AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070612963
144 pages
Gallimard (23/08/2007)
3.75/5   185 notes
Résumé :
Jeudi 30 juillet 1914. Adèle commence enfin le journal qu'elle a reçu pour Noël : un ami auquel elle peut raconter sa vie, confier ses espoirs, ses craintes et ses secrets.
En ce 1er août 1914, les cloches de l'église de Crécy se mettent à sonner le tocsin à toute volée, c'est la guerre! Le journal que tient Adèle l'aidera-t-il à avoir moins peur? Ses frères mobilisés reviendront-ils à la ferme? Reverra-t-elle Lucien, son filleul de guerre, venu un jour en pe... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 185 notes
5
12 avis
4
16 avis
3
10 avis
2
3 avis
1
0 avis

J'ai lu ce roman parce que ma fille qui est en troisième devait le lire pendant les vacances.

J'ai adoré m'immerger dans cette première guerre mondiale sous l'oeil de cette adolescente.

Un roman très agréable, qui se lit vite, et qui va a l'essentiel.

Les horreurs de la guerre sont décrites simplement, peut être un peu de trop d'ailleurs. Je ne suis pas sûre que notre jeunesse se rende bien compte de ce qu'était réellement cette guerre. Maïs l'auteure n'épargne rien, ni la joie d'une lettre, ni la peine du départ des soldats, ni la mort des êtres aimés.

J'ai apprécié l'innocence d'Adèle, qui grandit au fils des ans, des pages et qui se construit doucement et parfois douloureusement.

Néanmoins dans le cadre du travail de ma fille, son professeur de français lui demande une approche liée à l'autobiographie...je cherche encore ou est le lien, l'auteure étant née en 1951. Je finis par me demander si ce prof n'est pas un peu taquin. Enfin on verra. A moins que l'un d'entre vous ai la réponse.

Ce roman devrait être lu par nos jeunes, et mériterait a être plus connu.

J'avoue qu'à sans ce travail, je ne me serais jamais penchée sur ce roman.

Et j'ai franchement beaucoup aimé, même si il ne faut pas oublier que le public visé reste notre jeunesse.

Commenter  J’apprécie          10211

Je suis de loin une adepte des romans concernant la guerre mais bon, vu que c'est un journal intime, j'ai tenté. Je ne suis pas déçue de l'avoir lu, ce roman est poignant et crie la vérité. C'est Adèle, qui au départ a 13 ans quand elle écrit son journal intime. On voit sa vie défiler et évoluer d'années en années. Elle décidera d'arrêter d'écrire, de laisser son passé de côté à l'âge de 18 ans. Son journal (bien-entendu écrit lors de la 1ère G.M) lui servira de confident : elle y racontera sa vie à l'arrière et la vie au front (grâce aux lettres que son frère Paul lui enverra). Elle nous confira ses peurs, ses joies, ou encore ses colères, ses difficultés du quotidien et aussi ses amours. C'est un très bon livre, qu'il faut lire au moins une fois dans sa vie, on se sent un peu plus à la place d'Adèle vu que c'est un journal intime et qu'elle emploie donc la première personne. On voudrait l'aider, la soutenir et pourtant on ne peut que lire ce qu'elle nous raconte. Ce livre mérite plus de lecteurs et nous en dit plus sur les douleurs liées à la Guerre. J'ai bien aimé.

Commenter  J’apprécie          560

Wouaw !

Émouvant, triste ou joyeux ?

Ce livre est les trois à la fois.

Posons les bases :

Adèle est une jeune fille de 13 ans et demi lorsque la guerre commence. Elle rêve de devenir institutrice lorsqu'elle sera plus grande, c'est un beau rêve pour une fille de paysans. Évidemment, ses parents sont contre ce choix. Alors elle décide d'écrire, de commencer son journal le 30 juillet 1914 pour "parler et dire ce qui se passe autour d'elle et surtout à l'intérieur d'elle".

Adèle Hervé a trois frères, Julien, Paul et Eugène. le 3 août 1914 débute la Première Guerre Mondiale. Adèle voit alors partir ses 2 frères aînés pour les combats. Elle est gentille, volontaire et généreuse. Lorsque la guerre commence, Adèle pense comme tout le monde, que cette guerre sera courte, passagère, mais elle se trompe. Pendant cette guerre, Adèle va restituer l'intégralité des évènements dans son journal pour pouvoir parler à quelqu'un de ce qui s'est passé, ici, nous le lecteur.

Adèle arrive à résister à la guerre et participe à la motivation des soldats en leur envoyant des colis et des lettres, bref, elle assure un véritable rôle à l'arrière des combats.

Dans son journal, Adèle va retranscrire ses sentiments, ressentis et des témoignages de soldats afin de laisser une trace de ce qui s'est passé, afin de ne pas oublier ces 4 longues années de souffrance.

J'ai bien apprécié ce journal qui n'est pas une forme de lecture très facile, puisque les évènements s'enchaînent toujours. Heureusement pour moi, le livre était court donc pas besoin de relire ce que j'avais lu la veille pour me souvenir. L'histoire est très bien écrite que je me demande vraiment si ce n'est pas une histoire vraie ... (si vous savez, dites le moi en MP ou en commentaires s'il vous plaît !!)

J'ai trouvé ce récit très émouvant par les sentiments très détaillés.

On rentre bien dans l'histoire avec Adèle et l'histoire est donc tourné de façon à ce que ce fait se passe avec la plupart des lecteurs dont moi. J'aime beaucoup que Paule du Bouchet parle des adieux des soldats à leurs proches. Ces moments sont émouvants et j'avoue en avoir eu les larmes aux yeux certaines fois tellement ces parties étaient déchirantes : les hommes qui partent au combat savent qu'ils ne reviendront sûrement pas, qu'ils y laisseront leur peau et qu'ils ne reverront plus jamais leur famille (enfants femme parents) imaginez moi ça !!! Je ne suis pas marié et je n'ai pas d'enfant, mais ça me fait mal au coeur pour tous ces soldats...

Alors je veux donc que vous pensiez aux milliers de morts, d'humains qui ont laissé la vie au combat pour la France, pensez-y et puis lisez ensuite ce livre, en hommage pour eux.

Peace and love ;-)

Bonne lecture et 144 critiques !

Commenter  J’apprécie          494

Il s'agit du journal intime (fictif) d'une jeune fille de treize ans qui grandit durant la première guerre mondiale. de 1914 à 1919, elle décrit le quotidien du petit village où elle vit, la mobilisation de ses frères, puis de son père, les nouvelles qu'ils reçoivent, l'horreur et l'évolution de la guerre, mais aussi ses sentiments, joies et peines. Les chapitres sont courts et clairs, faciles à lire pour les lecteurs adolescents auxquels le livre est destiné.

Commenter  J’apprécie          370

Le journal d'Adèle de Paule du Bouchet, Folio junior

Adèle commence son journal le jour de son anniversaire, nous sommes en 1914, et la vie tranquille d'Adèle va être bouleversée par le début de la première guerre mondiale. Elle va alors voir partir ses frères, son père, et tous les hommes du village à la guerre. Redoutant chaque jour de voir arriver le maire, en tenue de deuil, venant annoncer un mort de plus...

C'est une peinture très simple et touchante de la guerre qui est donnée dans ce journal. Adèle ne décrit jamais les combats puisqu'elle n'y assiste pas, mais simplement l'attente. Attente marquée par les travaux des champs, le travail à l'école, l'envoie de paquets à ses frères, et à ce soldat trop loin de sa famille pour en recevoir.

Malgré tout, cela reste très anecdotique comme lecture, et j'ai malheureusement eu l'impression d'avoir déjà lu cent fois cette histoire. J'essaierai bien quand même de l'étudier avec des 3èmes...

Commenter  J’apprécie          290

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation

Tu sais, quand tu seras institutrice, il faudra leur dire, aux enfants : la guerre ça ne sert à rien. Ça ne sert qu'à ceux qui nous gouvernent. Mais nous, les soldats, qu'on soit français ou allemand, on n'est jamais que de la chair à canon. Et si jamais on s'en sort vivant, qu'est ce qu'on aura gagné ? Rien. Il faudra toujours reprendre la charrue, tu vois, et se remettre au travail.

Commenter  J’apprécie          300

24 septembre

15 ans aujourd'hui. Et mes espoirs envolés. Ou plutôt cachés comme par un gros nuage. La guerre, c'est le temps de la vie qui s'arrête. Et quand il reprendra ce sera peut-être trop tard.

Commenter  J’apprécie          470

Tu sais , Adèle, quand tu seras institutrice, il faudra leur dire, aux enfants : la guerre ça ne sert à rien. Ca ne sert qu'à ceux qui nous gouvernent

Commenter  J’apprécie          433

La guerre ça ne sert à rien. Ca ne sert qu'à ceux qui nous gouvernent. Mais nous, les soldats, qu'on soit français ou allemand, on n'est jamais que de la chair à canon. Et si jamais on s'en sort vivant, quest-ce qu'on aura gagné? Rien.

Commenter  J’apprécie          242

Louise qui a dix-sept ans et qui est la fiancée de Paul , et la mère Gervaise.

On ne peut pas s''empêcher , de se dire que, peut -être, ceux qu'on aime s'y trouvent, Paul,Eugène... On ne sait jamais combien de temps le train va rester.

Alors il faut se précipiter. Parfois, les wagons sont ouvert, on voit des hommes couchés dans la paille ou immobiles sur le plancher sanglant.

Commenter  J’apprécie          130

Video de Paule du Bouchet (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paule du Bouchet
Esprit libre et rêveur, Tina Jolas fut la compagne de René Char pendant plus de trois décennies. Happée par cet amour exigeant et absolu, elle fut pour sa fille, Paule du Bouchet, une figure de grâce et de disparition. L'autrice retrace avec délicatesse un parcours, des lieux, des instants, des événements, esquissant le portrait de cette haute figure. La puissance de son écriture rend sensibles son désespoir d’enfant, la splendeur de cette mère « emportée » dans un ailleurs et l’amour indéfectible qui les lie. Avec douceur, Isabelle Carré donne une voix à cette lignée de femmes, par la lecture de ce récit, suivi de la correspondance passionnée de Tina Jolas avec Carmen Meyer, sa plus tendre amie. La fille de Paule du Bouchet, la soprano Faustine de Monès, prolonge par le chant, en hommage à sa grand-mère, cette œuvre de filiation.
Musique : • « Au bord de l'eau », composé par Gabriel Fauré sur un poème de Sully Prudhomme, est interprété par Faustine de Monès au chant, accompagnée par Antoinette Palloc au piano. • « Chi il bel sogno di Doretta », in « La rondine », Acte I, opéra composé par Giacomo Puccini et écrit par Giuseppe Adami, est interprété par Faustine de Monès au chant, accompagnée par le Secession Orchestra, sous la direction de Clément Mao-Takacs, le 17 décembre 2020 à la cathédrale Saint-Louis des Invalides, une captation Radio Classique.
Le livre imprimé a paru en 2020, dans une nouvelle édition augmentée de la correspondance de Tina Jolas et Carmen Meyer, aux éditions des femmes-Antoinette Fouque, après une première édition en 2011 chez Actes Sud.
Direction artistique : Francesca Isidori.
+ Lire la suite
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus






Quiz Voir plus

Quiz autour de "mon amie,Sophie Scholl"

Cette histoire a été écrite pendant quelle période de l’histoire de l’Allemagne ?

La 1ere Guerre Mondiale.
La dictature d’Hitler
La guerre froide

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Mon amie, Sophie Scholl de Paule du BouchetCréer un quiz sur ce livre

.._..