde moi-même le silence, et que nous nous entendons penser, elle dans ma tête et moi dans la sienne.» (p. 10)

Et si le bonheur c'était ça? Boire un café en se disant que c'est peut-être le dernier? On ne sait jamais où se cache le terrible sniper comme le nomme Bouchard dans son dernier texte « Un sniper dans la nuit». L'épilogue s'avère très émouvant car c'est là qu'il raconte Marie, sa Marie. La fin est tragique, on le sait. Et il y a un questionnement….

«Se pourrait-il que nous ayons été trop loin dans l'amour, imprudent corps à corps, union fragile de deux âmes faites l'une pour l'autre, communion vulnérable de deux esprits délicats? (p. 256)»

Est-ce un recueil triste? Oui et non. C'est lumineux car Bouchard parle de la Vie, de l'oubli. Il ne veut pas oublier qu'il a aimé, qu'il a été profondément aimé. Il reconnaît le paradoxe bonheur/malheur imposé par le cancer. C'est un hymne à la beauté du monde et à celle qu'il a tant aimé.

Je referme ce livre en me disant à quel point je suis choyée d'être aimé par un homme merveilleux, je me dis aussi que je suis chanceuse car je peux encore m'attendrir lorsque je regarde les oiseaux dans les mangeoires, je remercie également la Vie en buvant moi aussi un café avec mon amoureux. Je referme ce livre en croyant dans le bonheur car je le sais dans les petites choses.

«Le bonheur, c'est une chance d'aimer, c'est marcher dans une ville sans craindre la violence, c'est manger en famille ou avec des amis, c'est jouir des soins de santé pour tous, d'une éducation supérieure pour tous, c'est la poursuite sans fin de la beauté de la vie, d'une forêt vierge, la marche maladroite d'un petit orignal qui deviendra un grand élan de liberté. » (p. 56)

Devez-vous lire ce recueil? Oui, il faut courir l'acheter! Car Un café avec Marie c'est précieux comme la vie.

Avez-vous déjà lu du Serge Bouchard? Que pensez-vous de mon texte?

https://madamelit.ca/2021/10/14/madame-lit-un-cafe-avec-marie/

Lien : https://madamelit.ca/2021/10..
Commenter  J’apprécie          32
« Plutôt que de chercher la vérité du monde, j'ai poursuivi sa beauté. »

Courtes réflexions sur la naissance de la terre, le temps, la toponymie, le voisin de pupitre à l'école, les transferts d'autobus, l'autoroute 20, la liberté etc., on apprend sur notre grande et petite histoire. C'est la société qui nous est présentée, la vie à travers le regard d'un anthropologue. le style est simple, parfois poétique. J'ai aimé prendre ce café avec l'auteur et Marie, histoire de converser un peu. Il n'est pas interdit de prendre des pauses, car lire l'oeuvre d'une seule venue pourrait nous lasser. Il vaut mieux, à mon avis, laisser le silence nous donner le goût de revenir à ces courtes plages réflexives.

Commenter  J’apprécie          60
"Réenchanter le monde revient à lui redonner sa part de mystère. le mystère est une leçon d'humilité. Nous n'expliquerons jamais tout."
Serge Bouchard

D'abord, il faut savoir que je n'avais jamais lu Serge Bouchard avant de lire Un café avec Marie. Puis, je dois avouer que les recueils de nouvelles ne sont pas les lectures que je préfère. D'ailleurs, je peux comprendre que certains lecteurs puissent être agacés par le changement de sujet à chaque chapitre.

Somme toute, j'ai été émue de lire ce recueil testamentaire de Serge Bouchard qui appelle justement au recueillement et à l'introspection, sur les sujets importants de la vie et de la société. J'ai été fascinée par le don qu'il a, dans son écriture, de nous faire croire que c'est avec nous qu'il prend un café. Je me suis sentie vraiment privilégiée d"avoir accès à des réflexions profondes, presque intimes, de monsieur Bouchard. Et je ne parle pas de la beauté de son écriture! J'ai tellement noté de passages dans mon carnet de lecture, car je sens que j'aurai besoin de les relire pour en saisir toute l'ampleur. Un pur délice pour l'âme dans mon cas!
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec
15 mars 2021
Le nouveau livre du poète anthropologue Serge Bouchard est avant tout un livre d'amour et de deuil.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeJournaldeQuebec
15 mars 2021
Serge Bouchard, c’est d’abord une voix rassurante, douce même si elle est grave et un peu rauque, entendue toutes les semaines depuis des années à la radio publique.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
JE EST UN AUTRE.

Nous savons l'exil, le manque de respects envers notre culture et toute l'arrogance imaginable à l'égard de notre langue et de notre histoire . Le Canada anglais , malgré le petit sourire multiculturel et innocent qu'il affiche aujourd'hui , n'a jamais été une partie de plaisir pour les francophones, et pour les autochtones , ni non plus pour les Noirs ou les Asiatiques . Et aujourd'hui, contre toute attente, envers et contre tous, résilience oblige, nous la parlons , notre langue maternelle , le français d'Amérique , nous travaillons à notre manière à la construction d'une société originale.
Commenter  J’apprécie          81
ROCKY

Ce matin, je suis heureux. Je regarde la rivière , il fait beau, dans le boisé les feuilles de l'érable ont tourné à la couleur orange , des outardes résidentes volent en petites bandes au fil de l'eau , elles jappent. Le grand tremble frilote, je bois ce café essentiel sans le quel je ne saurais survivre, et je commence dans la calme une journée de lecture et d'écriture avec l'impression que je serai béni par de grandes inspirations
Commenter  J’apprécie          40
Car si tout était clair, et si « les mots pour le dire nous venaient si aisément », il est évident que nous n’aurions, depuis longtemps, plus rien à ajouter.

(Boréal, p.130)
Commenter  J’apprécie          110
TROUBLE DE MÉMOIRE

Dans la galerie des grandes frayeurs modernes, la peur d'oublier tient une grande place. Le mot Alzheimer est devenu aussi terrifiant que le mot cancer. Au-delà d'un certain âge, il suffit d'oublier son chapeau sur une table ou ses clés sur le contact pour qu'autour de vous on crie au loup de la sénilité précoce.
Commenter  J’apprécie          50
Le langage nous cache les uns aux autres, il est une ruse. Blaise Pascal allait plus loin. Il disait que ce qui réunit les humains, ce sont les malentendus sur lesquels ils s'accordent. Dès lors, la clarté et la précision n'ont pas la valeur qu'on leur donne. Nous ne voulons pas nous faire entendre. Nous voulons plutôt ajouter aux mystères de notre communication symbolique. L'être humain n'est ni un émetteur ni un récepteur, c'est un « malentendeur ».
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Serge Bouchard (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Bouchard
Conférence de Serge Bouchard 4/4
autres livres classés : chroniquesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (160) Voir plus



Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
419 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre

{* *}