AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2372222627
Éditeur : Bookless-editions (03/01/2016)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Filou est un berger allemand de pure race de 2 ans, qui a toujours vécu avec ses maîtres.
Malheureusement, pendant un chaud été, il se retrouve attaché à un arbre, abandonné au milieu de nulle part.
Il reste ainsi durant plusieurs jours, en plein soleil, mourant de faim et de soif. Il finit par tenter de se libérer en rongeant sa laisse, alors qu'une femme le recueille et le dépose dans une fourrière.

Seul, triste, croyant toujours que ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
LightandSmell
  08 mai 2017
Une triste histoire d'abandon…
L'été, les vacances, le soleil… des événements joyeux que l'on attend tous plus ou moins avec impatience. Tous ? Pas vraiment ! Les personnes travaillant dans la protection animale tendent plutôt à redouter l'arrivée de cette saison qui marque tristement celle des abandons. Qui n'a pas en tête l'image cruelle, mais pourtant réaliste, d'un chien que l'on attache à un arbre loin de ses repères afin qu'il ne perturbe pas les sacro-saintes vacances de son ou de ses maîtres ?
C'est d'ailleurs avec cet acte barbare que commence l'histoire du pauvre Filou, berger allemand de deux ans attaché comme un vulgaire objet à un arbre. Découvert par une femme qui fera preuve d'humanité en lui donnant à boire et à manger, il sera néanmoins conduit dans un endroit peu plaisant pour un animal : la fourrière.
Filou quitte ainsi de la manière la plus brutale qu'il soit sa vie de famille pour découvrir un monde complètement différent, où les câlins, l'amour et le confort d'un foyer ne sont plus que de l'histoire ancienne. Heureusement, s'il a perdu confiance en l'espèce humaine, il trouvera du réconfort et de l'espoir au contact d'autres animaux de la fourrière. Ainsi, Alban, un vieux colley, abandonné à l'arrivée d'un bébé, lui apprendra le fonctionnement de la fourrière et Lou, un jeune chaton que Filou prendra sous son aile à la manière d'un grand frère, lui redonnera une certaine joie de vivre.
Si ces amitiés donnent le sourire aux lecteurs, elles ne permettent pas d'effacer la menace bien réelle qui plane sur tous les animaux de la fourrière qui ne trouvent pas d'adoptant : l'euthanasie. Un horrible mot dont Filou comprendra très vite la signification. A cette menace s'ajoute la présence d'un ennemi, un humain qui prend plaisir à faire souffrir les animaux sans autre raison que celle de faire mal.
Filou raconte son histoire et vous fait réfléchir à la cause animale…
L'histoire, racontée par Filou, est très touchante car l'on partage complètement avec lui son incompréhension face à son abandon. On comprend ses doutes, sa désaffection de l'espèce humaine qui l'a trahi, son incrédulité face aux préjugés et à la crainte qu'il suscite en raison de sa race, ses angoisses, ses espoirs et, dans un même temps, sa peur d'espérer… On n'a qu'une envie, celle de courir le serrer dans ses bras et de l'adopter séance tenante.
L'auteure arrive, à travers l'histoire de Filou, à décrire de manière poignante les conséquences des abandons sur des êtres vivants dotés d'émotions et de pensées même si, évidemment, elles ne sont pas aussi développées que dans le livre. Je suis personnellement déjà sensibilisée à la cause animale, mais je n'ai pu m'empêcher de me demander et si ? Et si les animaux étaient capables de penser bien au-delà de ce que la science estime ? Que penseraient-ils de nous, humains capables de les traiter avec aussi peu de considération. J'aime à croire que leurs pensées seraient proches de celles de Filou.
Si, dans la réalité, les animaux ne sont pas forcément capables d'avoir un raisonnement aussi poussé que le nôtre, ils ressentent néanmoins des émotions comme vous et moi. Et c'est en insistant sur ce point, à travers les pensées de Filou et les paroles de ses amis, que l'auteure arrive à mettre en exergue toute la cruauté qui se cache derrière un abandon….
De l'animal à l'objet ou de l'objet à l'animal..
Au-delà de l'abandon, j'ai apprécié que l'auteure évoque le statut des animaux qui, bien que reconnus comme des êtres dotés de sensibilité depuis peu, demeurent aux yeux de beaucoup, un objet comme un autre. N'oublions pas qu'il y a encore quelque temps, un chien ou un chat n'avaient pas plus de droit qu'une bibliothèque.
Alors comme lorsque l'on choisit son nouveau téléphone portable entre plusieurs modèles, on s'attarde sur des critères comme l'originalité ou la beauté d'un animal avant de l'adopter. A cet égard, je trouve le passage suivant criant de vérité :
« Inquiet, je me tournai vers Alban, lui demandant comment, je pourrais être adopté.
Il me répondit dans un ton neutre « qu'il fallait avoir quelque chose que les autres n'ont pas ».
Bref, il fallait se différencier des autres, être unique, comme avoir un air doux, ou être intelligent. Ou pire encore avoir un pelage au motif rare et peu répandu.
Ainsi, les critères pour survivre n'étaient pas d'être une créature vivante comme un chat ou chien. Ni être gentil, délicat ou fidèle. Non! Il fallait être un objet rare, comme on pouvait en trouver dans une brocante ».
De la tristesse à l'espoir…
Le portrait des humains que dépeint Filou suite à son abandon devient de plus en plus noir au fil des jours, mais une lumière finit par apparaître dans sa vie et celle de ses amis. Ainsi le jeune chien et ses compagnons d'infortune découvriront que certaines personnes savent faire preuve d'humanité en offrant à des animaux, que la vie n'a pas épargnés, ce qu'ils attendent le plus : une seconde chance et un foyer aimant. Je dois d'ailleurs avouer que j'ai trouvé particulièrement émouvante la fin de l'ouvrage et que je n'en aurais pas rêver de meilleure.
J'ai, pour ma part, l'espoir que ce livre, en sensibilisant les lecteurs notamment les enfants aux abandons, sauvera certains animaux de compagnie de cette triste et effroyable expérience. Et rien que pour cela, je n'ai qu'une chose à dire : bravo ! Bravo à l'auteure d'avoir pris sa plume pour raconter une histoire particulière et banale à la fois, celle que vivent tous ces animaux abandonnés à travers le monde. Ils ne peuvent peut-être pas partager leurs maux en mots, mais ils peuvent compter sur des auteurs comme Cassandra Bouclé pour les exprimer à leur place.
En résumé, L'été d'un chien est un livre plein de sensibilité que j'ai beaucoup apprécié et que j'aimerais voir distribuer aux personnes ayant en tête un projet d'adoption. A travers l'histoire émouvante d'un jeune chien, l'auteure arrive en effet à sensibiliser, de manière simple et divertissante, les lecteurs de tout âge à l'abandon. Conseillé aux enfants à partir de 9 ans, je recommande ce livre à tous ! Les enfants et les amoureux des animaux ne pourront qu'être touchés par l'histoire de Filou et de ses nouveaux amis. Quant aux autres, ils ne pourront que porter un regard nouveau sur ces êtres dotés d'émotions que sont les animaux.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MiAngeMiDemon
  13 juin 2017
Je remercie l'auteure pour sa confiance pour ce Service Presse.
Le chien de la couverture est magnifique et comme j'aime le bleu il n'y a qu'un pas pour dire qu'elle aussi est trés belle lol.
On suit l'histoire de Filou, jeune berger allemand, trés tôt déçu par l'humain.
Concernant le premier chapitre, je ne peux pas dire que j'ai ressenti l'espoir comme Filou et les enfants que ses maîtres reviennent car je suis malheureusement déjà blasée 😓.
Pour le deuxième, comme Filou et les enfants, j'ai ressenti de l'espoir mais je dois dire que c'est à cause du titre "l'adoption", je pensais qu'il allait être adopté mais malheureusement non.
Mais l'espoir renaît après la peur en la personne d'une petite boule de poil...
Je ne vais bien évidemment pas tout vous raconter (croise les doigts pour que les enfants ne spoilent pas leur chronique ^^)de ce livre qui nous montre malheureusement le pire de l'humanité mais en même temps le meilleur.
Par contre, pour un livre jeunesse, les chapitres sont extrêmement long, la présentation est "bizarre", les phrases ne sont pas complètes. Une phrase normale est scindée en plusieurs phrases. Pas forcément pour faire des rimes en plus.
En bref, une bonne histoire mais il faut retravailler la présentation, mon fils nous as abandonner bien avant la fin du premier chapitre. le soir normalement on lit de un à 3 chapitres selon l'affinité mais là ça était vraiment dur.
Quand à la grande de 11, elle a purement et simplement laissé tomber et refuser de me faire une chronique.



Ambre 7 ans : Ça parle des chiens et des chats et des humains ainsi que de leurs relations.
Le chien filou nous raconte son histoire et sa rencontre avec le chien Alban et le bébé chat Lou. Alban et le chat ont été adopté mais Filou n'y croyait plus parce que les humains ont pas été gentils, ils l'ont abandonnés et puis le méchant l'a tapé trés fort.
Du coup il a failli ne pas laisser Lou se faire adopter mais finalement il a eu de la chance et maintenant il a 12 frères et soeurs. douze!!!!
J'ai bien aimé parce que ça parles des chiens et des chats et j'adore et ça parle d'adopter.

Sauf qu'il y a des moments qui m'ont fait pleurer et m'ont rendue trés triste. quand ils sont enfermés ou se font tuer dans la petite pièce par exemple.
Il n'y avait pas de personne... Enfin si mais c'était surtout filou qui parlait, lui je l'aime bien et Lou et Alban aussi.
Mon préféré c'est Lou
Comme dit Nick Fury à Spiderman : "avoir des pouvoirs implique de grandes responsabilité" et c'est pareil pour s'occuper d'un animal....

Lien : http://labibliothequedemiang..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CarolinaBouquine
  24 octobre 2017
Etant auxiliaire vétérinaire j'ai tout de suite été attirée par la couverture et par le résumé de ce livre. Il fallait absolument que je le lise ! J'ai donc contacté l'auteure qui a gentiment accepté de m'envoyer ce service presse et je l'en remercie !
Dans l'été d'un chien, on va suivre l'histoire de Filou, un jeune Berger Allemand qui a été abonné par ses maîtres au pied d'un arbre, au début des vacances d'été. Il reste ainsi plusieurs jours, ne comprenant pas pourquoi ses maîtres ne reviennent pas le chercher, jusqu'à ce qu'une dame le trouve et le conduise à la fourrière. Là Filou va faire la connaissance d'Alban, un colley âgé de 9 ans qui a déjà été abandonné deux fois et qui a perdu espoir d'être adopté de nouveau, ainsi que de Lou un chaton qui a été séparé de sa mère.
Ici l'auteure nous raconte l'histoire du point de vue de Filou ce qui nous oblige à nous glisser dans la peau de l'animal. On passe alors par toutes sortes d'émotions. On partage avec Filou son incompréhension face à son abandon et sa haine envers les humains. L'animal est un être vivant doté de sensibilité et avec cette l'histoire Cassandra Boublé nous le montre à la perfection. Je pense que je n'aurai pas mieux décrit ce qu'un animal peut ressentir face à l'abandon et à la maltraitance. Bien que je travaille dans le domaine animalier et que je vois ce genre de chose presque tous les jours, ce livre m'a énormément touché. Concernant le style de l'auteur il est assez simple c'est vrai mais l'histoire est vraiment très poignante. Elle m'a bouleversé, j'ai même versé quelques larmes car malheureusement, tout ce que l'auteur raconte est vrai. Si comme moi, vous devenez sensible dès que l'on parle d'animaux maltraités ou abandonnés alors préparez-vous à sortir vos mouchoirs.
L'été d'un chien est un roman qui devrait être lu et connu de tous car il donne à réfléchir. Ce livre est un petit bijoux, je le recommande à 1000% ! Il est court, se lit rapidement mais il est efficace ! C'est la première fois que je ressens des émotions aussi fortes lorsque je lis un livre (peut-être est-ce du à mon travail ?). C'est vraiment un gros coup de coeur pour moi !
Bravo à Cassandra Bouclé d'avoir eu le courage de pointer du doigt un sujet aussi lourd et aussi sensible que l'abandon et la maltraitance animale. J'espère que ce livre sera lu par le maximum de personne car il mérite d'être connu ! En tout cas n'hésitez pas, lancez-vous dans cette lecture !
Quant à moi je remercie encore une fois l'auteure d'avoir accepté ma demande de service presse. Ce livre est une pépite, je le garde précieusement et je le relirai souvent je pense.
Lien : https://carolinabouquine.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kadeline
  03 juin 2017
Si vous avez un enfant et ne voulez pas finir avec lui à la spa pour adopter un compagnon passez votre chemin ne le lisez pas et ne le faites pas lire à votre gamin, sinon FONCEZ.
Filou un jeune chien nous narre sa joie de partir en vacances avec ses maîtres mais tout ne va pas se passez comme il le souhaite. A travers ses péripéties on s'attache tellement qu'on souhaite le meilleur à tous les animaux. C'est très bien écrit, très émouvant/poignant...
Un tout petit roman pour enfant qui permet de se questionner sur la condition des animaux de compagnie de manière intelligente.
Pas évident de parler de cette petite pépite sans trop en dire mais clairement il est à tenter.
Merci à l'autrice et à simPlement pour cette très belle découverte
Commenter  J’apprécie          31
Goewin
  19 juin 2017
Un témoignage bouleversant et poignant. Un livre qui devrait être remis à toute personne qui adopte un animal.
Filou est un jeune berger allemand de deux ans qui a une confiance totale en ses maîtres. Aussi il ne s'inquiète pas lorsqu'ils l'abandonnent attaché à un arbre sur la route des vacances. Filou en est sûr, ses maîtres vont revenir le chercher même si c'est bizarre qu'ils l'aient laissé là et s'ils tardent, c'est certainement parce qu'ils se sont perdus en route. Seulement les heures passent et cela fait déjà deux longues journées à les attendre, à souffrir de la soif et de la faim, de la chaleur. Finalement il parvient à se détacher et est recueilli par une gentille dame qui le nourrit et le fait boire mais ensuite le dépose à la fourrière. Filou espère toujours le retour de ses maîtres. Heureusement il va faire la connaissance de son voisin de fourrière, un vieux colley du nom d'Alban, un sage qui va lui apprendre à survivre dans ce milieu mais aussi l'aider à comprendre qu'il est abandonné.
J'ai été totalement embarquée dans l'histoire de Filou et j'ai eu mal au coeur devant sa confiance totale en ses maîtres indignes, son espoir d'être adopté. J'ai été émue devant son amitié avec Alban le colley, avec Lou le petit chaton, eu le coeur serré face à ses espoirs déçus d'adoption, été folle de rage devant cet employé de la fourrière qui est une honte pour l'humanité. Les personnages que nous rencontrons dans ce livre ne nous rappellent que trop qu'en cette période des vacances, beaucoup de chiens et de chats partageront le sort de Filou.
Cassandra Bouclé a écrit un livre court qui plaira autant aux enfants qu'aux adultes. En peu de pages, elle nous rappelle qu'un animal n'est pas un objet ni un jouet mais un être vivant doté de sensibilité qui aime, souffre, espère… Ce livre devrait être remis à toute personne qui adopte un animal et peut-être qu'alors il y aurait moins d'abandons. Mais j'en doute hélas !

Lien : http://au-pays-de-goewin.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
rose3711rose3711   30 avril 2017
Inquiet, je me tournai vers Alban, lui demandant comment, je pourrais être adopté.
Il me répondit dans un ton neutre « qu’il fallait avoir quelque chose que les autres n'ont pas ».
Bref, il fallait se différencier des autres, être unique, comme avoir un air doux, ou être intelligent.
Ou pire encore avoir un pelage au motif rare et peu répandu.
Ainsi, les critères pour survivre n'étaient pas d’être une créature vivante comme un chat ou un
chien.
Ni être gentil, délicat ou fidèle.
Non !
Il fallait être un objet rare, comme on pouvait en trouver dans une brocante.
J’avais donc peu de chances d’être choisi.
Pourtant, Alban n’arrêtait pas de dire que « mon jeune âge était un atout ».
À ce moment, je ne le pris pas au sérieux, croyant que j’étais au bord du gouffre.
Pourtant, il existait sûrement pire que moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
larubriquedolivialarubriquedolivia   22 novembre 2017
Où étaient mes maîtres ?
Après quelques minutes de réflexion, je crois que l'on m'avait enlevé.
Je devais donc m'enfuir de ce lieu !
Mes maîtres devaient sûrement s'inquiéter.
J'avais d'abord essayé de manger les barreaux.
Mais ça n'avait pas marché, j'avais juste eu mal aux dents.
Commenter  J’apprécie          00
olympe16olympe16   11 juin 2017
Peut être qu'Alban avait raison. L'être humain était mauvais. Mais certains pouvaient être bons."

Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
99 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre