AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur L'Hôpital (20)

rkhettaoui
rkhettaoui   28 juin 2013
Chaque jour je lichaillais un peu plus sans bien m’en rendre compte… Pas recommandé sous antibiotiques mais, après tout, j’avais peut-être besoin de rompre ma solitude cette saison-là, de me requinquer un peu à la chaleur de mes compagnons d’infortune. J’ai subi, j’ai succombé à toutes les tentations possibles, ça m’oblige à jamais juger tranchant. Sur cet alcoolisme en sanatorium, on peut dire bien des choses, de très vraies, très pertinentes… que c’est une plaie, le désastre des désastres, mais par moments, certaines périodes où tout est au noir, qu’on marine dans la chtourbe poisseuse, l’ambiance aidant, on ne peut que se réconforter au jinjin.
Commenter  J’apprécie          160
rkhettaoui
rkhettaoui   28 juin 2013
Quand on fourre sa curiosité dans ce morceau d’Histoire, on s’enfonce… le marécage… on a du mal à y retrouver le blanc du noir, les bons des méchants. Ça vous mitigé les certitudes. On s’aperçoit que tout est possible et, ce lascar-là sous l’oxygène… je me dis, pourquoi pas, c’est peut-être un innocent, un fourvoyé, une victime minus de belles affiches en couleurs.
Commenter  J’apprécie          150
rkhettaoui
rkhettaoui   28 juin 2013
Le progrès, c’est surtout technique… les gadgets, le confort de se carrer les miches… dans les âmes, les cœurs, les mœurs, je vois rien venir depuis que nous sommes tous devenus des automobilistes.
Commenter  J’apprécie          120
rkhettaoui
rkhettaoui   28 juin 2013
L’hosto, quand on y a séjourné longtemps et qu’on a failli y clamser, on y reste toujours un peu. Il vous fascine, vous obsède… on se dit qu’on y reviendra un jour ou l’autre. Il est l’image de notre mort… J’en ai tant vu des mecs dévisser là-dedans… jeunes, vieux, ivrognes ou sobres, j’arrive plus à oublier. Je voudrais, je m’efforce, et puis ça m’alpague au tournant d’une rue. J’aperçois le portail, une grille… ça me file les jetons. Comme la taule, tous les lieux de vacherie… J’ai un itinéraire parisien comme ça, d’hôpitaux, de commissariats, de hauts murs.
Commenter  J’apprécie          120
rkhettaoui
rkhettaoui   28 juin 2013
On leur fait des conférences, des symposiums, paraît-il, on les éduque… ça ne doit tout de même pas être facile de les rendre sucre, miel et sourire, compatissantes et secourables.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaoui
rkhettaoui   28 juin 2013
En cabane, on peut se dire que si les matons sont rébarbatifs adjudantesques, viceloques à vous surprendre en défaut, qu’on expie comme ça nos forfaits, que ça fait partie du châtiment, qu’on avait qu’à ne pas y aller… mais à l’hosto, ça s’explique plus du tout, c’est l’injustice féroce absolue. On a juste le tort d’être pauvre et d’être malade. On subit, bien forcé… souvent on nous la profère la raison « Si vous n’êtes pas content… n’avez qu’à aller en clinique… ! »
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaoui
rkhettaoui   28 juin 2013
Ça me gênait un peu qu’il soit si repentant. Moi aussi, au fond, je regrettais presque de m’être enrôlé derrière l’oriflamme du général, ça me paraissait fou d’avoir risqué le grand cimetière sous la lune pour. Si je me suis dégagé définitif des options politiques et patriotiques ! Au bout du compte il faut pouvoir accepter de mourir et de tuer les autres, on a beau tortiller de la dialectique, on en arrive là fatal… même avec des idées bien généreuses au départ, ça se termine toujours avec des poteaux d’exécution, des barbelés, des tortures…
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaoui
rkhettaoui   28 juin 2013
Un homme abjure pas sa foi, après huit piges aux durs, pour une grappe de raisin, une banane.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaoui
rkhettaoui   28 juin 2013
L’argot, ce sel de la langue, se crée, s’apprend, se rode dans les taules. Sans lui le français tourne chochotte, se sclérose, meurt à l’anglaise. J’ai comme une frontière linguistique… certes je peux m’exprimer, quand il le faut, en français presque académique, mais je ne comprends vraiment, je ne pense qu’en argot.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaoui
rkhettaoui   28 juin 2013
J’ai le naturel un peu fouineur, j’aime assez écouter les gens, leurs lubies, leurs aventures, le pourquoi de leur comment…
Commenter  J’apprécie          80




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Alphonse Boudard

    Année de naissance ?

    1925
    1935
    1945
    1955

    12 questions
    22 lecteurs ont répondu
    Thème : Alphonse BoudardCréer un quiz sur ce livre