AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781094998169
Éditeur : Artège (19/05/2016)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Gardien, sculpteur ou guérisseur ? Yann a tous les talents et doit choisir. Son oncle sculpteur et sa mère guérisseuse ne parviennent pas à le détourner de sa vocation première : être guerrier comme son père et intégrer la Garde de Waldgan.
L'école des maîtres du vent puis l'école de guerre de SoenTsu font de lui un redoutable guerrier, mais il ne cesse de sculpter comme son oncle Frans et utilise ses dons de guérisseur quand l'occasion se présente.
D... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  02 juin 2016
Un charmant one shot de fantasy pour ado. Premier livre de l'auteure.

Yann Egoak, 8 ans, 13 ans, 16 ans, veut et va devenir un guerrier. Un gardien du royaume de Waldgan. Et ce n'est pas sa mère guérisseuse ou son oncle sculpteur qui vont l'en dissuader. Intégré par hasard pour deux ans à l'école des vents de la république d'Aven, il va y cultiver amitié et inimitié et développer ses dons (la couverture du livre vous renseignera). Puis il intégrera l'école de guerre du royaume de Yamahor avant d'enfin retourner dans son pays. Et quand on veut être un guerrier, il faut être prêt à faire la guerre, y compris à ces anciennes amours.

Gio, l'école des vents, hommage avoué à la célèbre Poudlard, petit bijou de tendresse, de poésie et d'amitiés sincères. Les vents et leur connaissance, qui m'ont rappelé la horde du contrevent (mais sans le côté complexe et adulte de cette œuvre).
Waldgan, terre du milieu, bucolique bourgade et Yamahor ou les mines de la moria, l'école ou l'art de la guerre (Soen Tsu).
Les emprunts sont nombreux, mais en matière de Fantasy on finit toujours par tourner un peu autour non ?

Un premier roman pour adolescent donc, rafraîchissant, qui se lit vite et bien. Une première partie assez poétique et légère suivie d'une seconde plus sombre, qui évolue en même temps que notre héros. Une œuvre qui reste intemporelle, l'auteur n'ayant pas cédé à la tentation de faire « jeun's » dans son style d'écriture et c'est tant mieux.

On pourra reprocher une intrigue un peu légère, qui arrive trop tardivement dans l’œuvre et qui se résout trop vite et trop facilement. On pourra également reprocher aux personnages d'être un peu trop lisses mais ce n'est pas rédhibitoire.
Le côté militaire reste crédible et garde sa dimension épique, sans verser dans le bisounoursisme. Certes on est loin d'un réalisme à la warhammer 40.000 ou de la violence d'un Abercrombie, mais on se rappellera le public cible. Oui j'ai adoré ce livre, avec même une tendance à oublier son caractère jeunesse. Presque en passe de me réconcilier avec le genre après un énième et décevant tome de dystopie toujours sur la même trame. Et puis on revient au héros garçon et j'ai également apprécié de n'avoir pas à subir moult et dégoulinantes amours adolescentes à toutes les pages.

Une première œuvre aboutie, un récit qui se suffit à lui-même (loin des trilogies en 5 ou 6 tomes en vogue en ce moment). Fan des Potter et de la Fantasy « light », jeunes comme adultes, vous passerez un agréable moment dans cet univers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1050
lyoko
  24 octobre 2016
Cela faisait un moment que je voyais ce livre passer sous mes yeux sur différents réseaux sociaux.. et j'avoue qu'il m'intriguais, à tel point qu'il était venu augmenter ma wish list...alors quand je l'ai vu en choix lors la masse critique ma petite souris a été cocher la case qui va bien.. d'ailleurs elle n'a coché qu'une seule case cette fois-ci tellement mon envie était forte de lire ce roman.
Yann jeune garçon, orphelin de père ne rêve que d'une chose devenir guerrier comme son père... il est prêt à tout pour arriver à son but.. mais le destin va lui réserver de nombreuses surprises.
Ce roman qui cible notre jeunesse, mais pas trop jeune quand même, est juste prenant et nous embarque vivre une aventure extraordinaire. Ce roman est judicieusement pensé, les jeunes filles , comme les garçon se régaleront en lisant ce livre.
c'est une quête initiatique faite de nombreuse rencontres qui feront grandir ce jeune garçon..
La lecture est fluide et agréable et l'histoire nous donne juste envie d'en savoir plus.
Mais comme tout roman qui a des qualités il a aussi quelques défauts... pour moi il était trop court. J'ai fermé la dernière page avec regret, j'aurais voulu que les aventures de Yann continuent. J'avoue avoir eu beaucoup d'affection pour bon nombres de personnages.. et même les méchants étaient bien travaillés. Après pour les lecteurs ciblés j'avoue que c'est juste bien..
Il est bien évident qu'on retrouve certaines références de l'auteure.. à certains passages une certaine atmosphère se dégage dans laquelle j'y ai ressenti Harry Potter, mais également Eragon.. j'ai même trouvé ça étrange.. mais j'ai franchement bien aimé.
Ce livre est le tout premier roman d'une jeune auteure, et avec mes dons de voyances inexistants je crois pouvoir dire sans me tromper que l'avenir lui réserve une grande carrière dans le domaine de l'écriture.
Un grand merci à Babelio et aux éditions Artège jeunesse pour la découverte de cette perle jeunesse
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          518
cicou45
  30 mai 2016
Tout d'abord, un grand merci à Judith Bouilloc pour cette très belle découverte qu'elle a bien voulu me faire partager. J'imagine combien cela doit être angoissant de faire partager son premier roman...Peur du jugement, peur de l'appréciation voire de la notation que certains vont lui attribuer et bien d'autres choses encore. Je commencerai dons cette critique en la rassurant car elle a vraiment accompli un très bon travail d'écriture mais aussi d'imagination que ne pourront qu'en ravir plus d'eux, moi comprise !
Ici, le lecteur découvre le personnage de Yann Egoak qui va l'accompagner tout au long de cette aventure, ou devrais-je plutôt dire de ces aventures. En effet, avec une mère guérisseuse, un oncle sculpteur et un autre maniant à merveille la pratique des armes et connaissant le secret de la fabrication de le poudre noire, Yann ne manque pas de conseils en ce qui concerne sa future carrière. Cependant, bien que n'ayant jamais connu son père décédé au combat avant sa naissance, Yann aspire depuis longtemps à devenir gardien, contre l'avis de sa mère. Elle a déjà perdu un époux, elle se refuse à perdre un fils à cause de la barbarie humaine. Suivant les conseils de Frans, son oncle sculpteur, Yann envisage donc un long voyage au cours duquel il intègrera la prestigieuse école de Gio, formant les futurs maîtres du vent. Venant de la région de Waldgan tout comme celui qu'il croisa sur sa route et qui deviendra son plus fidèle ami, Adémar, Yann aura du mal à se faire accepter par certains professeurs et élèves avélis, régions sur laquelle se situe l'école. Ce n'est qu'en montrant ses nombreux talent que celui-ci finira finalement à se faire accepter jusqu'à ce que...et voilà Yann engagé pour trois ans d'études dans une école de guerre basée dans un endroit secret dont il m'est interdit de vous révéler le nom car cela est réservé aux seuls initiés. La voie de la maîtrise du vent, celle des armes, celle de la sculpture ou encore la connaissance des plantes médicinales , pourquoi devrait-on obligatoirement faire un choix ? Ne pourrait-on pas être tout cela à la fois ? Yann l'est bien lui mais il comprendra vite qu'entre tuer des hommes, les soigner ou alors réaliser des oeuvres mémorables pour leur plus grand plaisir, il y a un fossé énorme et qu'il sera tantôt amené à faire un choix !
Un ouvrage vraiment très bien écrit qui transporte le lecteur dans un autre univers et je n'aurais qu'une chose à dire pour conclure cette critique : A quand le deuxième tome ?
Une dernière chose, la raison pour laquelle je n'ai mis que quatre étoile à cet ouvrage est que je me suis parfois perdue avec tous les personnages qui arrivent sans cesse au fil des chapitres mais cela n'est qu'un infime détail ! A découvrir et à faire découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
Witchblade
  19 mars 2017
Livre découvert grâce aux critiques de certains Babeliotes peu enclin à lire du fantastique.
Je me méfie souvent des critiques car tous les goûts sont dans la nature et j'ai rarement le même avis que les autres. Je me fie plutôt au résumé, s'il m'intrigue ou pas. Pour celui-là, ça a été le cas et il n'a d'ailleurs pas fait long feu dans ma PAL, il n'y est resté que 6 mois. J'ai vraiment très apprécié ma découverte et je souhaite de tout coeur que l'auteur nous offre d'autres opus du même acabit. Car pour un premier roman, je dis « Chapeau bas ». Elle n'est pas tombé dans le piège des tomes à répétition tout en nous offrant une histoire intéressante de bout en bout et où on ne s'ennuie jamais.
Nous faisons la connaissance d'un petit bonhomme nommé Yann Egoak que nous suivons sur une quinzaine d'années au gré du vent et de ses expériences pour déterminer ce que sera sa vie. Il devra choisir entre 3 passions : les arts martiaux, la sculpture et ses dons de guérisseur. L'ensemble de ces connaissances lui a été légué par les membres de sa famille et sa soif d'apprendre lui en apportera bien d'autres, ainsi que de nombreux amis chers. le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on n'a vraiment pas le temps de s'ennuyer avec lui. le style de l'auteur est très agréable, les pages défilent toutes seules. Elle alterne allègrement tempêtes et accalmies, avec quelques pointes d'humour, pendant que Yann et ses amis vivent diverses aventures au gré du vent. On a ainsi le temps de voir évoluer Yann et certains de ses amis les plus proches et de passer par différents stades pour atteindre l'âge adulte et de la raison. J'ai adoré découvrir le monde créé par cette auteur, symbolisé par une roue dont le centre est la mythique Yggdrasil. Nous avons ainsi 4 peuples qui se partagent cette grande île entourée d'océans : les Waldgangers (au centre), les Avélies (au sud), les yamaHoros (au nord) et des nomades nommés Heimatlos dans les déserts à l'est et à l'ouest. Tous ont une manière bien différente de fonctionner ainsi que des modes de vie bien éloignés les uns des autres. Peut-être qu'un jour l'auteur refera une incursion dans ce monde si particulier. Pour le coup, j'ai été déçue de quitter Yann et ses amis, à qui on finit par beaucoup s'attacher. Ce petit pavé de 440p a été trop vite dévoré...
Comme vous l'aurez compris, ce roman a été un coup de coeur aussi bien pour le monde créé, les personnages rencontrés ou encore le style de l'auteur. Un monde que j'aurais bien aimé continuer à parcourir... Un monde fantastique d'une rare originalité, l'histoire d'une quinzaine d'années dans la vie d'un jeune homme racontée en seulement 440p sans que rien ne soit oublié en cours de route : la croissance, la soif de connaissances, la mort d'un être cher, l'apprentissage de la vie et de l'école, la guerre, la paix et l'amour... Je souhaite de tout coeur que cette auteur continue à donner vie à de si agréables histoires dans des mondes de son invention. Félicitations pour ce premier roman et à quand le prochain ? Je vous conseille donc plus que fortement de découvrir ce premier roman que vous soyez ou non amateurs de littérature fantastique, il pourrait bien vous faire changer d'avis. Pour ma part, je vais pister cette auteur et ses prochaines publications.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
TheWind
  27 août 2018
Pour faire triompher la paix, doit-on devenir maître dans l'art de la guerre ?
C'est l'éternelle question que je me pose en bonne pacifiste que je suis. Cet excellent roman pour la jeunesse ( et +, si affinités !) peut offrir des réponses...

Le jeune et talentueux Yann Egoak vit à Waldgan, région centrale et très boisée du continent Gilgal. Il est temps pour lui de choisir sa voie.
La voie des armes en intégrant la Garde de Waldgan, la voie de l'art en devenant sculpteur comme son oncle ou la voie des plantes à laquelle il est initié depuis tout petit par sa mère guérisseuse.
Pour Yann, c'est une évidence. Il veut apprendre à combattre et devenir un redoutable guerrier comme l'était son père qu'il n'a pas connu.
Mais sa mère s'oppose à son intégration dans la Garde.
En attendant sa majorité, il se rend à Avel, la République des vents et parvient à intégrer la célèbre école des maîtres du vent.

Que vous dire ? J'ai adoré ce roman !
L'écriture talentueuse de sa jeune auteure vous happe dès les premières pages. J'ai lu ça et là qu'elle s'était certainement inspirée de J.K. Rolling et même de Damasio. Ça ne fait aucun doute. C'est même plus qu'une inspiration, c'est un hommage à ces maîtres de la fantasy. Pour ma part, j'y ai vu la petite flamme lumineuse de Pierre Bottero planer d'ici de là.
Mais, je ne crois pas que les références littéraires soient essentielles...

Les maîtres du vent est un roman unique et magique !

J'ai adoré me laisser emporter par la légère brise parfumée qui remue les hauts séquoïas de Waldgan, par les incessants souffles du vent d'Avel, par les tempêtes en mer, par l'air glacial du Mont Sans-Nom, au royaume des aurores.

Tout y est admirablement entrelacé : l'art et la guerre, la guerre et l'art..
C'est incroyable de lier à ce point ces deux domaines complètement opposés. Mais Judith Bouilloc l'a fait. A l'art du combat, elle mêle délicatement mais sûrement la musique, la danse, la sculpture, la botanique, la poésie...Cela peut dérouter mais c'est tellement habile que le lecteur s'y laisse prendre.
Mais, ce n'est pas tout. Comme je le disais en introduction, ce roman ouvre la voie à une réflexion sur les finalités de la guerre et de l'armée.
Chacun y trouvera ses propres réponses, je pense.
Pour ma part, j'ai particulièrement apprécié ce passage :

Porteur de belles valeurs, comme l'amitié, la loyauté, le courage et l'audace, ce roman est vraiment une lecture parfaite pour les ados !
Bravo !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331

Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   04 juin 2016
Magnifique est la cascade
Quand elle saute les rochers.
Elle cogne, et puis s'évade
Jusqu'au fond de la vallée.
Au cours de mon escapade,
Elle emporte mes reins brisés.

J'suis plus fort que la cascade,
Je ne crains pas les rochers.
Que rien ne me dissuade
De continuer à lutter.
Non pour moi, point d'escapade.
Je résiste et resterai !
Commenter  J’apprécie          480
lyokolyoko   20 octobre 2016
Elle repoussa une mèche rousse qui lui voilait les yeux, laissant transparaître les taches de son qui constellaient ses joues blanches. Yann s'était demandé un jour, avec inquiètude, si les superbes cheveux de sa mère tomberaient à la façon des feuilles d'automne. Il faut dire qu'ils avaient la couleur exacte des érables de novembre. Au grand soulagement du petit garçon, sa mère passa les frimas sans devenir chauve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
fnitterfnitter   02 juin 2016
Déposez sur le sable, la pesanteur des jours
Videz-vous de votre propre importance
Et vous vous sentirez si léger
Que vous vous envolerez

Prenez le large…
Appareillez pour le ciel
Goûtez, s'il vous plaît
La saveur des nuages.
Commenter  J’apprécie          570
fnitterfnitter   06 juin 2016
Il y a une différence entre tuer et assassiner. Les soldats ne sont pas des assassins. Dans le cadre d'une guerre, le soldat a le droit de prendre la vie d'un autre combattant uniquement parce qu'il est prêt, dans le même temps à perdre la sienne.
Commenter  J’apprécie          473
Gwen21Gwen21   18 septembre 2016
[...] Yann Egoak et Adémar Mac Cummail se mirent en tête de dérober les savoirs que l'on refusait aux étrangers, dans l'académie des cadets du vent. Dès qu'ils bénéficiaient d'un temps libre, c'est-à-dire tous les après-midi, ou lorsque l'occasion de sécher un cours de solfège se présentait, les deux complices se précipitaient dans leur chambre. Déplaçant la pierre coulissante, ils s'engouffraient dans les souterrains de Manabu, le cœur exalté par la transgression. Sous la terre de l'île s'étendait un vrai labyrinthe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Judith Bouilloc (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Judith Bouilloc
Coup de projecteur sur les livres des auteurs de la région Grand Est parus entre janvier et juin 2020. Ces livres ne parlent pas de la crise mais la crise les a laissés en attente de lecteurs sur les tables des librairies, sur les rayons des bibliothèques, dans les cartons des distributeurs et dans l'attente des rencontres littéraires et des dédicaces. Plus de temps à perdre! Découvrez les, offrez les, partagez les pour vos lectures d'été et rendez-vous en librairie ou sur le portail des libraires de l'Est https://www.librairesdelest.fr/
Judith Bouilloc http://judithbouilloc.com/ Editions Mame https://bit.ly/2XYBrZI
Retrouvez les dernières parutions, le magazine du livre en Grand Est "Livr'Est", l'annuaire des auteurs et l'agenda des manifestations littéraires de la région Grand Est : http://www.interbibly.fr Interbibly est une association professionnelle de coopération régionale entre les acteurs du livre, de la documentation et du patrimoine écrit
https://www.facebook.com/Interbibly/ https://twitter.com/Interbibly https://www.instagram.com/interbibly/?hl=fr
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Judith Bouilloc (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les maîtres du vent

Comment s'appelle le héros ?

Harry Potdefleur
Link Severus
Yann Egoak
Gregory.R

6 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Les Maîtres du Vent de Judith BouillocCréer un quiz sur ce livre