AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Les aventures de Jérôme Moucherot tome 5 sur 6
EAN : 9782803630851
86 pages
Le Lombard (05/10/2012)
3.53/5   17 notes
Résumé :
La vie moderne comporte bien des dangers. Jérôme Moucherot, grand fauve conquérant de l'impossible, mâle dominant au sommet de la pyramide de l'évolution (selon Leonard de Vinci lui-même!) a réussi à les braver pour en tirer parti. Parfaitement adapté à son milieu, il traque sans pitié les victimes de l'insécurité de la jungle urbaine.
Cet album propose une étude scientifique de haut niveau sur ce remarquable spécimen à l'autorité naturelle incontestable.
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Bibalice
  22 février 2013
“Le monde est une jungle impitoyable” prévient d'emblée la première ligne de la quatrième de couverture. Une quatrième de couv' un peu plus alléchante que cette très étrange couverture orange qui voit, pour qui ne connaîtrait pas Jérôme Moucherot, un homme portant un costume et un chapeau tachetés entouré de deux lions rugissants. Cet homme, qui essaie visiblement de rugir lui aussi, porte également un stylo dans le nez, un peu, on l'imagine, à la manière de quelques lointaines tribus papous. Étrange, étrange et pas très engageant, il faut bien le dire.
Retour à la quatrième de couv : Jérôme Moucherot, donc, heureux comme un pape, traverse un pont improvisé au dessus d'une jungle luxuriante. Je prends mon temps pour le dire mais Dieu que j'avais hâte d'ouvrir cette BD. Je ne connaissais pas tellement les précédentes aventures de Jérôme Moucherot mais les critiques élogieuses piochées sur la toile autant que la réputation de l'auteur-dessinateur avaient vite fait de balayer mes hésitations initiales. Quitte à choisir une BD dans une liste, autant y aller pour l'aventure et la découverte.
Premières pages, premier constat : Que c'est beau. Un explorateur à l'ancienne traverse les cases blanches et nous demande de le suivre à travers la jungle à la découverte du “grand fauve”. “Alors, me direz-vous, où allons nous trouver la jungle, ici ? Hé mais la jungle est partout. Je pose mon vélo sur sa béquille et je vous montre. Il suffit de savoir la trouver”.
Voilà, quasi, les premières phrases de cet explorateur, prononcées avant de tirer du vide une liane donnant naissance, en la tirant un peu plus, à une jungle immense, immense et magnifique.
Sublime moment de poésie que cette introduction qui se poursuit encore sur quelques pages, alors que l'explorateur nous emmène dans une jungle luxuriante bordée d'immeubles haussmaniens. C'est simple, c'est superbe. et c'est ainsi sur 90 pages remplies de plantes gigantesques et d'animaux sauvages.
Et le plus illustre de ces animaux sauvages porte un nom : Jérôme Moucherot, dont cet album a pour but de nous faire le portrait dans son environnement naturel, un peu à la manière d'une reportage de National Geographic Channel.
Jérôme Moucherot est un héros de BD né en 1984. Alors que le bande dessinée est peuplée d'aviateurs, de guerriers ou d'aventuriers plus intrépides les uns que les autres, Jérôme a la particularité d'être agent d'assurance. Pas très sexy, n'est-ce pas ? Et bien détrompez-vous. Jérôme est le roi d'une jungle qui, si elle ressemble par bien des aspects à notre vie quotidienne, réserve également son lot d'aventures et de péripéties hors du commun. Car; voyez-vous, Jérôme Moucherot représente le mâle dominant par excellence.
On le suit ici dans son quotidien a priori le plus banal : Jérôme Moucherot dans le bistro, avec sa femme, au super marché, etc... Mais c'est dans le récit des ses aventures que le bât blesse. Aucune des mini-aventures contées dans cet album ne vous ferra ni mourir de rire ni halluciner sur la vie ô combien trépidante de notre héros. Rien ici, n'est très drôle ni très fin. Certes, il faut accepter d'entrée de jeu l'absurdité totale de l'aventure mais un brin de travail d'écriture en plus de la part de l'auteur n'aurait pas nuit à cet album.
Un bel album donc, que ces aventures de Jérôme Moucherot mais réservé à ses lecteurs les plus fidèles. J'ai peur que les nouveaux venus se sentent perdus dans ces aventures qui n'en sont pas tellement et soient laissés sur le bord de la route. Les dessins sont sublimes mais la participation d'un vrai scénariste eut été bienvenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
AMR_La_Pirate
  27 mars 2020
Ce cinquième album de la série des Aventures de Jérôme Moucherot, intitulé le Manifeste du mâle dominant, se trouvait dans ma PAL depuis plus d'un an… Je l'avais emporté sans grande conviction lors d'un vide-bibliothèque organisé par Babelio ; mon arrivée tardive m'avait laissée dubitative devant le peu de choix qu'il restait dans les panières de livres offerts aux invité(e)s…
La quatrième de couverture parle de jungle urbaine et promet un univers métaphorique intrigant tout en prévenant qui si on entre dans l'univers du personnage principal, ce sera à nos risques et périls. Je suis parfois victime de ma curiosité !
Renseignements pris, je comprends vite que François Boucq, scénariste et dessinateur, se gausse de notre société, disséquant notre quotidien comme un médecin légiste le ferait avec des cadavres, en mettant en image les aventures pittoresques d'un agent d'assurance atypique.
Ici, l'auteur choisit plutôt de dresser le portrait de son héros, un petit homme à l'air quelconque, si l'on fait l'impasse de son costume léopard et du stylo qui perce ses narines. Aidé par un brillant spécialiste à bicyclette, il nous accompagne de planche en planche, à travers plusieurs tableaux ciblés, et nous montre comment, tel un grand fauve, Jérôme Moucherot mène sa vie et son travail, séduit sa compagne, interagit avec ses semblables et trouve un habile et paradoxal compromis entre animalité et humanité...
L'ensemble est farfelu, c'est le moins que l'on puisse dire… Si je salue la qualité et les détails des dessins, la beauté des couleurs et l'imagination débordante du scénario, j'ai peiné et souffert, ri jaune le peu de fois où j'ai ri…
C'est peut-être trop viril, trop connoté sexe et nudité, trop bestial… trop… Je ne suis pas parvenue à décoder les propos outranciers, populistes ou homophobes, à décrypter les chaines d'évolution des espèces, le contexte colonial…
Je n'ai pas réussi à entrer dans les métaphores ni dans le surréalisme annoncé…
Cet humour au vitriol ne me correspondait pas. Je n'ai pas adhéré à cette déclaration solennelle auto-proclammée.
Voyons les choses du bon côté : ma PAL descend, un peu.
Pour amateurs du genre… Mais quel genre, en fait ?
https://www.facebook.com/piratedespal/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
encoredunoir
  17 février 2013
Cela faisait bien longtemps que l'on n'avait pas de nouvelles de Jérôme Moucherot. Depuis treize ans, en fait. Après avoir suivi dans les années 1990 les aventures de cet agent d'assurances d'un abord a priori commun mais qui recèle en lui l'âme d'un tigre du Bengale, c'est donc avec plaisir qu'on le retrouve treize ans après ses dernières aventures dans ce monde surréaliste à la limite entre la jungle tout court et la jungle urbaine.
Car c'est là le motif choisi par Boucq pour mettre en scène son héros : le tirer de son morne quotidien pour mettre en scène ses fantasmes de bête sauvage dominante dans un monde et une société qui ressemblent à s'y méprendre à un écosystème sans pitié où les chimpanzés et les gazelles sont plus nombreux que les tigres où les lions (oui, c'est comme ça, tigres et lions peuvent se côtoyer sans problème, puisqu'après tout on est à Paris et dans sa proche banlieue). Et dans ce monde sans pitié, Jérôme Moucherot, sous ses airs de petit sexagénaire timide habillé par le tailleur de Mobutu, est LE mâle dominant.
C'est ce que s'attache à nous raconter de manière encyclopédique François Boucq dans ce nouveau volume par le biais d'un professeur lui aussi décalé qui n'est pas sans rappeler les spécialistes de tout et n'importe quoi qui apparaissent régulièrement chez Gotlib.
Plus qu'une aventure de Moucherot, c'est donc plutôt à un Moucherot pour les nuls que l'on se trouve confronté. le plaisir est bien là, de retrouver cet humour bourré de nonsense, ce surréalisme délirant, même si l'accumulation de scénettes peut avoir parfois un côté un brin répétitif. Et puis il y a le trait de Boucq, lui aussi sur la limite entre le policé et les envolées sauvages, et un très beau travail sur les couleurs.
De quoi faire plaisir aux admirateurs de Moucherot et permettre à ce qui ne le connaissaient pas encore de se familiariser avec ce drôle d'animal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
strummer
  31 janvier 2013
Reçu dans le cadre de masse critique, j'ai lu cette bd avec plaisir sans plus. Je ne suis pas un amateur de bd,mais comme la pastèque que je n'aime pas, j'y goûte chaque année pour voir si mes goûts ont changé.
Bref ici on suit un personnage : Jérôme moucherot qui est donc le mâle dominant.
L'album repose sur la même mécanique : un espèce de vieux savant nous accompagne dans notre découverte de la jungle urbaine, transposition, facile ? de l'homme en tant que dominant et tous les poncifs : la vie est une jungle, les requins etc...
Il y a des explications sur sa personnalité, son habitat etc...
Tout en reprenant des expressions imagées.
Par contre les dessins sont très maîtrisés et me font penser à la pochette de king crimson.
C'est un album qui est très politiquement correct, sans trop de vulgarités, une bd plutôt sage.
J'eus préfèré que son humour soit plus féroce, mais les dessins ainsi que leur découpages sont réussis. Ce n'est pas cette année que je recracherais des pépins à satiété.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
trust_me
  26 septembre 2012
Jérôme Moucherot est un étrange assureur habillé d'une peau de léopard et qui arbore fièrement un stylo fiché dans le nez à la manière des parures tribales (avoir toujours le stylo à portée de main, c'est plus pratique pour signer les contrats !). Ce personnage est né sous la plume de François Boucq dans les pages du mensuel A suivre en 1983. Après quatre albums parus chez Casterman, le voila aujourd'hui passé aux éditions du Lombard. Ce nouvel opus, attendu depuis treize ans, marque une certaine rupture avec les précédents.
Dans le manifeste du mâle dominant, Boucq met en scène un explorateur/ethnologue qui éclaire le lecteur sur la véritable nature de Moucherot : son intimité, son habitat, son art de la séduction… Une façon de redéfinir en douceur ce drôle de personnage après tant d'années de silence. Car pour ceux qui ne le connaissent pas, il importe de préciser que l'univers de l'assureur est sensiblement différent du notre. Son monde est un mélange d'onirisme, de poésie, d'humour et de fantastique. Avec lui tout peut arriver, tant son vaste champ des possibles se révèle sans limite.
Avec cette série, François Boucq, grand prix du festival d'Angoulême en 2000, se lance dans son travail le plus personnel. Contrairement au Bouncer (Jodorowski) et au Janitor (Yves Sente), il signe lui-même le scénario. Dans les histoires qu'il propose, l'absurde règne en maître. Digne héritier de Gotlib ou de Goossens, il manie la caricature à merveille. Surtout, sa virtuosité graphique (Boucq est pour moi l'un des tous meilleurs dessinateurs actuels) lui permet de jouer sur le contraste entre le classicisme d'un dessin réaliste et la mise en scène de situations surréalistes.
Une chose est sûre, les adeptes de l'humour « non-sensique », vont se régaler avec ce nouvel album. Pour ceux qui se sentent moins à l'aise avec ce type d'humour, sachez néanmoins que chaque aventure de l'assureur, même la plus irrationnelle, garde une certaine logique. Personnellement je reste un grand fan du sieur Moucherot, et pas seulement parce qu'il se prénomme Jérôme.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (5)
BoDoi   11 novembre 2012
François Boucq au sommet de son art, tant dans la finesse du trait que dans la puissance de la mise en scène, qui parvient à porter n’importe quelle séquence au rang de modèle narration en images. Dommage que le scénario ne soit pas du même niveau.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   22 octobre 2012
La couverture, au diapason du ridicule de son personnage, ne doit pas être un frein à la lecture de cet ouvrage. Essentiellement connu de nos jours pour son Bouncer, il serait dommage de passer à côté de ce qui fait la particularité du dessin de Boucq et qui se déploie sans contraintes dans cette œuvre.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   11 octobre 2012
Même si regrette parfois cet aspect séquencé qui coupe quelque peu le rythme du récit, on prend beaucoup de plaisir dans cet album de 88 pages, qui s’amuse à réfléchir, […] mais où Boucq surtout déploie son superbe graphisme.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BulledEncre   09 octobre 2012
C’est […] avec un plaisir non dissimulé que nous suivons ce guide au vélo pour vivre un exposé loufoque mais ordonné sur la vie de Mr Moucherot. […] Le dessinateur a travaillé avec Alexandre Boucq qui a mis en couleur son trait dynamique de la manière la plus bestiale qu’il soit.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Sceneario   26 septembre 2012
Boucq amène une critique très pertinente de notre société de consommation [...]. Chaque segment de cet album est là pour poser un regard, certes "loufoque", sur un détail du quotidien, et ce prédateur, ce "mâle dominant" devient le vecteur qui va permettre à Boucq d'y aller franchement, dénonçant au passage des travers qui peuvent prêter à sourire jaune.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BibaliceBibalice   22 février 2013
Alors, me direz-vous, où allons nous trouver la jungle, ici ? Hé mais la jungle est partout. Je pose mon vélo sur sa béquille et je vous montre. Il suffit de savoir la trouver.
Commenter  J’apprécie          110

Lire un extrait
Videos de François Boucq (62) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Boucq
Interview de François Boucq et Nicolas Juncker - Furet du Nord
autres livres classés : pharaonVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18435 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre