AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072798833
Éditeur : Gallimard (18/04/2019)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 22 notes)
Résumé :
À quelques kilomètres d'Embrun dans les Hautes-Alpes, sur les bords du lac de Serre-Ponçon, jaillit soudain un château aux allures médiévales, le château de Picomtal. Au début des années 2000, les nouveaux propriétaires effectuant des travaux découvrent, au revers des planchers qu'ils sont en train de démonter, des inscriptions.
Cent vingt ans plus tôt, au début des années 1880, le menuisier qui a monté le parquet dans les différentes pièces s'est confié. L'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Sileva76
  26 février 2018
C'est un ouvrage dans la droite ligne du Pinagot d'Alain Corbin, cité d'ailleurs dans l'« Introduction ». L'auteur s'appuie sur une série de textes découverts derrière des lattes de plancher. A partir de cette sorte de journal, Boudon, qui est professeur à la Sorbonne, est parti sur les traces du menuisier Joachim Martin (1842-1897) et de sa communauté villageoise, celle du village des Crottes (aujourd'hui Crots, dans les Hautes-Alpes).
Ce fut une lecture très intéressante, même si l'auteur a un peu de mal a clarifier la généalogie de Joachim. Elle est plus ou moins explicité dans le dernier chapitre, « La fin d'un monde ». A la lecture de la table des matières, le plan d'ensemble transparaît. L'auteur part du menuisier, puis s'intéresse au village et à ses villageois, puis s'en va faire un tour du côté du château de Picomtal (dans lequel les lattes de plancher ont été changé), avant d'aborder toutes sortes de thématiques annexes (politique, religion, scolarité, etc.).
Boudon aborde par exemple, plus précisément, la vie quotidienne d'un menuisier au XIXe siècle, la République au village ou encore les questions de la sexualité à l'époque (vue par Joachim, avec les non-dits et les tabous). Bref, l'approche de l'auteur est assez classique concernant l'histoire sociale, même s'il aborde des questions liées à l'histoire des émotions et des sensibilités.
Je suis vraiment conquis par cet ouvrage, comme je l'avais été pour le Pinagot de Corbin (un de mes livres d'Histoire préféré, très largement). Celui-ci est donc un coup de coeur. Il est très bien écrit, agréable et intéressant. Pour un livre d'histoire sociale, qui plus est rédigé par un pur universitaire, dans une collection plutôt destiné aux étudiants, le résultat est très accessible.
Pour résumer fort rapidement, Boudon explore le contexte historique, le rapport de Joachim (son héros) avec la politique, avec la sexualité (sans oublier les secrets de village) ou encore avec la religion. Il essaie de démêler les relations sociales au sein du village, et donc, en quelque sorte, les réseaux du menuisier Joachim Martin. Qui fréquente t-il en somme ?
Boudon consacre un chapitre complet (le 3) à l'étude du château de Picomtal, dans lequel a travaillé Joachim. Avec ce chapitre, c'est l'histoire immobilière qui est à l'honneur. L'auteur s'intéresse aux différents propriétaires du lieu depuis la Révolution française. Il fait ce que l'on appel une généalogie immobilière. Il s'attarde davantage sur ceux que son héros a pu connaître directement.
Il n'oublie pas non plus la scolarité, avec la transition scolaire, entre une école tenue par les religieux et une école laïque. Il aborde aussi plus loin la relation des habitants avec la religion en général, les scandales qui peuvent toucher le clergé. Joachim est un républicain, certes modéré, mais cela permettra de comprendre certaines de ses visions politiques. Dans un chapitre intitulé « L'espace et le temps », Boudon évoque le rapport de Joachim à son environnement géographique, à L Histoire et à l'écriture, enfin à la culture populaire. Il montre que son héros est très intéressé par les activités secondaires de son client, propriétaire du château et érudit local. Boudon montre aussi le goût de Joachim pour les faits divers, ce qui est très caractéristique de l'époque.
Au final, c'est un ouvrage que je recommande vivement, qui est du même genre que le Pinagot de Corbin, mais avec un autre regard et un autre traitement du personnage. Bref, un coup de coeur.
Lien : http://le-cours-du-temps.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
Horizonetinfini
  24 avril 2019

Biographie de l'auteur :
Jacques-Olivier Boudon, ancien élève de l'Ecole normale supérieure, est professeur d histoire contemporaine à l'université Paris Sorbonne où il dirige aussi le Centre d'histoire du XIXe siècle et l'Ecole doctorale d'histoire moderne et contemporaine. Président de l'Institut Napoléon et directeur scientifique de la Bibliothèque Marmottan, il a publié une trentaine d'ouvrages consacrés à l'Empire et à l'histoire du XIXe siècle, dont deux couronnés par un prix de l'Académie des sciences morales et politiques.
Notre avis :
Le livre dont je vais vous parler, est plus que un coup de coeur, il fait partie d'une catégorie un peu à part que je définirais « s'émerveiller avec l'histoire » effet que j'ai eu aussi avec « Les Rois Thaumaturges » de Marc Bloch, « La naissance du Purgatoire de Jacques le Goff et « Une petite ville nazie » de William S. Allen entre autres.
Le Plancher de Joachim de Jaques-Olivier Boudon est un véritable cadeau pour les habitués et amoureux des recherches historiques mais aussi pour celles et ceux qui pourraient s'y intéresser grâce à la beauté et accessibilité de cet essai.
Le livre, magnifiquement écrit, est le fruit de l'analyse et l'étude de 72 lattes dont les faces cachées se trouvent écrites par le menuisier qui, autour de 1880, accepte de refaire le parquet du château de Picomtal, ses écrits, tracés – sans doute – avec son crayon de travail dressent un portrait du village de Crottes, de la vie de la région et de la période historique que Joachim Martin traverse.
Je ne peux m'empêcher de penser à « Spoon River » d'Edgar Lee Masters où les morts témoignent de ce que furent des existences souvent marquées par la souffrance et la duplicité des membres de la communauté.
Notre menuisier sait que la lecture de ses planches adviendra après sa mort et il n'est donc pas apeuré par les jugements possibles, il écrit avec simplicité sa vision de l'époque qu'il vit en véhiculant un message puissant et rare.
Joachim, par exemple, éprouve un sentiment positif pour les avancées apportées par la République et, très lié à notre actualité, il manifeste son attachement à l'éducation pour toutes et tous.
Boudon reconstruit l'histoire de la famille de Joachim Martin en s'appuyant sur tous les documents de l'état civil et autres pièces écrites accessibles de nos jours, on a l'impression de connaître le menuisier et sa vie et de l'imaginer écrire ses mémoires sur les planches en bois qui sont son quotidien.
Un livre qu'il faut absolument savourer, offrir et partager, un témoignage unique, riche et passionnant.
Une recherche historique qui se lit comme un reportage, presque comme un roman, cet ouvrage vous ravira.
Je vous conseille également de suivre l'auteur et lire ses autres oeuvres, j'en ai été conquise
Lien : https://blog.lhorizonetlinfi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
michdesol
  25 janvier 2018
A partir des écrits qu'un menuisier de la fin du XIXe siècle a laissé au verso d'un plancher, et découverts récemment, l'historien dresse le portrait d'une communauté villageoise dans les Hautes-Alpes.
Pour celui qui aime l'histoire des "petites gens", des gens du peuple, de l'histoire qui n'apparaît pas dans les livres d'Histoire, c'est passionnant.
Commenter  J’apprécie          100
Bouteyalamer
  24 avril 2019
Autour des années 1981 et 1882, Joachim Martin, menuisier au village des Crottes (maintenant les Cros, en amont du lac artificiel de Serre-Ponçon), refait les planchers du château de Picomtal. Il inscrit au revers des planches 4000 mots environ pour décrire sa vie et celle de son village. Son texte est surprenant par une adresse délibérée à un lointain lecteur inconnu, par sa précision, sa dureté, sa verdeur aussi. JO Boudon le met en relief en précisant les contextes hiérarchiques, politiques, économiques tirés des registres de la mairie, de la paroisse, du notaire, du département, de l‘autorité militaire. On ne sait s'il faut admirer son ingéniosité à recouper tant d'informations ou s'étonner des systèmes d'observation et d'enregistrement de la vie du citoyen, plus d'un siècle avant l'ère numérique.
Commenter  J’apprécie          40
jforgue
  26 juin 2018
L'idée est alléchante, le matériel ethnographique hors du commun.
L'auteur se perd malheureusement dans d'innombrables digressions généalogiques qui alourdissent le propos, surtout quand il s'agit de personnages tout à fait secondaires. On décroche alors d'un propos qui pourrait sans cela captiver.
Au final, ces écrits sous le plancher sont trop peu présents, et laissent penser qu'ils ne sont qu'un vague prétexte pour exposer l'érudition de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (2)
NonFiction   18 janvier 2018
Histoire d'un village des Hautes-Alpes vers 1880 à travers le récit rédigé par un menuisier au dos d'un plancher qu'il a posé à l'époque.
Lire la critique sur le site : NonFiction
LeMonde   21 décembre 2017
La chronique sans tabou d’un village alpin à la fin du XIXe siècle a été trouvée sur l’envers d’un plancher. Un puzzle décrypté par l’historien Jacques-Olivier Boudon.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
michdesolmichdesol   25 janvier 2018
[L'auteur parle ici du propriétaire du château, et non de Joachim] :

Il recommande également à ses enfants de se marier dans un milieu comparable sur le plan de la fortune et termine son propos par cette projection dans l'avenir qui a dû marquer ses enfants au point qu'ils ont presque complètement rempli ses espérances :
" Voilà comment à votre place je voudrais arranger ma vie. Vous êtes quatre, trois garçons et une fille. L'un de vous serait militaire, un second prêtre, un troisième élève de l’École des chartes et bibliothécaire à Paris. La bonne petite Lydie resterait avec sa mère tant qu'elle vivrait pour la soigner et la consoler quand je ne serai plus là, puis si sa mère venait à lui manquer, elle irait habiter avec son frère l'abbé qui peut être, qui sait ? serait alors évêque."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          33
DelydDelyd   19 avril 2019
Heureux mortel, quand tu me liras, je ne serai plus
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jacques-Olivier Boudon (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques-Olivier Boudon
Le plancher de Joachim L'histoire retrouvée d'un village français de Jacques-Olivier Boudon
SCOP Librairie Les Volcans
autres livres classés : villageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
105 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre
.. ..