AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782211060462
35 pages
Éditeur : L'Ecole des loisirs (04/11/2000)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 99 notes)
Résumé :
Ce jour-là, Escarbille et Chaboudo se promenaient dans le désert. Et dans le désert, il n'y avait rien. Rien, sauf…une tache bleue, au loin. Ils s'approchèrent : c'était une chaise. C'est fou ce qu'on peut faire avec une chaise bleue.
Ce livre a reçu la Mention décernée par les «Critiques de livres pour enfants de la Communauté Française de Belgique» en 1997.
A partir de 5 ans.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Musardise
  06 mai 2019
C'est l'histoire de deux amis, Escarbille et Chaboudo, qui se promènent dans un improbable désert où se trouve une chaise bleue. Chaise pour laquelle ils imaginent de nombreux et divers usages, qui n'ont pas grand-chose à voir avec le fait de s'asseoir dessus. Mais voilà, une chaise, c'est justement fait pour s'asseoir dessus.
La belle idée de Claude Boujon, c'est d'avoir inventé un décor désertique, probablement fait de sable, avec un horizon très abaissé et juste une petite bande bleue au fond, dont on ne sait pas s'il s'agit du ciel ou de la mer - et pourquoi pas les deux à la fois ? Un bleu qui se retrouve dans cette petite chose minuscule, perdue, inatteignable, qu'on aperçoit tout d'abord de si loin qu'elle n'a pas de forme, et dont on ne saura que c'est une chaise que lorsqu'Escarbille et Chaboudo s'en seront suffisamment approchés. Ce qui amène l'histoire à se dérouler dans un paysage aux accents oniriques, qui peut rappeler certains tableaux étranges (on peut penser à certaines toutes petites toiles de Dalí, par exemple). C'est tout simple, avec à l'appui un graphisme très sobre, mais ça révèle une composition très maîtrisée du dessin, l'air de rien. Et ce n'est pas pour rien que les pages d'ouverture et de fin se répondent.
Partant de là, je m'attendais à ce que les jeux d'Escarbille et Chaboudo se révèlent un peu moins terre à terre et plus originaux que ceux qu'ils inventent, assez formatés. Mais c'est un fait qu'ils m'ont rappelé des jours lointains, où la minuscule véranda de ma grand-mère devenait un engin capable de se transformer en avion ou en toutes sortes d'engins de transport plus ou moins bizarres, où le lit de ma tante et de mon oncle était un radeau au milieu d'une mer hostile (la moquette bleue de la chambre), dans laquelle mes cousines et moi ne manquions pas de tomber invariablement et dont nous devions nous extirper pour échapper aux requins. Je pense aussi à mon neveu qui avait transformé un petit pont de parc pour enfants en bateau et me demandait d'effectuer des choix délicats et décisifs, en me demandant systématiquement "Commandant-toi-qui-sais-tout, sur quel bouton je dois appuyer maintenant ?" - les boutons étant des rivets. Je me trompais à tous les coups, provoquant des catastrophes que mon capitaine rattrapait in extremis, mais j'adore toujours me faire appeler "Commandant-toi-qui-sais-tout"... Chaboudo et Escarbille se comportent comme beaucoup d'enfants, en détournant de son usage un objet destiné à une fonction particulière pour le métamorphoser en matière à divertissement. Et le détournement d'objet, c'est un concept en analyse du travail, qui possède un nom scientifique - nom qui m'échappe complètement -, et dont il est bien dommage que Chaboudo et Escarbille ne connaissent pas l'existence (d'autant que ça plairait bien à Chaboudo, féru de vocabulaire précis), parce que ça leur permettrait de clouer le bec aux importuns qui leur disent qu'une chaise, c'est fait pour s'asseoir et rien d'autre (n'importe quoi!!!)
J'ai lu la critique de jamiK, qui voit dans cette histoire une référence au théâtre de l'absurde. Je n'y ai pas du tout pensé en lisant l'album, mais maintenant que j'y réfléchis... Un décor qui ressemble un peu à une scène de théâtre dépouillée, une chaise sortie de nulle part, des noms de personnages qui peuvent rappeler ceux de Vladimir et Estragon... Il y a peut-être bien de ça !
J'ai eu aussi l'impression que Nadine Brun-Cosme et Olivier Tallec, avec le graphisme des personnage de Grand Loup et Petit Loup, ou encore les décors oniriques de Moi devant, avaient pu s'inspirer de cet album. Voici en tout cas un plaidoyer pour laisser l'imagination des enfants s'épanouir, peut-être pas aussi beau que Le jardin invisible, qui est devenu ma référence en la matière, mais qui prend la forme d'un joli album, en sus très utile en ces temps de matérialisme forcené.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
jamiK
  25 octobre 2017
Le théâtre de l'absurde en version "pour les petits".
Escarbille et Chaboudo, dans le désert, découvrent une chaise :
"C'est une chaise" dit Escarbille
"C'est une chaise bleue" compléta Chaboudo...
Les dessins sont expressifs, mine de plomb et aquarelle un peu grossière. Escarbille et Chaboudo sont deux chiens aux silhouettes comiques, tels des clowns de cirque, et cette histoire est une ode à l'imagination, au ludique, au loufoque, une critique de la pensée prosaïque, matérialiste. Un petit livre qui ne paye pas de mine, chargé de subtilité, de légèreté, et de philosophie.
Commenter  J’apprécie          140
Mladoria
  21 janvier 2015
J'aime particulièrement cet album de Boujon. Dans un cadre complètement atypique, deux amis, Escarbille et Chaboudo, au physique aussi opposés que leur caractère se balladent et font la rencontre improbable d'une chaise qui va devenir l'accessoire de leurs fantaisies. Jusqu'à ce qu'un chameau...
Un duo comique tendre que ces deux là plein de bons mots et d'idées originales qui m'on rappelé certaines situations de mon enfance. La même déconvenue que bien des enfants devant cette fin où on ressort râleur de cet album devant ce rabat-joie de chameau. Je dirais même plus : bien trop terre à terre ce dromadaire ! Une belle ode à l'imagination.
Commenter  J’apprécie          100
IreneAdler
  04 août 2012
Deux amis se promènent dans le désert. Au loin : une tâche bleue. de près : une chaise bleue. Ni une ni deux, tout à fait autre chose. Mais soudain, un dromadaire…
Comment s'amuser avec un objet somme toute banal. Ah jouer à « On dirait que » !
Un hommage à l'imagination enfantine, qui voit dans tout une source de jeu et d'amusement. Que nous autres adultes avons oublié
Commenter  J’apprécie          110
Diabolo44
  01 février 2018
Le regretté Claude Boujon était un très grand monsieur de la littérature de jeunesse, il le prouve encore avec ce superbe album qui fut aussi l'un de ses derniers.
Avec des dessins d'une simplicité confondante, il nous sert une histoire bourrée d'humour et de second degré, flirtant avec les limites d'une absurdité de bon aloi.
Que fait cette chaise bleue au beau milieu du désert ?
Cela, on ne le saura jamais, et d'ailleurs ça n'a pas vraiment d'importance : ce qui importe, c'est ce qu'Escarbille et Chaboudo vont faire avec !
Et l'on enchaîne avec l'éloge de la simplicité du jeu, l'éloge de l'imagination, le retour à une époque (que certains jugent peut-être un peu trop vite révolue) où les enfants savaient s'amuser avec deux bouts de ficelle... ou avec une chaise.
Un message universel et salvateur, à vrai dire, dans un monde parfois trop envahi de technologie, où les scientifiques nous alertent de plus en plus – et à juste raison – sur les dangers de l'usage intensif des écrans pour les plus petits.
Et puis, qui d'autre que Monsieur Boujon peut réussir à nous placer le mot "camélidé", hein ?
Sinistre, ce camélidé, d'ailleurs. Aucune imagination !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
VilloteauVilloteau   21 août 2012
Non loin de là, un camélidé
- il n’est pas rare de rencontrer
une telle bête dans le désert -
observait avec sévérité les exercices
des deux amis.
Il approcha en silence
Et tout à coup s’exclama :
« Non, mais ça va pas la tête !
Qu’est-ce que c’est que ce cirque ? »
Boum, patatras, fin du jeu
« une chaise » dit-il, « est faite
pour s’asseoir dessus. »
« Partons », dit Escarbille à son ami,
« ce chameau n’a aucune imagination. »
« Et en plus, ce n’est même pas un chameau,
il n’a qu’une bosse, c’est un dromadaire »,
ajouta Chaboudo qui aimait la précision.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MusardiseMusardise   06 mai 2019
"Il n'y a pas grand-monde", dit Escarbille.
"C'est désertique", grogna Chaboudo qui aimait la précision.
Commenter  J’apprécie          150
IreneAdlerIreneAdler   04 août 2012
Une chaise, c'est vraiment magique, mais c'est aussi très pratique. Si tu montes dessus, tu deviens aussi grand que le plus grand de tes amis...
Commenter  J’apprécie          90
NinuleNinule   19 juillet 2013
Une chaise, dit-il, est faite pour s'asseoir dessus !
Commenter  J’apprécie          64
Videos de Claude Boujon (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Boujon
bon appetit monsieur lapin
autres livres classés : chaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1123 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
.. ..